5 raisons pour vous donner envie de méditer

5 raisons pour vous donner envie de méditer

La simplicité de la méditation est déconcertante, il suffirait d’y consacrer dix minutes par jour pour profiter des effets sur le long terme. Pourtant, il existe une situation paradoxale concernant cette pratique : nous entendons vanter ses bienfaits à longueur d’années mais nous la repoussons sans cesse. Vous avez songé à méditer mais vous n’avez jamais essayé ?

Au préalable, vous pouvez commencer par vous interroger sur les raisons qui vous empêchent de méditer. Manquez-vous de temps ? Pensez-vous que cela est inutile ? Avez-vous peur de ne pas réussir à méditer ? Craignez-vous de ne pas ressentir le vide intérieur ?

Je suis venue à la méditation avec l’appréhension de m’ennuyer, j’ai donc commencé par de courtes méditations guidées. J’ai découvert comment apaiser mon esprit, et surtout cesser de donner tant de pouvoir à mes pensées, comme si j’avais trouvé une sorte d’arrière-plan d’où on peut les observer en prenant de la distance, au début seulement pendant les séances, puis de plus en plus facilement dans le quotidien. C’est plus confortable que mon état précédent, où j’étais persuadée d’être une personne angoissée. Se rendre compte que c’est possible d’être autrement, quel cadeau ! Méditer c’est se tenir en présence de soi et de plus grand que soi. C’est un fabuleux outil pour cultiver son intériorité.

@oriann

En prière, en pleine conscience, en posture de yoga, en contemplation, la méditation peut s’inscrire dans une approche spirituelle, religieuse, philosophique, émotionnelle et prend une forme différente selon les individus croyants ou athées. Accessible à tous, sans contraintes, gratuite, sans effets secondaires néfastes, il n’existe que des avantages à pratiquer la méditation. Pourtant, nous éprouvons des difficultés à nous y mettre.

La mentalité dominante dans notre société est souvent basée sur la performance, par conséquent nous pouvons craindre de ne pas être à la hauteur de la méditation. Quand nous observons une personne méditer, nous avons l’impression qu’elle parvient totalement à faire le vide et à se libérer de ses pensées parasites (il s’agit, de manière non-exhaustive, de toutes ces informations qui jaillissent dans votre esprit : la liste des courses, votre planning, le mail que vous devez envoyer…). En tant que personne hyper fonctionnante, vous pouvez craindre de ne pas réussir à arrêter le flot de vos pensées, et bien, rassurez-vous ! Les pensées parasites sont inhérentes à l’activité cérébrale et cela ne signifie pas que vous ratez votre méditation, cela signifie que vous en avez besoin.

Je fermerai maintenant les yeux, je boucherai mes oreilles, je détournerai tous mes sens, j’effacerai même de ma pensée toutes les images des choses corporelles, ou du moins, parce qu’à peine cela se peut-il faire, je les réputerai comme vaines et comme fausses ; et ainsi m’entretenant seulement moi-même, et considérant mon intérieur, je tâcherai de me rendre peu à peu plus connu et plus familier à moi-même.

Jean-Jacques Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire, 1778 

La méditation en pleine conscience consiste à se mettre à son écoute et observer tout ce qui se passe dans son esprit. L’objectif consiste à devenir attentif à toutes ses émotions intimes et à ses sensations corporelles. Au cours de la méditation, si vous avez besoin de calmer le jaillissement incontrôlé de vos pensées, vous pouvez les accepter mentalement et les observer avec douceur. Ne vous laissez pas embarquer dans ce flot d’agitation et restez dans le moment présent. Si une pensée intervient pour vous rappeler quelque chose d’important, vous pouvez la laisser de côté parce que votre esprit la conservera en mémoire pour la laisser revenir à la fin de votre méditation.

Pour bénéficier des effets positifs de la méditation, il est nécessaire de la pratiquer de manière régulière et continue. Pourtant, lorsque nous avons des journées chargées, nous avons tendance à « sacrifier » ce temps de méditation. Dans la vie active, le fait d’être en contact permanent à des informations, des images, et des sons non sollicités nous conditionne parfois à nous y habituer. Par conséquent, le silence peut nous procurer une sensation de vide, c’est pourquoi il est difficile de tout éteindre et de se retrouver avec soi-même. Les angoisses des êtres humains ont justement provoqué l’émergence de multiples techniques afin de les apaiser, dont la méditation.

