Les 10 formes d’intelligence

Les différentes formes d’intelligences

Dans un monde où tout est mesurable, quantifiable et hiérarchisé, le mystère de l’intelligence humaine fascine et est l’objet de nombreuses interprétations et théories.

L’intelligence, faculté de connaitre et de comprendre, mais aussi de s’adapter et de ressentir, varie d’un individu à l’autre, est relative et difficile à mesurer.

Pourtant, dans nos sociétés normées, nous avons besoin de repères et de reconnaissances. Nous avons besoin de comprendre les échecs et les réussites de chacun. Étrangement, il est bien plus facile d’évaluer nos lacunes plutôt que nos facultés, mais malgré les efforts d’objectivités, les évaluations sont toutes inévitablement basées et classées selon les critères d’exigences que le fonctionnement de nos sociétés nous impose.

Rappel historique du QI

Au cours du XIXe siècle, de nombreux chercheurs s’intéressent à l’intelligence et tentent d’en comprendre les mécanismes, notamment au travers des capacités inégales d’apprentissages des élèves.

Les premières tentatives d’évaluations de l’intelligence se font sur des étudiants, en 1890 par l’Américain McKeen Catell « the mental test » afin de mesurer par une série d’épreuves les différentes les aptitudes des étudiants.

Le psychologue Allemand William Stern est l’initiateur du calcul du quotient intellectuel. Conçu pour évaluer les enfants, ce QI est le rapport entre l’âge mental et l’âge réel (chronologique) multiplié par 100, et n’est donc pas adapté pour mesurer l’intelligence des adultes.

La première échelle d’intelligence de référence fut publiée en 1905 par les Français Alfred Binet et Théodore Simon à la demande de l’Etat dans le but de détecter les élèves ayant de faibles capacités scolaires, ce premier test est nommé le « Test de Binet et Simon ».

Le QI « standard » utilisé pour les adultes est calculé de manière différente. Par les tests de David Wechsler qui utilise une courbe type, la courbe de Gauss, sur laquelle est étalonné le test. La moyenne étant fixé à 100.

Le facteur G (générale) mit en évidence par le psychologue Charles Spearman, représente les performances globales de bases.

En 1939, l’américain Louis Leon Thustone remet en cause la thèse du facteur G, en multipliant les facteurs. Sept facteurs sont déterminés : facteur spatiale, facteur de perception, facteur verbal, facteur lexical, facteur mémoire, facteur numérique, facteur de raisonnement.

Les recherches et les moyens technologiques évoluant, d’autres tests plus sophistiqués sont apparus, plus précis et qui réunissent les deux modèles.

L’intelligence cristallisée et l’intelligence fluide

La théorie de Cattell-Horn-Carolle, qui tient son nom des trois psychologues Raymond Catell, John L.Horn et John Bissell Carroll, est une évaluation plus large et hiérarchique, modèle actuellement reconnu et utilisé pour l’approche psychométrique, ayant comme socle le facteur G et un éventail pyramidal d’habilités cognitives humaines. Intelligence classée en strates avec deux catégories principales :

  • l’intelligence cristallisée qui représente la connaissance acquise et maîtrisée, que l’on peut transmettre.
  • l’intelligence fluide qui est la capacité de raisonner, d’utiliser les informations familières pour résoudre des problèmes.

Ces aptitudes sont divisées en degrés d’habilitées motrices, de perceptions, d’attentions, de connaissances, de vitesses et chacune d’entre elles divisées en catégories encore plus affinées.

En 1946, René Zazzo, spécialiste Français de la psychologie de l’enfant, suite à une étude de cas sur une enfant ayant une défaillance des capacités cognitives spatiales due à un accident et mettant en cause la capacité de cette personne à lire, parlera des intelligences, et non de l’intelligence, puisqu’elles sont indépendantes les unes des autres.

Les formes d’intelligence de Gardner

Dans cette même optique le psychologue américain Howard Gardner développe la théorie des intelligences multiples. Ses travaux de recherche en éducation ont été effectués auprès d’enfants ayant des déficiences cérébrales et privés de certaines facultés intellectuelles mais capable d’en accomplir d’autres. Egalement auprès d’enfants autistes qui malgré leur handicap sont capable pour certains de reproduire par exemple un concerto de musique après une simple écoute ou le dessin détaillé d’un paysage dans les moindres détails après l’avoir regardé une seule fois. Il en déduit qu’il existe bien une multitude de formes d’intelligences indépendantes les unes des autres.

