Et au couple, vous y croyez encore ?

Atypikoo : le réseau social des neuroatypiques Forums Discussions générales Et au couple, vous y croyez encore ?

  • Anne
    Participant
    • Sujets : 3
    • Réponses : 7
    @anner

    Après nos longues conversations au sujet de l’Amour et de nos capacités à y croire, en lisant tous ces mots qui portent le désir de l’amour comme une évidence et/ou comme une blessure, il m’est apparu que presque tout le temps l’Amour est synonyme de couple, comme s’il contenait en lui un projet unique.

    Alors je me demande, ce couple – du latin copula (« lien, liaison ») ou anciennement (Vieilli) Lien ; laisse (cf. Wiktionnaire) – est-il réellement la réalisation de l’Amour ?

    Si oui, alors pourquoi il semble presque tout le temps voué à l’échec sur l’échelle du temps ?
    Aurait-il peut-être un autre sens ?
    Faudrait-il le réinventer ?

    Je me réjouis déjà de lire vos « propres visions » du couple et d’accepter les visions des autres, même si elles sont contraires aux vôtres.

    A vous…

    avataravataravatar
    Alain
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 38
    @momosixtrois

    Bonjour,
    Sujet très intéressant, mais comme je suis avec un smartphone, mon grain de sel sera court.
    Voué à l’échec, pas toujours.
    Difficile, sans doute.
    Mais le célibat est difficile, les aventures éphémères sont difficiles.
    Sans doute que nos modèles sont trop rigides et intolérants, et que nous avons trop le sentiment de devoir nous épanouir dans tel ou tel modèle.
    Potentiellement chaque situation est perilleuse…donc vouée à l’échec, ou pas.
    (Bon, pas très constructif comme message…).

    Modif…enfin, je voudrais dire que ce n’est pas parce qu’une situation est difficile qu’elle est un échec, et qu’elle n’a pas mérité d’être vécue.
    En partant de ce principe, je suppose qu’on échoue moins…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 jour et 4 heures par Alain.
    avataravataravataravatar
    Géraldine
    Participant
    • Sujets : 6
    • Réponses : 451
    @gee

    Le couple, pour moi, est un paradoxe: j’ai envie d’être en couple, mais j’ai besoin de liberté.
    Un couple s’use, les deux personnes peuvent évoluer de façon différente et ne plus être « compatibles ». Il est donc difficile de faire durer un couple plus d’une vingtaine d’années, voire moins.
    Je pense qu’on se met en couple au départ souvent pour fonder une famille, puisque c’est un peu « obligatoire » si on veut des enfants.

    Quand on est jeune, on est idéaliste, on croit à l’amour éternel, on se met en couple en n’envisageant pas un instant que cela ne durera pas toute la vie. Puis les réalités de la vie, la routine, les changements de chacun font que le couple s’use. Souvent, on reste ensemble plus longtemps que de raison quand on a des enfants, mais ce n’est pas une solution.

    Par contre, j’ai du mal à comprendre les personnes qui croient encore au couple après avoir vécu une longue histoire. Ils recommencent le même schéma en pensant que la fin sera différente cette fois-ci, mais c’est rarement le cas. Ils reproduisent chaque fois la même histoire mais ce besoin d’être en couple prime sur la raison.

    En vieillissant, certains comprennent que ce qu’ils veulent, ce n’est pas une vie de couple dans son entier, mais simplement le fait d’aimer et d’être aimé…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 jour par Géraldine.
    avataravataravataravataravataravatar
    Marie Vanille
    Participant
    • Sujets : 33
    • Réponses : 166
    @marievanille

    Pour moi l’amour est le lien qui m’unis à moi même et à d’autres personnes.
    Ce n’est pas le couple tel que la société le conçoit.
    C’est trop réducteur d’associer ce sentiment à un type de relation en particulier.

    avataravataravataravataravatar
    Adeline
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 43
    @ariv

    Si les deux acteurs du couple y croient alors oui, il n’y a aucune raison que cela ne fonctionne pas à mon sens. Il court tellement de légendes urbaines aujourd’hui qui disent que si on s’ennuie mieux vaut se séparer, que s’aimer-soi est l’essentiel, quand au fond cela me paraît bien, mais insuffisant. Plusieurs lectures inspirantes sur le thème me laisse espérer que c’est possible, que la phase individualiste qui suit la révolution sexuelle est juste le fait que l’aiguille penche d’un côté opposé à celui ou elle penchait pendant la période des mariages arrangés, qu’un équilibre est possible à trouver pour concilier liberté et engagement.

    avataravataravatar
    Jo
    Participant
    • Sujets : 52
    • Réponses : 888
    @bluemoon

    En fait, je ne cherche pas spécialement à être en couple, je cherche une compagne de Vie car à deux nous sommes plus fort,
    nous pouvons nous élever plus haut …
    Nous rattraper pour nous empêcher de tomber …

    Tout est mieux à Deux .

    avataravataravatar
    Marie-Antoinette
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 18
    @marie-antoinette1789

    Le couple (réussi, soit fusionnel, amoureux, accompli, harmonieux, et forcément de longue durée) est une construction sociale récente, et certainement plus un idéal qu’une réalité. Il y a plein de bouquins intéressants là-dessus. Et autant de clichés et d’injonctions. Et d’expériences personnelles tellement différentes et intéressantes, notamment sur tout ce qui relève de la négociation. Mais j’ai l’impression que « couple » est souvent confondu avec « monogamie hétérosexuelle », et en cela, le modèle a vécu, enfin j’espère.

    avataravatar
    Olie
    Participant
    • Sujets : 7
    • Réponses : 208
    @olie

    Je suis plutôt d’accord avec @Gee, en tout cas ça se rapproche assez de ma perception de l’amour et de l’autre.
    Surtout la dernière phrase, dans le mille 🙂

    Vincent
    Participant
    • Sujets : 2
    • Réponses : 6
    @yusonara

    Merci pour cette belle réflexion.