S’il existait un comprimé qui vous envoie une dose de bien-être, un calmant pour la douleur, une résistance immunitaire, un bon rythme cardiaque, et enfin le ralentissement des signes de l’âge, comme les rides et les cheveux blancs, le prendriez-vous tous les jours ?

La méditation est une véritable concentration de bienfaits merveilleux qui sont difficilement perceptibles et visibles puisqu’ils agissent souvent à l’intérieur de notre corps. C’est pourquoi des scientifiques les ont étudiés et analysés.

La méditation a traversé les siècles pour nous apporter tout ce dont notre corps et notre esprit ont besoin.

Origines de la méditation

Il y a plus de 2000 ans avant J.-C., sur le continent indien, des hommes pratiquaient la première forme de méditation afin d’accéder à la « connaissance », dans une démarche psychosomatique (d’origine grecque, “psyché” signifie l’esprit et “soma”, le corps). Leur objectif était de prendre conscience des effets de l’esprit sur le corps.

Bien plus tard, vers 500 avant J.-C., le Bouddha a étudié ces techniques, et a développé la méditation Satipatthana (qui signifie « garder son attention à l’intérieur »). C’est l’origine de la méditation de la pleine conscience aussi appelée « mindfulness ».

Des siècles plus tard, en 1641, en occident, le terme « méditation » est employé par Descartes dans une approche philosophique dans « Les Méditations métaphysiques », dans lesquelles il s’interroge sur la certitude et le doute qui découlent de nos sens et nos pensées.

Dans la lignée de ce courant intellectuel, la méditation prend une tournure spirituelle sous la forme de l’oraison et de la prière dans la religion chrétienne.

Appartenant à une tradition ancestrale, la méditation n’est plus réservée aux philosophes, aux monastères et aux ashrams, elle est aujourd’hui de plus en plus pratiquée et étudiée par de nombreux scientifiques.

Les bienfaits sur la santé

C’est en cherchant des solutions suite à un burn-out que j’ai découvert la méditation de pleine conscience. Au début je pratiquais de temps en temps, et c’était juste une parenthèse agréable. Puis c’est devenu un rituel quotidien qui m’apporte un tel bien-être physique et psychologique, que je ne veux plus m’en passer. La méditation permet de reprendre les commandes, aussi bien de son corps que de son esprit. Il faut la pratiquer pour réaliser à quel point ces quelques minutes d’attention portée à ses ressentis corporels permet de dénouer les tensions, rétablir un fonctionnement optimum, et constater le pouvoir de notre mental sur notre corps pour renforcer la confiance en soi. J’ai rapidement constaté une meilleure maîtrise de mes émotions, moins de douleurs physiques, moins d’anxiété et une plus grande énergie. C’est presque magique. 

@monica

Dans les années 1990, des études scientifiques affirment que la méditation a des effets positifs sur la santé mentale. Il a suffi d’une dizaine d’années supplémentaires pour que les autres domaines médicaux s’y intéressent à leur tour : neuroscience, endocrinologie, immunologie et cardiologie. Découvrons ensemble une sélection de ces résultats scientifiques qui ont mis en lumière les vertus de la méditation.

1/ Se détacher des pensées négatives

Un zèbre pense beaucoup, c’est pourquoi si une idée négative s’empare de son esprit, il aura du mal à s’en dépêtrer et aura même tendance à la ressasser en boucle. Cet état peut évoluer vers la peur de l’échec, l’angoisse, la rumination, le sentiment d’imposture, le début d’une dépression, etc.

La méditation est source d’apaisement dans ces situations et permet de calmer l’esprit et de le mettre en pause.

