Burn-out, stress et fatigue chronique : et si c’était les surrénales ?

La fatigue surrénalienne est un déséquilibre répandu et mal diagnostiqué dans nos sociétés occidentales modernes.

Ce manque de diagnostic tient au fait qu’elle touche simultanément plusieurs systèmes organiques et s’illustre par des troubles physiologiques et émotionnels variés qu’il est difficile de relier entre eux : difficultés à faire face au stress, burn-out, sommeil et libido en berne, dépression, manque de vitalité et d’énergie, prise de poids, mémoire qui flanche, fatigue récurrente…

On est en état d’épuisement surrénalien quand la capacité des glandes surrénales à fonctionner normalement diminue.

Cela se produit lorsque l’organisme est submergé par tout ou partie des facteurs suivants : du stress récurrent, des émotions envahissantes, une alimentation acidifiante, une hygiène de vie chargée en toxines environnementales, un sommeil non-réparateur et un manque d’activité physique.

Fatigue Surrenales

Comment fonctionnent les glandes surrénales ?

Les glandes surrénales sont des glandes endocrines situées juste au-dessus des reins : elles produisent les hormones du stress, les hormones sexuelles et contrôlent les réactions de l’organisme face au stress.

La base de leur fonctionnement débute avec l’hypophyse (glande située à la base du cerveau) qui vient libérer de l’ACTH (hormone adrénocorticotrope) qui stimule les surrénales à produire du cortisol (hormone du stress).

Les surrénales informent en retour l’hypophyse qu’elles font bien leur travail, ce qui permet un rétrocontrôle de leur propre production hormonale.

En cas d’épuisement surrénalien, le cortisol est produit de manière irrégulière et erratique ce qui génère une désinformation sur l’axe surrénales / hypophyse / hypothalamus.

Ce dysfonctionnement surrénalien crée un déséquilibre de l’hypophyse et de l’hypothalamus, ce qui entraîne une déficience dans la production de leurs hormones respectives et, par effet domino, un dysfonctionnement des hormones des autres glandes endocrines.

Causes et conséquences de l’épuisement des surrénales

En situation de stress chronique, physique ou émotionnel, l’hypothalamus synthétise de manière accrue la CRH (de l’anglais corticotropin-releasing hormone) qui va sur-stimuler la production d’ACTH par l’hypophyse.

Ce phénomène active les surrénales en continu, ce qui augmente de manière chronique le taux cortisol dans l’organisme : c’est le cercle vicieux de l’épuisement surrénalien.

Ce taux élevé de cortisol entraîne :

  • Une baisse de l’immunité
  • Une fatigue chronique
  • Une prise de poids
  • Des troubles de la fertilité
  • Des pertes de mémoire

Après une longue période de stress récurrent, les surrénales sont affaiblies car trop sollicitées. Il est difficile pour l’organisme de s’adapter à cet épuisement surrénalien car il s’est habitué à fonctionner en surrégime, ce qui aggrave le dysfonctionnement général et l’impact sur les autres glandes endocrines.

Impacts de la fatigue surrénale sur la thyroïde

L’épuisement surrénalien a des conséquences néfastes sur l’appareil thyroïdien : cette glande majeure du système endocrinien est responsable du métabolisme physiologique.

C’est la glande de l’adaptation par excellence car elle est essentielle pour réguler une quantité astronomique de processus organiques à l’aide des hormones qu’elle sécrète (T3 et T4).

Une thyroïde qui fonctionne bien dépend d’une hypophyse qui sécrète de la TSH (de l’anglais thyroid-stimulating hormone) de manière optimale.

C’est le cortisol produit par les surrénales qui déclenche la libération de TSH par l’hypophyse, et donc, la synthèse de la T3 et T4 par la thyroïde.

