Après la mort ?

Atypikoo Forums Discussions générales Après la mort ?

  • Ima
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 13
    @71id

    @witch, oui certes, il y a une forte ambivalence éthique.
    Mais si j’observe cela d un point de vue scientifique et philosophique, l humain est guidé par la quête de l immortalité du corps.
    Il y a 5000 ans les civilisations étaient guidées par la quête de l immortalité de l âme.
    Nous en sommes aux expériences de greffes de têtes (depuis un siècle), aux coeurs artificiels, aux prothèses connectées, à l intelligence artificielle pour palier les crises azheimer et autres maladies dégénératives.
    Je me demande si la folie des hommes ne serait pas plutôt la cause du rêve d immortalité plutôt que la conséquence qui en déroulerait s il y parvenait ?

    avatar
    Joëlle
    Participant
    • Sujets : 43
    • Réponses : 724
    @lionkairos

    Simon @snowfall,
    Je n’ai pas les capacités d’enseigner une science qui reste encore à l’état de découvertes même si elle est applicable et observable. Je te laisse plutôt t’informer sur les nombreux enseignements que propose internet à ce sujet car il le fera certainement mieux que moi.

    Julien @messi36,
    J’en arrive au même cheminement que toi « Et si le temps n’existe pas, ça résout le problème? En tout cas comme tout est vibration… »

    Peak @time,
    Je pense que l’on parle trop peu du fait que les particules constituantes de notre corps agissent aussi comme des aimants piézo-électriques ce qui influenceraient, par l’énergie que l’on rayonne, les résultats observables d’une expérimentation. Nous créons des zones d’interférences parce que nous envoyons des vibrations et de l’énergie en direction de ce sur quoi nous portons notre attention.
    On peut aussi en conclure que si une partie de nous attire alors l’autre partie de nous répulse quelque chose.
    J’irai même plus loin car je me demande si nos interférences rendraient le mouvement d’autres corps plus compliqué à se mouvoir et ainsi ralentirait leur progression dans l’environnement. Nous les ferions en quelques sortes changer d’échelle vibratoire (et donc de « fréquence »). C’est ce que je me suis toujours demandée aussi pour l’électricité en courant continue et en courant alternatif. N’est-ce pas le milieu qui freine la progression et change les « particularités » de mouvements des atomes chargés en ralentissant/accelérant leur capacité de mouvement vibratoire.
    On pourrait le comparer aussi à un spermatozoïde qui sans arriver à faire vibrer sur une bonne fréquence son flagelle n’arriverait plus à avancer à la même vitesse et se mouvoir.

    Ainsi, confronté à des températures différentes, à des matériaux différents ou à des zones d’interférences humaines, les phénomènes observables changeraient considérablement par changement d’états vibratoires et non pas de ondulatoire à corpusculaire comme les scientifiques aiment ainsi l’exprimer.

    J’en reviens maintenant au sujet de la mort. Nous avons notre choix de mort à tout instant. Cette possibilité existe en même temps que nous évoluons dans notre environnement. La mort est l’autre bout du dîpole qui nous constitue. Pour vivre, des cellules de notre corps meurent constamment sans que nous en prennons conscience. En ce sens, nous sommes déjà un être mort-vivant. La moitié de nous disparaît quand l’autre se crée. Ce cycle de la vie revient à dire aussi qu’à un instant T particulier, comme dans le cas des chats de Schrodinger, nous sommes à la fois mort (si on se concentre sur nos cellules mortes) et vivant (si l’on se concentre sur l’observation de nos cellules vivantes). Il faut comprendre ça comme un choix ponctuel d’une échelle d’observation qui va focaliser quelque chose hors de son contexte d’influences.

    Est-ce que la mort est elle aussi énergie ? Je crois que oui. C’est ce qui m’amène à penser non pas que nous nous réincarnons mais qu’une partie de notre connaissance informationnelle peut se retrouver dans un nouveau corps. C’est en ça que les « fantômes » (corps énergétiques sans visibilité et matérialité puisque sur une autre fréquence ) ont finalement une certaine logique d’existence morte pour moi ^^mais ne peuvent dépendre que d’un vivant existant si on suit ma logique du dîpole. La particule morte n’existant pas sans son inversion vivante. D’où aussi ce rôle de « passeur d’âmes » qui serait alors des supports informationnelles à ces particules ambiantes/environnantes serait de capter/se lier à ces fréquences.

