Quel est votre rapport à la solitude et l’isolement ?

Atypikoo : le réseau social des neuroatypiques Forums Discussions générales Quel est votre rapport à la solitude et l’isolement ?

  • Robin
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 11
    @robinbdz

    Bonjour à toutes et à tous !

    Je suis curieux de connaître votre rapport à la solitude et à l’isolement. Comment vivez-vous l’un et l’autre ? Les recherchez-vous parfois ? Les fuyez-vous ?

    Exprimez vous comme vous le souhaitez sur ces deux sujets, je suis très curieux de tout ce que vous pourriez en dire.

    Bonne journée

    avataravataravatar
    vincent
    Participant
    • Sujets : 5
    • Réponses : 168
    @chakana

    🙂

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 1 jour par vincent.
    Aude
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 5
    @aude29

    Longtemps j ai redouté la solitude. Puis elle est devenue ma compagne, à force de blessures, d d’incompréhension, Aujourd’hui je suis très sélective sur mes fréquentations et amis.
    Etre seule est une nécessité vitale car cela,repose tous mes hypers trucs.
    Et j aime cet espace qu elle laisse à ma créativité.
    Les moments durs sont ceux où je suis malade ou très fatiguée et doit tout porter
    Dans ces moments elle peut m être violente mais ce n est que passager

    avataravataravataravataravataravatar
    Alvin
    Participant
    • Sujets : 2
    • Réponses : 31
    @alvin

    Ne chercher pas trop l’ascétisme, bouddha.

    avataravatar
    Thierry
    Participant
    • Sujets : 2
    • Réponses : 48
    @touteslescouleurs

    La solitude est bénéfique à ma détente, à mon émerveillement, à ma créativité : j’aime me promener seul, méditer seul et créer seul (dans un groupe, je peux faire abstraction des autres si je les regarde pas).
    L’isolement, ce manque d’interactions de qualité, je l’ai connu brièvement, j’étais jeune, je m’en souviens très mal, et même pendant les confinements j’y ai échappé par des courriels quotidiens longs comme des lettres amicales avec quelques amies.


    @robin
    , c’est une bonne idée de distinguer les deux, car c’est l’isolement qui peut donner des souffrances psycologiques et physiques importantes : fatigue, anxiété, stress chronique, perte du sentiment d’appartenance et même d’identité, privation de ressources pour s’affirmer et s’extravertir. Bref ça craint avec l’isolement.

    avataravataravataravataravataravataravataravatar
    Géraldine
    Participant
    • Sujets : 6
    • Réponses : 451
    @gee

    J’aime être seule par moments, tant que ça ne dure pas trop longtemps. J’apprécie ces moments de solitude qui me font me sentir libre de faire ce que bon me semble sans avoir de compte à rendre à personne. Cette liberté est un moment trop rare à mon goût. Par contre, si cela dure trop, je panique. J’ai également besoin des autres, j’aime avoir des interactions.
    Et c’est pour cette raison que je déteste l’isolement. Je me sens mal, j’ai besoin de savoir que je peux, si je le désire, retrouver du monde, avoir une vie sociale, retrouver un semblant de normalité. Isolée, je n’ai plus de raison de vivre, tout devient sans saveur, je n’ai plus goût à rien.

    avataravataravataravatar
    Patrick
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 13
    @atywass

    La solitude a longtemps été ma compagne 🙂 avec ce confinement, c’est plus dur d’où Atypikoo 🙂
    J’ai aussi besoin de solitude pour me recentrer.
    Je suis pas très à l’aise pour faire des rencontre avec le web. Mais je commence à apprécier la correspondance avec tous les nouveaux contacts.
    J’adore écrire.
    J’ai jamais eu de contacts en face à face avec les personnes à rayures, ça m’intimide, je ne sais pas vraiment pourquoi ?

    avatar
    Patrick
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 13
    @atywass

    Oui idem !
    Lorsque je suis malade c’est plus dur mais c’est une question de patience, après tout retourne dans l’ordre 🙂
    Et bien sûr la création 🙂 laisser aller l’esprit créatif, seul la plupart temps 🙂

    avatar
    Marina C
    Participant
    • Sujets : 22
    • Réponses : 680
    @marinac

    J’ai hâte que les rencontres atypikoo au café recommencent…

    avataravataravatar
    Naomi
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 2
    @naomi

    Au sujet de la solitude, il faut faire une distinction entre « se sentir seul » et « être seul » (=isolement ?) . Le sentiment de solitude est présent même lorsque tu es entouré, et je le ressens assez souvent.

    J’ai cherché à fuir la solitude à tout prix pendant des années – J’avais une vie sociale très (TRÈS) active parce que je ne supportais pas de me retrouver seule avec ces pensées incessantes, mon sentiment de décalage, tout ce questionnement sur mon avenir mon présent mon futur… Ça m’étouffait.
    Et puis avec le temps j’ai compris qu’il fallait que j’apprenne à la chérir. Privilégier la qualité des relations plutôt que la quantité. Un jeu d’équilibriste entre moi même et les autres. Me fuir n’était certainement pas la solution en tout cas!