    Si je ne m’abuse, le mot couple signifie la réunion de deux personne pour une même activité.

    Nous sommes des êtres hors normes de part notre singularité.

    Je trouve donc légitime qu’à notre habitude, nous soyons sur l’extrémité de la courbe de Gauss.

    Notre singularité, éducation, environnement, expérience … tout cela fonde notre définition du couple.

    Autre particularité de notre fonctionnement: la remise en question.

    Si le couple est une balance traditionnel et l’individu amoureux un poids, la balance penche indéniablement de notre côté zèbre.

    Question: L’amour, le couple, la vie peut elle être vécu sans résonnance ? Equilibre ?

    avatar
    Syrenia
    Participant
    • Sujets : 11
    • Réponses : 588
    @syrenia

    Pour ma part, j’ai toujours eu des modèles de stabilité dans le couple (mes parents, mes grands-parents, mes oncles et tantes…). Ce n’est que récemment que j’ai eu des cas de séparation dans mon entourage (plutôt indirects en plus). Et en même temps, depuis presque toujours, j’entends dire que les couples se séparent de plus en plus, que la vie à deux est presque impossible sur la continuité, que les gens se séparent pour un rien… et je me surprends à en faire de même (plus ou moins). Peut-être est-ce dû à notre société actuelle, qui se veut nous offrir davantage de possibilités, mais l’on s’y perd, on passe au suivant dès que quelque chose ne va pas, car trop de possibilités justement…
    Mes parents m’ont dit récemment, à ma demande, qu’ils pensent qu’un couple se doit de travailler ensemble et individuellement, continuellement, à entretenir leur amour, comme on entretient un feu. Pour cela il faut évidemment bien communiquer, avoir des projets communs et individuels, pouvoir s’épanouir ensemble et individuellement, être attentionné envers soi et envers l’autre, faire en sorte d’aller dans la même direction… En les voyant je me dis qu’ils ont raison, puisqu’ils ont l’air de s’aimer comme au premier jour (même si je n’étais pas là, c’est l’impression que j’en ai).
    Pourtant il reste tout de même une ombre au tableau : si l’on finit par évoluer trop différemment de l’autre… J’imagine que lorsque l’on aime une personne, on l’aime pour ce qu’elle est et sera, car c’est ce qu’elle est au fond pour nous (ou inversement) qui nous fait l’aimer. Mais j’imagine que plus grande est la déception, plus grande est la perte d’amour… car personne n’est parfait et donc tout le monde finit par décevoir à un moment ou à un autre. Et si l’on prend cela en compte, je pense que la durabilité de l’amour peut être augmentée.
    Autrement, on confond souvent amour et vivre avec l’autre au quotidien. Ce sont deux choses différentes : on peut aimer une personne mais ne pas aimer vivre avec quotidiennement (pour une raison ou une autre), ou aimer les deux si l’on s’accorde au quotidien. Notre société n’est pas vraiment faite pour remettre cela en question. Pourtant je crois que cela arrangerait bien des situations… ou alors il faut continuer de faire des compromis si besoin.

    Enfin je rejoins @marievanille concernant l’Amour en général : il peut être amoureux, amical, pour un membre de sa famille, etc. Je ne pense pas qu’il faille lui mettre de « cases », comme pour chaque personne qui est toujours davantage que cela, qui est unique et donc a sa propre façon d’aimer, ce qui laisse autant de possibilités à l’Amour.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 14 heures et 25 minutes par Syrenia.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 14 heures et 25 minutes par Syrenia.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 14 heures et 23 minutes par Syrenia.
    avataravataravatar
10 sujets de 1 à 10 (sur un total de 10)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Alimentation et cerveau

Les produits alimentaires industriels et transformés envahissent nos supermarchés et nos assiettes. Nous consommons des produits fabriqués, dénaturés, raffinés avec des goûts artificiels et des compositions douteuses. Mais l’euphorie de cette ère du « prêt à consommer » passée, l’heure du bilan arrive, et nous constatons que notre époque est également celle des troubles et des addictions alimentaires.

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

 

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux neuroatypiques : Hypersensibles • Haut Potentiels Intellectuels (HPI) • Aspies.

Que ce soit pour des rencontres amicales, des rencontres amoureuses ou des rencontres professionnelles, Atypikoo vous permet d'échanger avec d'autres adultes atypiques dans toute la France et les pays francophones (Suisse, Belgique, Canada).
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

« Un nouveau réseau social qui émerge, avec la volonté de réellement lier les gens entre eux, et de faire savoir aux atypiques qu’ils ne sont pas les seuls à l’être. »

 
Rejoignez la communauté
close-link