Trouver sa voie professionnel

Atypikoo Forums Discussions générales Trouver sa voie professionnel

  • Ce sujet contient 53 réponses, 15 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par fatima, le il y a 6 mois.
  • Nawel
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 4
    @nana1945

    Surdoué comment trouver sa voie professionnel ?

    Anonyme
    Inactif
    • Sujets : 31
    • Réponses : 279
    @

    Bonjour , si cela peut vous être utile , je vous propose une Belle Découverte :

    Présentation du Cahier d’exercices du Défi des 100 Jours de Lilou Macé

    Le défi des 100 jours

    Anonyme
    Inactif
    • Sujets : 31
    • Réponses : 279
    @

    Présentation du Cahier d’exercices du Défi des 100 Jours pour trouver sa Mission de vie, Lilou Macé
    LILOU MACÉ VOUS LANCE UN NOUVEAU DÉFI EN 2019 :
    CELUI DE TROUVER VOTRE MISSION DE VIE ET DE VOUS RÉALISER PLEINEMENT

    Travail sur soi et développement personnel … en marche , …. !

    Clara
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 61
    @banbocun

    Hello !

    C’est toujours une question assez problématique que l’on retrouve chez tout le monde je pense, peu importe surdoué(e)s ou non, cependant pour ces derniers, il y a des paramètres non négligeables à prendre en compte: non tolérance à l’ennui, besoin de stimulation intellectuelle ou créativité …

    Il y a pas mal de vidéos avec les métiers types qui pourraient satisfaire les attentes et besoins des zèbres dont une sur ce site qui est vraiment super bien faite !

    Mais en général je pense qu’il est nécessaire de s’orienter vers les métiers qui nous permettent d’utiliser notre potentiel avec un environnement adéquat. Par environnement, il s’agit bien sûr du cadre mais aussi des personnes avec qui on est amené à interagir…

    Je me suis orientée personnellement vers la recherche qui me permet de faire ce que j’aime et aussi d’être seule dans mes tâches quotidiennes (en opposition aux environnement open space et toutes les problématiques des collègues/bureau/patron) mais de cotoyer en même temps des personnes qui sont intéressées par les mêmes thématiques que moi.
    Après avoir bosser dans un environnement hyper concurrentiel où tous les coups étaient permis j’ai compris que travailler avec des personnes qui ne partageaient pas les mêmes valeurs que moi et le même mode de fonctionnement, n’était vraiment pas le genre d’environnement qui me convenait … Certain se reconnaîtront sûrement dans ce genre d’expérience déplaisante vécue !

    Donc voilà j’espère que ce petit témoignage a pu t’aider !

    Anonyme
    Inactif
    • Sujets : 31
    • Réponses : 279
    @

    Profiter de votre Jeunesse et des possibilités en faveurs de prises de consciences et d’adaptations possibles
    Je vous le souhaite fortement sincèrement … Pour moi de ce coté là c’est trop tard et beaucoup trop de dégâts et gâchis !
    En dépression depuis avril 2019 par déclenchement burn out au plus fort ! C’est vraiment trop dommage !
    Pour passer tant d’années en souffrances diverses ! Maintenant enfin c’est plus reconnu mais si en amont
    déjà avoir de nombreuses infos utiles ‘est déjà très soulageant et profitables pour éviter bien des difficultés !
    Bon Courage et Cheminement progressif à Vous , le plus épanouissement souhaité et réalisable concrètement .

    Nawel
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 4
    @nana1945

    Merci beaucoup pour vos conseils Anita!

    J ai appris dans le tard ma surdouance il y a 2 mois à 38 ans ! Comme vous j’ ai fait un burn out il y a 3 ans … la sophrologie et la méditation ma beaucoup aidé !

    J ai passé ma vie à trouver le métier ou je me sentirai libre car c ‘est ce dont j’ ai besoin ! De me sentir libre avant tout ! il m est impossible de retourner travailler dans un bureau à paris enfermé avec des hystériques pendant 8 ou 10h .

