Zone de confort

Il est des modes qui déferlent durant des années, inondant la sphère publique d’injonctions morales qui semblent avoir force de vérités bienveillantes.

Dans la sphère du développement personnel, il est un concept à la mode, dont l’omniprésence ne commence même pas à s’essouffler au bout de quinze ans, après avoir inondé la place publique d’une croissance qui ferait rêver chaque économiste orthodoxe : le lâcher-prise.

Nous avons tous pu observer une grande inconsistance dans le concept du lâcher-prise. Beaucoup de professionnels (et de magazines dans leurs rubriques « psychologie ») parlaient de manière trop simpliste du besoin de se vider la tête lorsque l’humain se trouve dans une impasse provoquée par l’envahissement des pensées. Cloué sur place, figée comme une biche dans les phares des braconniers. 

Mais faire le vide n’est pas une chose aisée pour un cerveau occidental matérialiste. Beaucoup de personnes ont vécu d’intenses frustrations face à ce concept d’apparence si simple et bienveillant. Incapables de… lâcher-prise ! Nous savons maintenant que le lâcher-prise c’est se mettre dans une posture bienveillante qui « occupe » l’esprit d’une manière à fluidifier la situation de blocage (proche du « flow » de Mihály Csíkszentmihályi). Le lâcher-prise c’est cesser de s’acharner, de s’épuiser et se vider l’esprit des pensées parasites. Nous sommes dans une situation qui ressemble à faire le vide, mais qui est d’un autre ordre, d’une autre complexité.

Dans le monde du développement personnel, il est un autre concept qui commence à prendre de l’ampleur, celui de « sortir de sa zone de confort ». La communauté des coachs utilise beaucoup cette représentation mentale pour aider les coachés à changer de situation, à améliorer leur vie.

Je ressens aussi de l’inconfort à entendre beaucoup de gens prétendre avoir trouvé une solution relativement magique à leurs maux : il n’y a qu’à sortir de sa zone de confort. En gros, sors de ton lit et ta vie va changer ! À nouveau peu de nuances, une injonction assez dogmatique et simpliste. Yaka, taka, yfaukon. Je ne me retrouve en rien dans ce concept exprimé d’une telle manière. Pourtant, beaucoup de monde le présente comme la condition sine qua non à la création et l’entrepreneuriat, comme intimement lié à la performance et à la réussite. Contradiction.

Cet inconfort a été levé la semaine passée lorsque j’ai découvert les propos de la coach Nathalie Martin. Je me suis senti un homme normal, avec une lecture plus nuancée que celle proposée par les foules. Ouf, je ne suis plus seul.

Sortir de sa « zone de confort » est une injonction qui génère très facilement de la colère et une baisse de confiance en soi chez ceux qui n’y arrivent pas. Et ce n’est pas étonnant.

Tout part d’un postulat de départ faussé : nous sommes, je suis, vous êtes dans une « zone de confort » et il va falloir en sortir. Voilà tout est dit. Pourtant, en examinant la situation de départ, on constate que nous sommes dans la très large majorité des cas dans une position d’inconfort. Il peut s’agir d’un travail peu épanouissant, de l’absence de client, d’une situation de couple complexe, des conséquences d’une maladie. La diversité des situations de départ est très grande. 

Nous comprenons instinctivement que « sortir de sa zone de confort » est une transition. Appliqué à la lettre, le concept est très contreproductif, car le cerveau humain s’oppose naturellement à toute perte de confort. Blocage. Réflexe. Il y a une brutalité, une violence, un manque de bienveillance implacable, une injonction au comportement guerrier et performant. L’humain recherche instinctivement le confort et le plaisir. Il ne recherche pas l’inconfort. Notre cerveau est programmé depuis les temps — parfois durs — de la préhistoire à économiser son énergie pour une question de subsistance. La publicité et le marketing usent très largement de ce fait.

Que se passe-t-il en réalité ?

La zone dans laquelle nous ne sommes pas confortables est plus à qualifier de « zone de routines et d’habitudes ». 

Vous pensez que ce n’est qu’une question de vocabulaire ? Vous avez raison, mais ce n’est pas à minimiser. Les mots traduisent une manière de voir. En changeant de vocabulaire, nous changeons notre regard sur les choses. Nous changeons la situation de facto. L’humain pense en langage symbolique. C’est un fait. En éliminant un blocage par le pouvoir que nous avons de regarder différemment une situation, nous la faisons évoluer. Certains en ont fait une punchline (« pensez différemment »).

