Les métiers adaptés aux Zébres

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux rencontres amicales / amoureuses / professionnelles entre adultes (sur)doués, Hauts Potentiels, Hypersensibles, Zèbres, Aspies, Hyper-fonctionnants...
Inscription gratuite
avataravataravataravataravataravataravataravataravatar

By David • Admin

David a créé le réseau social Atypikoo pour favoriser les rencontres et les échanges entre atypiques en tous genres : surdoués, hypersensibles, aspies... Passionné de psychologie, de développement personnel et de spiritualité, il partage ses trouvailles sur le blog Atypikoo.

30 thoughts on “Les métiers adaptés aux Zébres

  • Christine

    Et bien j’ai tout faux ?
    Mon grand chagrin dans la vie quand je fais le bilan, quasiment à l’aube de ma retraite, est d’avoir complètement raté ma carrière professionnelle
    J’ai le statut de fonctionnaire depuis 30 ans, dans une structure ayant basculé depuis que je l’ai intégré dans le secteur privé, mon employeur est au CAC 40, je pense que certains le reconnaitront
    Bref 30 ans en tant qu’employée, subordonnée, soumise à la hiérarchie, à des règles
    Mais surtout sujette à un ennui abyssal, dès que j’ai fait le tour d’un poste, que je n’ai pas de défi à relever
    Mon CV est très atypique,j’ai changé maint fois de métier, de région
    Aiment pas ça les employeurs ?
    Mais je n’ai jamais connu le chômage
    Est-ce un privilège de nos jours??

    Je me permets alors de suggérer aux jeunes générations de vraiment accorder du temps, de l’attention, pour déterminer leurs choix de carrière
    Il faut tenir compte de ses propres valeurs, de ses singularités en tant que atypique
    J’ai failli à cela, je me suis adaptée, sur adaptée
    J’ai fini en burn out et j’ai du mal à m’en remettre

    avataravataravataravataravataravataravataravatar
    • Asinella

      Comme toi, Christine, sauf que l’emploi où j’ai « duré » le plus longtemps m’a pris 7 ans de ma vie et un énorme burn-out à force de me suradapter. Puis la colère a tout balayé et cela a recommencé, recommencé…
      Chômage et RSA, quésaco ? Mais ennui, tout le temps.
      Bon courage !

      avatar
    • Nelly

      Fatigant et usant d’essayer de s’adapter. Passé 15 ans dans un poste dans une grosse structure nationale : ennui, harcèlement moral. Bore-out, dépression, avocate, rupture et au chômage à 50 ans sans savoir que faire. Je m’en remets encore. Finalement, depuis bientôt deux ans, je suis auto entrepreneuse. fini la hiérachie, les conversations ennuyeuses autour de la machine à café que je fuyais, les collègues, l’ennui. Prix à payer: la solitude mais ça vaut mieux encore que la souffrance au travail. Très dur de s’adapter à cette société 🙁

      avataravataravataravataravataravatar
    • teddy

      Le soucis c’est que ça amène pleins d’autres questions.
      Aujourd’hui on sait que la société n’est pas adapté ni aux HP ni aux SP. L’éducation est adaptée au plus grand nombre soit 51% des personnes qui sont dites dans la « normes ».

      En sachant ça, et en se basant sur le fait que nous sommes de plus en plus nombreux sur la planète ( à épuiser nos propres matières premières mais ça c’est autre débat) à rechercher un travail qui nous convient, ne vaut il pas mieux essayer d’être son propre patron en tant qu’entrepreneur ?

      mais la encore une autre question rentre en compte, l’ entrepreneuriat peut il être fonctionner en France, au vu de ce que je dis dans le premier paragraphe, et au vu de la lente évolution de notre pays sur beaucoup de plan.

