sexualité surmonter idées reçues atypique surdoué rencontre atypikoo

Dans les cours sur la sexualité donnés à l'école, on entend surtout parler de prévention, de maladies sexuellement transmissibles, de préservatifs, de reproduction… ce qui est évidemment très important. Mais on n'entend (presque) jamais parler de plaisir, de relation à l'autre, ou à soi…

On entend souvent les hommes exprimer leur(s) incompréhension(s) face à leur partenaire féminine ; et souvent les femmes exprimer le manque ou l'inexistence de compréhension de leur partenaire masculin ; et parfois le sentiment pour les femmes de ne pas se comprendre elles-mêmes, ou pour les hommes de ne pas se comprendre eux-mêmes…

Des incompréhensions face aux actions / réactions intrinsèques, physiques ou psychiques, relatives au corps ou à la vision de celui-ci, aux sentiments, aux émotions… à la sexualité ou à sa propre sexualité, laquelle ne correspond alors pas forcément à l’image donnée par la société, ou à sa propre perception de la sexualité, ou encore à celle du / de la partenaire…

Entre les incidences physiques, biologiques, mentales, sentimentales, émotionnelles, psychiques… et la ou sa sexualité, il est souvent bien difficile de s'y retrouver. Et si l'on y ajoute l'influence sociétale, de l’éducation, de l’entourage professionnel ou personnel, du / de la partenaire… cela devient rapidement un joyeux festival, voire des feux d'artifices notamment bien douloureux…

De plus, le fait que la sexualité soit encore majoritairement un sujet tabou, n'aide absolument pas à se sortir de ces fonctionnements, de ces spirales infernales.

Sexualité des femmes, la révolution du plaisir | Un podcast à soi (18) - ARTE Radio Podcast

Dans ">ce podcast , on peut entendre, sans tabou ni jugement, des témoignages sur la sexualité féminine majoritairement, ainsi que sur la sexualité masculine, sur l’influence du regard de la société, sur les enjeux du couple ou de la famille, sur l’incidence d'une personnalité, d'un fonctionnement, d'une sexualité…

Une question se pose alors : Comment accepter, afin de mieux la vivre, sa sexualité ?

Tout d’abord, la sexualité : qu’est-ce que c’est ?

Si l’on se réfère à la définition donnée par le Larousse :

Ensemble des phénomènes sexuels ou liés au sexe, que l'on peut observer dans le monde vivant. Ensemble des diverses modalités de la satisfaction sexuelle.

La sexualité donc, si elle était vécue comme d’autres espèces animales, serait alors "brute" et "crue", grossièrement parlant. Or, même chez certaines espèces animales, il existe des phénomènes de séduction et/ou de société, ce qui complexifie alors le rapport à l’autre et donc à la sexualité.
Pour l’être humain, la difficulté tient donc dans son rapport à l’autre, à la société, au sexe, à soi, et à sa sexualité.

Pour le rapport à la société, on se heurte (trop) souvent à bon nombre d’idées reçues, à des stéréotypes, à une image/perception faussée donnée par la pornographie notamment, à bon nombre d'ignorances, à certaines éducations néfastes…

Sexualité : dépasser les idées reçues • Atypikoo

Les idées reçues pour la femme : doit être gentille / douce, tant au niveau comportemental que physique ; doit être soumise à l’homme, doit se laisser faire, ne doit pas ou n'a pas à se plaindre / rechigner / contester ; apprécie toutes les pratiques sexuelles et demandes du partenaire masculin ; doit être belle, sexy, désirable, "bonne"… ; doit passer deux heures à se maquiller / pomponner pour être belle et "potable", ou espérer pouvoir plaire ; une femme ne rote pas, ne pète pas, "sent toujours bon" ; si elle se plaint, c’est qu’elle a ses règles…

Tandis que l’éducation inculque généralement à la jeune fille d’être prude et prudente, de se méfier des hommes, de s’habiller d’une certaine manière pour ne pas provoquer et ne pas paraître trop accessible, de craindre les hommes / les inconnus et leurs violences physiques, et le viol…
Alors que les contes ou films, notamment ceux d’animation, apprennent / laissent penser que la femme doit être "secourue" par l’homme ; qu’elle est forcément victime ou va / doit le devenir ; qu’elle doit attendre l'homme, qu’elle n’est pas entière / complète sans lui, qu’elle n’est pas bien sans lui ; qu’elle doit être dévouée / servir l'homme et lui donner des enfants…