    J ai tenté de me persuader que faire comme tout le monde me permetterai d ‘etre accepté, oui parce que j ai toujours voulu être normal et comme tout le monde mais tout en ne ressemblant à personne (rires)

    avatar
    Anonyme
    Inactif
    • Sujets : 1
    • Réponses : 138
    @

    Rares sont les personnes faisant le travail qui leur plaît, et dans l’environnement idéal. Encore plus rares celles qui le trouvent dès leur entrée dans la vie active.
    Je pense que toute activité professionnelle nous apporte quelque chose, pour peu que l’on s’y investisse avec sérieux, avec le sens des responsabilités. Peu importe si l’on trouve sa voie après 10, 20 ans d’activité professionnelle. Tous les efforts que l’on aura faits durant ces 20 années, à divers postes, nous auront enrichi, ils nous auront permis de polir notre personnalité. Quand j’avais 20 ans, on recrutait sur diplômes. Aujourd’hui, on recherche des personnes ayant des qualités humaines. On peut les développer dans n’importe quelle activité. Et ces efforts faits pendant 20 ans, ce sont ceux-là même qui nous amèneront à notre voie. Je connais une femme de 58 ans, bardée de diplômes, qui est demandeuse d’emploi depuis des années, qui vit avec 5 ou 800 euros par mois, qui s’énerve de ne pas trouver de travail, qui peste contre la société, Macron en tête…Quel est son problème? Elle refuse tout ce que lui propose Pôle Emploi, parce que pas en rapport avec ses diplômes, ses prétentions. Si elle avait pris, il y a quelques années, un emploi de catégorie C, au SMIC, elle serait très certainement aujourd’hui cadre A.
    Ce n’est pas facile de faire son chemin, dans la vie. Je te félicite d’avoir posé cette question, et t’encourage à en poser encore beaucoup.
    Bonne journée.

    avatar
    Anonyme
    Inactif
    • Sujets : 1
    • Réponses : 138
    @

    nana 1945, ton dernier post est arrivé pendant que j écrivais. Désolé! Il va te sembler inapproprié. Il sera approprié à d autres

    Nawel
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 4
    @nana1945

    Merci pour votre commentaire Lefty ! oui pas évident de trouver sa place dans cette société surtout lorsque l’on est zèbre !

    Moi perso je n’arrive plus à faire semblant ! et puis surtout ca ne m’apporte rien, il faut que j’entreprenne des choses qui ont du sens . Ce lever le matin pour aller bosser sans passion ni envie c’est du suicide , j’en ai la nausée et pourtant je l’ai fait pendant des années et j’en étais malade !! Le problème avec moi c’est que j’arrive je suis motivé, je suis excité je fais le tour et hop je me lasse et envie de fuir ! je pense le problème de beaucoup de zèbre …

    Anonyme
    Inactif
    • Sujets : 31
    • Réponses : 279
    @

    @nana1945

    Je confirme , pour moi c’est pareil ! Je préciserais en répondant à Lefty !

    Monique
    Participant
    • Sujets : 26
    • Réponses : 287
    @fleursauvage

    J’ai choisi mon premier métier pour de mauvaises raisons, pour prouver à mon père qu’en tant que femme j’étais aussi capable qu’un homme… et j’ai d’abord travaillé pendant 20 ans dans la révision (audit), puis dans la comptabilité et les ressources humaines, à divers niveaux de responsabilités. Même si au début j’ai trouvé le travail intéressant, j’y ai connu beaucoup de problèmes d’ordre relationnels avec les collègues, car j’évitais les pauses ensemble n’étant pas intéressée à contribuer à radio-couloir et parfois je leur faisais de l’ombre parce que je travaillais trop vite pour eux, mais plus encore avec mes patrons à qui ma différence a souvent fait peur sans que je comprenne pourquoi. Mes amis me disaient souvent qu’ils avaient probablement peur que je ne veuille prendre leur place, alors que moi je ne voulais que les soutenir de mon mieux.
    Aujourd’hui, depuis que je me suis découverte HP, je comprends mieux pourquoi je leur faisais si peur…
    Résultat pour moi, beaucoup de souffrances au travail, avec burnout, harcèlement moral, licenciement ou fuite de ma part pour sauver ma peau lorsque je pouvais encore facilement retrouver un autre emploi. Et comme pour nombre d’entre vous, je suis rarement restée dans le même job longtemps, car après 1 an ou 2 j’en avais fait le tour.
    Et puis à 45 ans, après un licenciement, je n’ai pas réussi à retrouver de travail malgré mes diplômes et tant d’années d’expériences et malgré le fait que j’ai répondu à des annonces dans toutes la Suisse romande (francophone) et à tous les niveaux de responsabilités, allant de l’employée de commerce, à la secrétaire, à l’aide-comptable, la secrétaire-comptable, la comptable et des postes à plus de responsabilités, mais rien à faire !
    Au moment d’arriver en fin de droits, un conseiller du chômage m’a alors dit que si je ne trouvais pas c’était parce que j’étais trop compétente, trop sociale et trop honnête ! Quel choc pour moi qui pensais alors encore que c’était des qualités !!!
    C’était il y a 10 ans et je ne sais pas comment c’est en France, mais en Suisse on est encore très loin aujourd’hui de rechercher des gens pour leurs qualités humaines (ou alors seulement en théorie, mais pas en pratique) ! Ici, les diplômes et les relations comptent encore avant tout à mon avis.