Quand ces hormones thyroïdiennes ne sont plus produites de manière équilibrée (du fait de la fatigue surrénalienne) on ressent les symptômes suivants :

  • Une prise de poids
  • Des troubles digestifs
  • Une fatigue accrue
  • Une libido en berne
  • Un cycle menstruel erratique
  • Un syndrome prémenstruel bien présent
  • Des difficultés à mémoriser et se concentrer

Impacts de la fatigue surrénale sur les glandes sexuelles

Chez les femmes

Lorsque le taux de cortisol est élevé du fait de la sur-stimulation des surrénales, le taux d’œstrogènes dans le sang diminue ce qui entraîne :

– Des cycles menstruels irréguliers
– Des kystes mammaires
– Des troubles de la fertilité
– Une ménopause précoce
– Des troubles du sommeil

Chez les hommes

Lorsque le taux de cortisol est élevé du fait de la sur-stimulation des surrénales, le taux de testostérone diminue.

Cela entraîne une baisse de la production de spermatozoïdes et donc des troubles de la fertilité.

Impacts de la fatigue surrénale sur la glycémie

L’homéostasie est l’équilibre global (émotionnel et physique) de l’organisme : c’est l’état que le corps et tous ses systèmes cherchent à maintenir constamment.

Dans cette optique, le système hormonal régule la glycémie (le taux de sucre dans le sang) grâce au pancréas : il sécrète du glucagon pour augmenter la glycémie et de l’insuline pour la diminuer.

Quand la glycémie augmente, le pancréas libère de l’insuline pour permettre au glucose de pénétrer dans les cellules afin d’y être métabolisé.

Cela a pour effet de diminuer le taux de glucose libre dans le sang : en retour, la glycémie baisse et l’insuline fait de même.

En situation passagère de stress physique ou émotionnel, le corps augmente la glycémie pour maintenir un taux élevé de sucre dans le sang afin de garantir sa rapidité de réaction en cas de situation à fuir.

Pour maintenir ce taux de sucre sanguin élevé, le cortisol que produisent les surrénales va bloquer la production d’insuline par le pancréas.

Mais si cette situation de stress se prolonge et devient chronique, le corps s’habitue à fonctionner avec un taux de cortisol élevé : les cellules deviennent moins sensibles à l’insuline et les risques de diabète augmentent.

Comment savoir si je souffre de fatigue des surrénales ?

En présence de plusieurs des déséquilibres suivants, il est possible que vous soyez sujet à un épuisement des surrénales :

Déséquilibres glandulaires : troubles de la fertilité, ménopause précoce, troubles de la thyroïde, hyperglycémie

Déséquilibres digestifs : pulsions sucrées et salées, ballonnements, gazs, aigreurs d’estomac, nausées, dyspepsie

Déséquilibres locomoteurs : contractions involontaires des muscles, problèmes de genoux, vertiges

Déséquilibres émotionnels : nervosité, fatigue, irritabilité, anxiété, souffle court, palpitations au stress

Déséquilibres du sommeil : difficultés pour s’endormir, sueurs nocturnes

Comment soulager naturellement l’épuisement surrénalien ?

Miser sur une alimentation hypotoxique et alcalinisante, créer un environnement sain pour un sommeil réparateur et pratiquer 30 min d’activité physique quotidienne sont 3 bases sur lesquelles agir pour soulager la fatigue surrénalienne.

Entrons maintenant dans le détail des autres piliers d’hygiène de vie essentiels dont vous disposez pour prendre soin de vos surrénales !

Apprivoiser son stress et ses émotions envahissantes

C’est le pilier le plus fondamental pour commencer à lutter contre la fatigue surrénalienne car toutes les habitudes que vous mettrez en place augmenteront votre résilience au stress, même après que vos surrénales soient rétablies.

Voici des ressources que vous pouvez facilement intégrer à votre quotidien, qui sont gratuites, qui prennent peu de temps et dont on ressent rapidement les bienfaits :

La cohérence cardiaque

Elle permet d’apprendre à contrôler sa respiration afin de réguler son stress et son anxiété : la respiration est la base de tout combat contre le stress car, sans une bonne oxygénation, l’organisme n’a pas les moyens de lutter.

