Spectre Super Atypiker
8 sept. 2021 à 14:24
NOTE D’INTRO :
Curiosité certaine quant au fait que le mot « sport » ne conduit à aucun sujet précédemment développé dans le moteur de recherche. #Bizarre :o)

PARALLÈLE LITTÉRAIRE :
« Le soleil et l'acier est la seule confidence que nous ait laissée Yukio Mishima sur sa formation : comment il a découvert, tardivement, la vie du corps, et par elle une vie nouvelle de l'esprit. Il établit une étrange opposition entre le pouvoir corrosif du langage et le pouvoir constructif du soleil et de l'acier. En même temps, c'est pour offrir à la mort, bien suprême et suprême tentation, un objet digne d'elle qu'il s'astreint à l'ascèse d'un entraînement physique. Cette démarche essentiellement romantique n'a rien à voir avec le principe grec d'une âme saine dans un corps sain, mais débouche sur le suicide rituel, qui fut en effet accompli par Mishima, en public, en novembre 1970.
Le soleil et l'acier constitue un testament spirituel qui éclaire d'un jour insolite toute l'œuvre du grand écrivain japonais. »

CONTEXTE PERSONNEL :
Pour celles et ceux qui ont appris à me connaître depuis la vingtaine, cela tenait presque de l’évidence – au 1er abord – que de me lier à l’activité physique/sportive comme principale composante de mon existence. Rien n’est plus faux. Ma carrure masculine ne s’est manifestée que bien malgré moi, quand le fruit d’un parcours scolaire chaotique me mena, in fine, à la voie de garage qui m’était promise.

C’est pour ainsi dire, par la nécessité du gagne-pain et plutôt par accident, que le culte du corps s’est manifesté à moi. Le sport, à la base, je n’aimais pas et je peinais à comprendre cette expression vitale que les jeunes garçons exacerbaient dans la matrice conflictuelle, l'esprit compétitif ou la stimulation par rivalité.
C’est au sortir de l’adolescence que la génétique de mon clan s’est finalement manifestée. La nécessité impérieuse et toute prolétaire ne m’ayant guère laissé le choix. À cela, s’y ajouterons bien vite, la peur grandissante de la décrépitude (à ne pas confondre avec ‘vieillir’), et une certaine intuition homéostasie quant à la pratique pugilistique.

Étant de ces drôles d’oiseaux dont le diagnostique HP ne tombera que bien plus tard, j’avais rapidement intégré que le sport m’offrait un rapport vivifiant à l’existence : il ne me soignait pas seulement des activités ingrates du travail, mais avait cette capacité 'magique' à délier tout ce que ma douance somatisait dans ma chair.
Le parallèle est encore plus intéressant lorsque je songe à ces connaissances ayant eu des transformations physiques similaires. Mais si eux sont passé de 'geek'/'boloss' à 'BG'/'populaire' en un claquement de muscle et une garde robe réformée en conséquence, je n'ai jamais goûté à ce fruit enviable de la confiance en soi. En mon fort intérieur, rien n’avait significativement changé. Rien sinon un début d’amour propre mais en coloc' avec quantité de névroses en gestation.

Les orgies sexuelles en moins, je songe souvent à ce temps passé lorsque je retourne au classique « Septentrion » de Louis Calaferte. La vie de cet auteur fait beaucoup écho en moi. Assez pour que ces années supposément les plus belles de l'existence sommeillent en moi avec suffisamment de nostalgie et de bienveillance... Mais bon, trêve de digression.

Aujourd’hui ma pratique sportive est beaucoup plus sereine. Je ne suis plus de ces combattants qui ont « un compte intime à régler avec la vie » mais du genre challenger. J’ai encore ce rapport plaisant à la douleur où courbatures et goût métallique dans la bouche m’accordent la preuve d’exister. La connexion aux sens, la proprioception et le schéma corporel – associés à la fatigue –, quant à eux, apaisent significativement l’ébullition fréquente de mes neurones.

LES RÈGLES DU JEU :
À vous de partager votre rapport à l’activité physique. Les Go Muscu n’ont pas le monopole du sujet, donc celles & ceux qui ne pratiquent, voir n’aiment pas le sport, m’intéressent tout autant dans leur avis et expérience.
Je précise juste que – comme nombre de sujets – je m’intéresse beaucoup plus au « Pourquoi » qu’au « Comment ».
Chargement...
Vous devez être membre pour commenter ce post