Le concept de Haut Potentiel Intellectuel (HPI) intrigue et suscite de nombreuses questions. Souvent associé à l'excellence et à des capacités hors normes, il est fréquemment méconnu ou mal interprété. Dans cet article, nous explorons en profondeur ce qu'implique réellement le HPI. De la définition de ce phénomène à l'analyse des méthodes de détection, nous cherchons à démystifier les idées reçues et à apporter un éclairage scientifique sur ce sujet fascinant. 

Le HPI, en théorie

Le Haut Potentiel Intellectuel se caractérise par des capacités intellectuelles supérieures à la moyenne. Il est identifié à partir d’un score de 130 de QI (quotient intellectuel), mesuré par des tests standardisés tels que le test de Wechsler. Ces aptitudes concernent environ 2,2% de la population. Parmi les QI supérieurs à 130, on identifie une autre catégorie : les THQI ou très haut quotient intellectuel dont le QI est supérieur à 145. Ces THPI représentent environ 0,1 % de la population.

Courbe de Gaus - Test de QI Echelle Wechsler

Le HPI, dans la pratique

L’intelligence est mesurée par ces tests mais en réalité l’identification du HPI ne se limite pas au score de 130 de QI. Certains psychologues peuvent identifier un haut potentiel avec des scores compris entre 120 et 130. En effet, les professionnels prennent en compte non seulement les résultats des tests de QI, mais aussi une analyse approfondie de la personnalité et du fonctionnement global de l’individu. Dans le cas de résultats de QI hétérogènes, où les scores varient considérablement entre les différentes sous-échelles du test, les psychologues peuvent adopter une approche plus nuancée, basée sur une observation clinique et une évaluation qualitative approfondie, pour identifier le haut potentiel.

Une particularité cérébrale

Les personnes HPI pensent et réfléchissent différemment parce que leurs cerveaux fonctionnent différemment. Elles ont une connectivité neuronale plus efficace dans certaines régions du cerveau associées à la cognition, comme le cortex préfrontal, le cortex cingulaire antérieur et le cortex pariétal. Cette particularité est mise en évidence par l’imagerie médicale (IRM). Par conséquent, pour identifier correctement la douance, il faudrait observer le cerveau des personnes potentiellement surdouées. Étant donné que cet examen est très coûteux, le test de QI permet d’obtenir des résultats scientifiquement valables.  

Les tests de QI

La passation d'un test de Q.I, administré par un psychologue spécialisé, commence par une prise de contact et un entretien préliminaire pour comprendre le contexte et les attentes. Le test (WAIS pour les adultes dès 16 ans, WISC pour les enfants) dure entre 1h30 et 2h30 et évalue diverses aptitudes intellectuelles grâce à des tests psychométriques qui s’appuient sur les quatre indices du test HPI de Wechsler, à savoir : la mémoire de travail, l’indice de vitesse de traitement, la compréhension verbale et le raisonnement perceptif. Les résultats, analysés et comparés à des normes standardisées, sont restitués lors d'un rendez-vous où le psychologue explique les scores et donne des recommandations. Le coût varie entre 250 € et 600 €, incluant tous les aspects de l'évaluation.

La fiabilité des tests de QI

La fiabilité d'un test fait référence à la cohérence et à la stabilité de ses résultats au fil du temps et à travers différentes conditions. Le test de Q.I peut être considéré comme fiable s’il produit systématiquement des résultats similaires pour un individu lorsqu'il est administré plusieurs fois dans des conditions comparables. Or, les spécialistes de la douance ne sont pas unanimes sur cette question. Le score obtenu au WAIS peut varier en fonction de l’humeur, des émotions, de l’état de stress ou de fatigue de la personne testée. En effet, certaines personnes HP sont très mal à l’aise avec l’idée de passer des tests, de quantifier leur « intelligence ». Le passage d’une épreuve, devant un questionnaire et un chronomètre, peut les déstabiliser et générer une situation de stress. C’est pourquoi il est indispensable que le psychologue observe le comportement de la personne pour prendre en compte toutes ces données. En outre, les résultats des tests de QI comportent une marge d’erreur. Par exemple, un score de 125 peut correspondre à un Q.I réel compris entre 119 et 131. Par conséquent, même si le test de Q.I est l’outil le plus couramment utilisé pour mesurer les capacités intellectuelles, l’interprétation du score doit être effectuée avec prudence. Les résultats doivent être complétés par une évaluation clinique et contextuelle pour obtenir une compréhension plus complète et précise des capacités intellectuelles d'un individu.