Dans les années 2000 ses ouvrages influencent les milieux éducatifs et permettent une nouvelle vision de l’enseignement. Une approche plus positive de l’apprentissage. Les enfants pour qui divers champs peuvent redevenir possible malgré leurs faiblesses dans certains domaines.

Gardner distingue initialement 7 types d’intelligence :

1. Linguistique

Capacité et aisance à manier le langage et les lettres. L’intelligence linguistique est la plus valorisé à l’école au côté de l’intelligence logico-mathématique qui est le socle incontournable de l’enseignement scolaire. Les deux étant complémentaires pour résoudre ou énoncer un problème. La maitrise de la rhétorique est un atout puissant qui permet de nuancer les idées, les mettre forme et les transmettre avec précision. La maitrise du langage permet aussi une meilleure appréhension de la logique grammaticale et facilite l’apprentissage des langues étrangères.

Ces aptitudes sont indispensables dans les professions des lettres, les avocats, les poètes, écrivains, journalistes, orateurs, et tous les métiers qui nécessitent de formuler des idées, des pensées ou l’utilisation de son imagination, à l’oral comme à l’écrit.

2. Musicale

Intelligence des musiciens et compositeurs. Capacité de comprendre, ressentir, mémoriser, interpréter, créer ou apprécier la musique et les rythmes.

3. Logico-mathématique

Capacité à résoudre des problèmes abstraits de logique ou de mathématique, de calculer et catégoriser. Manipuler les chiffres avec aisance, émettre des hypothèses, comprendre des phénomènes complexes. L’intelligence logico-mathématique est valorisée en occident en particulier au sein de l’enseignement. 

4. Spatiale

Sens de l’espace, de l’architecture et de l’environnement spatiale. Cette capacité de représentation spatiale permet des représentations mentales virtuelles fines, une mémoire visuelle de haute qualité et permet des facultés créatives dans les domaines artistiques, comme la sculpture, la photographie, la peinture, la géographie.

5. Kinesthésique

Habilités physique et intelligence du corps. Capacité à utiliser son corps comme moyen d’expression. Par le sport, la danse, le théâtre, mais aussi par la motricité fine, les artisans, les bijoutiers mais également les chirurgiens.

6. Intrapersonnelle

Intelligence de l’introspection, de l’auto analyse, qui permet une bonne connaissance de soi. Analyse de ses pensées, ses comportements, ses émotions, connaitre ses limites et ses forces. L’intelligence intrapersonnelle est utilisée dans les métiers de la psychologie, la psychiatrie, les métiers du conseil où sont sollicitées les capacités d’analyses fines des sensibilités et les émotions.

7. Interpersonnelle

Intelligence fine et aiguisée pour comprendre les autres, anticiper, avoir de l’empathie, de la tolérance. Etre à l’écoute des autres, être sensible aux réactions et aux besoins de son entourage. L’intelligence interpersonnelle permet à l’individu de détecter les sous-entendus des relations sociales, favorise les coopérations et l’analyser des interactions. Elle est celle des leaders, des enseignants et également des commerçants.

Gardner ajoute ultérieurement les intelligences :

8. Naturaliste

Etre sensible au vivant et a son environnement. L’intelligence naturaliste est celle de l’observation, la capacité de reconnaitre et de classer tout ce qui compose l’environnement naturel, la faune et la flore mais également l’univers culturel qui nous entoure.

9. Existentielle

Aptitude à se questionner sur l’essence et l’origine de l’existence et des choses. L’intelligence existentielle n’est pas considérée par Gardner comme une intelligence à part entière mais elle permet des aptitudes spirituelles développées et une sensibilité morale.

En 2015, cette théorie des sept types d’intelligence est validée par les neurosciences et l’imagerie cérébrale.

(Sauf l’intelligence naturaliste et existentielle).

Cette découverte bouleverse la définition même de l’intelligence et fait tomber de son piédestal la toute puissante intelligence logico-mathématique que Piaget avait placé comme socle incontournable et suprême des apprentissages scolaires, nécessaire et indispensable critère de réussite et de performances.

