Pour ou contre le veganisme ?Dans le cadre de la santé…

Atypikoo : le réseau social des neuroatypiques Forums Discussions générales Pour ou contre le veganisme ?Dans le cadre de la santé…

  • Laura
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 2
    @idunasat

    Depuis pas mal de temps on parle de véganisme. Je suis partante pour essayer . Qu’en pensez vous?

    Cyprien
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 3
    @ticomolo

    Qu’est ce que l’on pense du véganisme ou qu’est-ce que l’on pense du fait que tu souhaites avoir un régime alimentaire végan ?

    avataravataravatar
    infortunaly
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 13
    @infortunaly

    Sur le plan de la santé, c’est un regime qui des arguments solides. Certes pas le régime « optimal » pour un homosapiens, mais un des meilleurs possibles parmi ceux qui existent à notre époque, loin devant le régime de monsieur-tout-le-monde. Puisque beaucoup de maladies de la malbouffe sont associées à l’alimentation carnée, notamment les maladies cardiovasculaires, certains cancers, etc.

    Cependant, pour vraiment en ressentir les bénéfices d’un regime vegetal cela demande de bien faire les choses: Il faut veiller à avoir un apport de vitamine B12 (c’est vital à long terme), ainsi que d’Omega 3 (l’huile de lin est une très bonne source), et consommer des sources de protéines vegetales variées (alterner légumineuses et céréales). Et ça demande d’avoir du temps pour cuisiner (vu que l’immense majorité des plats cuisinés vendus dans le commerce ne sont pas veganes). En revanche contrairement à une idée reçue ça ne coute pas plus cher, même au contraire (ce qui coute le plus cher dans le caddie c’est souvent la viande).

    Par ailleurs, la plus part des personnes qui deviennent veganes le font plutot par choix éthique (condition animale et écologie). Est-ce ton cas ? Ou n’es tu intéressée que par l’aspect santé ?

    avataravataravataravataravataravataravatar
    vincent
    Participant
    • Sujets : 5
    • Réponses : 168
    @chakana

    Hey!

    Juste, le temps pour cuisiner… Honnêtement, cuisiner est un plaisir, c’est comme toute chose un choix… Certes je n’ai aucune étoile culinaire mais une bien belle étoile rouge de papilles savoureuses pour des plats simples et intenses en goût…

    Et il suffit de faire des plats de les congeler, préparer assez pour 3 /4 jours…

    Préparer une bonne soupe Maison pour le soir et idem plusieurs jours c’est top…

    avataravataravataravataravatar
    Laura
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 2
    @idunasat

    Je souhaitais plus savoir ce que vous en pensiez du véganisme .
    Je pensais plutôt à l’aspect santé ;mais bien sûr je fais aussi attention à l’écologie et le fait de ne pas tuer et mal élever des animaux.
    Mais c’est vrai qu’être végan c’est plus large que l’alimentation…C’est toute une éthique de vie .
    Oui congeler les plats mais au niveau vitamines , c’est mieux de cuisiner au dernier moment. Etant handicapé physique , je préfère en faire pour deux trois jours(au frigo) , avec mon auxiliaire de vie…Ce n’est pas l’idéal mais c’est mon compromis avec ma situation .J’adore les soupes purées etc. …
    Le plus dur c’est d’enlever le fromage pour ma part.(même pas la viande!)
    Et vous quel ingrédient serait le plus dur à enlever?

    avataravatar
    infortunaly
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 13
    @infortunaly

    Sur le plan éthique, l’idée du véganisme c’est d’éviter les produits de l’exploitation animale chaque fois qu’on a le choix de le faire.
    Ce point du « avoir le choix de le faire » est important. Il ne s’agit pas de mourir de faim. Et selon la région géographique, les conditions de vie, ou l’époque, il est évident que certaines populations n’ont pas (ou pas eu) le choix. Cependant aujourd’hui, sous nos latitudes,: à budget égal et apport nutritionnel équivalent, on peut très souvent se passer de produits animaux.
    C’est, de manière générale, une des définitions de l’éthique: Quand on peut parvenir à un même résultat par plusieurs moyens, on fait le choix de privilégier le moyen qui nuit le moins à autrui. Et privilégier un mode d’alimentation ne reposant pas sur l’exploitation animale, ça a des bénéfices autant en termes de tortures évitées qu’en terme d’écologie à échelle mondiale.. Ca mérite de s’y intéresser.

