Haut Potentiel recherche relations…

Haut Potentiel et les relations

A l’heure où la polémique s’installe, on ne saurait limiter le Haut Potentiel (HP) à un quotient intellectuel supérieur à 130. Sans pour autant faire du surdoué un cliché dont le fonctionnement le rendrait identique à un autre surdoué, certaines caractéristiques semblent tout de même relier ces atypiques : hypersensibilité, hyperémotivité, besoin de comprendre, besoin de creuser, besoin d’authenticité, de liberté, besoin d’échanges vivants et profonds, et plus que tout, besoin de sens. Tout cela rendant un ensemble « identitaire » dans lequel ces atypiques se retrouvent fort bien. Derrière ces appétences essentielles, comment le HP peut-il équilibrer ses relations sans se trouver dans l’ennui et un sentiment d’isolement ? 

Le haut-potentiel et la communication

Le haut-potentiel et la communication. Comment établir un bon échange.

Eh oui ! Le zèbre ne saurait se contenter de discussions en surface, il a besoin de se sentir relié en profondeur avec son interlocuteur. Il n’a pas peur des débats, il aurait même tendance à les chercher… Ce qui n’est pas du goût de tout le monde. La communication est au cœur de la relation. Loin d’être dans le cadre préétabli par notre société, il a un besoin exponentiel de sentir l’autre, ce qui l’anime, ce qu’il est intrinsèquement. Au-delà même des sentiments amoureux, cette façon d’être est relative à l’ensemble des relations qu’il peut avoir dans sa vie. Cela n’est pas de la mauvaise curiosité, bien au contraire, l’objectif étant de pouvoir établir un échange unique et plein de sens.

Malheureusement, cet intérêt peut être perçu comme une intrusion… Là où le HP cherche à comprendre, à toucher du doigt cet autre, celui-ci peut se sentir mis à nu. Ça dérange, ça bouscule… Ce partenaire qui n’a rien demandé, peut avoir l’impression tout à coup de se retrouver sur le divan d’un psychanalyste et cette approche si particulière du surdoué, peut entraîner un bouleversement inquiétant, celui d’être aussi bien compris sans même avoir eu à raconter sa propre histoire…

En effet, certains zèbres dotés d’une fine intuition, ressentent l’autre sans qu’il n’y ait eu besoin de verbaliser quoi que ce soit, cette intuition peut être vécue de façon extrêmement perturbante et déroutante. C’est également comme si le haut potentiel venait détruire des barrières protectrices sans qu’on l’y ait autorisé. L’autre peut alors sentir de façon ambivalente, une certaine joie d’être enfin reconnu dans ce qu’il est, mais à la fois se sentir en danger.

Un autre problème que rencontre le Zèbre est dans le non-sens des discussions. Là où l’ensemble des gens parlent pour être simplement écoutés, le HP lui, cherche à résoudre les problèmes éventuels. En conséquence il creuse, pose des questions, émet des hypothèses… Questions qui ne sont pas toujours bien perçues et peuvent faire peur. Là où le surdoué voulait apporter son soutien et son aide, il se retrouve face à l’incompréhension la plus totale, l’autre ayant pris la poudre d’escampette (quel est cet autre qui vient farfouiller dans sa vie?) ou encore restant figé sur sa problématique (je veux rester dans le cadre, ce cadre qui me définit et finalement me sécurise). A quoi cela sert-il donc de discuter si on ne nous demande que d’écouter ?… Ça n’a plus de sens et le haut potentiel se rend vite compte, qu’il ne sert plus à rien d’échanger…  Certains surdoués se plaisent à mettre la «cape du sauveur» ayant cette facilité à ressentir les choses, mais c’est un leurre… On ne peut sauver personne, tout au plus on peut aider l’autre à y voir plus clair dans sa vie…  Attention toutefois à ne pas y perdre sa propre énergie ! Nombre de HP se retrouvent sur le carreau de part leur forte empathie…  Il peut même leur arriver de culpabiliser d’être ce qu’ils sont et pour certains vouloir à tout prix entrer dans le cadre de la « normalité » oubliant que c’est dans leur curiosité (pas nécessairement mal placée) que se trouve toute la richesse de la communication constructive.

Le haut potentiel et l’authenticité

Le haut-potentiel et l'authenticité. Recherche de sens profond dans la relation

Authenticité, justesse, vérité… Voilà ce qui anime le Haut potentiel, et pourtant lui-même a compris qu’il devait porter un masque… Tout du moins on le lui a appris de part son fonctionnement différent, celui-ci ayant suscité nombre de positions inconfortables pour les autres. « Tu dois entrer dans le cadre ! » Terrible dilemme que de vouloir de l’authenticité tout en ne se l’octroyant pas totalement dans sa vie…  Ce besoin d’authenticité, beaucoup l’ont trouvé sur la toile. En effet, bien caché derrière un pseudo, en relation mais pas en lien véritable, on se sent plus en sécurité pour enfin être soi-même. Nombreux sont ceux qui ont cru voir dans ce lien virtuel l’opportunité d’une authenticité réelle…  Mais lors de la rencontre, tout retombe comme un soufflé, chacun remettant son propre masque…

Où est donc passé cet autre avec lequel je discutais pendant des heures ?… Il devient fade et sans saveur…

Cette authenticité n’a pu transparaître qu’à travers la toile… Au travers donc de la communication à l’état brute. Alors le HP la cherche, encore et toujours… Il devra pourtant apprendre à être en cohésion avec lui-même dans toutes les circonstances de la vie, s’il veut pouvoir vivre cette authenticité en relation avec un autre… Ce qui revient à dire : se défaire des masques qu’il a appris à porter pour pouvoir s’intégrer en société avec l’ensemble de ce qui le caractérise. Pour être ensemble, faut il encore savoir être soi-même…

Le surdoué et les émotions

Le surdoué et les émotions, trop ou pas assez, les conséquences dans une relation.