      Personnellement, je pense de plus en plus qu’on se voile la face sur le salariat et le fait de trouver un certain bien être et un épanouissement dans un métier.
      Les solutions se trouvent ailleurs.

      avataravatar
    • Jean-François

      Rater sa carrière… Enfin je me sens moins seul ! J’ai un métier, le spectacle, la scène. J’ai un hobby, soigner les gens. Mon hobby me permet de vivre et je ne peux exercer mon métier qu’en dilettante…
      J’ai très jeune été animateur, en clubs, en croisières, en radio. Jusqu’à ce que ma mère prétextant une « vie de patachon  » incompatible avec un diabète me dise: » Tu as un bac, t’as été à la fac, tu parles trois langues, tu vas passer des concours et BOSSER ! »
      Impôts, Poste, assistant social, infirmier: 4 concours, 4 réussites. J’ai choisi: infirmier. Moi aussi je fais vite le tour des services, heureusement l’ennui m’est évité par cette entelechie, cette passion pour l’autre, je remercie mes patients d’être là.
      Bientôt la quille et enfin me consacrer à….mon métier !

      avataravatar
  • Patricia

    Perso, j’ai enfin trouvé ma place, aussi après un burn-out à 25ans et le pire cas de harcèlement psychologique que la psy a vu de sa carrière. J’ai un patron fantastique qui le donne des guides seulement. J’ai la chance de travailler comme estimatrice/chargé de projet en construction pour une station de ski en pleine expension. Tout ce qu’on fait est un one shot deal dont personne n’a d’expérience. Ça me permet d’utiliser mon cerveau à son plein potentiel. Lorsqu’une chose est extrêmement complexe, on me la réfère, sachant que c’est ce qui m’anime et me permet de briller.

    avataravataravataravataravataravatar
    • Patrick

      Bonjour Patricia,

      J’ai aussi vecu un burn out dû à un harcelement psychologique, il y a 3 ans de ça.
      En te lisant, je vois que tu as su rebondir au niveau professionnel.
      J’ai décidé de me retirer du monde de l’informatique, pour passer une licence en gestion et protection de la nature.
      Toutes mes périodes de travail se sont traduites en un ennui immense, aucun intérêt en corrélation avec mes aspirations personnelles.

      avataravatar
    • Patricia

      Allo Patrick, ce n’est pas simple de rebondir de la sorte, mais j’ai la conviction qu’il est possible pour tous de trouver le bonheur au travail. Trouvez ce qui vous passionne le plus et vous trouverez la clef du bonheur. Si c’est les animaux par exemple, le zoo est un bon endroit car les techniciens animales changent de secteurs constamment, donc très peu routinier… bref, on a tous accès au bonheur il faut simplement le trouver. Bonne recherche!

      avatar
  • Patrick

    J’ai aussi vecu un burn out dû à un harcelement psychologique, il y a 3 ans de ça.
    En te lisant, je vois que tu as su rebondir au niveau professionnel.
    J’ai décidé de me retirer du monde de l’informatique, pour passer une licence en gestion et protection de la nature.
    Toutes mes périodes de travail se sont traduites en un ennui immense, aucun intérêt en corrélation avec mes aspirations personnelles.

  • Chris

    Ce que j’ai souvent constaté c’est que l’ennui est toujours arrivé quand je me trouvais dans une équipe où l’on ne s’adaptait pas les uns aux autres. Cette boulimie de travail n’est pas toujours bien perçue ou bien alimentée.
    Travailler avec des atypiques n’ai pas aisé quand on ne sait pas le faire.
    Plus on me donne du boulot plus je me sens bien au travail.

    avatar
  • paul

    belle personne et super vidéo…sur toute la chaîne!(youtube)
    en réponse a tous ceux qui se sont réveillé hp/zèbres dans le tard
    je recommande une thérapie, car les remords sont comme
    beaucoup de passions tristes….des boulets ,dont il faut se débarrasser
    l’hypnose ,que je connais ( c’est a dire avec un thérapeute compétent!)
    est a mon sens la plus rapide et la plus efficace
    ce n’est pas de la pub….car je ne pratique plus!
    mais je peut vous recommander…
    paul.