Les 7 formes d’intelligence, ne sont pas classées de façon hiérarchique selon leur importance. Mais c’est peut-être préférable.

Pourtant le fonctionnement de notre société nous impose, de façon inévitable, un classement pyramidal. Une personne ayant une aptitude particulière à la musique, sauf s’il devient musicien de talent et puisse vivre de son art, aura bien plus de difficulté à s’élever dans la société, d’y trouver sa place, et réussir socialement qu’une autre ayant une intelligence linguistique ou logico-mathématique plus développée. Pourtant, à contrario, une personne avec une intelligence logico-mathématique très développée, réussira brillamment des études scientifiques mais pourrait être incapable de gérer des relations sociales.

Autrement dit, il ne s’agit plus de détecter qui est plus intelligent, mais d’identifier l’intelligence dominante de chacun.

La théorie de Piaget est à l’image de la structure, du fonctionnement et des exigences de nos sociétés occidentales. La logique froide et mathématique, nettoyée d’intuition, de transmission implicite et sociale, incarne « l’intelligence » comme un modèle universel et valorisé à l’excès.

Cette dernière décennie sera celle qui ramènera les humains vers une vision plus équilibrée de l’intelligence. Sans pour autant renier l’évidente utilité et l’importance de la rigueur des sciences mathématiques, donner une place à de toutes les autres formes d’intelligence, les valoriser, permettre aux enfants de les développer lors de leur cursus scolaire afin de leur ouvrir les portes de la réussite dans les domaines qui leurs sont possible.

Ainsi, le système scolaire classique est remis en question, les matières elles-mêmes imposées comme « principales » et qualifiantes pour tous, deviennent discriminantes envers les enfants ayant une intelligence dominante différente du pilier logico-mathématique.

Un enfant ou un adulte peut être surdoué tout en ayant un résultat moyen au test de QI car celui-ci n’évalue pas toutes les formes d’intelligence. Le surdoué, excellent en tout est un mythe. De la même façon un enfant en difficultés scolaires n’est pas forcément un enfant moins intelligent que les autres bien au contraire, il est peut-être surdoué ailleurs.

Le nouveau challenge de l’école sera donc d’adapter l’enseignement aux différentes formes d’intelligence.

Mais ce n’est pas tout…

Il existe une autre forme d’intelligence, mystérieuse et longtemps niée, n’ayant aucun sens autrefois pour les scientifiques, elle est aujourd’hui reconnue comme extrêmement puissante. L’intelligence intuitive ou intuition. Elle échappe à toute explication et raisonnement logique, mais pourtant nous livre des clés, nous oriente, nous donne des indications, nous guide de façon surprenante, pertinente et est bien supérieure à nos facultés de raisonnements. Pour la développer nous devons justement être capable de mettre à l’écart toutes les autres intelligences qui interfèrent, la masquent et la perturbent. Comme le disait l’éminent Henri Poincaré :

C’est avec la logique que nous prouvons et avec l’intuition que nous trouvons.

Henri Poincaré

L’intelligence intuitive est encore bien plus difficile à évaluer, son développement dépend de nos facultés de dissociations des différentes intelligences, afin d’être à l’écoute de nous-même, de nos ressentis, réceptifs aux signaux et aux codes de celle-ci.

L’intuition est innée et naturelle chez les enfants, donnons-leur la possibilité de la conserver, de ne pas l’éteindre et la faire taire par l’éducation logique et rationnel qui domine nos sociétés.

Et vous, utilisez vous votre intuition ? Quelle type d’intelligence possédez vous ? 

L’esprit intuitif est un don sacré et l’esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don.

A. Einstein

Sources :

www.science-et-vie.com/questions-reponses/chaque-individu-est-il-intelligent-a-sa-facon-10629
www.cerveauetpsycho.fr/sd/psychologie/plusieurs-intelligences-detectees-dans-le-cerveau-8386.php
fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_intelligences_multiples
nospensees.fr/modele-dintelligence-de-cattell-lintelligence-fluide-cristallisee/
howardgardner01.files.wordpress.com/2015/04/cerveau_psycho_mars_avril_2015.pdf

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux rencontres amicales / amoureuses / professionnelles entre adultes (sur)doués, Hauts Potentiels, Hypersensibles, Zèbres, Aspies, Hyper-fonctionnants...
Inscription gratuite
avataravataravataravataravataravataravataravataravataravatar

By Karine

Naturopathe, sophrologue et également mère de quatre enfants, je suis passionnée de science humaines, d’arts et de lettres. Je suis engagée et militante dans plusieurs combats de société pour participer à mon niveau à la rendre plus juste et véhiculer la bienveillance. J’ai depuis peu découvert la piste du Haut Potentiel qui m’a éclairé sur moi-même de façon assez spectaculaire et à considérablement changé ma vie.