    J’ai donc entamé une reconversion pour devenir formatrice d’adultes. ET je donne des cours de français à des adultes non-francophones depuis 6 ans, principalement à des réfugiés. Le seul inconvénient c’est la situation précaire, puisque je travaille sur mandat rémunéré à l’heure enseignée, bien que je sois salariée. Par contre je m’épanouis beaucoup plus dans ce métier, car je prépare mes cours seule chez moi (donc pas de problèmes avec les collègues, ni avec le bruit, etc.) et ensuite j’ai la partie partage lorsque j’anime mes cours et, même si j’ai encore des patrons, je n’en ai pas tout le temps un sur le dos. Je me sens donc beaucoup plus libre d’être moi-même !
    Et tant que mes participants sont satisfaits, tout va pour le mieux.
    Même si bien sûr la grammaire est souvent la même, les participants étant toujours différents, je ne me suis pas encore lassée, car j’ai déjà le plaisir de les découvrir et je peux modifier et adapter mes cours régulièrement aux différents besoins de mes participants, donc à différentes thématiques (emploi, logement, santé, etc.) ce qui me permet toujours de continuer à créer d’autres outils ou de les utiliser différemment et à apprendre de mes expériences réussies ou de ce qui n’a pas marché.
    Pour moi c’est un grand soulagement et un grand sentiment de liberté, malgré l’insécurité des revenus…et en même temps ça m’apprend à vivre le moment présent !:o)
    Et ce métier a pour moi beaucoup plus de sens que les précédents, car le résultat dans la vie de mes participants est presque immédiat puisqu’ils ont besoin de la langue française au quotidien pour vivre ici.

    A part ça, j’ai aussi exercé une activité dans les thérapies naturelles (fleurs de Bach, reiki, réflexologie, lithothérapie, olfactothérapie, etc…) en indépendante en parallèle de mes jobs de comptables pendant environ 10 ans, car c’était ma passion et le côté humain et intuitif de cette activité contrebalançait le côté très sec et froid de la comptabilité.
    Le problème, c’est que je n’ai jamais su me « vendre » et donc je n’ai pas réussi à développer cette activité.

    Nana1945, lorsque je lis « Se lever le matin pour aller bosser sans passion ni envie c’est du suicide , j’en ai la nausée… », ça me touche beaucoup, car c’est aussi ce que j’ai toujours ressenti, mais rarement osé dire, car dans mon entourage rares sont les personnes qui peuvent comprendre cela…
    Je te souhaite de tout coeur de trouver une activité dans laquelle tu pourras t’épanouir en restant pleinement toi-même !
    Et je vous le souhaite à tous d’ailleurs !

    avatar
    Anonyme
    Inactif
    • Sujets : 31
    • Réponses : 279
    @

    Merci Franck Lepage : Mais mesurer mon Atypisme que très récemment ! Ce qui évidemment ajoute des difficultés , donc handicaps divers
    sans comprendre si longtemps pourquoi j’étais un problème sur pieds pour les autres autant qu’une énigme !
    Sorte de chemin de croix , d’où un cheminement conscient pour au moins y gagner quelques choses pas que des plaies diverses et variées !

    Nawel
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 4
    @nana1945

    Bonjour Monique enchantée de vous connaitre ! votre parcours m’inspire beaucoup et je remarque que finalement nous avons ou nous vivons un peu tous la même souffrance pour les zèbres !
    Et je constate que finalement lorsque la voie est trouvé et bien comme vous dites la situation est précaire . Franchement j’ai 39 ans 2 enfants un pacsé qui est hpi lui par exemple en poste de cadre mais ca n’a pas trop l’air de lui déplaire bon voilà (rire) mais moi je sais aujourd’hui qu’il me faut trouver une activité ou je sois comme vous indépendante ! je préfère être précaire mais libre !

    En tout cas merci à tout le monde d’être bienveillant ça fait beaucoup de bien !

