CFlore Super Atypiker
9 oct. 2021 à 0:17
Bonjour à tous,

Vous avez peut-être déjà lu Paolo Freire, qui était un théoricien de l’éducation populaire et de la pédagogie universitaire. Un de ses livres s’intitule « Pédagogie de l’autonomie ».
Je souhaiterais donc aborder avec vous ce sujet de l’autonomie dans l’apprentissage.

Tous les avis sur ces questions sont les bienvenus, que vous soyez enseignant ou ancien/actuel apprenant.

1) Question pour les profs :

Il est souvent difficile de mettre en place une nouvelle pratique pédagogique, surtout si elle diffère beaucoup des pratiques d’enseignement classique, car elle doit être ajustée, aux contenus des enseignements et à la finalité des diplômes délivrés. En raison également du manque de moyens, humains notamment, et des différents points de vue (qui génèrent beaucoup de réunions pour peu d’applications à mon humble avis).
Mais heureusement, il y a de formidables initiatives un peu partout dans les établissements. Il existe par exemple des cours de biologie avec une approche kinesthésique. Et je peux vous dire que c’est très alternatif dans une université de voir des étudiants faire une chorégraphie en jouant le rôle de protéines ou de cellules. Mais ça marche bien, l’apprentissage semble facilité et plus durable. Et surtout, ils s’amusent, ce qui ne peut pas leur faire de mal !
Pour ma part, j’envisageais de travailler sur l’autonomie des étudiants en leur faisant prendre confiance en leur capacité d’écoute. Il est plus efficace pour apprendre, d’écouter ou de lire consciencieusement sans prendre de notes, et de noter après ce dont on se rappelle, sans support. Je voulais donc tester ça mais je cherche encore le meilleur format.

D’où ma question : en tant que prof, avez-vous mis en place, ou l’idée de le faire, une pratique pédagogique axée sur l’autonomisation des élèves dans leur apprentissage ? Si oui, pouvez-vous partager votre retour d’expérience ?

Note : Je ne milite pas pour le changement de toutes les pratiques pédagogiques, les enseignements classiques donnent de bons résultats. Je réfléchis plutôt à comment intégrer le respect de l’individualité et du bien-être de chaque étudiant dans les pratiques pédagogiques, pour améliorer leurs apprentissages.

2) Question pour les non-profs, mais anciens ou actuels apprenants :

Avez-vous le sentiment d’avoir été autonome dans vos apprentissages ? Pensez-vous que le système éducatif dans lequel vous avez évolué vous a permis de développer cette autonomie ?
Et là je me souviens des profils des personnes ici… je pense que je peux facilement anticiper les réponses à ces questions. ^^’

Plus intéressant peut-être : pouvez-vous imaginer et raconter le déroulement d’un apprentissage qui vous aurait parfaitement convenu ? A quoi ressemblerait votre apprentissage idéal dans le respect de votre identité propre ?

Note 2 : Je laisse volontairement de côté le sujet de l’autonomisation lors de la petite enfance, qui ne se passe pas toujours de la manière la plus optimale. Mais il est évident que l’autonomie de l’élève, de l’étudiant, ou de l’adulte, en dérive en partie de manière plus ou moins importante. Nous avons donc tous des bases d’autonomie différentes avec lesquelles nous devons composer dans nos apprentissages de vie.

Merci d’avoir lu jusqu’au bout et pris le temps de réfléchir à ces questions !
Vous devez être membre pour commenter ce post