    avatar
    • Lionel

      @drakarys @paulyvalent @pate
      Bonsoir Paul, Patricia et Malika,
      Pour ma part, j’ai découvert que j’étais HP/zèbre à 52 ans durant une psychothérapie dont la raison n’était pas reliée à une problématique en rapport.
      Si je regrette de ne pas l’avoir appris plus jeune, ce qui m’aurait permis de mieux me comprendre et de me réconcilier avec moi même beaucoup plus tôt, je ne nourris pas de remords parce que je me rends compte qu’au final, j’ai plutôt vécu en accord avec ce que je suis, certes pas dans tous les aspects de ma vie.
      J’ai longtemps connu une « errance » professionnelle qui m’a beaucoup fait souffrir. Je me croyais instable et donc je voyais mon avenir professionnel sous un angle plutôt sombre mais c’était l’ennui qui en était la cause et je suis incapable de me renier. Quand celui-ci devient insupportable, il se transforme en geôle et si je n’en sors pas, l’explosion ne tarde pas à se produire. Après moultes expériences, j’ai fini enfin par découvrir ce qui me plaisait vraiment et je me suis donné les moyens pour atteindre mon but. Et si je peux parfois (comme tout le monde) ressentir occasionnellement une lassitude, elle est compensée par d’autres satisfactions : une liberté d’action, des bonnes relations professionnelles, des tâches variées, une reconnaissance et un métier qui cadre avec ce que je suis. Même si j’ai perdu beaucoup de temps, d’énergie et aussi un peu de ma santé pour me trouver et me fixer professionnellement, je me dis aujourd’hui que tout cela n’aura pas été inutile.

      avataravataravatar
  • malika

    Je confirme ce que tu dis Paul, je suis actuellement une thérapie , et il se trouve que mon thérapeute est « zèbre » lui aussi , et que grâce a lui , tout mes poids( boulets) s’évacuent puisque il y a aussi tout un processus d’apprentissage a revoir (hypnose) , donc le chemin est long mais bénéfique 😉

    avatar
  • Mary

    Bonsoir, merci pour cette vidéo intéressante. Après plusieurs métiers-je travaille depuis mes 16 ans- dans l hôtellerie, la vente, le transport aérien, le médico-social.. et j en passe.. Sur le tard j ai validé en Vae ma licence Lea Anglais Allemand et j aimerai me mettre à mon compte. J en ai marre du salariat, de perdre mon énergie avec des collègues pas toujours bienveillants et j ai envie de faire à mon idée. À moins que je trouve un employeur supra intelligent.. Je dois encore travailler 12 ans.. Ce qui est court et long en même temps….Bonne soirée à toutes et à tous.

    avatar
  • Anne

    Je pense que c’est à nous de trouver notre voie, personne n’est responsable de notre vie. Je suis une introvertie passionnée, souvent loup solitaire.
    J’ai fait véto par vocation, puis j’ai bifurqué vers le marketing dans l’industrie pharmaceutique. Le syndrome de l’imposteur, je connais bien…
    Puis j’ai élevé mes quatre enfants, fait une dépression (je le croyais à l’époque) qui était sans doute plus un bore-out.
    Ensuite j’ai trouvé ma voie en tant qu’hypnothérapeute.
    Divorce, expériences amoureuses diverses.
    Testée vraiment sur le tard, je me rends compte que ma clientèle est peuplée de zèbres et je trouve ça génial, car j’évite tous les jours à des personnes d’attendre aussi longtemps que moi pour comprendre d’où venait leur décalage.
    Je peux les éclairer et les guider car je suis passée par là avant eux.
    Ma vie prends donc tout son sens, et j’adore aider les zèbres (en thérapie et en coaching) car chaque séance avec un zèbre me recharge en énergie, c’est vraiment très étonnant.
    J’espère maintenant trouver une ouverture pour élargir le champ des possibles, car j’ai toujours l’impression que je fais très peu face à tous les gens formidables que je vois.
    Je vois le meilleur chez chacun, donc j’ai régulièrement une sensation de manque, ou d’impuissance, et en même temps, je ressens régulièrement cet enthousiasme de contribuer.
    L’être humain n’est-il pas fait pour contribuer et entrer en communion / empathie/ osmose ?
    J’ai 57 ans, et pourtant j’ai parfois l’impression que ma vie ne fait que commencer…
    En fait les zèbres jeunes sont déjà plus vieux que les autres, mais en vieillissant, je pense qu’ils restent jeunes d’esprit.
    J’ai l’impression d’être une vieille âme, et en même temps de ne jamais avoir été adulte.
    Donc la mission de vie n’a pas d’âge…

