Un test en ligne pour repérer le haut potentiel intellectuel

Atypikoo a développé un test en ligne pour repérer le haut potentiel intellectuel. Afin de vérifier la pertinence des résultats, le questionnaire a été soumis à des personnes identifiées HPI grâce à un test de QI. Près de 300 personnes avec un QI entre 120 et 160 ont répondu au questionnaire. 

Même si le seuil pour identifier le haut potentiel intellectuel a été fixé à 130, cela n’empêche pas que des personnes puissent être identifiées HPI en ayant un score entre 120 et 130. 

En effet, le haut potentiel intellectuel s’inscrit dans un continuum, c’est-à-dire que les personnes à haut potentiel ont des compétences plus développées de manière quantitative.

Cela s’observe avec le résultat du test de QI : plus les compétences intellectuelles sont développées, plus le QI est élevé. 

Les résultats des participants au questionnaire Atypikoo ont été analysés par un data scientist pour les comparer avec leur QI

Le rapport a permis de constater qu’il y a une corrélation entre le QI des participants et les résultats du questionnaire Atypikoo. En effet, la courbe des résultats évolue graduellement entre le QI de 120 et 160

Ces données nous ont permis de confirmer la validité du questionnaire Atypikoo pour repérer l’hypothèse du haut potentiel intellectuel chez un adulte. 

Résultats de l’analyse

Au-delà de cette confirmation indispensable pour valider l’utilisation du test, l’étude a mis en lumière des observations sur les adultes HPI. En mettant en perspective les différentes catégories du test élaboré par Atypikoo, cela a permis de tirer les conclusions suivantes par rapport aux dix catégories d’analyse du questionnaire : 

Ce graphique permet de confirmer que les résultats du questionnaire Atypikoo sont en adéquation avec le QI. En effet, on remarque que les résultats de sept catégories présentent des courbes croissantes. 

Les résultats des catégories : Intelligence cognitive, Rapidité de traitement et d’apprentissage, Variation de concentration, Recherche de stimulation, Raisonnement critique, Besoin d’apprendre et de comprendre, Cerveau en effervescence permettent de constater que la courbe progresse graduellement en fonction du QI. Par conséquent on peut en déduire qu’il y a bien une corrélation entre les résultats du test HPI Atypikoo et le QI. 

On observe que le continuum de ces catégories est visible : les personnes qui ont obtenu les résultats les plus élevés sont celles qui ont un QI entre 145 et 160. 

Les résultats de la catégorie Créativité évoluent de manière irrégulière. Alors que l’écart est très étroit entre les QI de 120 et 144, il est significatif entre les QI de 120-129 et 145-160. 

En ce qui concerne les résultats de la catégorie Motivation et détermination, on peut remarquer qu’ils progressent irrégulièrement. 

Enfin, les résultats de la catégorie Exploration de soi présentent une courbe décroissante, à l’opposé des résultats des autres catégories. 

Cette analyse générale permet d’avoir une vue d’ensemble, mais il est nécessaire d’observer les résultats plus en détails à l’intérieur des 10 catégories : 

Intelligence cognitive

Les résultats de cette catégorie permettent de constater que la courbe progresse de manière ascendante en fonction du QI. Il y a bien une corrélation entre le QI et les résultats du test Atypikoo. On observe que le continuum du haut potentiel est visible : les personnes qui ont obtenu des résultats élevés au questionnaire Atypikoo ont un QI élevé et qu’elles ont, par conséquent, des compétences cognitives développées. 

À l’intérieur de cette catégorie, 89% des participants affirment que leur cerveau fonctionne à grande vitesse et que les idées ou les solutions fusent. Dans le détail, cela représente 100% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 88% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 80% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. Les résultats évoluent de manière graduelle et confirment que la question est pertinente. 

D’autre part, 83% des participants affirment qu’ils comprennent les sous-entendus et la communication non verbale. Dans le détail, cela représente 87% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 83% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 80% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. L’évolution des résultats est donc croissante.

Rapidité de traitement et d’apprentissage

Les résultats de cette catégorie permettent de constater que la courbe progresse de manière ascendante en fonction du QI. 