Le surdoué est également sujet à son hypersensibilité et hyperémotivité, ces flots d’émotions qui arrivent sans que lui même ne comprenne vraiment qu’elle en est la source et qui le rendent (pour certains en tout cas) extrême dans ses réactions. Ces moments où une phrase peut le faire “bugger”, le plonger dans des questionnements incessants, trop attaché au sens des mots… Certains aussi prennent les choses au pied de la lettre et ont bien du mal à voir la taquinerie. Pris dans leurs émotions, ils peuvent alors vite s’emporter sur ce qui apparaîtra plus tard un simple « malentendu ».  Inversement, là où le normo-pensant espérera que le HP comprendra via des « allusions » ou autres subterfuges, le HP quant à lui préfèrerera de loin la clarté des mots. 

Le haut potentiel peut faire peur de part son hyperémotivité. C’est trop… Trop de joie, trop de colère, trop de peur, trop d’amour… Trop et toujours trop ! Il faut pouvoir le suivre dans ses raisonnements parfois même irraisonnés plus particulièrement pour le haut potentiel de type artiste qui a tendance à être beaucoup dans l’imaginaire… Ce zèbre là aurait besoin d’un partenaire plus terre à terre qui saurait le rassurer et le ramener à une réalité plus paisible.

 Nous parlons souvent des HP hyperémotifs et pourtant, il y en a qui sont des «murs»,  un peu comme s’ils avaient fermé les portes à double tour et ne voulaient plus rien ressentir. Mais qu’en est-il vraiment ? Un être humain surdoué ou non peut-il réellement se séparer de ses émotions ?… Là encore, difficile de savoir ce que peut bien penser une personne qui ne montre rien de ce qui la fait vibrer ou vriller… Est-ce un besoin d’ultra-contrôle ? En ne montrant rien, on voit l’autre s’affoler autour de soi et on peut ainsi beaucoup plus facilement avec l’observation aiguë qui définit le HP, reprendre le contrôle sur ses propres émotions. Serait-ce une surprotection pour ne pas laisser l’autre entrer dans sa sphère intime ?… Ce zèbre a peut-être rencontré dans sa vie des personnes qui ont abusé de ses démonstrations émotionnelles, taire ses émotions serait alors pour lui une façon de ne plus laisser quiconque venir interagir ou influencer son état d’être, ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas d’émotions mais qu’il est apte à les vivre et à les gérer seul. Aussi, le diaboliser et estimer qu’il a un problème n’est pas nécessairement vrai.

Le zèbre et la liberté

Le zèbre et la liberté. Le besoin d'indépendance.

Le besoin de liberté est prédominant chez le haut potentiel, que ce soit la liberté intellectuelle ou physique. Or, dans une relation, il y a toujours une part de “contrôle” de l’autre et de soi. Il s’agit alors de trouver le juste équilibre mais lorsque les émotions exacerbées s’en mêlent, les choses se compliquent assurément, même dans une relation HP/HP. Savoir conserver sa propre liberté, pour ne pas tomber dans le cadre de la dépendance affective ou inversement la fuite en avant, et respecter la liberté de l’autre tout en se sentant en sécurité, est le lot de tout le monde, mais plus particulièrement pour le zèbre qui a un besoin vital de ne pas être cloisonné dans sa vie et dans une relation.  Cet équilibre est fragile et demande un travail intérieur. Savoir lâcher prise pour soi et pour l’autre paraît alors essentiel. Ensemble oui mais en respectant la liberté de chacun.

Haut potentiel et amour

Haut-potentiel et amour. Est-ce si compliqué?

Toutes ces caractéristiques si particulières au surdoué rendent les sentiments amoureux compliqués à gérer. Certains ont l’impression de ne pas savoir comment s’y prendre… Ne savent pas sur quel pied danser… D’autres encore ont jeté l’éponge, persuadés de ne pas être faits pour être aimés tel qu’ils le souhaiteraient, que le couple tel qu’ils le rêvent n’est pas de ce monde… D’autres se sont faits une raison et préfèrent s’amuser au jeu de l’amour sans vraiment plonger dedans…  Il y a ceux qui y croient encore et toujours et se confrontent à leurs difficultés en tentant de trouver le bon rythme, la bonne cadence, celle qui ne fera pas fuir leur partenaire. Et puis il y a les “bisounours” qui s’accrochent coûte que coûte à leur rêve, quitte à y laisser des plumes. Ces bisounours zébrés ne sont pas naïfs mais comme beaucoup de zèbres, ils voient au-delà de ce que l’autre paraît être, ils reconnaissent le masque et perçoivent ce qu’il y a derrière. Ils excusent donc plus facilement ce qui peut les blesser, s’accrochant à l’espoir qu’un jour ce masque tombera et que cet autre tel qu’ils le perçoivent prendra alors toute sa place. Ils peuvent dépenser une énergie folle pour conserver ce doux rêve, c’est un piège qui peut les amener vers des souffrances et des questions incessantes. Bien souvent, un jour, ils tombent dans la désillusion et se rendent compte que leur partenaire amoureux ne changera jamais. Il leur faudra admettre et intégrer que s’ils arrivent à comprendre beaucoup de choses, tout n’est cependant pas acceptable. Il a bien souvent l’impression que partir c’est renoncer à son rêve, or il n’en est rien, partir c’est réaliser son rêve avec la personne qui sera prête à le vivre avec lui.

Quel que soient les difficultés rencontrées, quoi de plus beau que de continuer à croire et  espérer que l’amour puisse se trouver ?… Qu’un couple puisse se réaliser pleinement ? Au fond, quoi qu’en disent ceux qui ont jeté l’éponge, n’est-ce pas ce qui fait tourner le monde ? N’est ce pas ce que chacun recherche d’une façon ou d’une autre ? De l’amour !

La relation amoureuse entre hauts potentiels

Beaucoup de HP cherchent a rencontrer un surdoué car selon toute logique ce partage de caractéristiques plus ou moins communes a davantage de chances de prendre un sens au sein du couple. Cependant là encore on se heurte à un ensemble de difficultés.