    avataravataravataravataravataravataravataravataravataravatar
    • Lou

      Bonjour Anne,
      Dans quelle région exerce tu ?

  • Monica

    Merci pour ce témoignage Anne @alma qui fait chaud au cœur

  • Anita

    Je rejoins Monica , ……

    Merci Anne , votre commentaire est très agréablement Humain .

  • LeDormeur

    Je me sens tellement comme Anne @alma J’ai vécu pratiquement les même étapes, j’ai vécu mille vies, j’ai été marchand de journaux, lithograveur, Philatéliste, vendeur de jeux de rôles, brocanteur, numismate, vendeur en électroménager, infographiste, ̶c̶h̶i̶p̶p̶e̶n̶d̶a̶l̶e̶, pigiste en informatique, dessinateur, magicien, illustrateur, peintre, modérateur sur un site de sexologie, auteur, médium, papa au foyer, et staffeur… et maintenant je fais des bijoux, je peins sur des crânes, je fais des ressentis, de la médiumnité, et j’aide les gens dans le besoin…

    En fait je ne sais pas si je suis zèbre, aspi, clef anglaise, ou Davy Croquettes, j’aime pas les étiquettes et avec ce fichu syndrome de l’imposteur j’ai l’impression de ne pas avoir le droit d’être quelque chose. Mais atypique, hypersensible, empathique, ça oui, c’est sûr… Je n’ai pas envie de me faire diagnostiquer pour plusieurs raisons.
    Mais je te cite et je confirme « L’être humain est fait pour contribuer, entrer en communion, empathie et osmose » c’est même devenu mon but, mon idéal.

    Et moi aussi j’ai l’impression que ma vie commence, et d’être toujours resté un enfant.

    avataravataravataravataravataravataravataravataravatar
    • Mag

      Comment definissez vous la médiumnité ?

  • fiorillo

    Le monde de la banque un cauchemar j’ai commencé par l’accueil acquis le poste en 2 heures quand j’avais 32 ans et comme j’avais tout détecté, je voyais que j’allais m’ennuyer que quelque que soit conseiller ou directeur, du coup j’ai refusé l’évolution car il était hors de question que je travaille en plus pour des heures non payé. J’avais déjà lu les revues j’en savais déjà plus que les autres mais ne connaissant pas la norme sociale j’étais perdu. Et effectivement je me suis lancée dans un master management stratégie d’entreprise option webmarketing. Je détecte très rapidement tout les problèmes.
    Mais comment faire passer le message car le français la France est un pays en retard.

    avatar
    • Anita

      Bonjour Fiorillo

      Oui , pour le retard en tant de domaine , mais surtout que le poids des moutons écrasent le peu d’air à respirer , c’est loin d’être gagné pour l’ouverture des consciences ! L’espoir et le travaille individuel , j’y crois beaucoup , et le nombre grandit chaque jour !
      Le mieux possible et se dépasser …. Très Bonne Journée …

