le LAT (Live Alone Together) une relation vouée à l’échec ?

Atypikoo : le réseau social des neuroatypiques Forums Discussions générales le LAT (Live Alone Together) une relation vouée à l’échec ?

  • Laure
    Participant
    • Sujets : 17
    • Réponses : 1040
    @titenightrebirth

    Ah les beaux jours reviennent, l’été approche, et avec cela, les sujet d’amuuurrrrr refleurissent sur atypikoo 🙂 :p

    J’ai exclusivement pratiqué le LAT, mais c’était probablement la seule possibilité eu égard à mon mode de vie jusqu’à aujourd’hui. Beaucoup de changements pro, de déménagements, et c’est bien connu, les hommes qui suivent leur femme dans leurs péripéties, c’est une denrée plus que rare.

    Le LAT ce n’est pas que partager les bons moments, cela n’empêche pas d’être là aussi dans les moments plus difficiles. Faut juste accepter qu’il y a un temps de latence avant que l’autre puisse se pointer (vu que la téléportation c’est pas encore archi au point).
    Ce qui créé des « erreurs » se sont des problèmes de communication, et ce n’est à priori pas nécessairement corrélé au mode de vie. Le LAT est un très bon crash test de relation (c’est pas pour rien que la plupart des gens ne s’installent pas ensemble avant un certain laps de temps). Comme évoqué plus haut, le LAT nécessite d’avoir confiance en l’autre, de ne pas faire preuve de jalousie ou autre, de savoir faire preuve d’indépendance, de s’auto-suffire, d’avoir son propre univers. Ca teste aussi justement la capacité à savoir bien communiquer, à savoir exprimer ses besoins, à être tolérant à la frustration. C’est un bon moyen aussi d’évaluer ses sentiments. Est ce que je pense à l’autre quand il est pas là ou est ce que c’est pareil que si il n’était pas là?

    Pour les gens un peu trop fusionnels (Helllooo Gigi), ça permet de temporiser et de ne pas aller trop vite. Laisser un peu la découverte se faire petit à petit. Ca permet de maintenir un degré d’intérêt chez l’autre (pour peu que ce soit un énergumène avec un gros cerveau qui a constamment besoin de nouveauté). Et faire que ça met plus longtemps à faire le tour de la personne et de la relation.

    Je rejoins ce qui a été dit sur la taille de l’habitat. C’est super important de pouvoir avoir son espace à soi (je l’estime à 40m carré par personne) pour pouvoir être à l’aise blaise. Et avoir son endroit ou s’isoler si besoin dans sa bulle (nécessité +++ pour les introvertis).

    avataravataravataravataravataravataravataravatar
    So
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 362
    @so-zebre

    J’attendais avec impatience l’intrusion de Laure ( @titenightrebirth ) dans le sujet, et je suis pas déçue, comme à chaque fois !
    Merci Laure : les maîtres mots, comm et confiance !
    Et pour les gens anti-fusionnels (c’est-à-dire en posture totalement inversée par peur de fusionner), tu proposes quoi ?

    PS : même extravertie, j’ai besoin de mon espace, de mon silence, de mon « coin à moi » !

    avataravatar
    Géraldine
    Participant
    • Sujets : 11
    • Réponses : 589
    @gee

    J’ai un vécu un peu particulier à ce sujet.
    J’ai vécu 10 ans avec mon conjoint dans un appart, ça nous allait à tous les 2. Ensuite, nous avons vécu 10 ans dans des logements différents en nous retrouvant tous les week-ends. Quand on a goûté à ça, on n’a plus vraiment envie de revenir à autre chose.
    Chacun a son chez-lui, on ne se marche pas dessus. Par contre, vu qu’il vient « chez moi » (même si la maison lui appartient) tous les week-ends, je me sens un peu envahie par moments. J’ai mes petites habitudes et je n’ai pas trop envie de les abandonner.
    Je n’aurais pas vraiment envie de vivre à nouveau avec quelqu’un maintenant. J’aime cette liberté. Autant, plus jeune, j’étais heureuse de vivre avec quelqu’un, autant, maintenant, j’apprécie de ne pas avoir quelqu’un avec moi en permanence.

    Il me semble que ça dépend de l’âge, du stade de vie et de chacun.
    Ce n’est pas seulement la taille de l’habitat qui est importante, mais l’espace que chacun laisse à l’autre.
    Je pense également que la relation s’use moins vite quand on n’est pas tout le temps ensemble.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par Géraldine.
    Cléo
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 56
    @cleo

    @titenightrebirth et @gee
    Un grand merci d’avoir partager vos vécus.