Dans le cadre d’un couple avec un  haut potentiel ayant du mal à maîtriser ses émotions et un zèbre qui lui ne les montre jamais. L’hyperémotif pourrait se sentir frustré de ne pas savoir ce qui anime vraiment son partenaire amoureux, n’oublions pas que le HP aime surtout comprendre. Si l’autre est fermé à ses émotions, l’hyperémotif quant à lui se heurtera à un mur et risque de ne pas sentir la relation “vibrer”, il peut perdre une énergie folle à vouloir absolument savoir ce qu’il se passe chez son partenaire. De même, l’hyperémotif pourrait se montrer “usant et éreintant”  avec ses excès. Cependant, en prenant du recul, cette relation amoureuse entre surdoués pourrait trouver l’équilibre parfait si tant est que chacun adhère à l’ensemble de ce qui caractérise l’autre, tout en acceptant qu’on ne peut pas tout comprendre et même maîtriser. De plus, dans ce couple si diamétralement opposé, le surdoué placide peut aider l’hyperémotif à se canaliser dans des situations trop mouvementées, et inversement l’hyperémotif peut aider le mur qui entoure son partenaire à s’effriter un peu pour laisser transparaître ses émotions, et tout cela sans aller le chercher ou le provoquer, mais en laissant simplement la relation faire son oeuvre d’elle-même. Il s’agira donc de cesser de vouloir contrôler/changer son partenaire.

Dans le cadre de la rencontre d »un couple d’HP, ceux-ci peuvent passer des heures à discuter, un sujet en entraînant un autre. Ça sonne comme une évidence « Ensemble on refait le monde ! »mais attention à ne pas vouloir “maîtriser” l’autre, attention à respecter sa liberté. Bien souvent, dans sa vie, le zèbre a été habitué à se mettre sur la défensive ou à être dans « l’hyper-contrôle », pour protéger cette liberté ou inversement à devenir “dépendant” des besoins de l’autre, perdant par là même sa propre identité. De fait, l’ensemble de ces réflexes peuvent très vite prendre le dessus, ce qui est fort dommage pour le futur de cette relation amoureuse. Il s’agit donc d’un réel lâcher prise, chose pas forcément évidente dans un monde où tout est sous contrôle et dans lequel l’éducation elle-même est régie par une culture judéo-chrétienne pleine de contraintes et d’obligations morales. Il est donc question, pour avoir une relation harmonieuse, de lâcher ses propres peurs tout en restant bien connecté à soi-même afin de ne pas non plus se perdre dans le couple, car quoi de plus beau que d’être totalement libre et confiant dans sa  relation avec l’autre et dans sa vie ?…

La relation amoureuse haut potentiel/normo-pensant

La relation amoureuse haut-potention/normo-pensant

Dans le cadre d’un couple zèbre/normo-pensant, il faudra à l’un comme à l’autre fournir des efforts en matière notamment de communication. Le HP ayant les pensées en arborescence, le normo-pensant risque de perdre le fil et trouver que son partenaire amoureux se complique drôlement la vie ! Toutefois, le mode « binaire » du normo-pensant pourrait aider le zèbre à se canaliser et à rester concentré sur l’essentiel, même si pour lui tout lui paraît important ! Il faudra donc à l’un comme à l’autre une bonne dose de patience et de lâcher-prise. En effet, le zèbre risque de ne pas se sentir compris dans tout ce qui l’anime et le couple pourrait en pâtir. Le normo-pensant quant à lui pourrait se sentir submergé par le flot de pensées de son partenaire. Mais l’amour frappe à toutes les portes et ne se pose pas 36 questions ! Il serait faux et injuste de dire que le couple HP/normo-pensant ne peut fonctionner. Comme finalement dans toutes relations, il s’agit d’être en parfaite harmonie d’abord avec soi-même pour pouvoir l’être avec l’autre dans un total respect. 

Atypikoo, créateur de liens

Nul doute que chaque individu sur cette planète a l’opportunité de trouver l’amour, HP ou non. Le principal étant de rester connecté à soi, à ses besoins, ses désirs et de respecter ceux de l’autre en toute confiance et en toute liberté. Le cœur du projet d’Atypikoo nourrit l’espoir que chacun d’entre nous trouve enfin cette authenticité tant recherchée, mettre en lien ces personnes atypiques qui se sentent parfois isolées, mais si profondément humaines, si profondément désireuses de trouver enfin de la cohésion dans leur vie.  Atypikoo est un lieu de partages et d’échanges que ce soit pour vivre des relations amoureuses, amicales ou professionnelles entre individus atypiques, car quoi qu’on en dise les atypiques ensemble, se comprennent et établissent des liens plus facilement.

Et vous, comment se passent vos relations avec les autres ?

Rejoignez la communauté d'Atypiques en tous genres

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux rencontres amicales / amoureuses / professionnelles entre adultes (sur)doués, Hauts Potentiels, Hypersensibles, Zèbres, Aspies, Hyper-fonctionnants...
Inscription gratuite

By stephanie

Diagnostiquée HP en juin 2018 et actuellement en reconversion professionnelle : Rédactrice Web SEO, spécialisée dans le blogging. Passionnée par l'écriture et curieuse, j'aime aussi prendre les pinceaux et l'acrylique que vous pourrez voir sur ma page facebook : Pha Nette Abstract. J'aime bien évidemment lire (beaucoup), et surtout créer (articles, nouvelles, poèmes, peintures, couture, meubles/objets en carton, et il y en aura surement d'autres !). Au plaisir d'échanger avec vous ?

42 thoughts on “Haut Potentiel recherche relations…

  • Christine

    Bonjour Stephanie,

    Voilà une bien belle synthèse sur le fonctionnement du HP/zèbre en matière de relations
    Je me reconnais bien là mais j’avoue une facette très « sous-douée » chez moi :
    je n’entends strictement rien aux codes de la séduction
    Voilà un thème intéressant : la séduction, les jeux de la séduction, séduire
    Tout ceci me renvoie à « se mettre en valeur », se faire belle, être dans la féminité, de beaux atours, attirer l’oeil de l’autre, et être dans une posture qu’autrui décodera immédiatement (les hommes notamment ont je pense peur de moi et ne savent pas où ils se situent)
    Or donc je ne suis absolument pas coquette, le maquillage, la mode, tout ceci « n’est pas pour moi »
    Mon style vestimentaire est « casual », décontracté
    La nature ne m’ayant pas ailleurs pas particulièrement gâté on va dire lol

    Résultat des courses : bien que d’un abord sympathique, de nature communicative et extravertie,ayant par ailleurs beaucoup voyagé, rencontré des centaines de gens de tous horizons, vraiment…
    Aujourd’hui je suis finalement complètement seule
    Mes singularités m’ont éloigné d’une famille bien trop normée, et qui ne me comprend absolument pas
    Jamais eu de relation de couple,juste des rencontres, des aventures comme on dit
    Quand aux amitiés, elles vont elles viennent, tout le monde semble si « occupé »
    se rendre disponible à l’autre semble une « option » pour beaucoup
    Du coup il n’y a personne, juste moi et ma minette, une excellente compagne ceci dit?
    Mais ça va changer grâce à Atypikoo n’est-ce pas?