    Maintenant… Je suis toujours en phase d’apprentissage. Ces histoires de Corona n’ont pas mal aidé je dois dire 😉

    avataravataravatar
    Thierry
    Participant
    • Sujets : 2
    • Réponses : 48
    @touteslescouleurs

    Patrick ( @atywass ), t’inquiète pas, les rayures, personne ne les voit !

    Louise
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 39
    @louiseferrer

    Un autre jour, dans un autre temps, j’avais écrit en forme de boutade : la solitude ça n’existe pas. Quand on est seul, on est avec soi-même. En fait, c’est vraiment ça que je pense, quand je suis seule et que je suis en phase avec moi-même, je peux passer des moments de grande intensité (créative la plupart du temps, je passe d’un truc à l’autre au gré de l’humeur, écriture, sculpture, musique) et ça vibre, ça danse, ça produit et puis, je ne sais pas toujours pourquoi, l’humeur change et ça dérape et je ne me supporte plus, alors je sors, je vais faire un tour à Paris (dans sa beauté) pour essayer de me recentrer, des fois ça marche, des fois ça marche pas.
    En ce moment, en l’absence de toute vie sociale, c’est étrange, ce qui se passe, à la fois j’ai envie/besoin de vous voir, vous, les autres, et en même temps j’apprécie cette sorte de plongée en apnée de plusieurs jours qui dure et qui finit par produire un effet très bénéfique sur ma production artistique.
    Bref, c’est simple : c’est compliqué.
    Patrick : on se voit quand tu veux ! C’est un des grands événements bénéfiques de ma vie, le jour où j’ai rencontré d’autres zèbres le sachant (qu’on était tous zèbres), je m’en souviens avec une intense jubilation. Tiens, à propos de solitude, j’ai dit à tout le groupe : j’ai été seule toute ma vie et aujourd’hui, cette solitude a pris fin !
    A bientôt Marina, à Saint-Sulpice.
    Belle soirée à tous et à chacun

    avataravataravatar
    Louise
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 39
    @louiseferrer

    Thierry, Patrick : Elles ne se voient pas les rayures, mais on les sent. Un indéfinissable sentiment de profonde fraternité.

    avataravatar
    Fanny
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 8
    @taurriel

    Bonjour, étant actuellement au chômage partiel depuis novembre (je travaille dans la restauration), je pense que je n’ai jamais vécu autant d’isolement que ces douze derniers mois. Que dire ? Depuis toujours j’ai toujours été introvertie et du mal à aller vers les personnes que je ne connais pas. La foule me dérange et m’oppresse et après des moments où j’ai été en contact avec beaucoup de gens j’ai toujours eu tendance à rechercher la solitude pour me ressourcer. Maintenant que j’ai eu plusieurs mois à la côtoyer quotidiennement, je dois dire que j’ai plutôt une relation amour/haine avec elle. Tantôt elle m’est nécessaire, elle me permet d’exprimer ma créativité, de me ressourcer, tantôt elle me pèse et elle a un effet autodestructeur à force de « penser trop », ressasser les idées etc. Un peu comme une casserole de lait sur le feu qu’il faut maitriser et surveiller à petits bouillons pour ne pas qu’elle déborde. En somme elle peut faire naître le meilleur et le pire de moi même. Pour la doser, quand je sent que ça va déborder je discute avec mes quelques amis (triés sur le volet évidemment), ma famille. Je me force un peu à aller vers les autres pour récréer du lien social et stopper le processus de bouillonnement. Ça marche bien pour moi et je peux supporter comme ça l’isolement, j’y vois aussi a posteriori les bénéfices parce que évidemment c’est très productif en terme de créativité.
    Voilà bonne journée / soirée.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine par Fanny.
    avataravataravataravataravataravatar
    Claire
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 2
    @hellebore

    En fait la solitude a pour moi quelque chose de génial à partir du moment où l’on s’est validé, où l’on a plus besoin du regard de l’autre. Et ça, ça peut encore vaciller….Les zèbres n’étant pas réputés pour leur estime et amour de soi inébranlable, je me rends compte que j’ai encore parfois besoin du tampon extérieur « vie sociale active » pour me rassurer sur ma valeur, alors que certains jours je ferais mieux de rester tranquillou au coin du feu à créer ou à lire. Et pourtant, j’adore ça, être seule, c’est même vital ! il y a encore du chemin, c’est motivant…( :
    et par rapport au covid feuilleton, je réalise que j’en rajoute une couche supplémentaire dans la boulimie sociale, histoire d’en profiter un maximum au cas où tout ça disparaisse…rideau, chacun dans sa boîte !

    avataravataravatar
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 51)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

 

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux neuroatypiques : Hypersensibles • Haut Potentiels Intellectuels (HPI) • Aspies.

Que ce soit pour des rencontres amicales, des rencontres amoureuses ou des rencontres professionnelles, Atypikoo vous permet d'échanger avec d'autres adultes atypiques dans toute la France et les pays francophones (Suisse, Belgique, Canada).
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

« Un nouveau réseau social qui émerge, avec la volonté de réellement lier les gens entre eux, et de faire savoir aux atypiques qu’ils ne sont pas les seuls à l’être. »

 
Rejoignez la communauté
close-link