I have a dream !

  • JO
    Participant
    • Sujets : 4
    • Réponses : 17
    @landais

    Je me pose une question simple.

    Les psy(insère la terminologie de ton choix ca n’as aucune importance)

    Je comprends pas la bienveillance des Psys, ou plutôt je le comprend et c’est bien ce qui me dérange. J’ai l impression d’être face a un mauvais mentaliste qui essaie de manipuler mon inconscient a cop de « bravo » « super » « belle initiative » et autres encouragements démesurés face a la moindre de mes remarques. Le tout pour que je me sente en confiance et me livre a lui ou que je gagne en estime de moi ….
    Mais c’est pas du tout ce que j attends d un psy!
    Je rêve d’un psy qui me bouscule, qui me provoque.
    D’un psy qui me dise « C’est toi le cassos, si tu fais rien pour que ca change moi je m’en branle. Je te prends euros pour 30 mn si tu veux venir encore 10 ans ca me va !! Alors soi tu m’explique pourquoi tu viens me voir, soit tu me files ma thune et je te donne un RDV la semaine prochaine !!!  »

    La bienveillance ca m’ennui, ca me met mal à l’aise. J’ai grandi dans le conflit et y’as que la dedans que j’arrive a m’exprimer. Alors SVP les psys quand vous voyez que le pommade ca marche pas, commencer a montrez les dents qu’on s’y mette enfin !!

    … Pas vous ? 🙂

    avataravataravatar
    Marina C
    Participant
    • Sujets : 23
    • Réponses : 1227
    @marinac

    Je peux te filer les coordonnées d’une psy massacrante si tu es maso 🤭

    Normalement ils sont la pour nous aider en douceur et respect de notre personne

    avataravatar
    Anne-Lise
    Participant
    • Sujets : 4
    • Réponses : 153
    @anne-liseb

    Hello Jo @landais,

    Bonne question… j’en suis aussi là… elle est gentille, bienveillante, à l’écoute, d’ailleurs, elle ne comprend pas très bien ce que je fais dans son bureau… et pourtant, j’y suis… il doit bien y avoir une raison…

    Je persiste parce que j’ai une tendance à consommer les psys comme les médocs, quand ça m’arrange, quand j’en ai besoin mais si j’y retourne, c’est bien que je n’ai pas résolu le problème de fond. Et pourtant, j’ai une très bonne capacité à comprendre mes mécanismes, ce qui m’a menée dans le mur… mais c’est pas pour autant que je les ai pas pris en pleine tronche!

    Et effectivement, je te rejoins, je me suis emballée à la fin de la dernière séance parce qu’elle me disait que, quand même, si le monde était peuplé de gens comme moi, il serait bien meilleur… ou, du moins, je lui ai servi ce qu’elle attendait…

    Le souci, c’est que moi, j’ai vu sa manipulation (bienveillante) mais qu’elle n’a pas vu la mienne (bienveillante aussi). J’aimerais qu’elle me bouscule, qu’elle me provoque, me pousse dans mes retranchements, qu’elle me mette devant mes contradictions.

    Et finalement, j’ai trouvé. Un HP, thérapie systémique. Il est bienveillant mais il me voit venir. Il est bienveillant mais il n’accepte pas mes silences, il revient sur une séance précédente, une phrase dite qu’il n’a pas oubliée alors que moi si. Il est bienveillant mais il me bouscule, il me challenge. Et il voit derrière les barrières, les protections, la façade.

    J’en viens à me demander si nous atypiques ne pouvons pas être pris en charge que par des atypiques. Ou par des spécialistes des atypiques, des rompus à nos gentilles manipulations de protection.

    Nous sommes plus difficiles à soigner, souvent plus cabossés et pour cause, marginalisés, refusés dans ce que nous sommes par la societe. Quelle violence que le refus de notre nous et ce parfois, dès la plus tendre enfance. Nous sommes plus difficiles à soigner parce que nous voyons clairs dans ce qui se joue sur ce divan.

    Mais il semblerait, et je finirais là dessus, que nous soyons plus resilients. Il semblerait que nous ayons une plus grande capacité à nous relever. C’est ce que certains psy disent en tout cas… de ceux qui nous connaissent.

    avataravataravataravataravatar
    Matthieu
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 25
    @paprikka

    Un psy qui envoie paitre la clientèle ne va pas avoir une clientèle longtemps.

