La liberté d’être parent menacée

Atypikoo : le réseau social des neuroatypiques Forums Discussions générales La liberté d’être parent menacée

  • Anonyme
    Inactif
    • Sujets : 4
    • Réponses : 644
    @

    !

    avatar
    Isa
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 15
    @isal

    Bonjour,
    Avant- dernière intervention de ma part car tout de même une certaine fermeture de la part de certains, c’est dommage. Le débat n’était pas pour ou contre l’école à la maison, ce qui aurait été une question totalement différente.
    L’idée était de vous alerter sur une réalité : la liberté d’instruction menacée et par la même un champ ouvert sur la liberté parentale.

    @Eric
    , à titre indicatif, en mai, le ministre de l’éducation plaidait pour la liberté d’instruction en famille, reconnaissant qu’il existait très peu de dérives. En octobre, le président annonçait son intention d’interdire, le ministre changeait de discours. Les associations, les familles, des intellectuels de tous bords, des juristes réclament des informations montrant des dérives justifiant cette interdiction. Aucun chiffre n’est donné. Au contraire, dans un document nommé vademecum et réalisé par le ministère, il est attesté que les dérives sont très rares , dans ce même document on parle cependant de l’interdiction de l’instruction en famille comme une loi actée alors que la loi n’a pas été votée !

    @Julien
    : vous ne me connaissez pas. Sans le diagnostic de mes filles, le sujet m’aurait de la même façon interpellée. Je suis de celles qui réagissent lorsqu’il y a injustice et plus encore lorsqu’il s’agit d’enfance.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 2 semaines par Isa.
    avataravatar
    Isa
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 15
    @isal

    @Karl : Merci, je ne suis plus concernée à titre personnel. Je me suis engagée en soutien aux familles.

    Pas de lien entre interdiction et régulation. La régulation est toujours délicate d’une façon ou d’une autre. Sur quels critères réguler ? Réguler peut finir par signifier interdire. Ici il est question de soumission à autorisation donc régulation, mais au final, l’interdiction est à la clé pour de nombreuses familles qui ont besoin de ce choix.
    Selon moi, deux points devraient être pris en compte :
    – la mise en place de l’arsenal juridique qui existe car il ne faut pas oublier qu’il existe un véritable arsenal juridique pour contrôler les dérives (cf mes explications dans un autre message)
    – l’amélioration et la modification du système en place. Comme je l’ai écrit, cela fait 14 ans que je soutiens des familles, moi-même je ne suis pas arrivée par hasard à l’instruction en famille, or bien des familles ne demandent qu’une chose : scolariser leur enfant, simplement aujourd’hui le système présente beaucoup trop de failles, à tout niveau. Cela va de l’enfant handicapé à qui on dit « ce n’est pas la Spa ici, débrouillez-vous ! » et bien même cette famille là doit montrer patte blanche, au harcèlement scolaire, à la phobie, aux dys en tout genre et bien peu d’enseignants formés, etc.
    Hier encore une maman m’appelait à l’aide : son enfant est précoce et TDA, l’école n’en veut plus, l’équipe enseignante exige un cours par correspondance (donc déclaration d’instruction en famille) sinon ils feront un signalement. Non seulement ils ne jouent pas leur rôle, mais ils se permettent de proférer des menaces graves ! Cette famille n’aura probablement pas d’accord pour un cned réglementé car les troubles ne sont pas suffisamment graves pour justifier l’accord de l’inspection académique (maintenant c’est aléatoire car l’accord pour ce cned est très aléatoire et je suis parfois surprise que certaines familles aient l’accord quand d’autres qui sont dans une situation difficile se le voient refuser). Au passage si la loi passe que se passerait-il pour un enfant comme lui dont les enseignants ne veulent plus : demande d’autorisation à demander, possible accord ou refus (ce sera tout aussi aléatoire que le cned réglementé). Si refus, l’enfant devra ou aller dans le privé ou endurer une équipe qui l’a pris en grippe. Aujourd’hui la maman a une alternative, elle peut lui permettre d’apprendre autrement hors école sans avoir à stigmatiser son fils, sans craindre un rejet de plus…

    Anonyme
    Inactif
    • Sujets : 4
    • Réponses : 644
    @

    !

    Isa
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 15
    @isal

    Bonjour @Karl
    L’idée de ne plus intervenir est de ne pas perdre mon temps et mon énergie 🙂 En effet, j’ai souhaité informer, mais si en face, on ne souhaite pas approfondir le sujet et s’informer avant de réagir, je perds les deux et l’expérience m’a appris que c’était inutile.
    Etant donné que tu es dans le dialogue, je réponds 🙂
    L’instruction en famille est majoritairement le fait de deux types de familles (même si dans les faits, la diversité est bien plus grande que cela, c’est d’ailleurs une vision très réductrice qui est proposée par les médias la plupart du temps car des familles au RSA choisissent d’instruire leurs enfants et d’autres sont médecins ou chefs d’entreprise par exemple).
    Principaux motifs :
    – un choix de vie, le respect du rythme de l’enfant est une raison majeure y compris lorsque l’instruction en famille a été imposée par les circonstances comme ce fut notre cas
    – des plus ou moins non choix lorsque la souffrance de l’enfant est extrême en raison d’une non prise en charge correcte des profils particuliers

    Pour aller plus loin :
    https://droit-instruction.org (site des associations qui vous donneront une foule d’informations)

    Bonne journée !

