binarybluff
5 oct. 2021 à 15:17
J'ai récemment lu le Symposium de Platon dans lequel il expose différentes visions de l'amour et fait l'éloge d'Eros. Dans un premier temps, je me reconnais fortement dans cette vision de l'amour, c'était comme s'il avait écrit ce que je pensais comme étant l'amour idéal. Platon distingue l'amour physique et l'amour divin. Dans cette seconde forme d'amour, on aime le caractère vertueux, la sagesse et la beauté de l'âme d'une personne. Cet amour inspire ainsi les individus à devenir meilleur et les guident dans leurs actions à se comporter de manière vertueuse (ne pas faire ce qui est honteux pour ne pas faire mal à l'autre par exemple). C'est aussi un amour dans lequel on apprend mutuellement, on partage ses connaissances et on contemple la Beauté.

C'est ce genre d'amour dont j'ai toujours rêvé auparavant. j'ai eu la chance de rencontrer des gens avec qui j'ai eu des discussions profondes et je ne peux m'empêcher d'admirer leurs esprits profonds, leurs connaissances ou leur caractère vertueux. Quand je suis avec ce genre de personnes, j'ai tendance à vouloir rester infiniment avec eux pour m'imprégner de leur maturité. Dans ces moments là, je ne désire être ni dans le passé, ni dans le futur mais simplement être présent, écouter profondément leurs idées et renforcer mon caractère.
Mais je me demandais si ce n'est pas un amour égoïste. En effet, si on désire s'imprégner de la sagesse de quelqu'un, c'est en quelque sorte pour combler un manque et vouloir être personnellement meilleur. La personne devient en quelque sorte un outil utile à notre service. De plus, c'est loin d'être un amour généreux, car il est dit qu'il faut éviter les personnes vulgaires et vicieuses, donc cet amour demande de faire un jugement quelque peu calculateur pour choisir les personnes avec qui on est. C'est presque comme si on jugeait la personne sur son comportement et son intellect plutôt que la personne en elle-même, la connexion ou le feeling qu'on a avec.

Ce qui est intéressant c'est que ce dialogue parlait d'Eros, et les grecs avaient un autre mot pour parler d'amour : Agapé, l'amour spirituel, généreux et désintéressé. C'est peut-être Agapé l'amour le plus beau et le plus profond. Je vais me renseigner sur cet amour, Platon semble d'ailleurs en parler dans son Phaedrus. En tout cas, si on se contente du Symposium, l'amour platonique me semble être un faux amour dans lequel on a des attentes de l'autre personne (et quand on a des attentes dans une relation quelconque, ça finit mal le plus souvent).
Vous devez être membre pour commenter ce post