Recettes scénaristiques en fictions : vos références hors normes ?

Atypikoo Forums Discussions générales Recettes scénaristiques en fictions : vos références hors normes ?

  • Anouchka
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 120
    @yisobel

    Récemment j’ai regardé la série netflix The Queen’s Gambit.

    Je l’ai trouvée très bien sur de nombreux aspects, elle traite de thématiques complexes en apportant des éléments de réponse plutôt intelligents, j’ai aussi été émue et ai même pleuré aux moments prévus pour.

    Mais pour autant je n’irais pas crier au chef d’œuvre comme j’ai pu le voir ici et là parmi mes contacts. Pourquoi ? Parce que j’ai eu l’impression de revoir le même schéma que dans bon nombre de fictions. Ce qui n’est pas qu’une impression puisqu’il y a des structures « imposées » notamment dans le cinéma hollywoodien depuis fort longtemps, au point où dans certains films les étapes de la structure vont se dérouler à la minute près.

    Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous conseille la lecture de cet article qui pose la problématique :
    https://www.slate.fr/story/75812/recette-blockbuster-pourquoi-tous-films-americains-se-ressemblent

    Y’a en gros la structure en trois actes avec exposition, confrontation et dénouement.
    Ou la méthode « Save the cat! » de Blacke Snyder, en 15 étapes super précises. L’article suivant en parle très bien et y’a un lien à l’intérieur qui mène directement à l’exposition de ces fameuses 15 étapes :
    http://hieroglyphesetpattesdemouche.com/save-the-cat-blake-snyder/

    La méthode a également été appliquée à l’écriture de romans, dans le livre « Save the Cat! Writes a novel » de Jessica Brody.

    Même les documentaires (animaliers, voyages, etc…) sont construits selon ces structures précises… Pour obtenir des financements, il faut d’abord rédiger son storyboard et s’y tenir. Ça laisse une graaaaaande place au hasard, hahaha. Du coup parfois un lion auquel on donne le nom de Jake n’est en fait pas le même tout au long du documentaire, parce qu’il n’avait pas le comportement attendu ou qu’il est mort, donc hop on le remplace par un autre Jake qui aura eu ledit comportement, ni vu ni connu.

    Les recettes, en cuisine comme au cinéma, ça va bien un moment, c’est utile et ça fonctionne (la preuve, je pleure systématiquement quand c’est prévu pour) mais ça bride aussi la créativité surtout quand y’en a pas mille, ça donne moins de grain à moudre à mon cerveau de spectatrice qui aime bien décortiquer, et manger la même chose matin midi et soir c’est assez lassant pour moi, surtout que je peux dévorer de la fiction à la pelleteuse quand je m’y mets.

    C’est sans doute une des raisons pour lesquelles j’aime bien le cinéma coréen et japonais, ça me surprend un peu plus en tant qu’occidentale même si on retrouve certains schémas. Par exemple L’infimière de Kôji Fukada et Mother de Bong Joon-ho sont des films qui ont le mérite d’être surprenants et de ne pas nous « donner » ce qu’on attend en tant que spectateur formaté pour recevoir un certain type d’intrigue.

    Dans le même ordre d’idée, les séries longues et complexes noient un peu ces recettes par l’enchevêtrement de tonnes d’intrigues primaires et secondaires, tout un tas de personnages avec leurs propres enjeux, les enjeux sociétaux, politiques, psychologiques, etc… (exemple : Battlestar Galactica).
    Et tout récemment, le drama japonais Alice in Borderland sur Netflix a eu le mérite de me surprendre en faisant ce que des productions américaines n’oseraient pas (après, bon, on pense ce qu’on veut du jeu des acteurs et de la mise en scène façon série animée japonaise, je conçois que ça ne convienne pas à tout le monde, ça fait un gros choc culturel quand même et y’a un côté cheap qui peut sortir les gens du truc, moi ça me fait juste marrer).

    Voilà, en gros, à titre personnel, vous l’aurez compris, j’aime être surprise (je crois que j’ai assez répété ce mot et ses variantes dans les paragraphes précédents). J’aime croire que je suis dans un certain type de film et en fait ben non, chamboulement radical à mi-parcours (Une nuit en enfer de Robert Rodriguez), j’aime qu’on joue avec mes attentes pour me la faire à l’envers (en fiction hein, pas dans la vraie vie !). Les structures trop répétitives me lassent. Ce n’est pas qu’elles soient mauvaises dans l’absolu et je ne critique pas leur existence en soi, juste leur application quasi systématique.

    Tout ça pour connaître vos propres références quant aux fictions qui vous ont réellement surpris dans leur déroulement et qui semblent se jouer de ces recettes toutes faites, d’œuvres qui réussiraient à en sortir ou encore à les transcender ! Et surtout, j’ai envie de connaître votre pourquoi du comment, sans trop de divulgâchage bien entendu 🙂

    avataravataravatar
    Timothée
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 103
    @timothee

    Game of Throne, S1E9 : on s’attend à un autre dénouement. Je pense que ça a grandement contribué à faire que cette série soit hors normes.