L’identification du Haut Potentiel sans test de QI

Certains spécialistes du Haut Potentiel proposent d'identifier des individus surdoués sans recourir à des tests de Q.I formels. Cependant, il est essentiel d’aborder cette méthode avec prudence. L'identification basée uniquement sur des observations cliniques, des entretiens approfondis et des évaluations comportementales peut manquer de la rigueur et de l’objectivité qu’apporte un test standardisé de QI. Par conséquent, il est recommandé de compléter ces approches qualitatives par des outils d'évaluation validés pour garantir une identification précise et fiable.

Les tests de QI en ligne

Aucun test en ligne ne peut remplacer un test de QI administré par un professionnel. Ces tests en ligne, basés quasi-exclusivement sur la logique, n’ont aucune autre signification que celle de flatter l’égo de ceux qui obtiennent un bon résultat. Un individu adulte ayant suivi un cursus scientifique a, par principe, plus de chances d’obtenir un bon résultat à ce type de test puisqu’il a eu l’occasion d’aborder ces mécanismes de réflexion au cours de ses études. En outre, ces tests en ligne manquent souvent de rigueur méthodologique et de validité scientifique, ce qui peut conduire à des résultats erronés ou trompeurs. Les tests de Q.I en ligne ne sont ni standardisés ni validés de manière rigoureuse. De plus, ces scores sont souvent donnés sans contexte ni interprétation professionnelle, ce qui peut mener à des malentendus sur leurs implications.

Auto-diagnostic ou auto-identification

Il est plus approprié de parler d’identification que de diagnostic car ce terme est avant tout utilisé dans le domaine médical. L'auto-identification du Haut Potentiel est controversée car elle peut conduire à des erreurs de jugement. Bien que certaines personnes peuvent reconnaître leurs capacités intellectuelles supérieures sans avoir recours à un test formel, ces cas sont rares. Il existe des situations où la surdouance est si évidente que l'évaluation du QI n'est pas nécessaire. Cela concerne particulièrement les génies des mathématiques, des sciences ou des arts. Ces individus montrent des capacités et des réalisations si exceptionnelles que leurs talents parlent d'eux-mêmes, rendant superflue la passation d'un test pour confirmer leur douance. À l'inverse, des individus interprètent mal certains signes et se croient à tort surdoués. Cette méprise peut les conduire à des attentes irréalistes et à des frustrations, aussi bien pour eux-mêmes que pour leur entourage. Il est donc essentiel de faire la distinction entre de véritables capacités exceptionnelles et des perceptions erronées.

Les caractéristiques qui peuvent tromper

Certaines caractéristiques de la personnalité et des circonstances spécifiques peuvent amener des individus à se croire surdoués. Cependant, il est essentiel de reconnaître l’existence de biais potentiels pouvant entraîner des erreurs d'interprétation. Par ailleurs, des éléments isolés convergeant vers l'identification du surdoué ne suffisent pas à établir une identification précise du Haut Potentiel Intellectuel. Il est crucial de se baser sur un faisceau d’indices, le résultat d’un test de Q.I et l’interprétation de ces éléments par un psychologue spécialisé.

Difficultés sociales : Des problèmes à s'intégrer socialement ou à se sentir en décalage avec les autres peuvent amener une personne à penser à tort qu'elle est surdouée. Il ne s’agit pas d’un indice du HPI. 

Introversion : Une tendance à préférer la solitude peut donner l'impression d'être une personne qui aime la reflexion, mais ce comportement n’est pas constitutif de la douance.  

Difficulté à se conformer aux règles : Un comportement rebelle et une difficulté à accepter les règles établies peuvent être vus par certains comme un signe du HPI, mais le non-conformisme n’est pas un élément de la douance. 

Rêverie : Passer beaucoup de temps à rêvasser ou à imaginer des scénarios fantastiques peut être pris pour un signe de pensée créative et de surdouance, alors qu'il peut simplement s'agir d'un trait d'imagination et non du HPI.

Ennui : S'ennuyer rapidement avec des tâches routinières et rechercher constamment de nouvelles stimulations peut être pris pour un signe de surdouance, mais il ne s’agit pas d’un indice suffisant pour mettre en lumière le HPI d’une personne. 