À l’intérieur de cette catégorie, 94% des participants affirment qu’ils ne supportent pas que l’on leur répète des consignes qu’ils ont déjà intégrées. Dans le détail, cela représente 100% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 88% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 80% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. Les résultats de cette question sont graduels en fonction du QI des personnes interrogées.

D’autre part, 89% des participants affirment qu’ils ont des facilités dans les domaines scientifiques ou dans l’apprentissage de l’écriture ou des langues, etc. Dans le détail, cela représente 100% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 83% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 60% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. Les résultats de cette question sont graduels en fonction du QI des personnes interrogées. 

Créativité

Les résultats de cette catégorie permettent de constater que la courbe progresse de manière ascendante en fonction du QI. Il ressort que le continuum n’est pas visible entre les QI de 120 et 144. 

À l’intérieur de cette catégorie, 71% des participants affirment qu’ils cherchent et proposent des idées innovantes ou disruptives. Dans le détail, cela représente 75% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 77% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 60% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. La courbe des résultats n’est pas progressive de manière régulière, mais elle permet de de confirmer qu’il existe un écart entre les QI de 120 et 129 et ceux de 145 à 160. 

D’autre part, 83% des participants affirment que leur vie intérieure est riche et passionnante et qu’ils aiment s’isoler dans leur bulle pour être attentifs à leur imaginaire. Dans le détail, cela représente 87% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 83% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 80% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. La courbe de ces résultats progresse donc régulièrement. 

Motivation et détermination

Les résultats de cette catégorie permettent de constater que la courbe progresse irrégulièrement en fonction du QI. Cependant, l’écart entre les QI entre 120 et 129 et 145 et 160 permet de confirmer la progression des résultats.  

À l’intérieur de cette catégorie, 100% des participants déclarent qu’ils sont curieux et qu’ils ont besoin de découvrir et d’apprendre sans fin. Cette caractéristique concerne toutes les personnes de l’échantillon de l’étude, elle ne permet pas de constater qu’il existe une progression selon les résultats du QI. 

D’autre part, 73% des participants déclarent qu’ils sont passionnés par la lecture et qu'ils accumulent des livres. Dans le détail, cela représente 87% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 72% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 60% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. La courbe de ces résultats progresse donc régulièrement. 

Variation de concentration

Les résultats de cette catégorie permettent de constater que la courbe progresse de manière ascendante en fonction du QI. Le continuum entre les QI de 130 et 160 n’apparaît pas de façon évidente. 

À l’intérieur de cette catégorie, 91% des participants affirment qu’ils sont stimulés par les échanges intellectuels mais qu’ils s’ennuient si la conversation ne les intéresse pas. Dans le détail, cela représente 100% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 94% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 80% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. La courbe de ces résultats progresse donc régulièrement. 

D’autre part, 69% des participants affirment qu’ils ne sont pas bavards mais qu’ils s’engouffrent dans un monologue quand ils sont passionnés par un sujet. Dans le détail, cela représente 75% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 72% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 60% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. La courbe de ces résultats progresse donc régulièrement. 

Recherche de stimulation

Les résultats de cette catégorie permettent de constater que la courbe progresse de manière ascendante en fonction du QI.

À l’intérieur de cette catégorie, 83% des participants affirment qu’ils ont besoin d’être passionnés pour s’investir dans des activités. Dans le détail, cela représente 100% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 88% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 60% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. La progression de la courbe est croissante.

D’autre part, 77% des participants affirment qu’ils ne supportent pas d’effectuer des tâches répétitives car cela leur fait perdre leur énergie et leur motivation. Dans le détail, cela représente 87% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 83% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 60% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. Les résultats progressent de manière graduelle en fonction du QI. 

Raisonnement critique

Les résultats de cette catégorie permettent de constater que la courbe progresse de manière ascendante en fonction du QI. 

À l’intérieur de cette catégorie, 79% des participants affirment qu’ils ne tolèrent pas que l’on leur donne des ordres surtout s’ils ne viennent pas d’une autorité hiérarchique. Dans le détail, cela représente 100% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 77% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 60% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. La courbe évolue de manière croissante. 