    Pour ce qui est du fromage, c’est souvent un frein, car il existe une véritable addiction à la caséine (une proteine abondante dans les produits laitiers). Cette forme d’addiction est une caractéristique que les mammifères ont acquis durant l’évolution. Son rôle est d’encourager les petits à la tétée. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de « sevrage » des mammifères lorsqu’ils ne consomment plus le lait de leur mère. Or, le fait de continuer de consommer des produits laitiers toute nos vies font que l’on est jamais pas « sevré », neurologiquement parlant. Il est donc tout à fait normal que tu aies un peu du mal à arrêter. C’est un peu comme arrêter la clope.
    Je pense donc que tu peux déjà te concentrer sur le « reste » de ton changement d’alimentation, en attendant le moment propice pour arrêter le fromage. Il y a aussi des produits veganes qui procurent plus ou moins les memes types de sensations que le fromage, et ça vaut le coup de les essayer. C’est une expérimentation à faire soi même. Le plaisir de manger c’est très important, sinon on risque de finir par craquer et renoncer (comme avec toute restriction alimentaire, en fait)

    avataravataravataravataravataravataravataravatar
    Julien
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 1
    @ourspolaire

    Prends une société occidentale surprotégée, majoritairement urbaine, hors-sol. Tu rajoutes une couche de moraline qui décrète que tuer, c’est mal, et tu as comme conséquence, entre autres, le véganisme.
    Cette société a oublié que la prédation est le fonctionnement naturel des espèces animales.
    C’est grâce à la prédation et à la sélection naturelle que les espèces se sont adaptées à leur environnement, toujours changeant, depuis l’aube de la vie.
    Nos ancêtres trouvaient l’indispensable vitamine B12 dans ce qu’ils consommaient, et pas en la synthétisant chimiquement.

    Par contre, la consommation effrénée de viande nous a poussé à fabriquer des usines d’élevage et de mort que les nazis pourraient nous envier. L’environnement naturel de l’animal a également été oublié. Ces millions de poulets dont on a décrété que la durée de vie serait fixée à 52 jours, c’est atroce.
    Je crois, moi, que les animaux devraient pouvoir vivre leur vie d’animal dans un environnement naturel, ce qui ne nous interdit pas de les consommer lors de leur fin de vie.
    Cela implique de consommer beaucoup moins de viande.

    Je crois aussi qu’une vie en vaut une autre, et qu’un cochon a tout autant droit à la vie qu’un acarien ou un brin d’herbe. Ce qui m’amène au mode de production de la nourriture végane.
    Ces produits, sauf si ils sont bio, sont produits selon un mode d’agriculture intensive : tu introduis des engrais pour avoir une belle production et des pesticides pour éviter les attaques d’insectes ou de gastéropodes.
    Tu élimines donc des millions d’insectes, qui ont également droit à la vie, et dont on sait que 75% de la population a disparu en 40 ans. Ce faisant, tu élimines aussi les oiseaux, qui se nourrissent d’insectes.
    Dans un champ non traité, la population de vers de terre est de 2 tonnes/hectare.
    Dans le champ où tu fais pousser ta nourriture végane, la population de vers de terre est de 50kg/hectare, car elle a été également décimée par les pesticides. L’aération naturelle des sols et le transfert des matières et minéraux des sous-couches vers la surface ne se fait plus. Tu dois donc l’année suivante remettre des engrais.
    Les champs utilisés pour l’agriculture intensive sont des champs de mort car des milliards de vies sont sacrifiées pour permettre ce mode de production.

    Tu veux protéger l’environnement ? Fais-toi un potager que tu cultiveras avec bon sens et sans chimie. Introduits-y des canards coureurs indiens qui se chargeront des limaces, qui fertiliseront ton sol, et dont tu pourras consommer les œufs qui ont une excellente valeur nutritive.
    Au moins, si tu ne peux pas faire ça, consomme des aliments dont le mode de production est respectueux de l’environnement.

    Bon courage à toi

    avataravataravataravataravatar
    Cyprien
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 3
    @ticomolo

    Ouah! très long commentaire Julien! (ce n’est pas négatif évidemment!)

    J’écris ce commentaire pour rebondir sur le fait que tu mentionnais de cultiver un potager car j’ai appris récemment qu’il parait que la superficie totale des jardins français équivalaient à 4 à 5 fois la surface des zones protégées! c’est énorme!

    voilà c’est tout 😀

    avataravatar
    Thomas
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 17
    @indaliteye23

    Bonjour,
    je vais allé un peu dans le même sens que vous, mais comme je bosse en nutrition je vais apporter ma petite contribution.

