marievanille
9 avr. 2020 à 3:11

Attention story time !

L'année dernière je détecte parmi mes connaissances une jeune surdouée en souffrance.
Après l'avoir aidée à mettre un mot sur son identité, je lui conseille d'aller voir une psychologue afin de passer le test pour avoir une légitimité aux yeux de ses parents.

J'insiste sur l'importance d'être accompagnée par un spécialiste du public surdoué qui non seulement est formé pour passer le test de QI, mais qui en plus va pouvoir prendre en compte la personnalité singulière du surdoué.

Je sais d'expérience que les professionnels de la relation d'aide sont incapables de détecter et d'aider un surdoué en souffrance quand ils l'ont devant soi, s'ils n'ont pas au préalable été formés sur le sujet
Ce qui malheureusement n'est pas encore assez répandu ! 😑

Hélas, la mère de mon amie prend rendez-vous avec une psychologue située non loin de leur domicile... une psychologue non spécialisée.

J'avertis mon amie que la première séance avec cette psychologue risque d'être décevante et que si elle veut bénéficier d'un accompagnement psychologique adéquat elle va devoir se tourner vers quelqu'un d'autre.

La première séance a donc lieu et la psychologue diagnostique ... un début de phobie scolaire ! 😑

Alors certes, être surdoué peu effectivement engendrer des situations de phobie scolaire à cause des problèmes de communication et de compréhension avec l'entourage. Je le conçois tout à fait.
Cependant mon amie n'était absolument pas dans cette situation. C'était même tout le contraire.

Fin de la story time

Si je parle de cette histoire c'est pour soulever le problème suivant : le mauvais diagnostic.
Il peut faire perdre énormément d'années à ceux d'entre nous qui ont décidé de consulter afin de mieux se comprendre et avancer.

J'ai moi-même été suivie enfant par une psychologue pendant quelques mois pour des problèmes de pensées suicidaires, à seulement 10 ans 👍

Cette psychologue, si elle a été une personne bienveillante pendant les séances, s'est malheureusement révélée incapable de comprendre à qui elle avait affaire.
J'ai donc dû attendre 12 ans supplémentaires avant de me rendre compte par moi-même, grâce à la lecture d'un livre, de ce qui se cachait véritablement derrière ma souffrance et ma différence.

Aujourd'hui les psy je les aime bien mais je m'en méfie 🙄

À travers mon expérience, celle des personnes surdouées qui m'entourent, mais également les livres que j'ai lus sur les surdoués, cette question des psychologues qui n'ont pas su percevoir en nous une différence, mais qui au contraire nous ont appliqué leur propre grille de lecture, menant ainsi à un diagnostic erroné, revient régulièrement.

J'aimerais avoir vos retours d'expérience et vos avis sur ce sujet.

Au plaisir de vous lire 😊

Marie Vanille

Vous devez être membre pour commenter ce post