    C’est complexe mais il suffit de se retirer tous les repères spatiaux-temporels connus pour appréhender cela. Ni espace, ni temps ce qui signifie aussi qu’aucune distance n’a de valeur et qu’aucun passé, ni futur (souvenirs et projections) n’à d’existence propre.
    Apparemment l’instant présent, l’immédiateté, serait le seul « moment » où l’on peut témoigner un état particulier donc non-ambivalent par des appareils de mesures à échelle humaine.

    Que penser de l’après mort ? Étant donné que nous sommes les deux, nous laisserons autant de notre vivant que de notre mort, me semble t-il, non ? Juste l’énergie de notre passage laisse des informations pour les nouvelles vies qui s’y intéresseront.

    Jean-Pierre @jplemar31 « Puisque que nous sommes la conscience d’un univers qui nous a créé  » Je partage aussi ce point de vu même s’il se mort la queue devant son reflet.

    Et pour embrouiller encore un peu le tout… et si c’était la peur de la mort qui nous avait donné la vie alors ?

    avatar
    Anita
    Participant
    • Sujets : 67
    • Réponses : 1224
    @muse-lyre

    De quelle immortalité parle t’on ?
    Quand à savoir si elle sera naturelle , ou pas ?
    Car pour le prix , en estimer librement le prix avec le choix réel !
    Quand à une preuve que ce soit une preuve d’évolution ,
    c’est encore difficile d’en être certain même d’un point de vue spirituel
    auquel j’ai ma petite idée mais c’est encore trop subjectif et pas à l’abris d’une erreur d’interprétation
    ou peut être pas assez d’infos , juste un espoir que ce soit juste !

    avatar
    Peak
    Participant
    • Sujets : 2
    • Réponses : 168
    @time

    @lionkairos olala Joêlle, comment te dire…

    Déjà merci de la réponse,

    Ensuite ,

    « Je pense que l’on parle trop peu du fait que les particules constituantes de notre corps agissent aussi comme des aimants piézo-électriques ce qui influenceraient, par l’énergie que l’on rayonne, les résultats observables d’une expérimentation. Nous créons des zones d’interférences parce que nous envoyons des vibrations et de l’énergie en direction de ce sur quoi nous portons notre attention.
    On peut aussi en conclure que si une partie de nous attire alors l’autre partie de nous répulse quelque chose.
    J’irai même plus loin car je me demande si nos interférences rendraient le mouvement d’autres corps plus compliqué à se mouvoir et ainsi ralentirait leur progression dans l’environnement. Nous les ferions en quelques sortes changer d’échelle vibratoire (et donc de « fréquence »). C’est ce que je me suis toujours demandée aussi pour l’électricité en courant continue et en courant alternatif. N’est-ce pas le milieu qui freine la progression et change les « particularités » de mouvements des atomes chargés en ralentissant/accelérant leur capacité de mouvement vibratoire. »

    >Le problème de la vulgarisation scientifique via internet c’est que le parcours ne permet pas toujours des fondements solides, et c’est valable pour touss hein je ne te cible pas particulièrement. Mais si j’ai bien compris c’est en fait une théorie personnelle !? Ce qui me semble totalement différent que de parler pour et au nom de E Schrödinger et de la science.
    Sans vouloir être insultant, c’est un sacré mélange que tu fais là, mais pour te faire une réponse courte, si une quelconque interaction physique connue ( électromagnétisme ) due à la présence humaine pouvait interférer dans une expérience, les scientifiques l’auraient déjà mis en évidence.

    « Pour vivre, des cellules de notre corps meurent constamment sans que nous en prenons conscience. En ce sens, nous sommes déjà un être mort-vivant. La moitié de nous disparaît quand l’autre se crée. Ce cycle de la vie revient à dire aussi qu’à un instant T particulier, comme dans le cas des chats de Schrödinger, nous sommes à la fois mort (si on se concentre sur nos cellules mortes) et vivant (si l’on se concentre sur l’observation de nos cellules vivantes). Il faut comprendre ça comme un choix ponctuel d’une échelle d’observation qui va focaliser quelque chose hors de son contexte d’influences. »

    Alors oui le chat de Schrödinger à la fois mort et vivant étant la démonstration de l’absurde d’un état de superposition quantique à l’échelle humaine on peut le comparer à la vie cellulaire et bactériologique au sein du métabolisme humain. Mais pourquoi aller chercher quelque chose qui n’existe pas à notre échelle, pour parler de ce qui existe vraiment ?
    Tu as là tout à fait raison, notre corps humain est un lieu de naissance, de guerre, de mort etc… Notre métabolisme nous permet d’ingérer de la mort pour créer de la vie dans des cycles étonnamment complexes de destructions et de constructions.