    Ça parait logique qu’ils vont pas être dans l’agressivité mais plutôt dans la bienveillance. D’autant que leur job c’est juste de nous laisser causer et de rebondir de temps à autre quand on perd le fil ou qu’on peut creuser un truc, pas besoin de faire du rentre dedans pour ça.

    Mais je suis d’accord, je trouve les séances psy particulièrement inutiles et stériles.

    Romarin
    Participant
    • Sujets : 54
    • Réponses : 1285
    @romarin

    Techniquement, il y a de tout chez les psys.
    Des bons et des nuls.
    Des honnêtes et des escrocs.
    Liste non exhaustive.
    Questions:
    Pourquoi un psy chercherait-il à nous manipuler ? Au plan du principe je parle.
    Si c le cas: il n’est pas dans son job. Point.
    Quand nous allons chez le psy, on cherche quoi, en fait? À aller mieux ou bien à nous prouver Dieu sait quoi? Si on trouve sa question nulle, pourquoi ne pas chercher à la comprendre?
    Est-ce qu’au prétexte de notre hp, nous serions à l’abri des biais de raisonnement?
    Rien n’interdit de partir du postulat que le psy a peut-être ses raisons de poser la question de cette façon ?
    Il est exact que la souffrance ( motif en général principal des consultations psys) entraîne parfois une arthrose cervicale qui gêne pour le décentrage du nombril…

    S’il est vraiment nul, on peut dans un premier temps faire comme si ses questions étaient ok et y réfléchir à notre façon.
    Et si rien de rien, on peut aussi se casser.

    Certes la formation psy laisse à désirer
    ( cf le Dr Perrine Vandame: https://m.youtube.com/watch?v=ikH6y1n1704 )
    Mais, si cette formation laisse à désirer, cela s’inscrit peut-être dans un contexte de société davantage prompt à l’escroquerie et à la manipulation, qu’au souci du bien-être des citoyens?
    Mais j’dis ça, j’dis rien.
    La question demeure: pourquoi va-t-on voir un psy?
    Qu’en attend-on?
    Et pourquoi ne pas le lui dire? Et en discuter pour voir si cela rentre dans le champ de sa conception de l’exercice professionnel ?
    Un diplôme ne dit pas l’intelligence.
    Et on peut être hp et avoir des conceptions des choses de la vie bornées par nos peurs.
    L’intelligence, c’est pas ce truc sensé nous aider à nous adapter constructivement au monde? ( parfois la construction, c’est aussi se barrer ailleurs : faire sa bulle par exemple ).
    Des psys , j’en ai fait. Étant de la branche, le moindre pas de travers était repéré et scanné.
    Si j’en sortais un truc positif, je restais.
    Si , au bout du bout du bout, c’est bien le psy qui était incompétent ( quelqu’en soit la raison: incompétence, sottise, sadisme …) , je tirais poliment ma révérence .
    Après tout, c’est moi qui sait si un truc me fait du bien ou pas. 
    Mais ce fut la galère. C’est vrai. Et encore: je pouvais limiter la casse.
    Je suis sensible à la souffrance des autres et à la difficulté de trouver un pro ok.
    C’est une réalité.
    Aussi parce que même le plus compétent ne peut satisfaire chacun.
    Que voulons-nous ? Aller bien ou s’autoriser à vivre dans la plainte parce que l’identité souffrante nous fait , pour le moment , moins mal que de regarder les choses de la vie en face ?
    Qui a envie de constater que le manque de respect dans notre famille d’origine nous a conditionné à croire le voir partout?
    Qui a envie de constater que, sous prétexte de ne pas juger son parent, on reste dans un modèle relationnel conflictuel avec l’autre? Quelque soit cet autre?
    Et que quoi qu’on fasse, on ne sera pas respecté en tant que personne mais juste considéré comme une béquille ? Parce que les autres, dans ce cercle relationnel précis, ne font pas autrement?
    Qui a envie de voir qu’il ou elle a passé une partie de sa vie à sauver le soldat Ryan et ses clônes parce que c’était la seule façon de survivre en famille ?
    Et pourquoi croit-on qu’observer, c’est juger et condamner?
    Beaucoup de « pourquoi »…
    Et pour mémoire, la dépendance affective apparaît comme une séquelle de mémoire traumatique… une parmi d’autre….pourquoi ne pas aller voir de plus près de quoi il s’agit? Et développer la question?
    Pourquoi avoir besoin de se considérer comme dépendant affectif intrinsèquement?
    Quelque soit le choix, qu’il mène à la paix si c’est elle qui est désirée.
    Et que la force soit en vous 🌞
    Yoda 😂😂😂
    PS: dsl pour l’aspect politiquement incorrect, mais je ne pense pas que la religion du pardon des offenses soit constructive. Cf Alice Miller📚 ( donc cf Google , YouTube et autres articles wiki ou pas).
    Observer, comprendre, admettre, et faire sa route pour soi, pas contre les autres.
    La vie est courte. Notre énergie est limitée : pourquoi ne pas la garder aussi pour soi ? Au moins de temps en temps?
    🌻✨🎶