    Ceci dit j’ai une interrogation : se peut-il que mes congénères, qu’ils soient HP ou normo pensants soient à un moment donné juste « dépassés », ils ne peuvent pas ou plus donner le change à mes idées, je crois bien que j’en ai trop
    C’est too much!

    Que l’on se rassure je ne souffre pas de tout ce que j’ai décrit ci dessus, je fais juste un constat, suite à des années de travail sur moi et à observer les gens alentour

    Merci pour ce texte stephanie

    Au plaisir

    • Sandrine

      Oh Christine…
      Comme souvent, tes propos résonnent en moi (:3)
      Concernant la séduction, pas de problème de ce côté là, c’est plus « l’après ». Une inconstance folle dans les relations, surtout amicales… car je suis « trop », « too much » as you say. Dans les relations amoureuses, je me suis tellement adaptée que du coup « ça tenait », jusqu’au moment où ça explose (de mon côté), un mélange entre un appel de la vie et une rancune envers l’autre de m’avoir « conditionné » (alors que je me suis conditionnée moi-même, prête à tous les sacrifices par amour).
      Au final, j’en suis là : Durant les 12 dernières années, 10 passées en couple, un constat amer : Ce n’est pas fait pour moi. Le couple, le duo, 1 personne VS 1 autre, ça entraîne toujours un sacrifice de ma part… Ce n’est tout simplement pas naturel pour moi. Je suis multiple, à l’intérieur, on est plusieurs dans ma tête, je ne peux pas me dédier qu’à une seule personne, pas sans « emprisonner » tous mes autres moi (J’arrive jamais à savoir si je suis claire dans mes propos, sur ces sujets là encore en plein work in progress in my mind).
      Aujourd’hui, la notion même de couple me parait surréaliste, surréaliste que ce soit une évidence de chemin de vie pour presque tout le monde… Sauf pour moi. Pour un temps du moins… Ou pour toute la vie, I don’t know, mais ça ne m’étonnerait pas. Heureusement, j’ai une capacité d’amour quasi-illimitée à donner et à recevoir en dehors des relations de couple… Que je privilégie, vu que ces relations là ne me détruisent pas, même si elles sont souvent compliquées car ne possèdent pas de mode d’emploi, n’ont pas de réelles « étiquettes ». Comme m’a dit récemment un ami non-étiqueté « j’aime comme je respire », c’est comme ça, « keeping on falling in love again and again all day long, with a butterfly, a tree, a man, a stone… », comme nous disions précédemment dans le joli topic musical.
      Bref, Just for say, I really get u on this @chrissieb63
      Hug <3

      • Mélanie

        Christine,

        J’en suis exactement au même point et tu as très bien décrit le résultat d’une vie de couple donc ne t’inquiète pas, tu es très claire !
        Avec un mix de l’expérience de David (cf. réponse ci-dessous) : le besoin de sauver un autre, ou PN ou dépressif, en me « sacrifiant » pour me faire croire que je suis une bonne personne vu que je n’avais pas d’estime de moi. La suradaptation à l’autre jusqu’à l’explosion de ma part comme tu le dis. Dans ma dernière vie de couple, c’était arrivée au point où je m’étiolais, j’étais comme morte à l’intérieur (pensez, une HP qui vit avec un homme qui répond à des questions existentielles par des réponses fermées qui closent le débat voire pire, par une autre question (je ne supporte plus ça !!!))
        Alors la liberté…waouf ! qu’est-ce que ça fait du bien ! Être soi sans avoir de compte à rendre à personne car comme le dit très justement ce très bon article de Stéphanie, être en couple est vécu comme forcément un renoncement à une part de soi, voire à toutes.
        Donc oui, trouver l’équilibre entre seule mais un peu accompagnée quand même et pas trop mal…
        Pas grave, comme toi, je vis aujourd’hui avec la personne qui me rend la plus heureuse : moi ! (bon, et mes fils aussi hein, quand même ;-D)

        Donc nous sommes bien dans le même club. Après, à savoir si Atipikoo sera ce club…;-)

      • Jean Michel

        Bonjour
        Pareil pour j’ ai été en couple 24 ans , mais j’ aurais du me séparer bien avant car comme tu dis on finit vide impossible de discuter sans se faire traiter de tous car elle ne comprenait pas les idées
        Beaucoup de jalousie mal placer intellectuelle sentimentale matériel
        Je ne disais plus grand pour éviter les crises qui me rendait fou
        Alors que moi je ne comprends pas ce sentiment de jalousie même sentimentale
        Le sens des mots est important comme tout HP alors que mon ex criait n importe quoi juste pour avoir raison et être méchante sans comprendre la porter des paroles
        Résultat divorce depuis je suis plus serein calme je peux enfin donner libre cours à mes envis créatif

      • Ana

        Ton témoignage m’as parle touché . ?

      • pierre

        Jolie image que ces mois emprisonnés, si on se consacre qu à la seule personne de son couple.
        Ca me parle !!

    • stephanie

      Christine,

      Merci pour ton appréciation. Je dirais que cela ne dépend pas de ton physique, ni des divers artifices que tu ne souhaites pas mettre car cela ne correspondrait pas à ta personnalité, mais que cela dépend surtout de comment toi tu te vois. A te lire, je trouve bien que tu ne te conformes pas à un dictat de la beauté qui ne représente pas tes valeurs personnelles. Cependant il semble qu’il y ait une forme de culpabilité de ne pas le faire puisque tu en parles 😉

      Il n’est pas aisé d’aller à l’encontre de la norme sans devoir sans arrêt se remettre en question « est-ce que je devrais ?… Est-ce pour cela?… » J’ai envie de te dire que quelque soit notre physique et les artifices utilisés ou pas, le problème n’est pas là, selon moi.