    Je ne comprends pas trop l’histoire du dipôle passeur d’âme, qui me semble être une mystification ésotérique, soit de la dualité onde particule, soit du principe de symétrie…?Sans parler de la porté éminemment philosophique que j’apprécie. Mais je t’avoue que je suis plus habitué au discours scientifique.

    Alors je dirais que tu as un univers riche, et qu’on sent chez toi une inspiration scientifique certaine, j’ai apprécié te lire, même si je ne suis pas du tout convaincu par le propos ésotériques. J’espère que tu comprendras que l’exercice de mystification ou l’interprétation personnelle, demande une certaine attention à ne pas déformer les propos et résultats scientifiques qui en sont à la base, et qui sont déjà complexes à aborder tels quels.

    Constante de Planck : https://fr.wikipedia.org/wiki/Constante_de_Planck
    Principe de décohérence : https://fr.wikipedia.org/wiki/Décohérence_quantique

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 jours et 2 heures par Peak.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 jours et 2 heures par Peak.
    Joëlle
    Participant
    • Sujets : 43
    • Réponses : 724
    @lionkairos

    Peak @time « si une quelconque interaction physique connue ( électromagnétisme ) due à la présence humaine pouvait interférer dans une expérience, les scientifiques l’auraient déjà mis en évidence. »

    Je cite un passage de ton lien wiki sur le principe de décohérence :
    « Donc, pour la théorie de la décohérence, l’effondrement de la fonction d’onde n’est pas spécifiquement provoquée par un acte de mesure, mais peut avoir lieu spontanément, même en l’absence d’observation et d’observateurs (ou plutôt appareil de mesure)[note 1]. Ceci est une différence essentielle avec le postulat de réduction du paquet d’onde qui ne spécifie pas comment, pourquoi ou à quel moment a lieu la réduction, ce qui a ouvert la porte à des interprétations mettant en jeu la présence d’un observateur. Ces interprétations sont actuellement sans objet, car elles donnaient trop d’importance à l’expérimentateur, alors que le système observé, en interaction naturellement avec l’univers, avait déjà effectué sa décohérence… »

    Ce que je dis (et effectivement c’est une théorie personnelle) c’est que chaque objet, donc amas de particules, intéragit avec les autres amas environnant. Nos pensées, nos sensibilités et déplacements mais aussi ceux de tous les éléments qui nous entourent, créent des mouvements de particules qui influent sur la stabilité de l’ensemble.

    C’est marrant tout de même car on parle aussi de cohérence/ décohérence cardiaque en fonction des états de stresse 😉

    avatar
    Peak
    Participant
    • Sujets : 2
    • Réponses : 168
    @time

    @lionkairos
    Tout à fait, une interférence électromagnétique n’aurait pas été difficile à mettre en évidence je pense, donc il s’agit d’autre chose évidement et de ce dont je me souviens la théorie de ce que c’est. C’est pour çà qu’il faut commencer par le commencement.

    Voici un bon moyen de commencer :

    Il y a là je crois six cours, en vidéo de mauvaise qualité certes … mais l’humour de Feynman compensera. Cela te permettra de contextualiser les mots et les expériences. Ce qui me semble important pour ne pas nawakiser.

    Après je respecte totalement ce qui est de l’ordre de la théorie personnelle, la science ouvre le champs des questions et donc des possibles, et c’est un magnifique terrain de jeu pour notre créativité et pour la philosophie. Et en retour l’imagination nourrit la science et la fait avancer.

    Joëlle
    Participant
    • Sujets : 43
    • Réponses : 724
    @lionkairos

    Peak @time
    Merci pour cette vidéo qui va dans le sens de ce que j’ai dit plus haut. Je crains par contre de ne pas comprendre cette remarque que tu as faite (au sujet de mes propos ?) « Ce qui me semble important pour ne pas nawakiser »

    avatar
    Peak
    Participant
    • Sujets : 2
    • Réponses : 168
    @time

    @lionkairos Hum nawakiser ici c’est partir d’un formalisme scientifique complexe pour le travestir en de l’ésotérisme simple. Ou alors faire un contre-sens, voire les accumuler.

