⭐ Article réservé aux abonnés

Suis-je accro ? Il est courant de s’être posé la question pour des comportements variés, des plus bénins au plus néfastes. Comment alors déterminer ce qui relève de l’addiction ou de la simple habitude ? Sommes-nous plus sujets à devenir addict lorsque nous sommes neuroatypiques ? Voici comment repérer si l’on est concerné, et les pistes pour s’en sortir.

Addictions neuroatypiques

Une addiction, c’est quoi ?

L’addiction peut toucher toutes les personnes : il s’agit d’un phénomène de dépendance persistante, c’est-à-dire dans la durée, à une substance ou un comportement. L’on peut ainsi être addict à l’alcool, aux cigarettes… Mais aussi aux jeux vidéo, à la pornographie ou encore au sport.

Il s’agit d’une habitude compulsive, c’est-à-dire qu’on a du mal à s’en passer, et que cesser l’activité nous cause une souffrance marquée. Pour déterminer si une personne présente une addiction, on observe en général les conséquences que cette dernière peut avoir sur sa santé physique et mentale, mais aussi sur ses relations sociales.

Il s’agit d’un domaine très vaste, mais on peut quand même séparer les addictions en deux grandes catégories :

  • Les addictions aux substances. La personne est dépendante à des substances ou drogues comme le tabac, l’alcool, la cocaïne, ou encore des produits médicamenteux. Ce type d’addictions peut engendrer des symptômes physiques de sevrage importants lors de l’arrêt.
  • Les addictions comportementales. Il s’agit d’addictions à des comportements, par exemple les jeux d’argent, le sport, les réseaux sociaux, la consommation de pornographie… Il s’agit d’une catégorie très large. Souvent sous-estimées, les addictions comportementales peuvent pourtant avoir des effets aussi néfastes que les addictions aux substances.

Les addictions touchent toutes les catégories de population, quels que soient les origines, la classe sociale, le genre ou l’éducation. Certains facteurs de risque existent cependant, comme on va le voir.

Les personnes neuroatypiques sont-elles plus sujettes aux addictions ?

On le sait, l’autisme, le TDAH, le HPI, les dys… Ne sont pas des maladies en soi. Mais ces particularités de fonctionnement s’accompagnent souvent d’autres troubles, qu’on appelle « comorbidités ». Si vous êtes autistes, vous avez de bonnes chances d’être également anxieux. Et le TDAH s’accompagne parfois d’épisodes dépressifs. Les addictions sont-elles alors aussi plus courantes chez ces profils ?

Malheureusement, la réponse est oui. Plusieurs études montrent ainsi une tendance à l’addiction chez les personnes autistes. Plus de la moitié d’entre elles seraient ou auraient été confrontées

…...
Article réservé aux membres abonnés

Cet article est réservé aux membres abonnés

Il reste 85% de l'article à lire

Déjà abonné ? Connectez-vous

Publié par Cam

Journaliste HPI/TSA à la recherche du mot juste et d'un monde plus ouvert à la différence. Créatrice du podcast Bande d'Autistes !
Vous devez être membre pour voir les réponses et commenter ce sujet de discussion
Inscription gratuite

16 commentaires sur Addictions chez les neuro-atypiques : les identifier et s’en sortir