⭐ Article réservé aux abonnés

Atypikoo Asexualité

L’asexualité est un terme utilisé par les personnes qui ne ressentent aucune attirance ou désir sexuel. Dénommés également « Ace », les « asexuels » considèrent que les relations sexuelles sont dépourvues d’intérêt et même indésirables.
La première lettre d’asexualité est intégrée à l'acronyme LGBTQIA. L’asexualité appartient aux orientations sexuelles depuis 2013. Elle peut se cumuler avec les autres orientations sexuelles.
L’asexualité n’est pas une phase passagère, ni issue d’un blocage, ni un trouble mental, ni le résultat d'un traumatisme. Il ne s’agit pas d’un choix de pratiquer l’abstinence pour des raisons religieuses, médicales ou idéologiques. L’asexualité est tout simplement une identité intrinsèque d’une personne.
Il ne s’agit pas d'apposer des étiquettes ou de placer des personnes dans des catégories, mais de comprendre le fonctionnement des asexuels qui représentent entre 1 à 2% de la population mondiale. Le pourcentage est proche de la représentation des personnes HP dans le monde. Le parallèle avec les zèbres est intéressant parce qu’il s’agit de personnes qui peuvent parfois mal vivre leur différence et leur atypisme.

Même si je rencontre des hommes par le biais d’applications de rencontre, je dois avouer que je me sens en décalage. Pour commencer, je ne sais pas me maquiller, ensuite, je n’aime pas aller au restaurant, c’est souvent trop bruyant. Enfin, je suis obsédée par la pensée que le rendez-vous pourrait se terminer en d&eacut...

Article réservé aux membres abonnés

Cet article est reservé aux membres abonnés

Il reste 85% de l'article à lire

Déjà abonné ? Connectez-vous

Publié par Delphine

Auteure et script-doctor sur des projets de films et de séries, j’ai également envie de m’évader sur d’autres sujets, notamment le développement des sentiments amoureux, et la complexité de l’attirance entre êtres humains.
Vous devez être membre pour voir les réponses et commenter ce sujet de discussion
Inscription gratuite

12 commentaires sur Asexualité : s’aimer sans sexe ?