Procrastination : Remettre systématiquement les tâches à plus tard, souvent à cause de la peur de ne pas atteindre la perfection, ne constitue pas un indice de la douance. 

Perfectionnisme : Le désir de toujours atteindre la perfection et une insatisfaction face à l'échec peuvent être pris comme un signe de surdouance, alors qu’il ne s’agit pas d’une caractéristique du HPI.

Empathie : Une grande empathie et une sensibilité aux émotions des autres peuvent être prises pour des signes de HPI, mais ces traits de personnalité ne sont pas reconnus comme des caractéristiques de la douance.

Sensibilité émotionnelle : L’hypersensibilité émotionnelle n’est pas constitutive du haut potentiel intellectuel et être HPE n'a rien à voir avec le fait d'être HPI (voir ci dessous).

Passion pour des sujets restreints : Un intérêt intense et parfois obsessionnel pour des sujets spécifiques, commun dans le TSA, peut être confondu avec un HPI.

Hyperfocalisation : Une capacité à se concentrer intensément sur un sujet ou une activité pendant de longues périodes peut être un signe de TDAH (trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité) ou d’autisme, plutôt que de HPI.

Hyperactivité : Une énergie physique ou mentale débordante, souvent perçue comme une vivacité d’esprit, peut en réalité indiquer un TDAH.

Difficultés à réguler son attention : Des difficultés à maintenir son attention sur des tâches jugées ennuyeuses, tout en étant capable de se concentrer intensément sur des sujets d’intérêt, peuvent être un signe de TDAH.

La notion de HPE

La notion de Haut Potentiel Émotionnel (HPE) n’a pas été validée par la communauté scientifique, bien qu’elle gagne en popularité. D’ailleurs, sa définition reste confuse et floue. S’agit-il de grandes compétences en matière de compréhension émotionnelle, d’une hyper-empathie, d’une hyper sensibilité exacerbée ? Malgré la similarité des termes, HPI et HPE ne partagent aucun fondements communs. Face à l'adoption croissante de ce terme, de nombreux spécialistes cherchent à lui donner une explication plus clinique, en l'associant à l'intelligence émotionnelle. La notion de « emotional giftedness » (haut potentiel émotionnel) a été mentionnée par Dabrowski et Piechowski en 1977, suggérant que les enfants surdoués ayant un haut potentiel intellectuel possédaient également un haut potentiel émotionnel.

Les indicateurs fiables du HPI

Certaines caractéristiques intellectuelles peuvent indiquer la présence d’un Haut Potentiel Intellectuel. Le chercheur Joseph Renzulli a identifié des indicateurs clés à travers son modèle des trois anneaux, qui comprend la capacité intellectuelle supérieure, la créativité et l'engagement dans la tâche. 

Le HPI

Télécharger l'image

Raisonnement abstrait et logique : Une aptitude à comprendre rapidement des concepts complexes, à penser de manière abstraite et à résoudre des problèmes logiques.

Pensée divergente : La capacité à générer de nombreuses idées nouvelles et originales.

Innovation : Une tendance à proposer des solutions uniques et à voir les problèmes sous différents angles.

Flexibilité cognitive : La capacité à adapter ses pensées et à changer de perspective pour aborder des problèmes de manière nouvelle et efficace.

Motivation intrinsèque : Un fort désir d'apprendre et de s'engager dans des activités intellectuellement stimulantes pour le plaisir personnel et la satisfaction.

Persévérance et résilience : La capacité à continuer à travailler sur des tâches complexes malgré les obstacles ou les échecs initiaux.

Passion pour les domaines spécifiques : Un intérêt profond et soutenu pour des domaines particuliers, souvent accompagné d'une volonté de consacrer beaucoup de temps et d'efforts à ces domaines.

Vocabulaire riche : Une utilisation avancée du langage et une capacité à exprimer des idées complexes de manière claire et articulée.

Les facteurs qui peuvent tromper 

De nombreux facteurs peuvent masquer ou dissimuler les signes de surdouance, conduisant ainsi des individus à douter de leur propre potentiel intellectuel élevé

Mauvais niveau en Mathématiques : Ne pas exceller en mathématiques peut faire croire à une personne qu'elle n'est pas HPI, alors que la douance peut se manifester dans d'autres domaines.

Difficultés en lecture ou écriture : Avoir des troubles de l'apprentissage comme la dyslexie peut masquer des capacités intellectuelles élevées et empêcher quelqu'un de se reconnaître comme HPI.