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 2 semaines par Romarin.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 2 semaines par Romarin. Raison: CAO
    avataravatar
    Françoise
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 36
    @soaze

    Le psy est là pour accompagner, ce qui n’implique pas forcément de caresser dans le sens du poil . Néanmoins s’il n’est pas bienveillant dans le sens littéral, il peut changer de métier.
    Il y a d’autres moyens de s’exprimer que dans le conflit (vu que dans le conflit on est deux et que cela implique que l’autre- en l’occurrence le psy- pour conforter ou « faire plaisir » au patient y adhère).

    Anne-Lise
    Participant
    • Sujets : 4
    • Réponses : 153
    @anne-liseb

    @romarin, je ne peux pas répondre pour Jo mais je peux préciser ce que j’entendais pas manipulation. Nous passons notre vie à nous manipuler tous les uns les autres, de façon plus ou moins consciente et avec plus ou moins de succès d’ailleurs (ex : S’effondrer en larme lorsqu’un policier nous arrête pour éviter l’amende, commencer une phrase par « au risque d’attirer les foudres… », « sans vouloir vous offenser… » pour éviter justement ces écueils.). Le psy, de par sa façon de nous valoriser, de nous complimenter est dans une forme de manipulation bienveillante, la psychologie positive (tout ce que l’on entend en ce moment sur le bien-être que procure la gratitude, le fait de se complimenter sur chaque succès réalisé par exemple).

    « Est-ce qu’au prétexte de notre hp, nous serions à l’abri des biais de raisonnement? » non, bien sûr que non mais c’est en nous poussant dans nos retranchements, en nous bousculant, comme dit Jo (@landais), en nous montrant nos contradictions que nous pouvons avancer. Et oui, certains psy le font mais la plupart, non (en l’état actuel de mes expériences).

    « La question demeure: pourquoi va-t-on voir un psy? Qu’en attend-on? Et pourquoi ne pas le lui dire? Et en discuter pour voir si cela rentre dans le champ de sa conception de l’exercice professionnel ? » Il me semble qu’il y a les raisons de surface (ex : maltraitance au travail) et les raisons plus profondes (ex : il peut y en avoir des milliers, chacun les siennes, en l’occurrence) et nous pouvons facilement verbaliser les questions de surface, beaucoup moins ce qu’il y a derrière, c’est d’ailleurs ce que nous venons chercher chez les psys. Et effectivement, il me semble que les questions gentilles ne font qu’effleurer la surface. Mais peut-être suis-je tombée sur une série de pas bons… et chers en plus, pas de bol !

    « Et on peut être hp et avoir des conceptions des choses de la vie bornées par nos peurs. » : Raison possible de consulter donc…

    « L’intelligence, c’est pas ce truc sensé nous aider à nous adapter constructivement au monde? » : Alors, là, c’est encore plus intéressant comme question !!! Si on parle de l’intelligence cognitive, il semble que ce soit même le contraire, non ? Ce sentiment de décalage, de ne pas être adaptés, de ne pas savoir rentrer dans les cases semble être tout de même un pattern commun de ceux qui consultent. Ceux qui vont bien et ont su s’adapter vont consulter les psys que pour d’autres raisons… Penser que notre fonctionnement différent nous aide à nous adapter à la norme me semble être un contre-sens, si tu me permets ce jugement de valeur.