24 thoughts on “Les 10 formes d’intelligence

  • Yann

    Bonjour,
    Belle synthèse, merci
    Je suis curieux de sources pour « En 2015, cette théorie des sept types d’intelligences est validée par les neurosciences et l’imagerie cérébrale. »
    Les avez-vous ?
    Merci

  • David • Admin

    Et maintenant il y a l’intelligence artificielle qui peut-être, un jour, dépassera celle(s) de l’homme…

    avatar
    • Karine

      Oui exactement, sauf l’intuition , quoi que ….sait on jamais …

    • roald

      l’IA n’est actuellement que de la correlation statistique pure et dure, pas d’intelligence (sauf a demontrer que l’intelligence est de la statistique interne gere par nos neurones & Cie ce qui n’est pas le casactuellement mais cela pourrait l’etre/Être)

      avataravatar
  • Joe

    Merci pour ce tour d’horizon

  • Joe

    J’aimerais savoir car on voit les différents types d’intelligence
    si y a des travaux sur les fonctionnements internes d’une intelligence « coopératives » entre l’ensemble de ces facettes de l’intelligence, ou n’y a t-il pas encore de travaux ou
    d’étude la dessus, je voulais aussi savoir également s’il était fait mention d’intelligence « collaborative » ou encore d’intelligence « instinctive » car çà me semble aussi différent encore de l’intuition, sont elles inclues dans les intelligences déjà mentionnées?

    • Joe

      ou même créatrices, imaginatives etc…

    • Karine

      Il y a l’intelligence intra personnelle et interpersonnelle expliquées dans l’article qui est en rapport avec les points dont vous parlez.

  • Françoise

    Merci pour cet article très éclairant. Je me découvre 7 à 8 de ces intelligences !!!
    Oui, l’intuition est très fortement présente pour moi… car capacité à comprendre vite et à ressentir les situations par anticipation. Et depuis que je sais (depuis peu) que c’est une compétence de certains zèbres, j’y suis attentive.
    C’est presque de la prémonition. Il m’arrive de faire des rêves dans ce sens. Ex : mon cerveau « croise » en dormant des informations entendues dans la journée, avec des informations que j’ai en mémoire lointaine et… le lendemain, je découvre dans la presse une information qui correspond à ce sujet ! Je prends des notes pour mieux me comprendre…

  • Anita

    Merci pour ce partage très intéressant , j’aime beaucoup l’idée de développer le sujet . Et j’aurais envie d’ajouter l’effet amplificateur d’être proche d’une personne avec la même longueur d’onde , ainsi que par un groupe ensuite …. Ce n’est pas pour rien que des recherches sont faites dans ce domaine et surtout que c’est aussi une des recherches pour des scientifiques pas que bien intentionnés …. Ce qui sous entends que c’est délicat d’un certain point de vue !

  • Thibaud

    Bien le bonjour.

    J’ai presque eu l’impression de relire un de mes cours de psycho, beau travail. 🙂

    Juste, je reconnais que le test de QI ne permet pas d’évaluer toutes les formes d’intelligences. Mais de là à aller dire qu’on peut être à 100 et surdoué, je ne suis clairement pas d’accord. Et c’est un propos que je trouve dangereux.

    Du reste, je suis perplexe vis à vis de l’intuition. Quelles sont les sources ?

    • Karine

      Ce n’est pas du tout écrit qu’avec un Qi 100 on pouvait être considéré surdoué…

    • Thibaud

      « Un enfant ou un adulte peut être surdoué tout en ayant un résultat moyen au test de QI »
      Il faudra alors m’expliquer cette phrase.

    • Karine

      Concernant l’intuition il y a beaucoup d’études je vous donnerai mes sources demain c’est dans mon ordi.
      Mais Regardez sur internet le Nouveau Centre d’étude sur l’intuition .
      https://www.iris-ic.com/

      Également les travaux du physicien Philippe Guillemant.