Soudain, la « zone de routines et d’habitudes » exprime un état plus exact, dans lequel les situations peuvent autant s’enliser que s’améliorer. En effet un grain de sable peut perturber une routine, et c’est précisément ce qui nous intéresse. La bienveillance est cette fois au rendez-vous. À partir de ce moment, nous avons l’envie de trouver des solutions. Le résultat est dramatiquement plus efficace et optimiste en évoquant le terme « zone de routines et d’habitudes ».

Quelle posture adopter pour améliorer la situation ?

Dans un premier temps, le mot d’ordre est d’améliorer l’inconfort de la « zone de routines et d’habitudes » par incréments, par étapes déployables très facilement. Il y en a toujours. On peut enfin rapidement passer à l’action et les gains sont appréciables. Mettons le focus sur des idées telles que « comment puis-je apprécier davantage ce que j’ai ? » « Quelle est la plus petite action qui pourra avoir un effet positif dans ma vie ? »

Dans un second temps, on va chercher à créer et agrandir la « zone de confort ». C’est à partir de ce moment que l’on peut évoquer la « zone de confort », car on va s’en servir comme plateforme pour faire des expérimentations fructueuses hors de notre « zone de routine ». Conjugaison des bénéfices.

Afin de domestiquer la peur, on peut poser chaque jour une action qui nous met face à nos craintes. Domestiquons la peur (la peur est une projection qui en général ne se réalise pas) par la construction de notre réalité. Chaque jour une action en direction d’une peur pour faire régresser la « zone d’inconfort ».

L’important est dans le fait de se connecter à ce qui nous tient à cœur et de faire quelque chose qui sort de nos habitudes. Nous retrouverons alors ce sentiment de capacité, d’autonomie.

Idéalement, la « zone de confort » est une fondation solide sur laquelle nous pouvons avoir confiance pour bâtir des projets dans les meilleures conditions.

Merci à Nathalie Martin d’avoir exprimé ses idées sans quoi, j’aurais navigué dans le brouillard, n’arrivant pas à exprimer cette gène que je ressens avec ce concept erroné de « sortir de sa zone de confort ».

J’ose affirmer que les coaches qui parlent allègrement de « sortir de sa zone de confort » affichent un paradoxe qui ne facilite pas leur activité professionnelle : comprennent-ils la nature humaine et sa psychologie ou appliquent-ils des « recettes » ? Cet indice devrait vous donner une idée de la qualité intrinsèque d’un professionnel.

Publié par Vincent

Belge d’origines mixtes — bruxelloises, flamandes et wallonnes — j’ai découvert ma douance en janvier 2006. Ma motivation profonde est de révéler la vraie nature des choses {et des gens}, ce qui suppose d’explorer avec curiosité, d’observer, de rencontrer, d’échanger des idées, mais aussi de se tromper. J’attache de plus en plus d’importance à la force des mots que nous utilisons, souvent de manière inconsciente. Aujourd’hui, je suis photographe portraitiste et j’observe nos sociétés avec intérêt.
Vous devez être membre pour commenter ce post

Commentaires sur Pourquoi vous devriez arrêter de vouloir sortir de votre zone de confort

hemera11
il y a 10 mois
Je te rejoins Vincent totalement et je trouve ton analyse très intéressante, et je me permets de copier ici un texte écrit il y'a plus d'un an, publié sur la partie blog de mon site, à propos de ces injonctions...

""Pensée positive, lâcher prise et instant présent

Aujourd’hui, il est courant de lire toutes sortes de publications vantant les mérites de la pensée positive, du lâcher-prise, de l’acceptation, de vivre dans le moment présent…

Oui, notre regard, notre état d’esprit, sur le monde crée notre réalité. Notre façon d’appréhender les évènements difficiles, le sens que nous leur donnons vont modifier considérablement leur vécu et la souffrance qui en résulte.

Pour autant ces expressions apparaissent comme des injonctions – des ordres- données. Elles nous dictent une bonne façon de faire, une bonne façon de se comporter, et nous dit implicitement qu’en dehors de ces bonnes façons, point de salut ! Je vais exagérer, mais malheur à vous si vous êtes pessimistes, si vous êtes dans l’anticipation, et si vous êtes dans le contrôle…
Vous devenez alors l’artisan de votre propre destinée, ne venez donc pas vous plaindre de vos difficultés alors qu’il suffirait d’être un peu positif !