    Pour la liste des pourquoi, il me semble que ce sont des pourquoi très personnels, je ne me reconnais pas du tout dans ce questionnement et ne pourrais donc pas commenter. Mais ça reste intéressant, des pistes à creuser en effet, pourquoi pas.

    Et c’est bien parce que la vie est courte et mérite d’être savourée chaque jour que les psys vanilles sont extrêmement frustrants. Je préfère être bousculée et avancer à grand pas plutôt qu’on me rassure gentiment en me promettant 10 ans de thérapie. Mais c’est un avis personnel, je partage totalement celui de @landais, mais je te rejoins sur un point, il faut surement trouver le bon et ça n’est pas si facile.

    Au plaisir d’échanger…

    JO
    Participant
    • Sujets : 4
    • Réponses : 17
    @landais

    @anne-liseb
    Et finalement, j’ai trouvé. Un HP, thérapie systémique. Il est bienveillant mais il me voit venir. Il est bienveillant mais il n’accepte pas mes silences, il revient sur une séance précédente, une phrase dite qu’il n’a pas oubliée alors que moi si. Il est bienveillant mais il me bouscule, il me challenge. Et il voit derrière les barrières, les protections, la façade.

    C’est exactement ce que je recherche


    @paprikka

    Un psy qui envoie paitre la clientèle ne va pas avoir une clientèle longtemps.

    L’objectif premier d’un psy devrait, a mon sens de faire en sorte de jamais revoir ses patients. Pour moi un psy qui consulte les mêmes patients durant des décennies n’est pas un bon psy.
    JE m inquiète pas pour eux vu les listes d’attente même s’il devenait extrêmement efficace ils auraient encore de quoi faire


    @romarin

    Pourquoi un psy chercherait-il à nous manipuler ?
    La manipulation n’est pas forcément malveillante. L’hypnothérapie c’est de le manipulation, seulement lorsque le manipulé voit les ficelles je pense qu’il fau changer de stratégie.
    Ton argumentation semble tourner (je me trompe peut etre) autour de l’idée que le psy pose des questions qui ne me conviendrait pas. Je te parle d’un psy qui ne pose pas de question, d’un psy qui commence ses séances par « comment ca va aujourd’hui ? » et « il s’est passé quoi depuis la dernière fois ». Et qui ne cherche pas a approfondir. Qui me donne un bon point lorsque je dis que j ai fais un truc sympa (genre un repas chez des amis, ou discuter avec un collegue de travail) et ca s’arrête la.
    Qu’il me soumettent des questions auxquelles je ne m’était jamais intéressés, c’est exactement ce que je recherche.

    Et pourquoi croit-on qu’observer, c’est juger et condamner?

    @soaze

    Il y a d’autres moyens de s’exprimer que dans le conflit

    J’aurais envie de répondre par une question,
    Pourquoi considérer que le conflit est néfaste ? Du conflit nait la renaissance, et au final c’est bien la ma recherche. Je n’ai aucun soucis a l’idée qu on me confronte a mes contradictions, mes démons ou ma lâcheté. JE pense même qu’il n y as que comme ca que j’évoluerais.


    @anne-liseb

    Le psy, de par sa façon de nous valoriser, de nous complimenter est dans une forme de manipulation bienveillante, la psychologie positive

    C’est ce que je pense, manipulation est un mot péjoratif, mais il existe des manipulations positive, comme dire a un enfant qu’il est trop fort parce qu’il a réussi a mettre un carré dans un trou carré (parce que c’est pas hyper dur non plus 🙂 )
    C’est d’ailleurs ca le problème a mon sens. Qd on voit les ficelles, ce déferlement de bienveillance est juste infantilisant.

    « L’intelligence, c’est pas ce truc sensé nous aider à nous adapter constructivement au monde? »
    Dans ce cas je suis loin d’être un HPI 😀

    Merci a tous et toutes pour vos réponses

    avataravataravataravatar
    Françoise
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 36
    @soaze

    Alors qu entendez par conflit? Le terme est vaste.
    Le psy est là pour vous bousculer mais en amenageant un filet pour que vous puissiez vous réceptionner. Il n est pas là forcement pour adhérer à votre système qui est peut-être justement trop confortable. Du chaos peut naître une nouvelle cohérence.

    avatar
    Anne
    Participant
    • Sujets : 5
    • Réponses : 446
    @hemera-82

    Jo @landais
    je suis curieuse à mon tour,
    As-tu toi-meme confronté ton psy ?
    dit ton agacement face à sa psychologie positive, et à sa bienveillance que tu décris comme un peu « niaise » (non ? c’est ce que je perçois…)

    Le psy peut il utiliser des recettes de développement personnel (apparemment ! ) et c’est à mon sens aussi parfois les limites des TCC

    Je pense que les hp sont des patients qui ont besoin de psy à leur hauteur, à leur vitesse, à leur pertinence….

