siana
4 oct. 2021 à 10:10
Bonjour à tous,
Encore nouvelle sur atypikoo, je furète un peu dans les conversations sans intervenir et je me dis allez lance toi championne, tu peux le faire! C'est donc avec fébrilité que je me lance dans l'arène avec ce topic qui m'interroge pas mal : est ce que les cases nous aide à mieux comprendre l'autre?
Je m'explique. Je constate que nous vivons de plus en plus dans un monde de catégorisation de l'humain où l'on utilise des cases pour se définir : CSP, orientation sexuelle (avec de plus en plus de cases), MBTI, neuro(a)typiques, (je pense que pour faire bien il faudrait rajouter une catégorie névroses , c'est quand même la base :) ) etc...
Par exemple sur ce site on peut afficher son profil MBTI ( moi en profil MBTI j'ai fini par décider que j'étais "l'Alzheimeur", car j'oublie systématiquement les 4 lettres 2 minutes après avoir fait le test, malheureusement cette option n'existe pas).
Donc questions : est ce que vous lisez la description des autres profils que le votre? Avez vous remarqué que vous seriez plus compatible avec telle ou telle personnalité et allez-vous plus volontiers vers celles-ci?
Concernant les adjectifs que l'on peut choisir pour se définir sur son profil : quand il y en a plus de 15 selectionnés, est ce que vous les lisez? Est ce que les lire vous aide à esquisser mentalement les contours de cette personne?
Me concernant, me découvrir surdouée et me référer à cette catégorie pour analyser mes comportements et mes réactions m'a incontestablement aidé à me comprendre et m'a apporté un soulagement (relatif). En revanche, l'autre reste toujours un grand mystère pour moi...D'autre part, je n'ai pas non plus eu l'impression que mon entourage s'y soit vraiment intéressé ce qui, en plus d'être dommage, m'a blessé.
Communiquer virtuellement avec autrui, c'est devoir imaginer l'autre sans aucun autres signaux complémentaires que ses mots les uns derrière les autres : nous manquent sa voix, son apparence, son débit, son rythme, ses pauses, son ton, son odeur, sa manière de bouger, ses tics, son sourire, son regard.... son âme.
Quid de l'impermanence et du mouvement perpétuel?
Quid de la magie et de l'indéfinissable?
La catégorisation serait-elle (derrière le mal de dos et le questionnaire de satisfaction) devenue un des fléau de notre siècle?
Merci pour votre attention et une très belle journée à vous :)

Vous devez être membre pour commenter ce post