D’autant que la plupart des gens utilisent seulement le haut de leur cage thoracique pour respirer, ce qui laisse de l’air vicié (car pas suffisamment renouvelé) dans le bas des poumons : c’est pourquoi la respiration abdominale est toujours à privilégier.

La cohérence cardiaque est un état particulier de la variabilité cardiaque (capacité qu’a le cœur à accélérer ou ralentir afin de s’adapter à son environnement).

Une des techniques les plus courantes est la méthode 365 :

– Inspirez profondément par le nez pendant 5 secondes en adoptant une respiration abdominale (en laissant le ventre se gonfler).

– Expirez profondément par la bouche pendant 5 secondes, toujours avec le ventre.

Un moyen mnémotechnique de retenir la technique de respiration 365 est : pratiquez 3 fois par jour, 6 respirations par minute, pendant 5 minutes.

La méditation

La méditation est une pratique mentale visant à produire la paix intérieure, l’apaisement progressif du mental ou une simple relaxation.

Méditer améliore :

– Le fonctionnement du système immunitaire
– La qualité du sommeil
– L’utilisation optimale de l’oxygène dans l’organisme

Méditer diminue :

– La pression artérielle et l’hypertension
– Le cholestérol
– La dépression et le stress
– Le vieillissement de l’organisme

Vous pouvez essayer de méditer en autonomie ou en vous aidant de l’application gratuite Petit Bambou qui est très bien conçue !

La sylvothérapie

Depuis les années 90, de nombreuses études scientifiques ont démontré que des marches régulières en forêt diminuent le niveau de stress et les émotions envahissantes. En retour, le taux de sérotonine, hormone du bonheur, augmente.

Une balade en forêt chaque week-end, que ce soit une randonnée ou un simple parcours de santé, est donc extrêmement bénéfique à l’harmonisation des émotions.

Pour vous inspirer dans vos choix de balades, vous trouverez sur le site et application Viso Rando des randonnées dans toute la France, filtrable par durée, technicité et géolocalisation.

Le yoga

Né il y a plus de 2000 ans en Inde le yoga a, au-delà de ses dizaines de bienfaits physiques, de nombreux impacts positifs sur notre esprit démontrés par la littérature scientifique :

  • Il participe à l’équilibre et l’harmonie de la relation corps/mental/esprit
  • Il favorise le sommeil et diminue le risque d’insomnie
  • Il augmente la concentration
  • Il développe une meilleure gestion du stress et de l’anxiété
  • Il harmonise les émotions
  • Il participe à l’équilibre et au bon fonctionnement de tous les systèmes du corps qui agissent sur nos états mentaux (digestif, cognitif, hormonal…)
  • Il fluidifie la circulation énergétique et dénoue les blocages émotionnels ancrés dans le corps

En fonction de votre chemin de vie, je vous encourage également à trouver un professionnel qui sera à même de vous accompagner dans la compréhension de vos blocages émotionnels et leur dénouement.

Il existe des dizaines de techniques efficaces : EFT, sophrologie, hypnose, kinésiologie… Je vous souhaite de trouver celle qui vous correspondra le mieux ainsi que le professionnel le plus adapté à vos besoins.

Faire le plein des vitamines, minéraux et oligo-éléments concernés par la fatigue surrénalienne

Les vitamines B8 et B5 sont stockées dans les surrénales : quand ces dernières sont affaiblies, le stock de B8 / B5 s’épuise. Il faut donc y prêter attention pour ne pas creuser de carences.

Où trouver la vitamine B8 dans l’alimentation ?

Foie de volaille, foie de morue, poulet, dinde, canard, pintade, oeufs, levure de bière, céréales complètes, poissons et fruits de mer, chocolat, légumineuses, fruits secs, banane, groseille, orange, fraise, pomme, tous les choux, champignons, tomate, épinards, carotte, soja et ses dérivés.