    Votre psy vous surprend il ?? est ce que cela « percute » ?

    C’est sans doute un bon moyen d’évaluer la qualité du travail (en tout cas moi c’est un de mes moyens d’évaluer mon taf.. ) : ou bien l’éffet de surprise pendant la séance, ou à la séance suivante quand la piste ou la question restée sans réponse (non « prise » )sur le moment est ramené tel quel à la séance suivante et que ca a travaillé dans le laps de temps
    si ca ronronne trop, que tout se déroule dans la fluidité du « joué d’avance », c’est pas bon signe…

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 mois et 2 semaines par Anne.
    avataravatar
    Anne
    Participant
    • Sujets : 5
    • Réponses : 446
    @hemera-82

    je complète mon post

    de l’autre coté, que se passe t’il pour le psy, moi en l’occurence 😉 ?

    certaines séances plus que d’autres, sont de véritables défis…

    certains patients sont des défis… hyper stimulant intellectuellement….

    c’est aussi parfois un travail de haute voltige ou d’équilibriste selon les moments… La question que je me pose encore, est celle du filet de sécurité… y’a t’il toujours un filet de sécurité …. alors oui dans le sens où personne ne meurt (et où j’ai eu la chance dans ma pratique jusque au jour d’aujourd’hui à ne pas être confronté à cela….) et non dans le sens où il y’a des ratés

    Je ne suis pas toujours dans ma zone de confort, et heureusement ! le jour où ce sera le cas, je m’inquiéterai

    avataravatar
    Romarin
    Participant
    • Sujets : 54
    • Réponses : 1285
    @romarin

    Juste une question de préciser de quoi on parle.
    Manipulation :
    Une manipulation mentale ou manipulation psychologique est — en psychologie — une méthode délibérément mise en œuvre dans le but de contrôler ou influencer la pensée, les choix, les actions d’une personne, via un rapport de pouvoir ou d’influence.
    ( copié-collé)
    Pouvoir?
    Influence ?
    Un thérapeute ne manipule pas son patient. Il l’accompagne jusqu’à l’endroit où il sait son chemin tout seul.
    Pas de rapport de pouvoir ni d’influence: c’est un partenariat ( pas de rapport de pouvoir) entre personnes adultes qui œuvrent dans le même sens ( pas d’influence au sens dictionnaire).

    C’est sur cette base que je répondais.
    Après , si le mot manipulation a un autre sens , c’est plus pratique de le préciser .

    S’adapter de façon constructive – sous entendu: pour soi.
    Mais sinon, d’après les dernières recherches, pas de souci😉 : le QI est indépendant de l’intelligence.
    Ouf! On peut donc garder son statut d’HQI quelles que soient les circonstances de la vie 🥵✌🏻
    Je rigole.
    Mais les recherches, non, non: c’est vrai.

    avatar
    Anonyme
    Inactif
    • Sujets : 0
    • Réponses : 38
    @

    .

    avatar
    Anne
    Participant
    • Sujets : 5
    • Réponses : 446
    @hemera-82

    Olie
    ce que tu dis -avec plus de douceur que moi ! – rejoint mes propos quand je parlais de « confronter » son psy et de dire son agacement,
    tu ajoutes le fait « de demander », et je partage ton point de vue…
    ne pas dire , ne pas demander, c’est parfois attendre du thérapeute qu’il se comporte comme le bon parent de l’enfant tout petit , qui lui est obligé de deviner les besoins de l’enfant… nous pouvons tous rêver de revenir à ce moment où nous sommes totalement pris en charge et au repos de notre responsabilité d’adulte…
    belle journée à tous…

    avatar
    Anne-Lise
    Participant
    • Sujets : 4
    • Réponses : 153
    @anne-liseb

