Lucie007
7 août 2021 à 12:03
Bonjour, je viens d’arriver sur ce site. Je souhaitais me présenter à vous et exprimer ce que je recherche ici. Peut-être que certains d’entre vous pourront m’aider…

J’ai 48 ans et j’ai découvert il y a à peine 2 mois ce qu’est le syndrome d’Asperger et du même coup que j’avais cette “particularité” neurologique. Après tout une vie de questionnement et de souffrance, une psychologue vient de me parler de ce trouble autistique.
Plus je fais de recherches et plus je me reconnais dans ce diagnostique. Je fais enfin un lien entre tout ce qui est “anormal” chez moi, dans toutes les sphères de ma vie. Je comprends que tout est lié et qu’il y a une explication à tout ça!

Je précise quand même que si j’en arrive à faire cette découverte aussi tardivement c’est qu’inconsciemment je m’y refusais, voulant tellement être dans la normalité…
De 18 à 30 ans, je ressortais de chez les psy. en sachant pertinemment que je leur mentais mais j’allais tellement mal au fond de moi que je me devais de consulter quand même… Bizarre, non?

J’ai tellement lutté pour avoir l’air d’être dans la normalité que je m’en persuadais moi-même et j’occultais ma souffrance et ma détresse.
Cependant, j’ai toujours été très, très, très fatiguée de faire semblant, de devoir préparer toutes mes interactions sociales en amont (du boulanger, membres de ma famille, amis... jusqu’aux réunions de travail et rendez-vous les plus importants) puis d’être épuisée ensuite, de vivre dans un chaos permanent... Et venait s’ajouter à tout ça la fatigue d’avoir à le cacher à tout le monde!
Je n’ai jamais rien dit (même pas mes parents ni a mon mari),ne sachant pas l’exprimer et sachant d’avance que je ne serai pas comprise (en effet, je ne comprenais pas moi même pourquoi j’étais comme ça...). Je sais que mon entourage me trouve parfois bizarre mais je leur donne toujours des explications fumeuses qu’ils n’ont pas d’autre choix que d’accepter :Je suis comme ça...c’est mon caractère…

J’ai cependant toujours su que je jouais un rôle (qui me coûtait tant d’énergie).
Si je peux m’attribuer une qualité, aujourd’hui, c’est d’avoir été/d’être une très bonne actrice :))
J’ai l’impression de pouvoir monter les marches du festival de Cannes sans avoir à rougir ! Tant sur le plan professionnel que sur le plan personnel (c’est de l’humour! Je rigole, bien sûr!!)

Aujourd’hui j’arrive à un point ou, même si je le refuse toute cette fatigue qui s’est accumulée depuis mon enfance s’est transformée en dépression. J’espère maintenant pouvoir la vaincre grâce à ce diagnostique... Je vais enfin pouvoir me réconcilier avec moi-même, arrêter d’aller contre ma nature profonde, respecter mes besoins et dire à mon entourage quelles sont mes limites et pourquoi!
Malgré tout , j’éprouve aussi un sentiment de gâchis et de perte de temps...

Je souhaitais partager ça avec vous, merci d'avoir lu ma présentation jusqu'ici!
J’aimerais également savoir si cela fait écho chez certains d’entre vous? Si d’autres personnes ont été diagnostiqués autiste Asperger très tard? si ça vous a aidé d’enfin savoir? Et en quoi?

Merci d’avance à ceux qui voudront bien répondre à ce message!
Chargement...
Vous devez être membre pour commenter ce post