      On compte de plus en plus de célibataires ou divorcés dans notre société dite de consommation, sans compter que tout doit aller vite. On ne prend plus vraiment le temps de la rencontre… Sans parler également de la « guerre des sexes », ces hommes qui ne trouvent plus vraiment leur place au sein du couple, et ces femmes qui pour certaines la veulent toute entière… Je pense qu’il y a nombre de facteurs qui entrent en ligne de compte en dehors d’un look.

      Le HP peut-être envahissant car il est lui-même envahi par un flot de pensées comme dit dans l’article. Quand cet HP a du mal à les canaliser, il peut apprendre à le faire mais il peut aussi trouver un partenaire qui l’aidera sur ce chemin. L’amour ne se trouve pas à tous les coins de rue et il faut parfois faire preuve de patience.

      Ceci dit l’amour peut aussi se trouver partout sous une autre forme que celle d’un couple. L’amour pour ton chat, ta famille, tes amis, l’amour de peindre, d’écrire de faire ce qui te plaît. Ce sont des choses qui je pense sont à nourrir chaque jour, car elles remplissent le cœur d’une bien jolie manière qui ne dépend que de toi cette fois 😉
      Je te souhaite de faire de jolies rencontres sur Atypikoo, qu’elles soient amicales ou amoureuses.

      • David

        Wahou, article complet et terriblement vrai. Nice job! Je rentre dans la catégorie des caméléons, en m’adaptant aux désirs de l’autre. La phrase sur le sauveur me correspond. Je cherchais les âmes perturbées (PN surtout), me croyant perturbé moi-même (En même temps difficile de penser le contraire quand on est plusieurs dans ma tête) ceci explique cela. Cependant, mon attitude a changé après le test. Et cela m’a coûté mon couple car je suis enfin moi-même. La recherche de l’amour m’a fatigué (le petit Cupidon dans ma tête continue pourtant d’y croire, la preuve je suis là). Seuls mes enfants et mes amis (qui ne sont pas nombreux) continuent d’alimenter mon cœur. En tout cas, plutôt cool de se sentir compris et moins seul. Mettre des mots sur ses maux reste la genèse de la guérison. Je vous souhaite à toutes de trouver… quoi je ne sais pas mais bonne chance 😉

      • stephanie

        David, merci pour ton appréciation qui m’encourage à poursuivre dans cette voie 🙂

        Les PN… Voilà un sujet inspirant également 😉

        Conserve bien ton petit cupidon, maintenant que tu as réalisé tout ça, il saura sûrement te diriger désormais vers les bonnes personnes 🙂

    • Alexandre13

      Magnifique !

  • Marianne

    bel article qui résume ma vie relationnelle ! J’ai passé ma vie à essayer de rentrer dans le moule du « couple » pour tomber sur PN ++ ou je me suis positionnée en sauveuse …sans y arriver bien sur et en y laisser un sacré paquet de plumes ! puis quelques expériences de plus pour en arriver à la conclusion que l’amour (couple charnel j’entend) ça ne doit pas faire partie de mon karma ! J’ai découvert mon coté HP il y quelques années, et depuis un petit tri naturel s’est fait autour de moi, l’âge avançant j’ai décidé d’être juste comme je souhaite être donc forcément parfois les choses/personnes ne me correspondent plus donc je les laisse partir ! Mais comme David, au fond, je crois que j’ai toujours un espoir de me dire qu’un jour je croiserais celui avec qui ça matchera… mais si ce n’est pas le cas et bien tant pis ce sera (ou pas) pour une autre vie. Mais je ne cherche plus, toute façon a chaque fois que j’ai « craqué » sur un homme il était soit marié/en couple/gay…. bref la loose alors plutôt que de me faire du mal inutilement je lâche l’affaire…

    • stephanie

      Marianne, merci pour ton retour et le partage de ton expérience.

      Peut-être serait-il intéressant de savoir pourquoi attirer ou être attirée par des hommes qui ne sont pas disposés à t-apporter ce que tu aimerais vivre ? J’ai tendance à penser que lorsque les histoires se répètent c’est qu’il y a un message à comprendre sur soi-même 🙂

      Aussi une relation avec un PN n’est pas sans conséquences, on peut mettre du temps à s’en relever et déployer des défenses inopportunes. Je dis « on peut » je ne sais pas si c’est ton cas. A cogiter en tout cas (ça tombe bien on adoooore les cogitations hihihi)

      Je te souhaite en tout cas de trouver le bonheur

      • Marianne

        Oui il faut croire que je vais touhours vers ce qui est impossible….mais j essaye de me soigner…. ce qui n est pas simple car mon côté rêveuse cogitante reprend vite le dessus… peut etre que j ai une trop haute estime de moi (ou trop basse… ) du coup je ne vais ue vers ce qui ne me convient pas et ce qui pourrait me convenir me semble huste innaccessible car «trop» pour la «simple» nana que je suis… bref le travail d une vie quoi 😉
        Au plaisir de relir des articles
        Bonne soirée

    • Alexandre13

      Tout à fait d’accord.

  • Mélissa

    Bonjour Stéphanie, je suis haut potentiel détectée il y a peu car … on a détecté tardivement mon fils (à 19 ans) l’année dernière, et du coup on s’est intéressé à moi. Bref une double détection. En ce qui me concerne, enfin des réponses à l’idée que je n’étais pas comme les autres, et .. En ce qui concerne mon fils, une douleur (pour l’instant) dans le fait qu’il conçoit le haut potentiel comme un fardeau qui est la raison à ses problèmes de communication et d’ennui.
    Je me suis tellement reconnue dans votre article (renoncement à l’amour par exemple) et j’ai bien sûr reconnu mon fils. Aujourd’hui je m’inquiète pour mon fils, surtout lorsque je regarde en arrière de mon chemin. Pourtant je sais que chaque cas et chaque route sont différents. J’espère qu’il saura gérer cette « différence » mieux que je ne l’ai fait. Il est accompagné par une neuro psy. Je ne sais pas si c’est une bonne chose, en tout cas, c’est lui qui gère cette partie lorsqu’il en ressent le besoin. Merci pour votre article.

    • stephanie

      Bonsoir Melissa et merci pour votre témoignage. Apprendre son HP à 19 ans c’est toujours mieux qu’à 40 ans passé 🙂 du moins… Je suppose. Il a encore toute la vie devant lui et il apprendra comme nous tous à faire avec toutes ses particularités qui nous sont à la fois communes et propres à chacun.