    La série Légion, la structure n’est pas forcément surprenante, mais c’est la première série où je me suis retrouvé en permanence incapable de dire ce qui allait se passer et où on serait 5 minutes plus tard.

    Rien d’autre ne me vient, toutes les histoires que je regarde sont les mêmes ou presque et je crois que ça ne me dérange pas vraiment (même si je trouve que la perfection de Netflix sur le sujet commence à me lasser légèrement).

    avatar
    Anouchka
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 120
    @yisobel

    @timothee Oui pour Le Trône de Fer l’effet est tout aussi saisissant dans les livres, parce que le personnage à qui « ça » arrive est à la base un « POV » (point of view, c’est à dire qu’il fait partie des personnages dont on suit le point de vue).
    En plus pour le coup l’évènement choquant est cohérent, ce n’est pas là dans le but artificiel de choquer, mais c’est la conséquence directe de tout le schmilblick.

    Anouchka
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 120
    @yisobel

    Je up ce sujet, dès fois que ça intéresse de nouvelles personnes, parce que pour le moment il a le succès d’un concert de limaces anémiques 😀

    nicolas
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 308
    @merluche34

    La question se renouvelle: les limaces peuvent-elles manquer de fer? Vont-elles au concert?

    avatar
    Marina C
    Participant
    • Sujets : 20
    • Réponses : 501
    @marinac

    Il y a une série sur Netflix que j’aime bien : Midnight diner, japonais, chaque épisode est une autre histoire de vie. Et je viens de finir A suitable boy, indien, ça fait voyager.
    Sinon il y avait la série The Americans tellement bien faite et jouée, je n’arrive pas à trouver la saison 5, elle a disparu entièrement de Netflix

    avatar
    Anouchka
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 120
    @yisobel

    Et du coup @marinac qu’est-ce qui sort un peu de l’ordinaire pour toi dans ces séries ?
    Je ne les connais pas du tout !

    nicolas
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 308
    @merluche34

    En ce qui concerne les séries américaines, c’est vrai qu’il y a des poncifs, des archétypes obligatoires, des ficelles scénaristiques éculées. Umberto Eco avait fait l’analyse des James Bond en 14 scènes clés, réorganisées selon les romans, mais toujours les mêmes. Et quelque part, j’imagine que, la raison pour laquelle on va voir les James Bond au cinéma, c’est précisément pour retrouver ce plaisir transgressif de la poursuite en voiture, de la confrontation avec l’homme de main principal, de la scène de séduction de la femme du méchant, de l’utilisation du gadget, de la survie au tout dernier instant. On SAIT ce qu’on va y trouver, mais pas nécessairement dans quel ordre, ni avec quelle intensité.

    Mais du coup, ces ficelles sont là pour que les réseaux te vendent leur soupe. Ils t’accueillent et te refilent exactement la même chose, mais avec un emballage différent (sans aller jusqu’aux Zétazunis, il suffit de voir la production de France Télévision, et de comparer « Plus belle la vie » à « Un si grand soleil ». Les personnages et les situations sont les mêmes, seuls quelques détails sont échangés, de manière à donner l’illusion que les situations sont renouvelées.) A une époque, les romans-jeunesse qui mettaient en scène un groupe d’adolescents avec un chien qui s’occupaient de résoudre des mystères dans leur environnement immédiat pendant les vacances, c’était la quasi intégralité de la bibliothèque verte: Le club des cinq, le clan des sept, les six compagnons de la croix rousse, etc etc etc…

    Pourquoi produire ce que les gens aiment? Parce que les gens l’aiment et vont vouloir l’acheter.

    En revanche, il y a eu quelques changements dans ce qui a été proposé au fil des ans, recettes qui ont elles aussi été reprises. On est passés du serial (façon Cosby show ou Malcolm in the middle, avec des personnages connus qui reviennent, épisode après épisode avec une nouvelle aventure à finir avant la 26ème minute, mais que, si le public est au rendez-vous, on retrouvera et verra évoluer, petit à petit d’une saison à l’autre, y compris dans les dynamiques internes) à la série, aux arcs narratifs qui ne finissent pas (genre Lost, Battlestar Galactica, GoT, etc…) Il est notable que ce soient surtout les comédies familiales et/ou amicales qui soient restées bloquées sur le format 26min, alors que les drames se soient attachés à la série. Les séries d’action/policiére/médicales se concentrent aussi sur le format 52min… Encore des poncifs…

    avatar
    Anouchka
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 120
    @yisobel

    @merluche34 Ah je suis complètement d’accord avec toi sur le fait que ça marche.
    J’aime beaucoup de ces films et production audio-visuelles qui fonctionnent sur ces poncifs, y’a un côté « doudou » rassurant quand ce n’est pas trop mal fait.
    Juste que parfois, ça lasse, on aimerait bien en sortir et être un peu plus surpris (en tout cas moi),. Ça m’a frappée quand j’ai regardé The Queen’s Gambit.

