apolline
3 janv. 2021 à 13:39
Bonjour,

Je remets en question le sacro-saint test du WAIS-IV. (Horreur ! Affront ! Hérétique ! ^^)

Je lance un nouveau sujet, bien qu’ayant lu attentivement les discussions du topic suivant : https://www.atypikoo.com/forums/topic/qi/
J’aimerais en effet orienter la conversation plutôt sur la méthodologie de conception du test et ce qu’on en connait.

Je me pose donc des questions sur ce test que l’on utilise pour mesurer le QI (je parle du WAIS-IV car c’est celui que j’ai passé et donc connais le mieux mais les questions s’étendent vraisemblablement aux autres), car je trouve les informations difficiles à obtenir. J’ai en effet été décontenancée par plusieurs points que je décrirai au fil de l’eau et j’ai envie de creuser un peu avec vous :).

Et si la réponse à mes questions est simplement « ça fait consensus, les scientifiques s’accordent pour dire que ce test est fiable, ça a été testé sur de larges populations »… je répondrai « Copernic ! » – Suis-je en train de me comparer à Copernic ? Parfaitement ! #lol #autodérision #onsemarrebiensurcetopic – plus sérieusement, je répondrai : « quels scientifiques exactement ? quelles populations ? avez-vous les liens vers les études ? »

Méthodologie d’échantillonnage et de conception du test
Exemple empirique : J’ai pour ma part eu la note max de ma tranche d’âge (25 à 29 ans) pour les cubes : 17, alors que l’échelle va jusqu’à 19 en principe. C’est-à-dire que lorsqu’on passe le test entre 25 et 29 ans, pour le subtest des cubes, il est impossible d’avoir 18 ou 19, la note maximale est 17. Alors la question n’est certainement pas de s’épancher sur ma note on s’en fout mais simplement ça me pose la question de la façon dont ce test est conçu car c’est un peu étrange comme fonctionnement. Et je cite cette note uniquement car pour ce point-là je sais de source sûre que c’est ainsi qu’est constituée l’échelle de notation puisque je l’ai vue (pour vous qui me lisez, il s’agira malheureusement uniquement de me faire confiance, je n’ai pas filmé mon entretien avec la psy ^^).

Ensuite, autre point qui m’a gênée, c’est que je n’ai pas eu l’impression de particulièrement briller, et j’ai pourtant été classée HPI. J’ai l’impression que tout le monde autour de moi aurait un résultat similaire. Et je ne peux pas m’empêcher de me demander « mais qui passerait le test et aurait un résultat entre 95 et 105 ? ». A priori personne. Donc toute la vérification autour de la loi normale est faite au moment de l’échantillonnage et de l’élaboration du test, ou d'études dédiées. Et c’est pour ça que j’aimerais avoir plus d’informations sur l’élaboration précise des questions d’une part et surtout de l’échantillonnage d’autre part pour déterminer les performances attendues pour tel ou tel score.
> comment sont sélectionnés les gens pour passer le test au moment de son élaboration ?
> sur combien de personnes détermine-t-on la courbe de Gauss au moment de l’élaboration du test ?
> toujours au moment de son élaboration, comment le test est-il corrigé si on se rend compte que la courbe de Gauss n’est pas respectée ?
> étant donné qu’on cherche à faire un test qui organise les gens selon la courbe de Gauss, si on constate en faisant une étude représentative sur la population que la médiane ou les écarts-types ont bougé, est-ce qu’il ne faut pas refaire une nouvelle version du test pour revenir à une courbe de Gauss « propre » ? (attention certes ici à la distinction médiane / moyenne) Mais dans ce cas comment mesurer l’évolution du QI global au fil des décennies ? Ce serait dommage de perdre cette métrique :(

Analyse réalisée par Pearson (l’entreprise Britannique qui conçoit et vend le test) pour vérifier la fiabilité du WISC (pour les enfants, donc) : https://www.pearson.com/content/dam/one-dot-com/one-dot-com/global/Files/efficacy-and-research/reports/efficacy-assessment-reports/WISC-V-research-report.pdf
A-t-on des exemples d’analyses similaires pour le WAIS-IV ? et éventuellement réalisées par des scientifiques indépendants, ne travaillant pas pour Pearson ? réalisées sur un échantillon plus large que la Grande Bretagne - tenant compte des différentes versions du test dans les différents pays ? (un rapport de Pearson sur un échantillon britannique serait déjà intéressant, même si je n’en ai pas trouvé)

Choix du périmètre de l’intelligence testée
J’ai trouvé que les épreuves étaient soit trop liées à de la culture générale (ce qui n’est pas directement lié à un fonctionnement cérébral*) soit trop liées à un entraînement cérébral comme le calcul mental (en bachotant un peu, je pense qu’on peut significativement faire varier les catégories Mémoire de travail et Raisonnement perceptif) – ce qui voudrait donc dire que ces catégories de test sont en partie dues à l’entraînement et non à l’intelligence « innée » de la personne.

A l’inverse, le test est-il suffisamment exhaustif ? Là on pourra évoquer la théorie des 7, 8, 10 intelligences par exemple, pour ouvrir à d’autres formes d’intelligences que celles mesurées dans le WAIS-IV. Pourquoi les catégories verbale et logico-mathématique seraient-elles plus importantes que les autres ?

* sur ce point en particulier, je suis partagée car il me semble dans mes différentes lectures avoir compris que la curiosité intellectuelle pouvait être un trait commun des HPI/Zèbres. Mais le QI ne mesure à l’origine pas forcément uniquement le HPI/Zèbre dans ses particularités autres que l’intelligence. A mon sens, le QI devrait uniquement mesurer un fonctionnement cérébral, et c’est pour ça qu’il n’est qu’une composante du diagnostic du zèbre/surdoué/hpi par rapport à un diagnostic hqi/thqi qu’on établirait purement avec le QI. On devrait en tout cas pouvoir avoir 160 de QI sans connaître l’auteur de la BD Tintin (question de culture gé qu’il y avait dans le test).
Chargement...
Vous devez être membre pour commenter ce post