En méditant, les sentiments négatifs, de rumination, et les peurs prennent une autre dimension dans l’esprit. Ils ne sont plus actifs, donc ne produisent plus d’effets. Vous pouvez tout simplement les observer avec de la distance, même de la bienveillance, et les accepter. Effectivement, le fait d’observer ses émotions pendant la méditation permet de s’en détacher plus facilement. En effectuant une pratique régulière, des méditants parviennent complètement à dépasser leurs sentiments négatifs. Cela entraîne même un sentiment de réussite et des émotions positives.

Est-ce-que la méditation rend heureux ?

En effectuant des analyses sur les méditants, les scientifiques ont réalisé que la méditation a des effets sur le fonctionnement de l’amygdale dans le cerveau émotionnel. En situation de stress, l’amygdale active les hormones dites « cortisol » et « adrénaline » pour préparer le corps à réagir face au danger imminent. A force de solliciter ces hormones, le corps et l’esprit doivent s’adapter à se mettre dans cette situation d’urgence, ce qui entraîne beaucoup de fatigue et de tensions.

Pratiquer la méditation contribue à limiter l’envoi d’hormones de stress par l’amygdale. Par conséquent, le fait de préserver l’esprit et le corps de ses mécanismes de défense permet de créer un cercle positif et d’apaiser les crises d’angoisse, les peurs et l’anxiété.

Progressivement, la méditation repousse les émotions négatives, favorise le sentiment de bonheur, d’empathie et améliore l’humeur des méditants.

2/ Moins ressentir la douleur

On peut être envahi par une profonde anxiété rien qu’en entendant le son de la fraise chez le dentiste ou en voyant l’aiguille d’une piqûre. À cet instant, le sentiment d’angoisse est déjà très désagréable, mais en plus, une autre sensation intervient avec des conséquences encore plus éprouvantes. Lorsque les conditions d’un souvenir d’un moment douloureux sont réunies, nous anticipons la douleur à venir. Cette anticipation a pour conséquence de renforcer l’intensité de la douleur.

La douleur est un mécanisme d’adaptation vitale à notre survie. En associant nos sens et notre cerveau, notre corps prend conscience qu’il est en présence d’un danger et qu’il doit réagir.

Peut-on agir sur les sensations désagréables de l’instant qui précède la douleur ?

Des études scientifiques ont permis d’affirmer que la méditation a des effets positifs sur la sensation de la douleur plus particulièrement sur le moment de son anticipation. En effet, les méditants n’éprouvent pas cette sensation de douleur par anticipation. Cela a pour conséquence de réduire considérablement la durée de la douleur.

La méditation ne réduit pas complètement la douleur intense, mais elle modifie notre relation et nous aide à l’envisager avec plus de sérénité.

3/ Booster son système immunitaire

L’hiver est une saison propice à la diffusion de virus et de maladies. L’organisme se défend contre ces agressions, cependant, il parvient rarement à assurer son rôle à la perfection. Pour l’aider, nous pouvons, notamment, prendre soin de notre flore intestinale, prendre des vitamines, des minéraux et… méditer. En effet, les scientifiques affirment que la méditation augmente la production de cellules immunitaires.

Est-ce-que la méditation peut nous maintenir en bonne santé ?

Le corps se protège des virus et des organismes pathogènes en envoyant des troupes de cellules immunitaires dans le sang. Par réaction, des cellules anti-inflammatoires et des cellules tueuses naturelles nous aident à lutter contre les maladies et les infections en mettant en place un plan de protection et d’action. La méditation joue un rôle crucial au sein de notre organisme en fabriquant de nouvelles cellules. Par conséquent, l’augmentation de la quantité de cellules pourra booster nos défenses immunitaires en cas de besoin.

Les scientifiques ont également identifié les bienfaits de la méditation pour favoriser l’accélération de la guérison des plaies et la cicatrisation.

4/ Avoir un cœur en bonne santé

Ce n’est pas un hasard si nous avons associé le cœur au sentiment amoureux, car c’est lui qui nous fait « vibrer » pour assurer le fonctionnement de tout notre organisme.

Notre alimentation et notre rythme de vie ont des répercussions sur le bon fonctionnement de notre cœur. La méditation favorise également une meilleure santé cardiaque et augmente les chances de survivre à une crise cardiaque.

Est-ce-que méditer protège notre cœur ?