    Bonne journée à tous

    Monica
    Participant
    • Sujets : 1
    • Réponses : 484
    @monica

    « Se lever le matin pour aller bosser sans passion ni envie c’est du suicide , j’en ai la nausée… »

    @nana1945
    @fleursauvage
    J’ai connu ces symptômes physiques (+ d’autres) toute ma vie, et même dans les périodes où j’exerçais un métier qui me plaisait. Je n’ai compris que récemment que c’était l’expression des émotions. Mais comme j’avais été élevée avec objectif prioritaire de ne pas montrer mes émotions, je ne savais même plus ce que c’était. Je savais juste dire j’ai mal au coeur, j’ai mal au ventre, ou j’ai mal à la tête!
    Au delà de l’intérêt de son travail, il y a plein d’autres raisons qui peuvent déclencher ces émotions: les collègues (on en a souvent quelques uns dont le but est de nous compliquer la vie), l’environnement (bruits lumières odeurs), la peur de ne pas être à la hauteur (foutu perfectionnisme), le trajet qui peut être un parcours du combattant, nos valeurs non respectées, etc…
    J’ai mis environ 35 ans à comprendre ….
    C’était juste pour préciser que ce n’est pas uniquement le travail que l’on fait en lui même.
    Bonne journée

    Monique
    Participant
    • Sujets : 26
    • Réponses : 287
    @fleursauvage

    Bien sûr, Monica, ce n’est pas le travail en lui-même c’est la façon dont on le vit qui cause tous ces désagréments.
    Seulement quand certains de nos besoins essentiels ne sont pas respectés, comme le manque de sens, le besoin de calme, une certaine stimulation mentale, une ambiance de travail saine avec les collègues et le patron ou la patronne, etc.., étant donné notre hypersensibilité et nos valeurs, ça nous fait vite vivre des émotions très (auto)-destructrices…et soit on trouve comment rétablir l’équilibre, soit il vaut mieux s’en aller pour sauver sa peau…
    Je suis consciente depuis très longtemps que je suis très forte pour somatiser. C’est pourquoi je suis à l’écoute de mon corps et quand ça arrive, je parviens en général à décoder le message et à chercher une solution au plus vite pour rectifier ce qui doit l’être dans mon attitude ou mes choix pour me permettre de retrouver la santé.

    Quand j’ai fait un burnout il y a 19 ans, j’ai préféré ensuite prendre la fuite et donner mon congé sans rien avoir d’autre pour protéger ma santé. Mais à l’époque, à l’âge que j’avais et avec mes diplômes et expériences, j’avais confiance que je retrouverais rapidement un autre emploi.

    Puis, plus tard, lorsque j’ai subi le harcèlement moral de la part de ma patronne (après m’être cassée la jambe et donc absentée pendant 6 semaines et qu’elle se soit trouvée perdue ne connaissant pas mon travail), j’ai compris que j’allais y laisser ma santé et j’ai réalisé que je commençais à faire des erreurs qui pourraient finir par se retourner contre moi et me faire perdre mon emploi, j’ai pensé alors que je n’avais plus grand chose à perdre à lui parler. Ainsi au moins je me respectais et je prenais soin de moi en faisant mon possible pour préserver ma santé et mon job, même si je savais bien que je risquais fort de ne pas être entendue et de me faire licencier…et c’est bien ce qui est arrivé ! Elle m’avait quand même accordé un délai de 6 mois parce qu’elle n’avait personne d’autre sous la main et donc qu’elle avait encore besoin de moi jusque-là. En même temps, ça m’a aussi laissé du temps pour trouver autre chose et surtout la satisfaction d’avoir fait de mon mieux pour moi, malgré l’issue peu plaisante.

    Par la suite, alors que j’occupais un poste de directrice d’un EMS (maison de retraite), j’ai été licenciée parce que ma façon de gérer s’est avérée trop humaine et participative…Je ne voulais pas trancher et licencier les gens de manière autoritaire (ce n’est pas ma nature !!!), mais d’abord discuter avec eux des problèmes et tenter de trouver des solutions qui conviennent à la majorité. Alors le président du comité a décidé de trancher et de me licencier, puis il a aussi licencié les autres qui ne filaient pas comme lui et la secrétaire le voulaient…Si ça a été un choc, je n’ai eu aucun regrets (même si ça a été mon dernier emploi avant de ne plus retrouver dans mon métier et que cela m’a conduite à l’aide sociale), car je n’aurais pas pu travailler de la façon dont ils le voulaient et qui ne m’avait pas été expliquée lors de l’entretien d’embauche (sinon je n’aurais pas accepté ce job). J’aurais dû aller contre toutes mes valeurs…

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 54)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Trop intelligent pour être heureux ?!

En vous inscrivant sur Atypikoo, vous pourrez rejoindre une communauté bienveillante afin d'échanger avec d'autres atypiques qui vous ressemblent et vous comprennent. Alors ne soyez pas trop intelligent pour être heureux et rejoignez la communauté !

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux rencontres amicales / amoureuses / professionnelles entre adultes (sur)doués, Hauts Potentiels, Hypersensibles, Zèbres, Aspies, Hyper-fonctionnants...
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

 
Voir + de témoignages
close-link