    Pour@gee
    L’usure du couple par le quotidien…. Le LAT est peut-être une solution effectivement. Je n’y avait pas pensais ton point de vue à ce sujet intéressant.

    Et oui tu as raison tout dépend de l’espace que chacun des conjoints laisse à l’autre.
    Par exemple : le fait de faire une soirée entre filles (ou entre garçons) n’a rien de surprenant à les yeux. Pour d’autres c’est inconcevable pire synonyme de problème de couple.

    Armelle
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 46
    @armelle

    🤣😂🤣😅😁 Zêtes mignons. Je me suis payée une bonne tranche de rire là !

    Plus sérieusement, on voit bien que le sujet de la liberté s’exprime là dans notre tentative de réflexion sur comment on pourrait s’aimer tout en évitant les attendus sociaux sclérosants, voire carrément médiocres. Pour ma part ce n’est pas tant une question d’espace qu’une question de pouvoir permettre à chacun de déployer ses ailes (créativité, introspection, potentialité…)

    avatar
    Géraldine
    Participant
    • Sujets : 11
    • Réponses : 589
    @gee

    @cleo
    « Et oui tu as raison tout dépend de l’espace que chacun des conjoints laisse à l’autre.
    Par exemple : le fait de faire une soirée entre filles (ou entre garçons) n’a rien de surprenant à les yeux. Pour d’autres c’est inconcevable pire synonyme de problème de couple. »
    C’est vrai, ce genre de fonctionnement n’a rien à voir avec le fait d’habiter ensemble ou pas. On peut se sentir entravés en vivant dans des lieux différents et libres en vivant ensemble, c’est juste l’équilibre (convenant à chacun) que les deux trouvent dans la relation qui est important, ni trop proches, ni trop distants.

    avataravatar
    Aymeric
    Participant
    • Sujets : 4
    • Réponses : 139
    @yacha

    Je pense que quelle que soit la formule de la relation, c’est la qualité de la communication et le respect donné par les deux partenaires qui permet ou non à la relation de tenir. Que cela soit dans des appartements séparés ou sous le même toit la relation doit permettre aux deux partenaires d’être considérés et respectés de la même façon 🙂

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par Aymeric.
    avataravataravataravataravataravatar
    So
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 362
    @so-zebre

    @armelle , je pense que tout est lié. Mais ça n’est que mon avis.

    @bluemoon
    a parlé de ne pas emprisonner tout en vivant avec l’autre.
    La question est : vivre séparément est-elle une solution viable à long terme, est-elle synonyme de délitement au bout d’un certain temps, est-elle créatrice ou destructrice de confiance entre les partenaires ou pas ?
    Je ne sais pas, je n’ai jamais essayé, mais c’est la seule solution de court ou moyen terme que j’envisage me concernant si je rencontre un compagnon demain. Mais bien entendu, la limite de ce mode de fonctionnement est la confiance, et la distance géographique, comme l’a également relevé @bluemoon

    Cléo
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 56
    @cleo

    @yacha
    Le respect est une valeur fondamentale dans tout type de relation tu as raison 🙂
    Pour en revenir à toit commun ou pas je reste sur le commentaire de Mélusine et sur mon propre commentaire le tout dans le respect sans imposer quoique se soit même si je tiens que monsieur ai sa panière à linge sale 🤣

    Jo
    Participant
    • Sujets : 57
    • Réponses : 1010
    @bluemoon

    Effectivement, comme Aymeric [@yacha ]le souligne, la qualité de la communication est primordiale.

    Geraldine [@gee ] ton intervention m’interpelle, effectivement , ces petites habitudes ont leur importances,
    mais pourquoi ne pas les accepter de l’autre voir même l’aider à les assouvir ?

    Pour ma part, je n’ai aucun soucis à ce que ma compagne fasse une sortie entre fille, c’est une question de confiance, la confiance est primordiale dans le couple .

    Il est important de bien communiquer dès le départ, sur TOUT les sujets, des plus lourds aux plus léger, j’ai été Skipper et partir en croisière avec une personne avec qui le courant ne passe pas , bonjour les dégâts et finalement,

    La vie de couple n’est elle pas une merveilleuse croisière ?

    avatar
    Géraldine
    Participant
    • Sujets : 11
    • Réponses : 589
    @gee

    Jo, au final, je pense que le fait de vivre ensemble ou pas n’est pas ce qui peut rendre une relation vouée à l’échec. C’est tout un ensemble de choses.
    Chacun doit vivre ce qui lui convient le mieux à LUI et pas ce que la majorité considère comme être le mieux. Certains vont avoir besoin de partager le quotidien avec l’autre, d’autres vont préférer vivre uniquement les moments plus spéciaux. C’est un choix personnel. Nous avons tous des réponses différentes et c’est une bonne chose!