      La science et la spiritualité se réconcilient ces dernières années.

      Mais nous avons tous fait l’expérience de l’intuition avons nous vraiment besoin des validations scientifiques pour y croire?

      En tout cas , aujourd’hui C’est un sujet d’études très sérieuses.

    • Karine

      Pour évaluer si une personne est hp
      Ou pas , une évaluation complète doit être faite. Le problème du test classique de Qi seul est qu’il évalue seulement l’intelligence logico mathématique.
      La démonstration ici des différents types d’intelligence montre qu’il faut faire une synthèse de tout ceci pour que l’évaluation soit représentative.
      C’est vrai que la phrase n’est pas claire vous avez raison .

  • Christophe

    A titre personnel, 𝑒𝑡 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑜𝑢𝑣𝑟𝑖𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑑𝑖𝑠𝑐𝑢𝑠𝑠𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑠𝑢𝑟 𝑐𝑒 𝑝𝑜𝑖𝑛𝑡, j’ai quelques réserves sur les intelligences dites « naturalistes » et « existentielles ».
    Pour l’intelligence existentielle et pour aller vite (cf le présent format), celle-ci se rattache d ‘abord et surtout à la conscience. Laquelle ne pourrait exister sans une « vraie » intelligence mais je considère cela comme une forme d’amalgame.
    Ca se discute 🙂
    Quant à l’intelligence naturaliste, c’est plus complexe.
    Encore une fois un peu vite : ca fait un peu « catégorie fourre tout » en mode « mot valise ».
    La sensibilité au vivant se « repartirait » ainsi entre « intelligence intra-personnelle » et intelligence inter-personnelle » : je pense pour ma part à d’une « forme d’exclusion du monde animal/végétal » avec ces 2 catégories au profit d’un modèle auto-centré sur l’homme.
    Et je dis pas, chuis loin d’être végan…
    My 2 cents 🙂

  • Thibaud

    Idem, je suis pas d’accord. Il y a plus que le logico-mathématique d’évalué, la linguistique joue aussi sa part, ainsi que la spatiale, entre autres.
    https://comprendrelautisme.com/les-tests/la-wais-4/
    http://wiki.zebras-crossing.org/doku.php?id=articles:wais

    Du reste, je suis d’accord sur le fait qu’il serait bien que les tests mesurent les autres formes d’intelligences. Mais, hélas, c’est compliqué et long à faire… :/

    avataravatar
  • Stéphane

    Merci Karine pour cette synthèse ^^

    Cependant, attention de ne pas vouloir justifier de manière scientifique des éléments qui relève de la croyance, de l’intuition irrationnelle voire de l’illusion pseudo-scientifique. L’intuition dont ne parlent surtout pas Poincaré et Einstein est justement l’intuition irrationnelle, croire en quelque-chose de supérieur et d’inexplicable, d’où ce besoin incessant de vouloir l’expliquer avec des « preuves » scientifiques pour se rassurer quand à la vérité absolue de nos croyances (cela s’apparente à de la religion). Eux introduise la notion d’intuition au sens mathématique, à savoir déduire sans preuves préalables les mécanismes sous-jacents des équations et modèles expliquant le monde physique afin d’en trouver les preuves formelles à posteriori).

    La science ne sert surtout pas à justifier les croyances, c’est un biais cognitif dangereux. Car quand vous dites :
    « La science et la spiritualité se réconcilient ces dernières années.
    Mais nous avons tous fait l’expérience de l’intuition avons nous vraiment besoin des validations scientifiques pour y croire? »
    Vous tentez de faire rejoindre deux choses n’ayant aucun point en commun, que ce soit dans leur forme que dans le fond qu’elle véhiculent. La science ne prouve rien et ne sert surtout pas à confirmer des croyances, elle affirme des vérités absolues, qui elles sont prouvées mathématiquement. Elle propose des outils formels inutilisables dans le champs spéculatif et spirituel.