      Le haut-potentiel peut être vécu comme un fardeau souvent au niveau émotif, mais cette hypersensibilité lui permettra de faire de belles choses, de plus on peut apprendre à gérer ses émotions à l’aide de divers outils (méditation, yoga, sport, psychothérapie etc…) Il trouvera ses propres clés, une belle découverte l’attend : celle de qui il est. 🙂

      • Mélissa

        Merci pour votre réponse Stéphanie 🙂

  • Christine

    bug, peux pas écrire ce que je veux, snif
    i’ll be back ?

  • Nicolas

    @phanette

    Merci pour ce message d’espérance vis à vis de cet inventaire de nos fuites en avant et autres zégarements, mes respects éternels !

    Et, si tu m’y autorises, je ne retrancherais rien à ton écrit, reste un p’tit point de détail que je me permets de te pointer du doigt ; d’expérience je crois qu’il est préférable pour un.e atypique d’aimer quelqu’un pour ses défauts et pas pour ses qualités car ça nous laisse à tous une chance de respirer et d’un autre côté en tablant là-dessus on ne sera que rarement déçu.e (?).

  • Patricia

    Merci pour ce partage!
    Pour ma part, j’ai beaucoup de difficultés à trouver l’amour mais depuis que je me connais mieux grâce à ma « zebritude » j’arrive doucement à accepter que je dois continuer à m’adapter car j’en ai les capacités mais je finis toujours par en vouloir à l’autre de ne pas assez me montrer qu’il m’aime, ou qu’il me désire… Je suis de moins en moins dans l’attente et la recherche de l’homme parfait (car trop exigeante) mais je rêve d’un amour intense avec communication, passion, connection… J’abandonne pas et en même temps je l’aime tellement ma liberté!!!!

  • Ronan

    Merci Stéphanie pour cet article ou beaucoup de choses essentielles ont été très bien pensées et écrites.
    La difficulté de communiquer dans le couple passée la phase de découverte de l’autre, la lune de miel où tout paraît simple, oui je connais très bien… trop bien….
    Je sais m’adapter, comprendre, aller au delà du masque, sonder l’âme avec mes « antennes » intuitives. Ce n’est pas suffisant puisque la réciprocité a été systématiquement absente. C’est démotivant sur l’instant mais j’ai toujours cette flamme intérieure, cette quête du graal en moi.
    Tu as parlé plus haut Stéphanie de la répétition de certaines situations et je suis d’accord avec toi sur le fait que l’univers nous envoie la même problématique pour nous forcer a faire un saut quantique de conscience.
    Je pense que si nous nous attirons régulièrement le même profil ((souvent en rapport avec nos blessures d’enfance (rejet/abandon/trahison/carence affective et plus) non nourries et guéries )) c’est qu’il y a un travail sur soi qui n’a pas été fait.
    Pour ma part ma capacité de compréhension, d’adaptation, de pardon voir de mansuétude m’a souvent fait rencontrer des femmes manipulatrices. Dans le vrai profil médical où la manipulation est inconsciente et est due à des problématiques très anciennes et non affrontées.
    Et le fait d’être HPI est utile certes pour faire un tableau clinique de la situation mais possiblement un handicap pour l’aspect thérapeutique. Trop de pensées, d’arborescence, etc…
    J’emploie des mots mais je sens qu’une discussion verbale sur ce thème durerait possiblement quelques heures 🙂
    C’est très bien que chacun de nous apporte sa contribution, son ressenti, sur ce qui est une évidence. L’ Homme est un être sociable qui interagit au quotidien, qui a une polarité masculine/féminine et un sexe féminin ou masculin. Pour moi il n’est pas fait pour vivre en hermite.
    Et bien souvent nous le sommes avec notre hyperconscience et nos particularismes.

    • SOPHIE

      Effectivement Stéphanie a paratagé un article très complet et ton commentaire avec l’invisible et le quantique vient le parfaire.
      L’absence identaire du HP aussi féminin que masculin, nous adressant à des êtres humains et non pas à un homme ou à une femme, permet parfois la rencontre symbiotique lorsque les % viennent se combler.
      Les mots, ces boîtes qui en fonction de qui l’on est, sont plus ou moins remplies, enfin chez le HP elles débordent le plus souvent, chaque mot ayant une histoire, une émotion, une signification.
      C’est souvent la raison pour laquelle les PN font des dégâts car leur boîtes sont vides, il est par conséquent très facile pour eux de faire de grandes phrases, de beaux discours sur lesquels nous allons nous positionner car pour nous parole = action, chaque pensée est sincère et habitée.
      Et là c’est le drame, l’incompréhension, la souffrance et les ennuis commencent.
      Il faut dire que nous sommes complexes et il n’est pas toujours simple de vivre avec nous, tout doit être vrai, intense, ressenti, analysé, c’est parfois épuisant pour les autres, le pire c’est d’entendre « là j’ai la flemme, on en parle un autre jour » quoi je suis ennuyeuse mais quelle honte je n’en n’ai pas pris conscience, vite un trou de souris pour me terrer et disparaître.
      C’est dingue d’être née sans variateur alors que nous sommes dotés d’une sensibilité extrême ! !!

  • Anne

    Bonsoir,
    Je rejoins Patricia sur la dichotomie entre le fait d’être trop exigeante, celui d’aimer sa liberté et cependant de vouloir restreindre ses exigences mais d’ espérer quand même une relation intense.
    Et je rejoins Ronan sur la dimension blessure d’enfance qui nous pousse vers des personnes néfastes pour nous : il faut faire ce travail de prise de conscience et de guérison pour pouvoir établir des relations équilibrées et harmonieuses.
    Mais à avoir passé du temps à se rééquilibré etc., on a pris goût à une certaine liberté solitaire dont il est difficile de sortir : et nous revoici au point du début … Bref, avec le temps on peut (re)devenir sauvage, et aller vers l’autre nécessite une confiance en soi, et une ouverture energivore au début. Il faut parvenir à faire un premier pas.

  • Lili

    Séduire, ce n’est pas s’affubler d’artifices. C’est laisser un autre apprécier les jolies choses qu’on porte en soi en acceptant de les montrer… Et donc, il s’agit avant tout de les reconnaitre et de les embrasser. Une fois rendu là, la séduction opère… ou pas.