    @olie, @hemera-82, je ne peux pas ne pas rebondir, désolée ! Encore une fois, je ne peux pas parler pour Jo mais pour moi, je peux. Qu’est ce qui vous dit que l’on n’a pas essayé ? De le lui dire ? J’ai une excellente analyse de mes mécanismes, je crois, c’est ce que les pros semblent croire en tout cas. Donc, j’arrive avec mon problème, mon analyse de mon parcours par rapport à ce problème et je leur sert sur un plateau. Oh mais que c’est confortable ! Ben ouai, les gars, j’ai fait la moitié du travail. Mais que la moitié, ne vous endormez pas sur ces paroles ! et peut-être même d’ailleurs que, même si tout ce que je dis a l’air crédible, j’ai fait fausse route dès le départ ! Quand je discute à démêler un truc avec une copine ou un pote, je gratte, je change d’angle, je lui montre la fenêtre de l’autre, je ne prends pas pour argent comptant ce qu’il me livre. Je tâtonne, je teste, je fais un pas en arrière si je sens que ça heurte, je panse quand je sens que c’est nécessaire ! Et j’en attends autant de mon psy ! Et j’ai beau revenir sur ce qui m’a amenée à consulter (rien que le fait que j’y revienne est un message en soi, non ????), rien n’y fait, nous restons en surface. Et comme je connais mes propres mécanismes de défense comme ma poche, si tu ne me bouscules pas un peu, tu n’obtiendras rien. Ou plutôt, c’est surtout moi qui n’obtiendrai rien. Que dalle. Ça tombe bien, je suis en pleine forme en ce moment (ça se voit, non ?), comme d’ailleurs l’immense majorité du temps mais le passé a révélé que certaines fragilités peuvent avoir des conséquences dévastatrices. Et elles sont toujours là ces fragilités ! Y’en a pas beaucoup, j’ai appris à les aimer mais je ne veux pas revivre le ciel qui s’obscurcit, le tempête qui se déclenche, l’air qui vient à manquer, la barque qui chavire, les tasses de plus en plus fréquentes, les poumons qui se contractent de douleur du manque de cet air si vital.

    Désolée si j’y ai mis trop de mes tripes et merde au fait que ce soit public.

    Respiration.

    Je vais mettre un bémol à ce que j’écris ici, je ne partage pas le postulat de départ « psy, mettez-y ce que vous voulez », je crois que ce n’est pas tout à fait vrai. J’ai fait de grosses avancés avec une psychologue il y a quelques années. Rapide. Percutante. Efficace. Je me suis adressée récemment à deux psychiatres. Je crois qu’une partie du problème réside là. Non, Anne, je ne dis pas ça, eu égard à ton métier, je le pense vraiment. On choisi de consulter un psychiatre plutôt qu’un psychologue parce que c’est remboursé par la sécurité sociale (ne nous mentons pas), parce qu’il peut prescrire, parce qu’il peut mettre en arrêt maladie, et certains sont évidement très bons, c’est d’abord une question de personne, on est bien d’accord, mais un psychologue a choisi dès le début de ses études ce cursus, et a bien plus été formé, en quantité et en qualité. Je m’excuse si certains psychiatres lisent ces lignes, ce n’est que mon avis, n’y attachez pas plus d’importance que ça…

    Mais je fais peut-être fausse route : peut-on soigner quelqu’un qui va bien ? Très bien même ? Comment soigner quelqu’un qui vous répond d’entrée de jeu « je suis dans une forme olympique ! Je fais des pas de géants, ce diagnostic m’a donné des ailes ! » Comment soigner quelqu’un qui vous dit « je veux comprendre pour éviter que cela recommence mais j’ai pansé mes plaies ». Peut-être que ce que je demande est impossible.

    avataravatar
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 30)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

 

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux neuroatypiques : Hypersensibles • Haut Potentiels Intellectuels (HPI) • Aspies.

Que ce soit pour des rencontres amicales, des rencontres amoureuses ou des rencontres professionnelles, Atypikoo vous permet d'échanger avec d'autres adultes atypiques dans toute la France et les pays francophones (Suisse, Belgique, Canada).
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

« Un nouveau réseau social qui émerge, avec la volonté de réellement lier les gens entre eux, et de faire savoir aux atypiques qu’ils ne sont pas les seuls à l’être. »

 
Rejoignez la communauté
close-link