  • Michèle

    Bonjour à tous, c’est très agréable de vous lire .Pour moi je n’ai pas fini ma quête du travail parfait pour moi , j’ai fait des études de sciences naturelles; puis cherché des sources partout = étudié la phytothérapie , essayé la peinture au couteau, la création de vitraux en dalle de verre, de cérémonie laïque, cherché aussi dans le développement personnel, eu mes enfants, reétudié un peu l’occitan puis intéressée par la socio et l’actualité. Finalement tout ça ne fait pas un métier, je crois que dans une bonne équipe de travail je serai capable de beaucoup mais mon coté atypique m’a isolée car non conformiste avec un bon faux-self pour survivre. Au final je vais bien mais j’espère continuer a me connaitre de mieux en mieux et un jour peut être exprimer encore mieux mon cote atypique et social .

    avatar
    • Nari

      D’ailleurs comment vous vous en sortez lors des entretiens pour expliquer cette diversité ?

      J’ai fait un tableau avec des icônes simplifiés ..(sans enfantiliser les recteuteura bien sûr) mais ils ont quand même du Mal à suivre donc maintenant je simplifie par poste je ne met que ce qui est du même domaine .

      @eirick @michèle @ledormeur @anita @anne ect..

  • EIRICK

    Bonjour, merci de m’accueillir sur Atypikoo.
    parcours multiple et très varié…d’accompagnateur de voyages étudiants, de militaire photographe et instructeur en anglais, à guide touristique sur paris, animateur nature environnement, photographe filmeur en station de ski, de multiples fonctions dans l’administration territoriale….je n’ai vraiment jamais trouvé mon bonheur…mais j’ai développé une capacité d’adaptation .
    Ma véritable vie a commencé il y a 3 ans, je me suis inscrit en licence d’arts plastique car je voulais retrouvé mon idée de vie de départ.
    Sur le plan humain, je suis constamment attiré par ce qui sensible, ce qui est de l’ordre du spirituel, de l’artistique, de l’esthétique…

    avataravataravatar
  • Mooi

    Waouh, c’est très touchant de vous lire tou.te.s…
    Via le diagnostic hpi de deux de mes filles voilà quelques années, j’ai découvert, très émue, que je levais le couvercle sur moi à travers elles.
    Sur le conseil de la cpe du lycée, j’ai plongé dans des lectures sur les « zèbres »: on y décrivait l’essentiel de mon expérience de vie.
    Un bouleversement et puis, j’ai refermé le couvercle car je ne savais pas faire de tout cela.
    Je suis actuellement en plein cycle de « crise identitaire » (et cela se joue essentiellement dans le domaine pro) comme régulièrement dans mon parcours de vie.
    Quête de sens perpétuel, perfectionnisme, passions puis ennui (envers le sujet et mes collaborateurs/collègues), isolement,sensation d’étrangeté vis à vis des autres, d’insatisfaction permanente, complexe de l’impostrice et « fatigue de moi-même »…
    Vos témoignages sont des puzzles de ce que je vis depuis 37ans.
    Depuis l’enfance, je recherche à me stabiliser dans un domaine, me spécialiser et aller jusqu’au bout de mes entreprises.
    Mais, presque avant d’en avoir fait le tour, mon esprit est déjà occupé à d’autres desseins, de nouveaux désirs. Donc je valide et je m’envole ailleurs!
    Et ça marche à chaque fois! Ce qui ouvre d’autant plus le champs des possibles et mon appétence pour d’autres « nourritures ».
    J’ai comme vous tou.te.s un cv arborescent à l’image de ce qui m’anime:
    Cuisinière, esthéticienne, masseuse, entrepreneuse expérience 1, secouriste, aide à domicile, éducatrice, entrepreneuse expérience 2, street-artiste, entrepreneuse expérience 3, auteure-illustratrice jeunesse… ( et je passe les petits boulots).
    What else?
    Le pire c’est que chaque métier m’a sincèrement passionnée!
    J’ai tout de même toujours réussi à mettre en lien ces expériences et à y percevoir un fil conducteur. Cependant, plus le temps passe, plus je m’agace de papillonner.
    Trois fois à mon compte (c’est le cas aujourd’hui depuis plus d’un an et ça y est j’en ai marre), je finis constamment par aller voir ailleurs si j’y suis.
    Plus jeune, je tentais de me raisonner en me disant : « Ah, là ça y est, j’ai trouvé mon truc! ». Et puis non, il y avait toujours un truc qui arrivait avec, entre deux, des périodes de battement type chômage, formation, jobs d’appoint express.
    Parfois, je me dis qu’il faut accepter cette curiosité de vie insatiable et en faire un mode vie mais je n’ai pas encore trouvé la recette.
    J’aime le côté challenge.
    Toutefois, j’ai compris que le sport m’apaisait particulièrement.
    Actuellement, j’ai envie de voyage, de nature, d’introspection par le ressenti et non par le mental comme c’est souvent le cas.
    Je prépare un long trek pour assouvir ce besoin naissant.
    Ca va me faire bosser sur mon endurance cette histoire.
    Évidemment, je ne peux pas m’empêcher de me sur-documenter à ce sujet as ever.
    Bref, je ne sais pas faire autrement.
    Ce qui fait rire une fois de plus mon entourage de mon appétit de vivre dévorant.
    Tout ceci n’est pas très bon pour ma retraite mais je m’en fous :)))
    D’ici là, qui sait, je serai peut-être sur la Lune! 😉
    Je vous souhaite à tou.te.s une merveilleuse quête existentielle!