    Il n’en reste pas moins que l’intuition irrationnelle vécue individuellement est d’une importance capitale dans notre appréhension de la réalité. C’est NOTRE moyen de comprendre selon nos possibilités intellectuelles ce qui nous entoure et cela ne saurait être généralisé entre individu.

    avatar
    • Karine

      Stéphane,
      Je pensais la même chose il y a peu de temps encore car notre génération a été façonnée par les vérités scientifiques de notre époque. (J’exclus dans mon propos toute idée de croyance ou de religion)
      Chaque époque a sa propre vérité scientifique. Nous savons, et les scientifiques nous le disent , que la science évoluant chaque jour , les nouvelles données parfois contredisent et annulent les précédentes qui pourtant en leur temps étaient incontestables d’un point de vue scientifique. Aujourd’hui par exemple la physique quantique a bouleversé la pensée scientifiques entre autre sur la matière, c’est scientifiquement reconnu que le matérialisme scientifique est remis en cause et que tout est énergie. Notre vision de notre environnement est à la mesure des capacités de notre perception. La physique quantique nous le dit, la matière est une illusion et tout est énergie.
      Ces énergies sont des informations. Aujourd’hui de nombreux physiciens étudient l’influence de la charge de ces informations sur nous. Et les travaux sur l’intuition prennent leurs sens , et évoluent. Il ne s’agit pas de croyances pseudo scientifiques , il s’agit de nouvelles perspectives scientifiques, assez étonnantes mais qui prennent sens avec toutes les nouvelles données de la physique quantique.
      Je pense qu’en parler n’est pas irrationnel et les physiciens eux mêmes reconnaissent qu’ils n’arrivent pas à tout expliquer par les équations, les recherches sur les différents niveaux de consciences sont intéressants aussi car ils réconcilient un peu la science et la spiritualité (pas la religion) dans le sens où nous nous détachons de plus en plus du matérialisme scientifique qui opposait les deux .

      avatar
  • Stéphane

    Je comprends ce point de vue, l’échange est d’ailleurs très intéressant (peut-être en faire un post même)… cependant,

    Attention avec la physique quantique, c’est en général un fourre-tout philosophique quand on veut amener la spiritualité vers la science (les exemples sont légions). La physique quantique n’est PAS la réduction de la matière en tant qu’énergie. La physique quantique étudie justement la matière et ses interactions. C’est par contre Einstein qui a formalisé le pont entre matière et énergie par la célèbre équation e=mc² (Poincaré en partie avant lui sans l’aboutir), ce n’était pas un partisan de la physique quantique d’ailleurs (« dieu ne joue pas au dés » selon lui, car la physique quantique n’est qu’une science statistique extrêmement poussée).

    De plus, la science ne se remet pas en cause, elle se complète. Une vérité prouvée correctement reste vraie quelque soit l’époque seulement jusqu’à réfutation (c’est assez rare cela-dit, à moins de faire de la validation idéologique par la science, les théories raciales foireuses par exemple) :
    – La théorie de la gravitation de Newton est toujours valide à son échelle mais a été complétée et précisée avec la relativité générale.
    – La théorie de l’électromagnétisme est toujours valide même si elle a été unifié avec les théorie de quantification des énergies et objets atomiques (forces fondamentales électro-faible/forte, magnétique, bosons, fermions, etc) qui s’appelle désormais l’électro-dynamique-quantique (cf : Richard Feynman, excellent).
    – On sait que les lois de la thermodynamique sont vrais depuis très longtemps et valable en tout temps (cf : Carnot et le régime moteur)
    – les exemples sont pléthoriques : théorie de l’évolution, neuro-psychiatrie, sysmologie, etc

    Enfin « Ces énergies sont des informations » oui et non. Cela dépend ce que tu entends par information. En théorie de l’information, c’est tellement abstrait que l’on ne peux appliquer ces principes dans le monde réel stricto-sensu. Ce sont des modèles mathématiques décrivant les échanges entres systèmes hétérogènes dans l’étude de la théorie des langages (https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l%27information). L’information quantique n’a rien à voir avec notre monde réel si c’est de cette information dont tu parles (on parle alors de spin, de superposition d’état, de dualité onde-corpuscule, etc), rien à voir donc avec une explication à une quelconque intelligence humaine, quelle qu’elle soit.