    avatar
    Anne
    Participant
    • Sujets : 4
    • Réponses : 423
    @hemera-82

    hey hey… moi je me suis usée du Lat
    Je l’ai expérimenté pendant 4 ans, dans une relation très belle…et pourtant ce qui a manqué pour moi était de vraiment pouvoir faire couple (dans ma conception du couple, un équipage)

    Il y’ avait le respect, la confiance, la fluidité. On se voyait 3 à 4 nuits par semaine, la plupart des week end ensemble, une grande partie des vacances….Le plaisir d’être ensemble, la qualité de la communication…

    Nous étions à une bonne demi-heure de voiture l’un de l’autre. 
    Donc tout pour que ca fonctionne et réponde à nos besoins de solitude, de temps pour soi… et en ce sens cela a fonctionné… 

    Le hic a été pour moi, avoir la sensation de passer mon temps à déménager, avoir deux maisons… cela va bien au début, puis cela la lasse…Mon compagnon n’aimait pas le quotidien, pas les contraintes… peu à peu, je portais des contraintes de ma maison et de sa maison… ben oui ! l’amour, soulager l’autre de ce qui est pesant …
    Donc on « partage » quand même, mais pas vraiment non plus… 

    Le coté financier aussi, cela coûte cher d’être seul.. être en couple permet de partager des frais fixe du quotidien (loyer, elec etc….), là cela augmente même les frais…

    Alors ce sont des détails pragmatiques, mais au fond la question pour moi,  c’est aussi ce que j’attend du couple, de partager, d’être engagé dans la vie l’un de l’autre, de s’accepter pleinement dans nos différences, de respecter les besoins de l’autre, d’y répondre….y compris dans une vie commune….

     Finalement ce qui nous a séparé, ce sont nos différences, et l’impossibilité de passer à un autre mode de vie… le lat nous a usé, mais comme probablement l’aurait fait la vie commune…
    et pour précisions, nous nous sommes rencontrés, j’avais encore ma dernière ado avec moi (en 1ere), cela avait aussi du sens par rapport à elle… les deux dernières années de notre « chacun chez soi » je ne l’avais plus….

    Aujourd’hui, à terme, je souhaite refaire vie commune, une fois que la relation se sera expériementé tranquillement… et refaire vie commune avec des espaces de repli, de solitude, avec la possibilité d’activités séparés, y compris pourquoi pas vacances, hobbies, amis…

    avataravataravataravatar
    caroline
    Participant
    • Sujets : 2
    • Réponses : 237
    @chamane76

    Pour moi le Living Apart Together , pourquoi pas …
    À condition quand même que ce soit pas à 500 km de distance !
    En fait, dans mon idéal faudrait être voisin(e)s de palier 🙂

    Et sinon, en couple traditionnel ( quand c’est le cas ), mon taf équilibre bien mes besoins d’indépendance et de fusion vu que je découche en moyenne 2 fois par semaine… Et aussi , quand je suis en couple tradi j’ai besoin d’une grotte ( petite pièce où je peux prendre quelques heures pour moi de temps en temps )

    avataravatar
    Laure
    Participant
    • Sujets : 17
    • Réponses : 1040
    @titenightrebirth

    @so-zebre : ben pour les anti-fusionnels, à priori ils vont se retrouver entre anti-fusionnels sinon ça va pas trop marcher. Et du coup ben LAT à fond des deux côtés et tout le monde y trouve son compte. Par contre faut s’aménager des activités privilégiées en commun pour pas trop s’éloigner je dirais. Qu’il y ait toujours un moment de partage récurrent qui entretienne la relation.

    C’était captain Gigi obvious :p


    @chamane76
    : +1 pour la grotte et le découchage professionnel

    avataravataravatar
14 sujets de 16 à 29 (sur un total de 29)

Mots-clés : 

  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

 

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux neuroatypiques : Hypersensibles • Haut Potentiels Intellectuels (HPI) • Aspies.

Que ce soit pour des rencontres amicales, des rencontres amoureuses ou des rencontres professionnelles, Atypikoo vous permet d'échanger avec d'autres adultes atypiques dans toute la France et les pays francophones (Suisse, Belgique, Canada).
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

« Un nouveau réseau social qui émerge, avec la volonté de réellement lier les gens entre eux, et de faire savoir aux atypiques qu’ils ne sont pas les seuls à l’être. »

 
Rejoignez la communauté
close-link