    Pour la décohérence je ne suis pas sur que nous soyons d’accord finalement, je disais que la cause humaine n’était pas pertinente parce que le système observé pouvait interférer bien en amont. En tout cas moi c’est ce dont je me souviens.

    « Merci pour cette vidéo qui va dans le sens de ce que j’ai dit plus haut. » Ainsi parlait Lionkairos :’ )

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 jours et 22 heures par Peak.
    Nicolas
    Participant
    • Sujets : 2
    • Réponses : 169
    @nicorazon

    Bonjour,

    Sujet intéresant.

    Je pense que ce que l’on conçoit, voit, perçois, ou comprend de la mort n’est relatif qu’à notre vie.

    Tout ce qui est beau dans les EMI est pour moi relatif à la beauté de la vie réelle mais que l’on ne voit pas, pour diverses raisons.

    Cela dit, le documentaire de Sonia Barkallah « Faux Départ » à propos du best-seller de Raymond Moody m’a bouleversé.
    Je pense que les personnes qui le vivent ne côtoient pas un seul instant la mort mais sont là pour vibrer et raconter quelques choses de la vie que l’on ne voit pas vraiment dans les JT.

    Et je reconnais que la mort me fait moins peur depuis que je sais que suis aussi grand (âme, esprit..) que petit (mon corps).
    En ce sens les expériences de sortie de corps et d’expansion de conscience m’ont servies.

    Cependant j’aime par dessus tout voir à travers la réalité physique (telle une réalité augmentée), sa beauté, sa perfection etc. plutôt que de la voir de loin lors d’expériences extrasensorielles (elles sont d’avantages « extra » qu’en dehors des sens.. 😉 ) quelque peu détachées de la matière.

    Quand on parle de « mort » on ne parle que de « vie », il en est ainsi.

    avataravatar
    Sun
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 4
    @mesrayuresetmoi

    J’ai longtemps eu peur de la mort également car mon père est décédé brutalement. Cela m’a profondément marquée.
    Les années passant, j’ai fait un chemin vers une plus grande spiritualité et je me dis que la mort n’est que la mort du corps physique. Je crois en l’existence et l’immortalité de l’âme. Mais même sans croire en cette notion d’âme, je me dis que la mort est aussi ce qui donne un sens à la vie. Vivrions-nous exactement de la même façon si la vie n’avait aucune limite de durée ? Je ne crois pas.
    Ma peur de la mort m’a longtemps conduite à ressentir une certaine urgence à vivre les choses à fond, à rechercher l’intensité dans mes activités ou dans mes relations. Cela s’est un peu apaisé en moi maintenant que ma peur de la mort est moins vive.

    avatar
    Awenwitch
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 142
    @witch

    @nicorazon just : Wahou! Mais merci à toi pour ta réponse qui est tellement juste et tellement vraie.

    Bel écho en moi en tout cas, parce que ça, ça me parle.

    Quand tu prends conscience, que tu commences à t’éveiller, tu te rends bien vite compte que la mort n’est qu’un concept et qu’il y a des choses qui dépassent largement l’entendement, la connaissance et le savoir humain et logique.

    L’expansion de la conscience t’ouvres à un autre monde, à une manière plus grande de percevoir et de vivre ta vie donc forcément tu ne vois plus les choses de la même manière ensuite.

    Encore merci pour ton partage !

    avataravatar
    Awenwitch
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 142
    @witch

    @mesrayuresetmoi

    Absolument, totalement et parfaitement d’accord avec toi !

    Merci pour ce magnifique partage (je n’ai rien à y redire car c’est exactement ma vision des choses également).

    Belle fin de journée !

    Gilles
    Participant
    • Sujets : 2
    • Réponses : 37
    @gillles

    Concernant ce sujet, que j’ai du expérimenté sans le vouloir. J ‘en fus libéré après avoir lu le livre du Docteur Moody
    Je vous propose les bandes annonces des quelques films qui traite du sujet :

    Le premier es GHOST en 1990

    Sam Wheat, cadre dans une banque d’affaires new-yorkaise, et Molly Jensen, sculpteur, s’aiment. Mais tout bascule lorsque Sam Wheat est agressé dans la rue et abattu. A sa grande surprise, il devient un fantôme et réussit à communiquer avec une voyante hystérique. Il tente alors d’entrer en contact avec sa femme et découvre qui a voulu le tuer.