    Je comprends ce que tu exprimes, c’est pour cela que je réagis dans le but de nous améliorer tous par l’échange, et afin de te montrer une autre vision, plus « scientifique » à mon sens qui n’est d’ailleurs pas celle que tu me décris en parlant de « notre génération a été façonnée par les vérités scientifiques de notre époque ». Je ne suis pas façonné par les vérités scientifiques de mon époque car mon époque évolue et j’évolue avec mes connaissances mises à jours perpétuellement. Je ne fais preuve que de sens critique en utilisant les méthodes de la zététique afin de ne pas me faire avoir par des raisonnements en apparence pragmatiques, logiques ou séduisants sans niveau de preuve suffisant pour les accepter comme vrai, car cela ne suffit pas à établir de nouvelle connaissance.

    Sans vouloir me répéter mais science et spiritualité n’ont rien en commun, pourquoi vouloir impérativement les relier ? Ça n’a pas de sens, la spiritualité est du domaine du ressenti individuel alors que la science est du domaine des connaissances acquises par le formalisme.

    Ah oui et je suis musicien depuis mon plus jeune âge, l’intuition est mon moteur principal dans la vie, comme beaucoup d’entre nous. Pour ce qui est de l’art, c’est tellement en dehors du cadre rationnel que mon intuition n’a aucun besoin de se faire valider par la science, je ressens plus que je ne sais 😀

    Ton lien est intéressant, c’est à creuser afin de peut-être revoir ma définition de l’intuition dans la découverte de nouvelle forme d’intelligence ^^

    Enfin pour aller plus loin dans cette forme de raisonnement que j’aimerais te partager :

    https://www.youtube.com/watch?v=D55REd7vbxk
    https://www.youtube.com/watch?v=x-2uVNze56s
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Inf%C3%A9rence_bay%C3%A9sienne

    A toi de poursuivre voire d’approfondir, si besoin, sur cette voie si cela t’intéresses.

    • Karine

      Bonsoir Stéphane,
      Merci pour ta réponse passionnante.
      Tu dis que tu es musicien et que donc tu pratique l’intuition. Alors je te pose la question, cette intuition que tu expérimentes, ce n’est pas une croyance un peu délirante, c’est quelque chose qui t’apporte des résultats, comment l’expliques tu ?
      Tu me demandes pourquoi je tente de faire un pont entre la spiritualité et la science. En fait, c’est une façon de donner un sens à nos ressentis, nous ne sommes pas des corps machines commandées par un mécanisme qui serait le cerveau. Nous sommes un peu plus que ça . Nous avons une âme et on peut aussi le nommer autrement et dire que nous avons une énergie propre à chacun de nous.
      Tu as raison de dire qu’il faut être prudent avec les interprétations des théories de la physique quantique mais tu dois admette quand même qu’elle a boulversé l’approche scientifique de façon assez spectaculaire, quand par exemple elle observe qu’un élément peut être dans 2 états différents en même temps ou encore quand deux éléments distincts sont en interaction l’un avec l’autre tout en étant éloigné l’un de l’autre. Je ne suis pas du tout une spécialiste mais cela nous donne quand même à réfléchir sur notre perception du monde.

      J’aimerai beaucoup avoir ton avis sur les travaux d’un physicien comme Philippe Guillemant et sa théorie de la double causalité, qu’il partage avec quelques autres scientifiques, qui sont un peu des scientifiques avant-gardistes pour certains et excentriques pour d’autres 😊.

      J’ai beaucoup réfléchie à tout ceci très récemment. Et moi qui étais assez retissante à l’approche spirituelle , je me rend compte que j’étais finalement en contradiction avec mes propre intuitions et ressentis car trop dans le soucis de rationalité.
      Les interrogations sur le sens de notre existence trouveront de véritables réponses ni d’un côté ni de l’autre mais dans la complémentarité que pourront avoir la science et la spiritualité.
      L’allégorie de la caverne de Platon est je pense tout à fait représentative de ceci.
      Nous vivons dans une réalité que nous essayons d’expliquer de façon scientifique mais il nous manque des éléments et ces éléments nous pouvons peut être les découvrir par un autre biais qui est notre intuition.
      Bon, là c’est de la philosophie 😉
      Merci pour cet échange .