Quant aux stéréotypes : la femme est une "salope" lorsqu’elle aime la sexualité, ou est une hypocrite / "coincée" lorsqu’elle n’aime pas le rapport sexuel ou la sexualité ; elle n’est pas "bonne" lorsqu’elle est trop passive ou trop directive ; elle est vulgaire / accessible /  "fille facile" / "demandeuse" / etc. lorsqu’elle porte un décolleté / une mini-jupe / qu’elle montre son affection ; elle est indésirable / "coincée" avec une tenue plus fermée ou ample ; elle est soit "frigide" soit "allumeuse" si elle ne veut pas coucher ; si elle couche le premier soir ou si elle a beaucoup de conquêtes, elle est une "catin" / "traînée"…

Atypikoo sexualité idées reçues hp

Les idées reçues pour l’homme : il doit être "un bon coup", doit être fort, rapide, endurant, doit tenir longtemps, doit faire atteindre l’orgasme à sa partenaire féminine (pour que le rapport soit bon et réussi), doit être "bien monté" et donc avoir un organe sexuel suffisant (ou très long, voire très gros), doit avoir un corps d’apollon, doit être dominant, doit prendre (toutes) les initiatives ; n’a besoin que d’enfiler une chemise pour être attirant…

Tandis que l’éducation inculque généralement au jeune garçon à cacher ses sentiments et émotions, à ne pas se permettre de ressentir, à être dur, solide, inébranlable face à toutes sortes de situations… pour ne pas paraître faible, pour paraître "fort".
Alors que les contes ou films, notamment ceux d’animation, apprennent / laissent penser que l’homme doit "secourir" la femme, qu’il doit être le sauveur, qu’il doit être fort, qu’il n’est pas entier / complet sans elle, qu’il doit la prendre pour être bien, parfois sans lui demander son avis…

Quant aux stéréotypes : l’homme n’est pas désirable s’il n’a pas un corps musclé, s’il est plus petit que la femme ; il pense toujours ou continuellement au sexe, voire ne fait tout ce qu’il fait que dans ce but ; il ne doit pas être (le seul) "puceau" pour être "un vrai mec", être vierge est une honte ; il ne doit pas se faire pénétrer l’anus, mais s’il pénètre l’anus d’une femme il "marque des points" ; s’il couche le premier soir ou s’il a beaucoup de conquêtes, il est un "Don Juan" ; c’est l’homme qui doit avoir le plus gros salaire, ramener l’argent à la maison, être galant, offrir des choses à la femme, "payer le resto", etc. ; il est harceleur / manipulateur / etc. lorsqu’il fait un compliment ou regarde une femme…

Tout ceci, corrélé au tabou de la sexualité en général, et donc de la quasi impossibilité d’en parler, de remettre en question le regard de cette société, de la sexualité trop généralisée, le regard de l’autre, le regard de soi... puisque les choses sont censées être ainsi et être bien ainsi…
Autant (ou presque) de craintes, d’angoisses, de stress, de blocages, d’incompréhensions… engendrées par les stéréotypes de la société que l’on ne peut ou n'arrive pas à remettre en question, pour les deux côtés, pour la femme comme pour l’homme.

Or, tous ces stéréotypes sont évidemment faux (c’est le propre d’un stéréotype ou d’une idée reçue) :

  • Une femme ou un homme n’a pas besoin de l’autre pour être entier / complet.
  • Une femme n’est pas nécessairement soumise et n’a pas à l’être pour avoir une bonne sexualité ou pour être bien.
  • Un homme n’est pas insensible, il peut exprimer ses sentiments et émotions, il n'a pas à paraître fort pour être bien.
  • Une femme n’est pas nécessairement en période de règles si elle se plaint ou autre.
  • L’anus et/ou la prostate peut/peuvent être une source de plaisir pour l’homme comme pour la femme.
  • Une femme n’est pas obligatoirement vulgaire ou en demande sexuelle avec un style vestimentaire osé, ni forcément coincée avec une tenue plus sobre.
  • Un homme n’a pas à avoir un corps extraordinaire pour avoir de bons rapports avec sa partenaire féminine.
  • Une femme n'a pas à être douce/sexy/préparée pour être bien.
  • Un homme peut complimenter ou regarder une femme sans avoir obligatoirement envie/besoin d'un rapport sexuel avec celle-ci.
  • Une femme peut prendre des initiatives, et un homme la laisser guider.
  • Un homme ne pense pas forcément constamment au sexe, et n'agit pas obligatoirement dans ce but.
  • L’orgasme, ou la pénétration, n’est pas obligatoire pour avoir un bon rapport sexuel.
  • La vitesse, la brutalité ou le temps consacré ne sont pas la garantie d’un bon rapport sexuel.
  • Une femme ou un homme n’a pas obligatoirement à servir l’autre, personne n’a à obéir aveuglément ou tout accepter...
  • Il ne faut pas s’oublier…