    avataravataravataravatar
  • géraldine

    slasheur/se!!

  • roald

    Consultatnt consulté en IT et dans le titre chez l’un de mes clients: « Assistant externe » que j’ai complété par « d’assisté interne » qui n’a pas fait l’unanimité des internes

  • Vivi153

Laisser un commentaire

Femme surdouée : solitude et différence

Il existe de grandes différences entre les hommes et les femmes dans la façon d’être surdoué et de vivre cet état. Les femmes à haut potentiel ne répondent pas comme les hommes aux contraintes d’une société dans laquelle les schémas de réussite sont encore imprégnés de sexisme. Quelles sont les barrières sociales et professionnelles auxquelles […]

Trop intelligent pour être heureux ?!

En vous inscrivant sur Atypikoo, vous pourrez rejoindre une communauté bienveillante afin d'échanger avec d'autres atypiques qui vous ressemblent et vous comprennent. Alors ne soyez pas trop intelligent pour être heureux et rejoignez la communauté !

Rejoignez la communauté Atypikoo

Atypikoo est un réseau social bienveillant dédié aux rencontres amicales / amoureuses / professionnelles entre adultes (sur)doués, Hauts Potentiels, Hypersensibles, Zèbres, Aspies, Hyper-fonctionnants...
Inscription gratuite
close-link

« Ce site est indéniablement différent des autres et pour cause, il propose aux Zèbres, Hypers sensibles, Hypers Empathiques, HPI non détectés et autres êtres en douance ou surdouance de se retrouver, d’échanger et de partager voire de se remonter le moral. »

« Atypikoo c’est un lieu de partage, d’échanges, entre personnes atypiques ou qui se sentent comme telles. Et puis, si l’alchimie se fait, on peut y trouver des amis, ou plus si affinités. Ce n’est pas un site de rencontres. C’est un site où on peut faire de vraies rencontres. »

« J’ai trouvé sur Atypikoo des personnes partageant le même mode de fonctionnement et avec plus d’expérience que moi. Cela m’a permis de mieux me comprendre, de me sentir moins seul et d’avancer plus vite. »

« Ce site m’a permise de trouver enfin une communauté avec qui échanger. J’y trouve de l’écoute, du respect, de l’entre-aide et cette bienveillance me fait du beaucoup de bien. »

 
Voir + de témoignages
close-link