olivierleprof Super Atypiker
22 déc. 2020 à 9:42
Bonjour à tous,

Je lis souvent sur ce forum des phrases du type TU AS TORT ""les pervers narcissiques n'existent pas car ça n'a jamais été démontré"", ""On ne peut pas avoir un haut potentiel émotionnel car il n'existe aucun test scientifique fiable qui le démontre"", etc.

Or, dans le même temps, je lis de nombreux messages de personnes qui évoquent une hyper émotionnalité, ou qui ont subi une relation de couple avec des personnes qui ont toujours les mêmes traits de comportement. A titre personnel, j'ai rencontré plusieurs personnes qui avaient une émotionnalité forte ou avaient subi des comportements de leur partenaire qui répondaient en tout point aux témoignages que je lis sur les pervers narcissiques.

Comme je suis un chercheur de profession, j'ai envie d'apporter un peu d'eau au moulin.

La science vise à démontrer quelque chose. Elle est très utile pour ça. Par un protocole strict de recherche, elle apporte des réponses.
Mais il faut avoir 3 postures différentes :

Premièrement, la science démontre quelque chose. Elle peut le démontrer à 100% (par exemple, en conditions normales, l'eau bout à 100° celcius). Souvent, elle le démontre avec une probabilité scientifique raisonnable (par exemple, les test démontrent une probabilité de 95%, de 99%, etc). Un test de QI tel que le WAIS démontre ainsi avec une probabilité très importante qu'une personne a un QI à ce niveau, car ce test a été appliqué à des grandes population un nombre important de fois.

Deuxièmement, la science peut démontrer qu'une chose n'existe pas. Par exemple démontrer que la terre n'est pas plate malgré l'intuition d'une grande partie de la communauté scientifique il y a quelques siècles.

Troisièmement, la science peut ne pas avoir démontré un phénomène. Dans ce cas, ça ne veut pas dire que ce phénomène n'existe pas tant que la science n'a pas non plus démontré que le phénomène n'existe pas. Or, pour les PN ou l'hyper émotionnalité, il n'existe aucune preuve ni positive, ni négative, incontestable. Dans ce cas, on peut se faire une idée de la probabilité de l'existence de ce phénomène par plusieurs manières. Parce que beaucoup de personnes évoquent ce phénomène pour l'instant inexpliqué par une science mathématique (si je suis le seul à ressentir que je peux communiquer avec les morts, c'est moins probable que si 1 million de personnes ont la même sensation). Parce que des études cliniques établissent que ce phénomène pourrait exister (par exemple l'étude clinique d'un psychologue qui a rencontré 500 personnes concernées et a établi des traits généralement constatés). Pour m'être beaucoup renseigné sur les PN, j'ai le sentiment qu'il existe des pervers narcissiques. Chers amis scientifiques ""durs"", je n'affirme pas que ça existe. Je donne mon sentiment sur la base des personnes avec lesquelles j'en ai discuté, mes lectures, mes (nombreuses) recherches. De même, j'ai le sentiment, de nouveau personnel, que nous n'avons pas tous le même niveau d'émotionnalité. Certaines personnes ressentent les événements de manière beaucoup plus fortement que les autres. D'autres prennent les choses avec plus de philosophie. Ici encore, je n'affirme rien. Je partage mon sentiment au regard de mon expérience, des témoignages publiés ici ou ailleurs. Puisque la science n'a démontré ni ne fait que ça existe, ni que ça n'existe pas, j'ai peut-être tort. Ou peut-être raison. En tout cas, nier l'existence de tels phénomènes au motif qu'il n'existe par de preuve scientifique de leur existence n'a pas plus de valeur. Cela appelle donc, si on a un comportement de chercheur responsable, à être mesuré dans nos conclusions. Dire ""il est possible que ça existe mais ça n'a jamais été prouvé"" plutôt que ""tu as tort de penser ça car ça n'existe pas puisque la science ne l'a jamais démontré"".
Vous devez être membre pour commenter ce post