Où trouver la vitamine B5 dans l’alimentation ?

Foie de volaille, foie de morue, poulet, dinde, canard, pintade, oeufs, levure de bière, céréales complètes, poissons et fruits de mer, légumineuses, champignons, légumes verts.

Une complémentation adaptée peut être envisagée suivant votre profil avec l’aide de votre naturopathe.

Le magnésium est un excellent anti-stress naturel. Le problème ? Au moindre coup de stress, ses réserves sont évacuées dans les urines.

On perd donc sa protection et, du même coup, on creuse une carence qui génère davantage de stress : c’est le cercle vicieux du magnésium. A surveiller avec attention pour stopper l’épuisement surrénalien !

Où trouver le magnésium dans l’alimentation ?

Chocolat noir >70%, soja et ses dérivés, haricots secs, tous les oléagineux, épinards, lentilles, germe de blé, pommes de terre, sardines, fruits de mer, sarrasin, avoine, riz brun, seigle, cassis, figue, banane, cumin, coriandre, sésame, curry, gingembre, levure de bière.

Une complémentation adaptée peut être envisagée suivant votre profil avec l’aide de votre naturopathe.

Hors épuisement surrénalien, la majorité des occidentaux sont carencés en zinc et en sélénium : ces deux oligo-éléments sont essentiels dans le rétablissement du système surrénalien.

Ce sont également des protecteurs de la thyroïde dont le fonctionnement est mis à mal par l’affaiblissement des surrénales.

Où trouver le zinc dans l’alimentation ?

Huîtres, fruits de mer, langouste cuite à l’eau, thym sec, veau, boeuf, agneau, crabe, germe de blé, sésame, homard cuit à l’eau, poulet, shiitake, légumineuses, graines de courge.

Où trouver le sélénium dans l’alimentation ?

Noix du Brésil, huîtres, thon, dinde, poulet, harengs, sardines, palourdes, shiitake, crabe, saumon, crevette, germe de blé.

Une complémentation adaptée peut être envisagée suivant votre profil avec l’aide de votre naturopathe.

Miser sur l’aromathérapie pour renforcer les surrénales

Les huiles essentielles qui protègent les surrénales sont le ravintsara, le pin sylvestre et l’épinette noire.

Leur usage n’est pas à prendre à la légère car leurs principes actifs sont très puissants : il faut donc déterminer avec un professionnel compétent quelle utilisation, posologie, dilution et durée de cure sera adaptée à votre profil et vos besoins.

Achetez toujours des huiles essentielles biologiques et testez une goutte sur le pli de votre coude pendant 12h avant toute utilisation prolongée pour éliminer les risques d’allergie.

L’huile essentielle de Ravintsara

On peut l’utiliser par voie cutanée (toujours diluée), olfactive et orale.
Elle est interdite aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 7 ans.

L’huile essentielle de Pin Sylvestre

On peut l’utiliser par voie cutanée (toujours diluée) et olfactive.
Elle est interdite aux enfants de moins de 6 ans.

L’huile essentielle d’Epinette Noire

On peut l’utiliser par voie cutanée, toujours diluée à 15% avec une huile végétale. Elle est interdite aux personnes souffrant d’hypothyroïdie.

Découvrir le pouvoir des bourgeons pour sortir de l’épuisement surrénalien

La gemmothérapie est une branche formidable de la phytothérapie : elle consiste à récolter les plantes à l’état de bourgeons, là où elles renferment toute leur puissance et leurs principes actifs pour renaître et se développer avec force et vitalité.

Les bourgeons sont remarquablement efficaces pour accompagner une myriade de déséquilibres mais celui de cassis est particulièrement adapté pour renforcer les surrénales.

Il stimule la production de cortisol, ce qui régule son aspect erratique, et réactive les surrénales, ce qui soulage la fatigue chronique.