Quant aux personnes n’entrant ou ne se reconnaissant pas dans ces deux catégories d’homme et de femme hétérosexuels (non-binaire, androgyne, transgenre, cisgenre, intersexe, homosexuel, bisexuel, androsexuel, androgynosexuel, aromantique, asexuel, autosexuel, demisexuel, demiromantique, gynesexuel, graysexuel, lithromantique ou akoiromantique, pansexuel ou omnisexuel, panromantique, polyamoureux ou polysexuel, queer-platonique, sapiosexuel, skoliosexuel…), c’est une autre histoire :
En plus de tous ces clichés basiques, il y a ceux qui concernent leur genre et/ou sexualité atypique… Il leur faut donc supporter et passer outre les idées reçues, comme pour les hommes et femmes hétérosexuels, ainsi que trouver et s’accorder avec un ou des partenaires potentiels, accepter et assumer leur différence davantage marquée…

Sexualité : dépasser les idées reçues • Atypikoo

Une bonne sexualité entre deux partenaires existe donc concrètement lorsque ceux-ci sont véritablement consentants (en pleine possession de leurs moyens ; un "non" ne veut pas dire "oui" ; un "oui" peut devenir "non"...) ; lorsque les partenaires sont attentifs à l’autre et à eux-mêmes ; lorsque les partenaires sont en quête de découvrir l’autre et/ou soi, plutôt que de se conformer aux clichés et acquis… puisque chaque personne est différente d'une autre.

Car, au final, chaque personne a son propre fonctionnement, ses propres perceptions, ses propres ressentis… et donc sa propre sexualité.

La sexualité passe donc forcément par Sa sexualité, donc Soi.

Pour ce faire, il faut alors découvrir et redécouvrir (car on évolue constamment, le corps évolue, la mentalité évolue, les besoins évoluent, les désirs évoluent…) sa propre sexualité, son propre corps, ses propres ressentis, désirs, besoins, ce que l'on aime et n'aime pas, ce que l'on supporte et ne supporte pas, ce qui nous convient et ne nous convient pas...
Et pour y parvenir, il faut explorer, s'explorer.

La masturbation notamment, solitaire ou non, y aide énormément, et est finalement assez indispensable.

sexualité surdoué rencontre atypique atypikoo

Définition de la masturbation selon le Larousse :

Excitation manuelle des organes génitaux externes dans le but de provoquer le plaisir sexuel.
Excitation manuelle de ses propres organes génitaux. (La masturbation se rencontre dans les deux sexes et constitue jusqu'à l'adolescence la forme la plus fréquente d'excitation sexuelle. Elle ne devient pathologique que par son exclusivité ou son caractère public.)

Outre la masturbation, le cunnilingus, la fellation ou la pénétration par exemple… Les préliminaires : c'est tout ce qui précède l'acte sexuel, ce qui est fait pour attiser l'envie et le plaisir sexuel. Cela peut se concrétiser évidemment par des caresses, des baisers, des mordillements… mais aussi par des mots, une demande, un rendez-vous (même avec soi)... Tout ce qui est fait pour amener à l'acte sexuel, même si c'est plusieurs heures à l'avance. Une sorte de mise en condition, rapide ou longue, préparée ou improvisée… Ne pas hésiter à laisser libre cours à l'imagination, tout en se respectant (mutuellement si partagé) et en étant attentif, en s'écoutant.

On peut aussi recourir à des accessoires, avant / pendant / après… en solitaire ou à plusieurs. Des objets spécifiques à la sexualité, des aliments, des huiles, des plantes… non-allergènes, entre autres.

Ensuite, une fois que l'on se connaît suffisamment, et même avant, s'accepter et accepter sa sexualité. Accepter son fonctionnement, ses envies et restrictions, ses plaisirs et déplaisirs… Accepter de respecter son fonctionnement, ses besoins, envies et limites. C'est seulement en passant par cette étape que l'on peut réellement se respecter et respecter sa sexualité (autrement on est frustré / mal à l'aise / jamais vraiment satisfait…).

Puis, dans la relation à l'autre, demander à respecter sa personne et sa sexualité : dire à l'autre ce qui nous convient et ne nous convient pas, savoir dire non, donner ses limites et respecter celles de l'autre… Ne pas hésiter à communiquer, à demander de mettre une protection (préservatif), à dire ce qui nous plaît, ce qui nous fait envie, ce que l'on ne veut pas, à demander à l'autre ce qu'il pense ou ressent, à demander à l’autre comment il se sent, à faire une ou plusieurs pauses, à alterner les plaisirs, à partir à la découverte de l'autre, à la découverte de soi avec l'autre…

Chaque être humain étant unique, chaque sexualité et chaque relation sexuelle le sont alors tout autant.

Vous devez être membre pour voir les réponses et commenter ce sujet de discussion
Inscription gratuite

Commentaires sur Sexualité : dépasser les idées reçues