Scolarité moyenne : Ne pas avoir été le meilleur élève de la classe ou avoir des résultats scolaires moyens peut dissuader quelqu'un de se considérer comme HPI.

Absence de mémoire exceptionnelle : Ne pas avoir une mémoire particulièrement remarquable peut faire penser à tort qu'on n'est pas HPI, bien que la mémoire ne soit qu'un aspect de l'intelligence.

Désorganisation : Avoir du mal à gérer son temps et à organiser ses tâches peut être perçu comme un manque de compétence, plutôt que comme un signe de potentiel non réalisé.

Absence de motivation : Un manque de motivation pour les tâches académiques ou professionnelles peut être perçu comme un manque de compétence, bien que la personne puisse exceller dans des domaines qui l'intéressent vraiment.

Évitement des défis intellectuels : Éviter les défis intellectuels de peur d'échouer peut être interprété comme un manque de compétence, alors que cela peut être lié à une peur de ne pas répondre aux attentes élevées.

Fatigue mentale : Ressentir une fatigue mentale ou un épuisement peut rendre difficile de reconnaître ses propres capacités intellectuelles élevées.

Perception de la normalité : Croire que ses propres compétences sont normales ou communes, alors qu'elles peuvent être exceptionnelles dans un contexte plus large.

Non-identification aux stéréotypes : Ne pas se reconnaître dans les stéréotypes de l'intelligence, comme l'image de la "personne géniale", peut amener à douter de son propre potentiel.

Quelles démarches en cas de doutes ?

Le processus de passation du test HPI WAIS peut représenter un investissement financier significatif, ce qui peut dissuader certains individus à la recherche de réponses. Dans ces circonstances, consulter un psychologue spécialisé peut s'avérer bénéfique, car il peut évaluer la probabilité de posséder un haut potentiel par le biais d'une anamnèse, qui constitue un entretien approfondi pour explorer les caractéristiques cognitives, émotionnelles, et comportementales d’un individu.

Un test HPI gratuit

Dans une démarche similaire, Atypikoo propose un test HPI gratuit, composé de 132 questions. Bien qu'il ne mesure pas le quotient intellectuel, ce questionnaire d'auto-évaluation prend en considération plusieurs dimensions, telles que les capacités cognitive, la créativité, la motivation et d'autres traits caractéristiques du HPI. Le bilan est basé sur le modèle MSHPI de Catherine Cuche, docteure en psychologie, et les travaux de recherche de Joseph Renzulli, docteur en psychologie spécialisé dans le domaine de la douance. Ce test évalue les résultats en les comparant à ceux d'un groupe ayant passé un test de QI pour estimer le haut potentiel intellectuel. Pour valider ces résultats, le test HPI Atypikoo a été administré à environ 300 participants ayant un Q.I entre 120 et 160 (voir l’étude).

Découvrez le test HPI gratuit d’Atypikoo

Au delà des tests

La douance se situe sur un continuum, ce qui signifie qu'elle évolue graduellement en fonction du niveau d'intelligence et du score de QI. Un résultat de 115 sur l'échelle de Wechsler indique déjà une intelligence supérieure. Le test de QI est actuellement la meilleure méthode pour confirmer une hypothèse de douance. Même si des personnes ont tendance à s'identifier aux caractéristiques des personnes à haut potentiel, il est conseillé de faire valider son impression auprès d'un psychologue. Bien que les tests de QI soient actuellement la meilleure façon d'identifier un haut potentiel intellectuel, passer un test de QI n'est pas une finalité et « rater » ce test n’est pas une fatalité. Les capacités d'un être humain ne se résument pas seulement à un Q.I.

C'est dans cette optique que le réseau social Atypikoo est né afin de proposer un espace d'informations, d'échanges et de rencontres pour aider celles et ceux qui se sentent concernés par ces questionnements.

Publié par Delphine

Delphine est la cofondatrice du réseau social de rencontre Atypikoo et l'auteure du livre "Dating Authentique". Depuis plusieurs années, Delphine explore, à travers ses écrits, les spécificités des personnes neurodivergentes et leurs interactions amoureuses.
Vous devez être membre pour voir les réponses et commenter ce sujet de discussion
Inscription gratuite

32 commentaires sur Suis-je Haut Potentiel Intellectuel (Test HPI)