    Alors perso, je ne suis pas totalement végane, mais presque, un peu plus que végétarien.
    Au gens que j’accompagne en nutrition (je suis naturopathe herbaliste, diététicien) je ne conseille jamais le véganisme. j’en ai marre des injonctions de comment il faut manger ou pas. j’en ai marre de  » LA meilleurs façon de manger.

    par contre je rejoins totalement Julien, sur la valeur des autres êtres vivants, c’est pour ça que perso je ne mange pas de viande, ni laitage…. par contre je mange les œufs de mes poules qui sont en totales libertés sur un espace gigantesque.

    Mais, mais, il faut faire attention avec la diet végane, quand même. cette fameuse vitamine B2 qui se stock pendant plus de 10 ans et qui petit à petit avec la diet végane on épuise les réserves.
    j’ai eu plusieurs fois des patients véganes qui allaient bien pendant 10 ans et puis qui commençaient à tombé sérieusement malades. on se dit que y’a pas de problèmes car pendant des années on était en bonne santé. mais les réserves de certaines vitamines s’épuisent sur des années. pas comme le magnésium qui se joue sur quelques mois. mais sur des années.
    Vitamine D jusqu’à 2 ans de réserves (par exemple)
    vitamines B12 jusqu’à 12 ans de réserves.

    Alors je suis archi pour le véganisme mais avec au départ un bon accompagnement ou plusieurs bouquins pour ne pas faire d’erreurs. l’être humain est totalement en capacité de se nourrir seulement de végétaux sans être en carence mais y’a quand même des astuces à savoir.

    Je peux développer si le cœur vous en dit….

    Amicalement

    avataravataravataravataravataravatar
    Karl
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 28
    @karlpixies

    « Cette société a oublié que la prédation est le fonctionnement naturel des espèces animales. »
    2 choses fausses dans cette phrase: la prédation est le fonctionnement naturel…des prédateurs…pas de l’ensemble des espèces. Qui plus est, l’appel à la nature est encore un joli dogme…Arrêtons de placer cette notion sur un piédestal. La plupart des animaux que vous mangez ne sont pas naturels, la plupart de vos actions ne sont pas naturelles..le naturel, si il en existe un sens n’est pas gage de moralité.

    « C’est grâce à la prédation et à la sélection naturelle que les espèces se sont adaptées à leur environnement, toujours changeant, depuis l’aube de la vie. »
    Ceci n’est pas un argument pour justifier une action actuelle.

    « Nos ancêtres trouvaient l’indispensable vitamine B12 dans ce qu’ils consommaient, et pas en la synthétisant chimiquement »
    Nos ancêtres n’avait pas de vaccin non plus, doit on remettre en cause la synthétisation?

    « Je crois aussi qu’une vie en vaut une autre, et qu’un cochon a tout autant droit à la vie qu’un acarien ou un brin d’herbe. Ce qui m’amène au mode de production de la nourriture végane »
    Vous mélangez vivalisme et sentientisme.

    « Ce qui m’amène au mode de production de la nourriture végane. »
    C’est quoi la production de nourriture végane? genre il y a une agriculture spéciale végane? Il n y a que des vegans qui mangent des légumes, des oléagineux, des céréales etc? Sachant en plus qu une grande partie des terres agricoles servent à produire la nourriture des animaux d’élevage….

    bref tout un tas de sophisme….

    avataravataravataravataravataravatar
    Julien
    Participant
    • Sujets : 9
    • Réponses : 224
    @messi36

    Je crois Laura que tu es la 1ère personne qui aborde ce sujet (risqué) sur Atypikoo.
    Jusqu’à maintenant pas de conflit, RAS, tout c’est bien passé🤨 Pas certain que ça dure.

    Julien: « Nos ancêtres trouvaient l’indispensable vitamine B12 dans ce qu’ils consommaient, et pas en la synthétisant chimiquement »

    -> C’est sûr qu’à leur époque, les terres étaient moins polluées et appauvries en B12.
    Aujourd’hui cette vitamine n’est plus assez présente, on n’a plus le choix, qu’on soit ou non végane.

    avatar
    infortunaly
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 13
    @infortunaly

    « C’est sûr qu’à leur époque, les terres étaient moins polluées et appauvries en B12. »

    C’est plus subtil que ça.
    La B12 est produite par des bactéries qui se trouvaient naturellement dans les terres et les eaux. On va appeler ça des « bonnes » bactéries. L’ennui c’est que là où il y avait ces bonnes bactéries, il y en avait aussi des mauvaises, voire de très mauvaises, comme par exemples celles qui sont à l’origine du choléra (une maladie qui tue en quelques heures seulement).
    Quand dans nos pays industrialisés nous nous sommes mis à purifier les eaux, cela a eu pour conséquence très positive de mettre fin aux épidémies de choléra, mais comme dommage collatéral d’appauvrir les eaux. D’où la rareté de l’apport direct en B12 par les bactéries qui les produisent.