    Est-ce que tu as des titres de films ou séries qui te viennent à l’esprit et qui sortent un peu de ces schémas ou te semblent originaux ? Et si oui en quoi ils te semblent originaux ? On va dire que là c’est + une quête justement de films et séries qui sortent du lot pour X ou Y raisons et qui échappent un peu à ces méthodes d’écriture scénaristique qui motive ce post, parce que j’ai du mal d’entrée de jeu à en citer.

    Arnaud
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 7
    @arnaud74

    Tarantino est sorti de ce schéma classique je trouve avec une narration souvent en chapitres mais qui est devenue maintenant sa marque de fabrique.

    Christopher Nolan aussi, si tu regardes Memento avec sa structure à l’envers qui non seulement apporte une originalité dans la forme mais sert également à s’identifier à la pathologie du protagoniste.

    M.Night Shyamalan a une narration bien à lui je trouve, il ne se passe pas forcément grand chose, il prend le temps, installe une ambiance mais on attend le twist final.

    Scorsese si on prend Casino, les Affranchis propose moins une narration classique que l’immersion dans le monde de la mafia. On regarde ce monde par le trou de la serrure si l’on veut.

    Je pense aussi aux flashbacks de Sergio Leone et en particulier à ce chef d’oeuvre qui est « Il était une fois en Amérique »

    Enfin Lost avec sa narration qui démarre en flashbacks pour surprendre en flashforwards puis enfin en flashsideways.

    La structure de base en 3 actes est toujours là très souvent, le protagoniste poursuit un objectif qui va être freiné par des obstacles, un antagoniste…etc
    Mais on peut trouver une appropriation personnelle de cette structure par ces réalisateurs.
    Pour moi la structure est un squelette qui permet une dynamique au récit mais en aucun cas c’est la vie d’une oeuvre qui s’exprime elle à travers la photo, la musique, la mise en scène, les personnages…etc.
    Quand je regarde une fiction, j’oublie cette structure pour me laisser porter par cette vie.

    Je te recommande la lecture de Story de Robert McKee si tu ne l’as pas encore lu.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 semaine et 2 jours par Arnaud.
    avataravatar
    nicolas
    Participant
    • Sujets : 0
    • Réponses : 308
    @merluche34

    @yisobel

    L’une des séries qui m’a le plus marqué a été la version BBC de Utopia. Aucun des personnages ne me rappelait un truc vu préalablement, aucune des situations, aucun des angles de caméra, ou des morceaux de la BO, ou de la saturation des couleurs… C’était une expérience psychédélique, un bad trip façon American McGee’s Alice.
    Il y avait deux plot twists par épisode, des trucs glauques, de l’improbable… Une vraie perle.

    avatar
    Alix
    Participant
    • Sujets : 3
    • Réponses : 13
    @ciredutemps

    Une série qui m’a beaucoup surprise et plu, personnellement, est la série Black Sails.
    Primo, j’aime les pirates, est cette série ne se veut ni historiquement correcte ni proposant un point de vue neuf sur eux: c’est un mélange de légende, de personnages haut en couleur, de trésor, de stratégie, de crasse, d’amour, de bataille… Yaaaarr! Mais c’est très bien fait: nul de besoin de poser son cerveau, l’intrigue est palpitante et sans cesse renouvelé, on se demande qui va mourir, qui va s’allier avec qui et j’ai toujours été surprise du résultat. Les personnages que l’on pensait clichés au début deviennent très profonds, tous sont développés, même le moindre personnage secondaire… Et au niveau du montage, de la colorimétrie, du cadrage, on ne va qu’en s’améliorant sur un final en apothéose et ô combien satisfaisant pour ma part. Et les acteurs et actrices, un régal.
    J’ai pourtant pour habitude de deviner à l’avance les fil rouges et les fusils de tchekov, de deviner en un clin d’oeil le caractère d’un personnage et son évolution, mais là, pas du tout. à chaque épisode, un problème venait s’ajouter à ceux qu’on était près à résoudre et rechange la donne me tenant en haleine à chaque fois, avec un rythme bien dosé.
    Je recommande!

    avatar
    Anouchka
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 120
    @yisobel

    Tout à fait d’accord avec toi @ciredutemps sur Black Sails. La série part dans des directions assez impensables et ose des twists que d’autres n’oseraient pas, et qui restent super cohérents et logiques niveau évolution des personnages.

13 sujets de 1 à 13 (sur un total de 13)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

 

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux neuroatypiques : Hypersensibles • Haut Potentiels Intellectuels (HPI) • Aspies.

Que ce soit pour des rencontres amicales, des rencontres amoureuses ou des rencontres professionnelles, Atypikoo vous permet d'échanger avec d'autres adultes atypiques dans toute la France et les pays francophones (Suisse, Belgique, Canada).
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

« Un nouveau réseau social qui émerge, avec la volonté de réellement lier les gens entre eux, et de faire savoir aux atypiques qu’ils ne sont pas les seuls à l’être. »

 
Rejoignez la communauté
close-link
Partez à la découverte de la planète neurodiversité
Découvrir l'événement
Fermer