Les personnes qui souffrent de problèmes cardiaques peuvent réussir à ralentir leur rythme cardiaque de manière naturelle et sans effets secondaires en pratiquant la méditation.

De même, les personnes en bonne santé protègent également leur cœur en pratiquant la méditation. Une pratique régulière permet de réguler le rythme cardiaque, cela protège de l’arythmie. La méditation peut éviter la bradycardie (quand le cœur a tendance à battre trop lentement) ainsi que la tachycardie (lorsque le cœur bat de façon irrégulière).

J’ai fait un burn-out il y a quelques mois. J’avais un traitement pour l’hypertension et des anxiolytiques pour maîtriser mes nerfs qui étaient en pelote. J’ai également eu un souci qui a conduit au blocage de mon diaphragme en position haute, j’ai fini aux urgences suite à une crise d’anxiété. Petit à petit, j’ai commencé à pratiquer la méditation de pleine conscience. Je m’assois au calme. Je fais le vide dans ma tête sans même nécessairement fermer les yeux puis je me concentre sur ma respiration. En cas d’émotions élevées ou de pic de tension, avec une séance de méditation d’une dizaine de minutes, ma tension artérielle peut descendre de 16 à 13. Sauf en cas de grosse crise, je peux me passer d’anxiolytiques. Maintenant, je sais que mes pointes de tension étaient liées à des crises d’anxiété. Je surveille ma tension, et je ne prends presque plus mon traitement pour l’hypertension.

@philippe33600

5/ Mieux vieillir

En étudiant les cerveaux des méditants très pratiquants, les scientifiques ont réalisé que l’âge de leur cerveau était plus jeune que leur âge réel. L’écart entre ces deux âges peut même atteindre 8 ans.

Pouvons-nous ralentir les effets du temps ?

Freiner le vieillissement fait rêver de nombreux êtres humains, c’est pourquoi la publicité s’est emparée du sujet pour assurer la croissance économique de nombreuses marques, notamment en cosmétique. Même si les effets ne sont pas toujours concluants, des consommateurs sont prêts à investir de l’argent pour limiter les effets du temps sur leur peau.

On peut effectivement essayer d’agir sur les signes extérieurs de vieillesse, mais l’essentiel se trouve surtout à l’intérieur, au cœur de nos cellules. Elles sont composées de chromosomes qui sont protégés par des sortes de « capuchon » situés de chaque extrémité des chromosomes, il s’agit des télomères. Au cours de notre vie, les télomères raccourcissent, il s’agit d’un phénomène naturel et normal, mais qui a d’énormes conséquences sur notre santé. Lorsque les télomères deviennent trop courts, cela signifie que la cellule ne peut plus se développer et que notre patrimoine génétique se fragilise progressivement. Par exemple, nous constatons ces effets du temps par l’apparition de nos cheveux blancs et de nos rides.

Nous pouvons limiter le rétrécissement des télomères en pratiquant la méditation. En effet, de nombreuses études scientifiques affirment que la méditation joue un rôle déterminant pour maintenir la taille des télomères et ralentir le vieillissement cellulaire.

Découverte de la méditation de la pleine conscience

La pleine conscience consiste à être présent à l’expérience du moment que nous sommes en train de vivre, sans filtre (on accepte ce qui vient), sans jugement (on ne cherche pas si c’est bien ou mal, désirable ou non), et sans attente (on ne souhaite pas que quelque chose de précis arrive ou se passe).

Dr Jon Kabat-Zinn

Prenez-soin de garder à l’esprit que la méditation n’est pas synonyme de relaxation. S’accorder un moment de détente (sous la douche, lors d’un massage, devant un film…) est très différent d’une séance de méditation et ne permet pas de bénéficier des bienfaits de la pleine conscience. C’est pourquoi il est nécessaire de comprendre le fonctionnement de la méditation.

Monique Sallaz, Docteur en Neurosciences, coach professionnelle certifiée niveau 7 et praticienne Mindfulness, a suivi, il y a plusieurs années, un programme de huit semaines de pratique de méditation en pleine conscience. Les effets l’ont tellement émerveillée qu’elle a décidé de se former en tant que praticienne afin d’en faire profiter d’autres personnes. 