    • Patrick

      Tout à fait d’accord avec toi

    • Marina C

      Complètement d’accord. Se connaître et s’aimer soi-même d’abord

  • Marie-Jo81

    Oui je pense fortement qu’il faut rester sois même… sinon nous attirons à nous, des personnes qui nous correspondent pas… PN et autres phénomènes…

    • Celine

      Je sors tout juste d une relation de 4 ans avec une personne perverse narcissique. Ça m a littéralement laminée. Moi qui cherchais cette communion de pensée depuis toute petite , je croyais avoir trouvé LA personne avec qui je pouvais enfin être moi sans filtre. J’ai vite vu que quelque chose clochait chez cette personne mais mon désir de lui venir en aide m a poussée toujours plus loin. Je me suis finalement éloignée de mes proches et même de moi même jusqu a ce que cette personne me jette comme un mouchoir usagé. Je suis a peine sortie de la sidération et de vous lire tous me permet d’y croire à nouveau alors merci !

      • Monica

        Bon courage Celine! En être sortie est la meilleure chose qui pouvait t’arriver. Après la sidération, il y a la compréhension!

  • Monica

    Très bien cet article, un beau résumé de tous les problèmes que nous pouvons rencontrer, et que j’ai personnellement touché du doigt. Et qui me laissent maintenant avec l’impression que c’est « mission impossible »! Je lutte pour ne pas me mettre en mode hermitte, le seul mode qui me paraît envisageable. Mais bon, pour avoir compris en même temps mon hp, ma dépendance affective, mes faux selfs, et pourquoi je reproduis les mêmes impasses, peut être que j’arriverai un jour à trouver l’âme soeur et le mode d’emploi pour une relation saine. Les conseils de cet article sont probablement à garder sous le coude ?

  • Sophie

    Merci Stéphanie !
    Tout cet article tellement complet résonne en moi…
    Des années de ma vie à jouer un rôle pour rentrer dans le cadre, trouver des mots simples pour se faire comprendre, essayer de sauver tout le monde et bien sur répéter plusieurs fois les même erreurs en voulant aider ( et se retrouver avec des PN)….
    Il m aura fallu plusieurs épreuves, échecs ….pour enfin comprendre qui je suis et enfin être moi-même. Le tri se fait naturellement, les vraies amis ,peu nombreux, restent et enfin je lâche prise et je me sens bien, je suis naturelle et plus oppresser, étouffer dans cette société…bien sûr, je crois en l amour mais bon ….difficile et peur de devoir toujours se dévoiler et faire peur…. je ressens tellement les gens que j arrive à lire en eux même sans qu ils ne parlent et cela me pose problème, je passe les barrières que les gens se sont mis…
    Avec des années d expériences, j ai compris, j ai appris à composer, mais il faut faire toujours tellement attention a ce que l on dit….
    Finalement je peux être entièrement naturelle qu avec mes enfants qui sont aussi dans le même cas et des vraies amis qui ont aussi été diagnostiqués HP… ce qui est vraiment bien, c est que l on se comprend juste en se regardant….j aimerais trouver cela avec un homme mais c est une autre histoire…
    Merci à tout ceux qui ont écrit sur le sujet, on se sent vraiment moins seule.?

  • Morgane

    Excellent article, merci beaucoup ?
    Je suis étonnée que l’auteur s’interroge sur la possibilité de se couper de ses émotions. Bien sûr que ça existe, je crois que ça s’appelle de la dissociation. C’est une réaction émotionnelle en réponse à un traumatisme : pour arrêter la souffrance, on bloque toutes les émotions, même les bonnes. Le problème c’est que quand l’intellect a compris la logique du traumatisme (y compris éventuellement le fameux PN), il peut être impossible de faire ressurgir les émotions.

    • stephanie

      Bonjour Morgane,

      Merci pour ton retour 🙂 Dans l’article effectivement je n’ai pas mentionné les troubles pathologiques liés à la coupure des émotions, je parlais d’une personne ne présentant pas de troubles particuliers psychiatriques. Je ne suis pas psychologue et encore moins psychiatre pour aborder ce genre de sujets 🙂 Le trouble dissociatif n’est pas forcément lié à un traumatisme par ailleurs (de ce que j’ai pu lire en tout cas ça a l’air beaucoup plus large que ça) Bref personnellement je ne m’aventure pas vers ce genre de sujets car je ne suis pas spécialiste.

      J’espère avoir répondu à ton interrogation 🙂 ceci dit tu fais bien de préciser qu’il y a des personnes qui présentent ce trouble.

      Bonne journée

  • Philippe

    Bonsoir à Stéphanie, ainsi qu’à tous les intervenants de cette discussion.

    C’est au préalable avec mauvaise conscience que je dois reconnaître ne pas avoir pu tout comprendre de ce que vous avez toutes et tous écrit, car je suis incapable de concentrer mon attention sur ce que je ne peux pas me représenter visuellement : c’est un de mes défauts ou, pour rester positif, une des caractéristiques de ma personnalité depuis toujours, et je suis resté comme les enfants : pour comprendre, j’ai besoin qu’on me fasse un dessin… Cela a ses inconvénients : je reste hermétique à la lecture de certains livres (qui ne sont pas nécessairement les plus abstraits) ; mais aussi ses avantages : je suis très à l’aise dans mon métier qui consiste à imaginer ce qui n’existe pas encore. Paradoxalement, je n’éprouve aucune difficulté à « gérer » les relations dans mon travail, mais dans la mesure aussi où je l’exerce en indépendant (les rares fois où je fus salarié, ce fut toujours une catastrophe…).

    Analyser les relations humaines ne m’a jamais véritablement intéressé : les choses se font ou ne se font pas. J’ai réussi à créer des amitiés exceptionnelles avec quelques rares personnes, mais pas plus… Mon intuition a toujours joué un rôle majeur lorsque je rencontre quelqu’un, et avec le temps, j’ai appris à reconnaître son importance dans ma manière d’appréhender mon environnement, en particulier humain.
    Je reconnais que l’enjeu affectif est tellement sensible, que j’ai certainement plus ou moins consciemment développé des stratégies pour éviter les situations qui me déstabiliseraient ou me fragiliseraient.