Tonifiant et anti-inflammatoire puissant, il est donc plutôt à prendre le matin ou le midi pour éviter de perturber le sommeil et n’est pas autorisé en cas de traitement diurétique.

Tout comme l’ensemble des soutiens naturels, ces modalités sont à déterminer avec un professionnel compétent en fonction de votre profil qui est unique !

Trouver la plante adaptogène adaptée à votre profil

Les plantes adaptogènes normalisent les réactions de l’organisme face au stress, rééquilibrent l’axe surrénales / hypophyse / hypothalamus et augmentent notre résilience aux facteurs de stress chronique qui jalonnent le quotidien.

En parallèle de ces bienfaits sur le déséquilibre surrénalien, elles :

  • Renforcent le système immunitaire
  • Augmentent la vitalité
  • Restaurent l’équilibre hormonal
  • Soulagent la fatigue et l’anxiété
  • Améliorent la performance mentale, l’endurance physique, la fertilité, la circulation
  • Calment les excès d’un système en hyperfonctionnement
  • Stimulent les déficiences d’un système en hypofonctionnement

Toutes les plantes adaptogènes citées dans cet article génèrent ces bienfaits et sont adaptées pour sortir de l’épuisement surrénalien : je n’aborde donc plus en détails que leurs interdictions, interactions et effets secondaires éventuels.

Le Ginseng

Il n’est pas autorisé pour la femme enceinte, allaitante, l’enfant, les personnes souffrant d’hypertension artérielle, depsychose et de diabète et aux personnes ayant récemment subi une transplantation d’organe ou devant en subir une prochainement.

Il augmente l’effet des aliments, plantes et suppléments aux propriétés stimulantes (café, thé, guarana, chocolat…) et hypoglycémiantes (psyllium, fenugrec…).

Il interagit avec les traitements anticoagulants, hypoglycémiants, stimulants du système nerveux central et les antidépresseurs de type inhibiteurs de la monoamine-oxydase.

L’Ashwagandha

Consommée à forte dose, elle peut avoir un effet hypnotique et agir comme un sédatif léger sur l’organisme, provoquant la somnolence.

Elle n’est pas autorisée aux femmes enceintes, allaitantes, enfants, personnes souffrant d’hyperthyroïdie, d’hémochromatose (excès de fer) et ayant récemment subi une transplantation d’organe ou devant en subir une prochainement.

Elle interagit avec les traitements sédatifs, barbituriques et anxiolytiques.

L’Eleuthérocoque

Elle est interdite aux diabétiques, femmes enceintes, allaitantes, enfants de moins de 12 ans et aux personnes ayant récemment subi une transplantation d’organe ou devant en subir une prochainement.

Elle augmente l’effet des aliments, plantes et suppléments aux propriétés stimulantes (café, thé, guarana, chocolat…).

Elle interagit avec les traitements anticoagulants et ne doit pas être utilisée pendant plus de 3 mois consécutifs.

La Rhodiole

Elle est interdite aux femmes enceintes et allaitantes, en cas de troubles bipolaires et aux personnes ayant récemment subi une transplantation d’organe ou devant en subir une prochainement.

Un avis médical est requis pour les personnes sous traitement hormonal contraceptif, antidépresseur ou anti-rétroviraux.

Il faut éviter de la prendre le soir afin de ne pas perturber le sommeil.

La Réglisse

Elle peut être toxique à forte dose : il faut donc se fier à la posologie indiquée par le professionnel qui vous accompagne et ne pas dépasser 6 semaines d’utilisation.

Elle est interdite en cas de grossesse, troubles cardiovasculaires, diabète de type 1, maladies rénales et hépatiques, faible taux de potassium et aux personnes ayant récemment subi une transplantation d’organe ou devant en subir une prochainement.

Elle interagit avec les traitements laxatifs, diurétiques, ceux qui influent sur la tension artérielle, ceux qui contiennent de la digitaline et ses dérivés, les corticostéroïdes et les contraceptifs oraux.