    Le second est Au-delà de nos rêves 1998

    Chris et Annie forment un couple indissolublement lié capable de surmonter les plus rudes épreuves. Après quelques années d’une vie idyllique, leurs enfants, Ian et Marie, leur sont brutalement arrachés dans un accident de voiture. Si Chris cache sa douleur, Annie s’éloigne inéxorablement de lui, se mure dans sa solitude et se réfugie dans la peinture. Quand Chris est à son tour victime d’une tragique collision. Il meurt mais ne disparait pas. Il connait une autre vie a travers les peintures d’Annie qui se mettent à s’animer et il comprend, ainsi, l’âme de sa femme.

    Le troisième est Sixième sens 1999

    Cole Sear, garconnet de huit ans est hanté par un terrible secret. Son imaginaire est visité par des esprits menaçants. Trop jeune pour comprendre le pourquoi de ces apparitions et traumatisé par ces pouvoirs paranormaux, Cole s’enferme dans une peur maladive et ne veut reveler à personne la cause de son enfermement, à l’exception d’un psychologue pour enfants. La recherche d’une explication rationnelle guidera l’enfant et le thérapeute vers une vérité foudroyante et inexplicable.

    Le quatrième est Les autres 2001

    En 1945, dans une immense demeure victorienne isolée sur l’île de Jersey située au large de la Normandie, vit Grace, une jeune femme pieuse, et ses deux enfants, Anne et Nicholas. Les journées sont longues pour cette mère de famille qui passe tout son temps à éduquer ses enfants en leur inculquant ses principes religieux. Atteints d’un mal étrange, Anne et Nicholas ne doivent en aucun cas être exposés à la lumière du jour. Ils vivent donc reclus dans ce manoir obscur, tous rideaux tirés.
    Un jour d’épais brouillard, trois personnes frappent à la porte du manoir isolé, en quête d’un travail. Grace, qui a justement besoin d’aide pour l’entretien du parc ainsi que d’une nouvelle nounou pour ses enfants, les engage. Dès lors, des événements étranges surviennent dans la demeure…

    Et le dernier Au-delà 2010, à ma connaissance 🙂

    Au-delà est l’histoire de trois personnages hantés par la mort et les interrogations qu’elle soulève. George est un Américain d’origine modeste, affecté d’un « don » de voyance qui pèse sur lui comme une malédiction. Marie, journaliste française, est confrontée à une expérience de mort imminente, et en a été durablement bouleversée. Et quand Marcus, un jeune garçon de Londres, perd l’être qui lui était le plus cher et le plus indispensable, il se met désespérément en quête de réponses à ses interrogations. George, Marie et Marcus sont guidés par le même besoin de savoir, la même quête. Leurs destinées vont finir par se croiser pour tenter de répondre au mystère de l’Au-delà.

    Merci

    avataravatar
    Awenwitch
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 142
    @witch

    @gilles merci beaucoup pour ton partage, je note !

    avatar
    Anita
    Participant
    • Sujets : 67
    • Réponses : 1224
    @muse-lyre

    @gillles Merci , Gilles

    Ainsi que  » La Prophétie des Andes  » où il est question de divers éléments très inspirants …..

    avatar
15 sujets de 91 à 105 (sur un total de 106)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.
Atypikoo Asexualité

Asexualité : s’aimer sans sexe ?

L’asexualité est un terme utilisé par les personnes qui ne ressentent aucune attirance ou désir sexuel. Dénommés également « Ace », les « asexuels » considèrent que les relations sexuelles sont dépourvues d’intérêt et même indésirables.

Trop intelligent pour être heureux ?!

En vous inscrivant sur Atypikoo, vous pourrez rejoindre une communauté bienveillante afin d'échanger avec d'autres atypiques qui vous ressemblent et vous comprennent. Alors ne soyez pas trop intelligent pour être heureux et rejoignez la communauté !

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux rencontres amicales / amoureuses / professionnelles entre adultes (sur)doués, Hauts Potentiels, Hypersensibles, Zèbres, Aspies, Hyper-fonctionnants...
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

 
Voir + de témoignages
close-link