    Il m’est pourtant arrivé de tomber très amoureux. Une fois même, je me suis laissé aller à mes sentiments alors que ceux-ci n’étaient nullement partagés, pour la raison suivante : je découvrais qu’en ces circonstances se développait en moi le meilleur de moi-même, et que ceci était destiné à être donné sans contrepartie : l’expérience du don dans son entière gratuité. Risqué, mais délicieux! Lorsque la situation m’a paru trop irréaliste et dangereuse, je me suis éloigné, et nous nous sommes alors « naturellement » perdus de vue… Ce ne fut pas facile, et même douloureux, mais je ne regrette pas de m’âtre laissé allé…

    Etonnamment, c’est dans le silence que j’ai ressenti la plus grande communion avec certaines personnes, ou dans des rencontres éphémères liées à des instants particuliers. Celui-ci par exemple : j’étais à Beyrouth ouest (bien accompagné) et me lavais les mains avant de déjeuner dans un restaurant. Dans le miroir, je voyais derrière moi une vieille femme préposée au ménage et entièrement voilée de noir qui me regardait, immobile, appuyée sur son balai. Soudain elle me dit : « vous êtes Français? » Comme j’acquiesçais, elle me répondit : « Alors vous êtes le bienvenu! »… Quelques secondes d’une improbable rencontre sans enjeu ni suite, mais dont je garde, 15 ans plus tard, un souvenir et une émotion très vifs.

    Sur ce site même, où j’ai le sentiment de pouvoir m’exprimer librement, sans courir le risque d’être (mal) jugé, j’éprouve beaucoup de difficultés à me lancer dans les discussions : je ne sais pas faire…
    … Et comme à chaque fois lorsque j’échange avec d’autres personnes, j’ai l’impression d’être vite hors sujet ; si vous pensez que c’est cas, j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

    Bonsoir à toutes et tous, et à bientôt!

    Philippe

    • Val

      Bonsoir Philippe,
      Je crois connaître quelque chose de similaire dans mes relations affectives : l’impression d’être enfermée à l’intérieur de moi par des années de stratégies d’évitement. Comme si j’avais si bien rangée la clef qui permet d’accéder a ma «personne intime » de peur d’être touchée, que je ne la retrouve plus. Je suis là, je me vois en situation, mais difficile d’ouvrir la porte.

      • Philippe

        Bonjour Val, et merci de votre commentaire.

        Ne pas oublier que la clé, ce sont aussi les autres qui doivent la trouver, et pas nécessairement vous qui la donnez. Et plutôt que de parler de « stratégies d’évitement », est-ce que se référer au terme « pudeur » ne conviendrait pas davantage?

        Eues égard aux réactions parfois hostiles que nos personnalités atypiques peuvent provoquer, la solitude est un refuge protecteur dans lequel il est paradoxalement rassurant de savoir qu »elle existe.
        Et si nous nous y retrouvons, c’est aussi parce qu’elle entretient le dialogue avec notre richesse intérieure : preuve que nous existons bien, et surtout pouvons être très libre malgré le contexte et les conventions d’une société trop normée et banalisante…

        Bien à vous,

        Philippe

    • Céline

      Coucou Philippe !!
      Personnellement je trouve que tu t’exprimes très bien. On sent que tu es qqun de très posé et réfléchit avec une grande sensibilité (ce qui pour moi est un atout bien qu’elle s’avère être un enooooorme boulet dans ce monde qui marche sur la tête.. 😉). Tu n’es peut-être pas hors sujet habituellement, je veux dire avec les normaux-pendants, simplement peut-être fais-tu des liens qu’eux ne peuvent faire (ou pas aussi rapidement?).. Il semble que tu sois au bon endroit ici!! Couraaaage!!! 🧚🍀☀️

    • Céline

      @iwa-architectureorange-fr
      Coucou Philippe !!
      Personnellement je trouve que tu t’exprimes très bien. On sent que tu es qqun de très posé et réfléchit avec une grande sensibilité (ce qui pour moi est un atout bien qu’elle s’avère être un enooooorme boulet dans ce monde qui marche sur la tête.. 😉). Tu n’es peut-être pas hors sujet habituellement, je veux dire avec les normaux-pendants, simplement peut-être fais-tu des liens qu’eux ne peuvent faire (ou pas aussi rapidement?).. Il semble que tu sois au bon endroit ici!! Couraaaage!!! 🧚🍀☀️

  • skameika1mor

    На нашем социальном сайте [url=https://na-skameike.ru]На Скамейке[/url] вы найдёте, много последних новостей , на различный темы .новости России,новости,Свежие новости,новости украины? а так же статьи про авто и мото тематику.,ждем вас.Вы так же можете завести свой блог.А так же создать пост, добавить статью,и многое другое.

  • Jérémy

    Bonjour,
    Visiblement nous sommes nombreux/euse à avoir vécu le couple de la même façon. Adaptation à l’autre et explosion pour ne pas étouffer ou mourir…

    L’envie de découvrir ce qu’il y a au fond de l’autre, ce qui l’anime peut-être un peu frustrant quand il n’y a rien de spécial qui l’anime ou que la personne ne le sait pas vraiment. Il y a un gouffre qui se creuse quand de mon côté j’ai le sentiment de devoir renoncer à trop de choses quand je choisi d’approfondir un domaine.

    Zèbre ou non je pense que l’on a tous nos incohérences (même si on aime pas trop ça), et qu’il est parfois difficile de composer avec. Et puis comme dit plus haut, la société d’aujourd’hui n’aide pas vraiment les gens à trouver du sens dans le couple ou la famille. Même si j’ose encore y croire.
    Au final, je pense qu’il s’agit de trouver le juste équilibre entre ce que l’on donne à l’autre et ce que l’on se donne à soi. Si l’on penche trop d’un coté nous tombons dans le sacrifice et de l’autre côté dans l’égocentrisme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez la communauté des atypiques en tous genres

Atypikoo est un réseau social dédié aux neuroatypiques : Zèbres, Hauts Potentiels, Surdoués, Hypersensibles, Aspies...

Rejoignez la communauté d'Atypiques en tous genres

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux rencontres amicales / amoureuses / professionnelles entre adultes (sur)doués, Hauts Potentiels, Hypersensibles, Zèbres, Aspies, Hyper-fonctionnants...
Inscription gratuite
close-link