    Géraldine
    Participant
    • Sujets : 10
    • Réponses : 536
    @gee

    Isa, je comprends ta crainte concernant les enfants qui ne peuvent réellement pas intégrer l’école, mais, en lisant le nouveau texte, il me semble que cela serait toujours possible, même si cela risque d’être un peu plus compliqué et c’est le seul réel problème que je vois. Les lourdeurs de l’administration peuvent malheureusement souvent mener à des désastres et il faut des gens comme toi pour résoudre ces problèmes.

    Par contre, tu oublies complètement tous les autres enfants qui sont victimes du choix de leurs parents. Tous ceux pour qui il serait bénéfique d’aller à l’école et qui en sont aujourd’hui privés par des parents qui se savent pas, ou ne veulent pas savoir ce qui est mieux pour leurs enfants. Le bien-être des enfants ne devrait-il pas primer sur la liberté des parents de faire des choix qui nuisent aux enfants? Ne faut-il aucun garde-fou?

    Alors, que fait-on? Parce que certains en ont besoin, les autres doivent vivre l’enfer? Comment faire pour qu’aucun enfant ne soit laissé pour compte?
    Ne serait-il pas plus utile de trouver des solutions alternatives qui ne léseraient ni les uns ni les autres?

    avatar
    Isa
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 15
    @isal

    @Géraldine : merci de ton commentaire, cependant de quels enfants en danger parlons-nous ?
    Je ne prétendrai pas que tous les parents sans école sont bienveillants, mais en majorité ils le sont. Les parents qui n’assurent aucune instruction et qui sont maltraitants ne déclarent généralement pas. Vous l’avez peut-être compris, j’ai effectué de très nombreuses recherches complémentaires et il y a des dizaines de milliers d’enfants dans la nature qui sont officiellement scolarisés… C’est sur cette question là qu’il faut se pencher.
    Comme je l’ai indiqué à un journaliste : si un voisin commet des atrocités, doit-on interdire au quartier d’exister ?
    Il y a des lois pour protéger les enfants, des lois pour encadrer l’instruction en famille.
    Des enfants maltraités sont scolarisés, l’école ne voit souvent rien, faut-il interdire aux gens d’avoir des enfants s’ils n’ont pas eu l’autorisation avant ?

    Isa
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 15
    @isal

    Quant à savoir si ce serait toujours possible pour les enfants qui en ont besoin, je crains que vous n’ayez de douces illusions. Je vous invite à lire mon article paru ce matin dans Contrepoints : https://www.contrepoints.org/2021/01/27/389684-autrefois-nous-pouvions-decider-de-linteret-de-notre-enfant

    Isa
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 15
    @isal

    Pour poursuivre la réflexion :
    ♦Tribune des associations :
    « Monsieur Blanquer, le Commissaire aux droits de l’Homme, Monsieur Thomas Hammarberg, s’adresserait-il à vous lorsqu’il indique que : « Des gouvernements […] invoquent parfois indûment le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant pour justifier des mesures qui, en réalité, portent atteinte à ses droits […] Ces mesures procèdent toutes, non d’un souci véritable de l’intérêt de l’enfant, mais d’une condescendance extrême […] Le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant ne saurait être invoqué pour justifier une violation de ses droits. »
    https://blogs.mediapart.fr/coordination-inter-asso-ief/blog/290121/monsieur-blanquer-vous-navez-pas-le-monopole-de-linteret-superieur-de-lenfant

    ♦Tribune Journal du dimanche
    « des milliers d’enfants échappent aux radars de l’Education nationale par défaut de suivi et de contrôle de nos institutions. Mais de cela, le projet de loi ne dit mot! Le texte préfère se limiter à un mode d’instruction qui ne touche que 60.000 familles en France, sur lequel il n’y a eu aucune étude précise et alors que jamais un terroriste islamiste n’en a été issu. »
    https://www.lejdd.fr/Politique/tribune-separatisme-et-instruction-a-domicile-ne-sacrifions-pas-nos-libertes-4021903

9 sujets de 31 à 39 (sur un total de 39)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

 

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux neuroatypiques : Hypersensibles • Haut Potentiels Intellectuels (HPI) • Aspies.

Que ce soit pour des rencontres amicales, des rencontres amoureuses ou des rencontres professionnelles, Atypikoo vous permet d'échanger avec d'autres adultes atypiques dans toute la France et les pays francophones (Suisse, Belgique, Canada).
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

« Un nouveau réseau social qui émerge, avec la volonté de réellement lier les gens entre eux, et de faire savoir aux atypiques qu’ils ne sont pas les seuls à l’être. »

 
Rejoignez la communauté
close-link