Pour une première séance en pleine conscience, elle vous conseille d’être accompagné. Vous pouvez suivre les indications d’une application mobile (ex : Insight Timer) ou celles des livres audio de Christophe André (il est médecin psychiatre et a été l’un des premiers à introduire l’usage de la méditation en psychothérapie) ou de Matthieu Ricard (il est docteur en génétique cellulaire, moine bouddhiste tibétain et l’interprète en français du dalaï-lama).

Monique Sallaz préconise également de choisir un endroit où l’on se sente bien et de déconnecter (éteindre son téléphone, prévenir ses proches pour éviter d’être dérangé…). Elle précise qu’il n’est pas nécessaire d’être en posture de lotus, cependant, il est important d’avoir le buste bien droit et les genoux en-dessous du niveau du bassin (restez au bord de la chaise, plutôt que de vous enfoncer au fond, vous verrez la différence). Vous pouvez agrémenter votre séance par divers éléments : une bougie, un parfum, une musique…mais ce n’est pas indispensable.

La méditation nécessite un vrai apprentissage, et surtout une pratique régulière. Il est préférable d’effectuer une séance de quinze minutes tous les jours plutôt qu’une seule séance de trois heures par mois.

Je pratique le yoga depuis 30 ans, mais pas tous les jours. Lorsque je médite, je me sens centrée, l’esprit calme et en paix. Il existe de nombreuses formes de méditation, par exemple, avec un support comme la flamme d’une bougie ou un arbre ou autre chose. La méditation dans laquelle on descend en soi nous permet de tourner le regard à l’intérieur et non plus à l’extérieur ou vers la surface, on n’observe plus rien, on s’abandonne simplement.

@fleursauvage

Aujourd’hui, la méditation est encouragée par certains médecins en complément d’un traitement médical. Dans certains cas, elle permet même de réduire ou d’arrêter la prise de médicaments. Il est également évident que la méditation pourra nous préserver de certaines maladies et nous aider à mieux affronter le déclin cognitif lié au vieillissement.

La possibilité de prolonger la vie encourage des scientifiques de la Silicon Valley à imaginer qu’ils pourront repousser les limites… jusqu’à l’immortalité. En attendant, écoutons nos sens et nos émotions et profitons des bienfaits de la méditation, tout simplement. D’ailleurs, vous pouvez rejoindre le « challenge méditation » lancé sur le forum d’Atypikoo.

Merci aux Atypikers d’avoir participé à cet article. Pour les autres, n’hésitez pas à partager avec nous en commentaire vos témoignages concernant la méditation et ses bienfaits.


Sources :

Aux origines de la méditation, France Culture
Documentaire, « Les étonnantes vertus de la méditation, arte
Documentaire « En bref », Netflix
Monique Sallaz, coach professionnel certifié individuel et d’équipe, Docteur en Neurosciences (Ph.D.) et praticienne Mindfulness (pleine conscience). https://zebrologieetcie.com

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux rencontres amicales / amoureuses / professionnelles entre adultes (sur)doués, Hauts Potentiels, Hypersensibles, Zèbres, Aspies, Hyper-fonctionnants...
Inscription gratuite
avataravataravataravataravataravataravataravataravatar

By Delphine

Auteure et script-doctor sur des projets de films et de séries, j’ai également envie de m’évader sur d’autres sujets, notamment le développement des sentiments amoureux, et la complexité de l’attirance entre êtres humains.

13 thoughts on “5 raisons pour vous donner envie de méditer


Laisser un commentaire

Trop intelligent pour être heureux ?!

En vous inscrivant sur Atypikoo, vous pourrez rejoindre une communauté bienveillante afin d'échanger avec d'autres atypiques qui vous ressemblent et vous comprennent. Alors ne soyez pas trop intelligent pour être heureux et rejoignez la communauté !

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux rencontres amicales / amoureuses / professionnelles entre adultes (sur)doués, Hauts Potentiels, Hypersensibles, Zèbres, Aspies, Hyper-fonctionnants...
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

 
Voir + de témoignages
close-link