  • Stéphane

    « Tu dis que tu es musicien et que donc tu pratique l’intuition. Alors je te pose la question, cette intuition que tu expérimentes, ce n’est pas une croyance un peu délirante, c’est quelque chose qui t’apporte des résultats, comment l’expliques tu ? »

    C’est très simple en fait, je n’y pense même pas, ce n’est ni de la connaissance, ni de la croyance. Cela s’impose à moi comme une succession d’idées ponctuelles, fulgurantes et éphémères gratuitement offert par mon cortex cérébral formé à cette discipline depuis mon enfance. Je ne cherche pas à l’expliquer car cela fait partie de moi et je sais que cela m’est propre et inaliénable, ce n’est pas du domaine de ma connaissance mais du domaine de ma sensibilité et j’en ai encore plus besoin que de mes autres émotions en fait. Pour ceux qui veulent l’associer à une connaissance pour pouvoir mieux la quantifier et en déduire une « variable », je dirais que ce n’est pas le sens de l’intuition qui est important mais son utilité pour chacun, cela n’a pas besoin d’être théoriser. Pour émettre un avis personnel, c’est une boite de pandore.

    Je fais tout simplement le distinguo entre ce que je suis intérieurement et ce que je sais intellectuellement. C’est un peu bipolaire dis comme ça… heureusement pour moi tout va bien du coté de ma psyché ! Je suis un peu rayé après tout 😀

    Je ne connaissais pas l’allégorie de la caverne mais pour commenter un des paragraphes cité de la page wikipédia : « Que l’un d’entre eux soit libéré de ses chaînes et accompagné de force vers la sortie, il sera d’abord cruellement ébloui par une lumière qu’il n’a pas l’habitude de supporter. Il souffrira de tous les changements. Il résistera et ne parviendra pas à percevoir ce que l’on veut lui montrer. Alors, « ne voudra-t-il pas revenir à sa situation antérieure » ? S’il persiste, il s’accoutumera. Il pourra voir « le monde supérieur », ce que Platon désigne comme « les merveilles du monde intelligible ». Prenant conscience de sa condition antérieure, ce n’est qu’en se faisant violence qu’il retournera auprès de ses semblables. Mais ceux-ci, incapables d’imaginer ce qui lui est arrivé, le recevront très mal et refuseront de le croire : Ne le tueront-ils pas ?. »

    C’est justement l’esprit scientifique qui peut permettre d’accepter le changement de paradigme qu’occasionne le changement brutal de contexte par l’explication rationnelle et factuelle des éléments qui nous entourent. Si l’on voit de l’ombre c’est qu’il y a lumière, si l’on comprend la lumière c’est que nous pouvons l’imaginer et si nous avons les preuves correctement formulées, nul ne peut les réfuter. Et donc tout le monde peut accepter les idées nouvelles ou préalablement farfelu. Du temps il faut, du temps pour accepter les changements. Pour certaines personnes la terre est plate, ne l’oublions pas ! Et d’autre croit encore au théories raciales.

  • Stéphane

    Concernant Philippe Guillemant, je ne connais pas. Mais après rapide lecture de sa bibliographie, c’est un scientifique issue du monde du traitement de signal (traitement de l’image, Vidéonystagmographie : visiblement suivre la course du regard, je ne connaissais pas ce terme, analyse fractale, détection de feu de forêt, etc). Et plus récemment sur la physique de la conscience, essentiellement des colloques, quelques publi et surtout de la vulgarisation. Mon esprit critique me dit que pour le moment c’est une recherche à l’état larvaire et pour l’instant plus philosophique que scientifique (c’est une théorie métaphysique), cela n’en reste pas moins intéressant mais aucun consensus scientifique n’existe à ce sujet. A suivre donc !


Laisser un commentaire

sexualité surmonter idées reçues atypique surdoué rencontre atypikoo

Sexualité : dépasser les idées reçues

Dans les cours sur la sexualité donnés à l’école, on entend surtout parler de prévention, de maladies sexuellement transmissibles, de préservatifs, de reproduction… ce qui est évidemment très important. Mais on n’entend (presque) jamais parler de plaisir, de relation à l’autre, ou à soi…

Trop intelligent pour être heureux ?!

En vous inscrivant sur Atypikoo, vous pourrez rejoindre une communauté bienveillante afin d'échanger avec d'autres atypiques qui vous ressemblent et vous comprennent. Alors ne soyez pas trop intelligent pour être heureux et rejoignez la communauté !

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux rencontres amicales / amoureuses / professionnelles entre adultes (sur)doués, Hauts Potentiels, Hypersensibles, Zèbres, Aspies, Hyper-fonctionnants...
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

 
Voir + de témoignages
close-link