D’autre part, 70% des participants affirment qu’ils ne supportent pas la flatterie et qu’ils ont un instinct naturel pour la repérer. Dans le détail, cela représente 87% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 83% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 40% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. Ces résultats permettent d’identifier que l’écart est flagrant entre les QI de 120 et 129 et ceux de 145 et 160. 

Besoin d’apprendre et de comprendre

Les résultats de cette catégorie permettent de constater que la courbe progresse de manière ascendante en fonction du QI. 

À l’intérieur de cette catégorie, 85% des participants affirment qu’ils sont agacés par le fait de ne pas comprendre quelque chose et qu’ils ont un besoin obsessionnel d’y parvenir. Dans le détail, cela représente 100% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 94% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 60% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. La courbe progresse de façon graduelle. 

D’autre part, 66% des participants affirment qu’ils sont stimulés par les défis intellectuels, les puzzles, les énigmes, les problèmes de logique complexe, etc. Dans le détail, cela représente 87% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 72% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 40% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. La courbe progresse de façon graduelle. 

Cerveau en effervescence

Les résultats de cette catégorie permettent de constater que la courbe progresse de manière ascendante en fonction du QI. 

À l’intérieur de cette catégorie, 69% des participants affirment qu’ils trouvent des solutions à des problèmes de façon intuitive sans raisonnement logique. Dans le détail, cela représente 87% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 61% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 60% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. Les résultats progressent de façon régulière en fonction du QI. 

D’autre part, 91% des participants affirment que leurs pensées engendrent une multitude d’autres pensées, comme un bavardage mental. Dans le détail, cela représente 100% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 94% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 80% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. Les résultats montrent l’évolution du continuum en fonction du QI. 

Exploration de soi

Les résultats de cette catégorie permettent de constater que la courbe progresse de manière descendante en fonction du QI. 

À l’intérieur de cette catégorie, 88% des participants affirment qu’ils ont l’impression de ne pas être comme les autres et qu’ils se sentent comme un extraterrestre. Dans le détail, cela représente 100% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 83% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 80% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. Les résultats de cette catégorie sont croissants. 

D’autre part, 75% des participants affirment qu’ils éprouvent des difficultés à s’ajuster à la réalité et qu’ils ressentent un décalage entre la projection de leur vie idéale et le réel. Dans le détail, cela représente 87% des personnes qui ont un QI entre 145 et 160, 77% des personnes qui ont un QI entre 130 et 144 et 60% des personnes qui ont un QI entre 120 et 129. Les résultats de cette catégorie sont croissants. 

Conclusion

De manière globale, l’étude sur l’échantillon du test permet de confirmer qu’il y a une corrélation entre les résultats du questionnaire Atypikoo et ceux du QI. Cependant, cette tendance n’est pas généralisée (cf catégorie exploration de soi avec une courbe décroissante). Le questionnaire et l'analyse des résultats ont donc été ajustés en fonction de ces observations.

Dans l’immédiat, l’analyse des résultats du questionnaire nous permet d’affirmer que les participants de cette étude ont une intelligence cognitive développée et que leur cerveau fonctionne avec agilité et rapidité notamment dans le cadre de l’apprentissage. Ils ont de grandes capacités créatives, un raisonnement critique et ils cherchent à être stimulés. Leur motivation et leur détermination agissent comme un moteur puissant mais ils peuvent être freinés par un manque de concentration. Contrairement à une idée préconçue, ils ne sont pas forcément sensibles à l’exploration d’eux-mêmes, les résultats du questionnaire indiquent que les hauts QI ne sont pas très attirés par l’introspection ou l’analyse de leurs émotions. D’autre part, alors que le manque de confiance est fréquemment attribué aux personnes HPI, le résultat du questionnaire indique que seulement 50% des QI entre 145 et 160 doutent de leurs aptitudes dans leurs domaines de compétence. Pour finir, 100% des participants ont indiqué chercher des relations avec des personnes authentiques.

Découvrir le test HPI