J’espère que ce dossier vous aidera à mieux comprendre le fonctionnement des surrénales dont il nous faut prendre soin avec attention dans nos sociétés qui ont tendance à construire le quotidien sur des facteurs de stress.

L’ensemble de ces informations n’a aucune visée médicale et est simplement destiné au mieux-être, cet article ne remplace pas une consultation avec votre professionnel de santé ou un accompagnement naturopathique personnalisé.

Marion Garrido
Praticienne en Hygiène de Vie & Naturopathie


Site web : https://mariongarrido.fr/
Instagram : https://www.instagram.com/mariongarrido_/
Facebook : https://www.facebook.com/mariongarridonaturopathie

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux neuroatypiques : Hypersensibles • Haut Potentiels Intellectuels (HPI) • Aspies.

Que ce soit pour des rencontres amicales, des rencontres amoureuses ou des rencontres professionnelles, Atypikoo vous permet d'échanger avec d'autres adultes atypiques dans toute la France et les pays francophones (Suisse, Belgique, Canada).
Inscription gratuite
avatar

By Marion

Marion est Praticienne en Hygiène de Vie & Naturopathie, spécialisée dans l’accompagnement des TSA. Elle consulte en cabinet à Glun (Ardèche) et à distance. Elle organise des retraites spirituelles et naturopathiques et intervient dans le cadre de conférences et d'ateliers en entreprise et dans les institutions en lien avec les TSA.

5 thoughts on “Burn-out, stress et fatigue chronique : et si c’était les surrénales ?

  • stavro

    Le sommeil!!!! Connaitre ses périodes d’activités dans la journée (être du soir ou du matin) et adapter ses activités selon ce rythme. Dormir et manger à heures fixes sans écran déclenchera un pic de cortisol de réveil toujours au même moment! de la régularité!

    avatar
    • Marion

      En effet 🙂 Ainsi que dormir dans une chambre chauffée à max 18° et aérée tous les jours. L’idéal est de dormir 8h par nuit pour atteindre un sommeil véritablement réparateur mais il faut adapter cette durée à tous les profils (certaines personnes sont de petits ou de gros dormeurs de manière innée !)

      avatar
  • MARIE

    Merci pour cet article!

  • Maryvonne

    Article très intéressant et bien détaillé au niveau de la physiologie. Je comprend mieux pourquoi j’ai souvent envie de manger des huitres ou d’autres aliments spécifiques. Je me complémente en magnésium + vit B et en vitamine D régulièrement sur les conseils de ma psychologue. j’ai tendance à boire du thé vert régulièrement dans la journée et je ne sais pas si c’est très bénéfique pour ma santé. Le tilleul du soir est dans mes habitudes relaxante aussi.

    • David

      Merci pour l’article.

      Toutefois j’ai un certain doute sur la partie du régime alcalin.

      C’est pas de la pseudo-science ça ?
      L’homéostasie régule notre ph sanguin et les aliments n’ont pas vraiment d’impact sur ce PH et heureusement car une acidose ou une alcalose c’est direction l’hôpital.

      Ca ne remet pas en cause le reste de manger sainement d’avoir un bon rythme de sommeil et de pratiquer de l’exercice physique bien évidemment.

      Je me posais juste la question de la pertinence du régime alcalin dans ce cas.


Laisser un commentaire

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

 

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux neuroatypiques : Hypersensibles • Haut Potentiels Intellectuels (HPI) • Aspies.

Que ce soit pour des rencontres amicales, des rencontres amoureuses ou des rencontres professionnelles, Atypikoo vous permet d'échanger avec d'autres adultes atypiques dans toute la France et les pays francophones (Suisse, Belgique, Canada).
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

« Un nouveau réseau social qui émerge, avec la volonté de réellement lier les gens entre eux, et de faire savoir aux atypiques qu’ils ne sont pas les seuls à l’être. »

 
Rejoignez la communauté
close-link