Cela sous-entend donc que c’est simple, que tout est une question de volonté. Cela a pour effet d’engendrer une forte culpabilité pour quiconque ne parvient pas (ou ne choisit pas !) de suivre ces recommandations à priori pleines de bon sens.
Cela véhicule et entretient aussi un sentiment de toute puissance et de pensée magique. C’est une forme de contrôle mental. Pensez abondance financière et l’argent coulera à flot ! Il suffirait de bien faire, de bien penser, pour que toute aille bien et nous aurions – en contrôlant notre mental – le pouvoir de changer notre vie !

Et c’est en partie vrai ; oui, en effet, nous avons un pouvoir extraordinaire, notre regard modifie le monde que vous voyons. Nous voyons au travers de notre prisme, chaussez donc des lunettes bleues ou roses et la réalité paraitra différente. Nous sommes capable de transcender les expériences les plus douloureuses, c’est la résilience.
Pour autant, nous restons profondément humains.

Nous sommes aussi « petits » face à la vie, nous ne contrôlons pas tout, ne décidons pas de tout. Nous avons à nous adapter à ce que la vie nous livre. Or, parfois, surgissent des évènements qui nous submergent et nous font perdre nos meilleures intentions.

Alors oui, tentez les expériences de la pensée positive, de l’acceptation, du lâcher prise. N’oubliez jamais que c’est un chemin, qu’il est parfois ardu, long, chaotique, que parfois vous vous en éloignerez. Ne tombez pas dans la culpabilité, la critique. Surtout restez en contact avec votre bienveillance, votre indulgence à votre égard, soyez empathique vis à vis de vous.

Questionnez-vous aussi, où en êtes-vous là, maintenant, du lâcher prise, de votre présence au moment présent par exemple ? Est-ce possible pour vous de vous rapprocher un peu plus de ces qualités, de quoi avez-vous besoin pour y parvenir ? Bref cheminer avec compréhension, et faites de votre mieux…
emmabcomplexe
il y a 8 mois
Une référence académique essentielle pour mieux comprendre et surtout critiquer de façon pertinente ces injonctions à la pensée positive issues de la psychologie positive à la seligman et autres marchands de bonheur : Éva Illouz, happycratie.
valhere
il y a 6 mois
merci Vincent, vraiment intéressant ! ces formules dégoulinent sur les aspi non diagnostiqués... quel soulagement lorsque cela cesse! ma zone de confort est minuscule et presque vide, oui je trouve important de changer de perspective, sur les routines et même sur le silence :)
Bien à toi
Atypiker
il y a 6 mois
Bonjour, merci pour cette réflexion que je trouve très intéressante . Très souvent, j'entends dans le monde professionnel, le terme ""zone de confort"" qui finit par stigmatiser un professionnel qui ne veut pas bouger, pas apprendre, pas évoluer. Or, en regardant de près, maintenir des habitudes apporte du confort, du bien-être, réconforte et rassure . Besoins fondamentaux à satisfaire. Le tout, ce n'est pas tomber dans de la routine qui fait répéter mécaniquement des habitudes sans réfléchir. Que ce soit dans la vie professionnelle ou privée, j'aime garder mon confort, mes habitudes, tout en veillant à garder l'esprit ouvert pour évoluer et apprendre ce qui constitue à satisfaire le besoin d'accomplissement à condition d'avoir satisfait son besoin de sécurité...
tulipes
il y a 5 mois
Sortez de votre zone de confort est un impératif violent, cela est bien dit.
Le lâcher-prise est dit en des contextes déterminés, ex. à la pause café, vous vous écartez des autres et vous regardez le soleil, là vous lâchez les fils que vous teniez encore avant la pause. Mais l'injonction au lâcher-prise est encore souvent une simple exigence de disponibilité au donneur de l'injonction, et pour des ex. voyez les innombrables activités payantes . . .

Des philosophes de la vie est une expression quasi absente en français, et ils sont rares en France et ses pays voisins. Alexandre Jollien et Frédéric Lenoir sont bien connus, et certains les disent philosophes quand d'autres les disent simplement penseurs ou essayistes. L'expression est beaucoup plus fréquente en anglais, néerlandais et allemand, où ""la philosophie de la vie"" est distinguée et de la psychologie et de l'éthique.

Vincent désigne donc une fameuse faille dans la culture actuelle en France et ses préoccupations . . .
ebee
il y a 1 semaine
Merci pour cette réflexion nuancée et déculpabilisante! Je vais imprimer cet article et m'en inspirer pour me reconstruire une zone de confort :) Amicalement,