    A savoir aussi que les animaux d’élevages sont eux mêmes supplémentais en vitamine B12, ceci afin d’en augmenter leur teneur. Du coup il n’y a pas de manière plus « naturelle » de consommer de cette vitamine qu’une autre. Il n’y a qu’une manière directe (en prenant 1 gellule 1 fois par semaine) et une manière indirecte (en faisant prendre des gellules à des animaux avant de les tuer et les manger).

    Et je pense qu’il sera intéressant de discuter, dans le cadre d’un futur post, de ce qu’est la morale, ainsi que l’éthique.
    Il est de bon ton de critiquer la morale, mais derrière les postures nihilistes je connais peu de personnes dénuées de morale. Et c’est tant mieux. Parce que sans canons moraux communs il n’est point de société possible.
    Il est vrai que « éviter de tuer quand c’est possible » peut relever de la morale (et de l’éthique), largement partagée dans nombre de sociétés humaines, aussi bien modernes qu’anciennes, rurales que citadines. Cependant, c’est aussi du moralisme quand on appelle à respecter les Lois Sacrées De La Nature (croyance qui flirte avec le créationnisme, puisqu’elle suppose un état premier et authentique de « la Nature » auquel s’opposerait un état altéré par les sociétés humaines).

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 jour et 20 heures par infortunaly.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 jour et 7 heures par infortunaly.
    avataravataravataravataravatar
    Alexandre
    Participant
    • Sujets : 12
    • Réponses : 291
    @sacha-touille

    @idunasat

    Laura, tu écris :

    « … Depuis pas mal de temps on parle de véganisme. Je suis partante pour essayer . Qu’en pensez vous? … »
    .
    .
    « on parle » …….. qui parle ? ….
    …. tu es « partante pour essayer » parce que « on » en parle ou …. parce que « ca te parle » ?
    .
    .
    Normalement si ca « te » parle, tu dois t’être renseignée, tu t’es documenté, et cela est le fruit d’une réflexion / prise de conscience etc ….
    Tu dois donc être en mesure de savoir TOI MEME quoi en penser, tu n’as pas besoin de demander aux autres de valider ce choix, si ce choix et bien TON choix.

    Bises 🙂

    Alexandre
    Participant
    • Sujets : 12
    • Réponses : 291
    @sacha-touille

    @idunasat

    Laura, tu as lancé un super sujet de discussion, et je sens que les interventions vont être très intéressantes.
    .
    Pour ma part je reste en retrait et me contente de lire les arguments de chacun.
    Je vois des choses très pertinentes de part et d’autres des différentes interventions.
    .
    Si on arrive à s’écouter et à ne pas rentrer dans un débat/combat passionné, on devrait pouvoir apprendre beaucoup des différents points de vus très intéressants.

    🙂

    Laura
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 2
    @idunasat

    @Alexandre oui je suis d’accord avec vous.J’ai juste lancé le débat sans insister sur mon point de vous car cela permet d’apprendre des choses.
    Je pense que le véganisme est possible sans pour autant manger que de la soupe.Il y a des recettes intéressantes sur internet comme des recettes de gâteaux , crêpes, porridge végan, et moi ca me donne envie…
    Mais mon copain par exemple pense que c’est une histoire de mode, je ne pense pas devant l’urgence climatique, environnementale et sanitaire.
    La vitamine B12 est aussi présente dans les végétaux mais elle serait moins assimilable.
    Ceci dit j’ai aussi lu que la vitamine B12, que l’on retrouve dans la viande , vient de la complémentation dans les aliments des animaux. Ne serait-ce pas plus simple de se complémenter directement sans passer par les animaux?
    On peut être végan et manger bio donc du coup pas de dénaturation du sol .L’élevage intensif est plus nuisible puisque le soja est ogm probablement en grande partie ,puisqu’il vient du brésil en majorité.
    J’espère que je n’ai froissé personne, ce n’est pas mon but.
    Mon projet est plutôt de faire avancer le débat. 🙂

    avataravatar
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 22)

Mots-clés : 

  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

 

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux neuroatypiques : Hypersensibles • Haut Potentiels Intellectuels (HPI) • Aspies.

Que ce soit pour des rencontres amicales, des rencontres amoureuses ou des rencontres professionnelles, Atypikoo vous permet d'échanger avec d'autres adultes atypiques dans toute la France et les pays francophones (Suisse, Belgique, Canada).
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

« Un nouveau réseau social qui émerge, avec la volonté de réellement lier les gens entre eux, et de faire savoir aux atypiques qu’ils ne sont pas les seuls à l’être. »

 
Rejoignez la communauté
close-link