Comment savoir si l'on est surdoué ou haut potentiel ?

Haut Potentiel, HP, HPI, surdoué, surefficient, précoce, gifted ou bien encore zèbre… Les termes sont nombreux pour définir la douancemais qu’est-ce que le Haut Potentiel Intellectuel (HPI) ? Comment savoir si on est concerné ?

Haut potentiel, derrière la définition, un individu.

Le Haut Potentiel Intellectuel désigne le fait d’avoir des aptitudes intellectuelles et cognitives supérieures à la norme. Cela concerne environ 2,2% de la population. Ce pourcentage provient des résultats obtenus au test de Wechsler qui est le test de QI le plus fréquemment administré dans le monde pour mesurer l’intelligence. L’échelle de ce test permet de déterminer la douance à partir de deux écarts types au dessus de la moyenne, soit de 130 de QI. Selon les cas, certains psychologues peuvent identifier un haut potentiel entre 120 et 130 de QI. En effet, les psychologues et les cliniciens se basent sur le résultat du test de QI mais également sur une analyse de la personnalité et du fonctionnement de la personne testée pour identifier un haut potentiel intellectuel.

Être haut potentiel ou surdoué ne se résume pas à obtenir un score supérieur à 130 au test de QI. Il n’existe pas de profil type d’adulte surdoué, mais les personnes qui ont un haut potentiel intellectuel partagent certaines caractéristiques.

Caractéristiques du haut potentiel

Il existe trois caractéristiques qui ont été mises en évidence par la recherche scientifique. Il s’agit de :  

  • La rapidité de traitement et d’apprentissage. Les personnes à haut potentiel intellectuel ont des aptitudes supérieures à la norme notamment en logique, compréhension verbale, analyse, et raisonnement.
  • La créativité. Les HPI ont des capacités développées pour inventer des nouvelles méthodes d’organisation et pour créer de nouvelles formes d’apprentissage.
  • La motivation et la détermination. Lorsque les surdoués sont passionnés par un sujet ou par un domaine, leur motivation devient un moteur puissant qui leur donne une grande énergie pour concrétiser leurs idées et leurs projets.

Les personnes à haut potentiel ont des caractéristiques complémentaires qui sont fréquemment associées à la douance. Ces caractéristiques apportent des indices supplémentaires pour identifier la douance des personnes concernées. Voici une sélection de ces caractéristiques :

  • Grande curiosité. Un adulte surdoué s’intéresse en général à des sujets très divers.
  • Grande capacité d’observation. L’individu surdoué apporte une attention particulière à son environnement. Il remarque des détails que les autres personnes ne perçoivent pas.
  • Grande capacité de raisonnement. Le surdoué a une grande capacité de raisonnement pour analyser et comprendre les signaux extérieurs.
  • Un mode de pensée particulier. La métaphore de « pensée en arborescence » permet d’imager le fonctionnement de penser des HP. Cela s’explique par la multitude de connexions neuronales dans le cerveau des surdoués. C’est pourquoi, la pensée se développe dans plusieurs directions et se divise en idées et en sous-idées par associations ou analogies.
  • Grande capacité d’attention à condition que le sujet soit stimulant. L’adulte à haut potentiel peut alors se révéler très impliqué dans un projet. A contrario, si le sujet ne le passionne pas alors il a tendance à décrocher très vite. Ceci explique, en partie, l’échec scolaire de certains enfants à Haut Potentiel qui n’adhèrent pas aux enseignements trop académiques.
  • Des centres d’intérêts variés. Le foisonnement intellectuel des personnes à HP leur permet de connaître une multitude d’informations sur des sujets variés.
  • Hypersensibilité. Elle se caractérise par le fait de ressentir les émotions et les sens avec une grande intensité en réaction à des stimuli. Elle peut être provisoire ou durable et vécue avec plus ou moins de difficultés.
  • Hyperstimulabilité. L’individu a tendance à réagir plus fortement aux stimuli. Cette caractéristique rejoint en partie l’hypersensibilité.

On retrouve également fréquemment certains traits de personnalités chez les personnes surdouées :

  • Perfectionnisme. Les HPI ressentent le besoin d’agir de façon irréprochable dans tous les domaines de leur vie.
  • Manque d’estime. Les surdoués manquent de confiance en eux et s’auto-critiquent à la moindre difficulté.
  • Altruisme et empathie. Les haut potentiels ont besoin d’aider les autres, et cela les oriente souvent vers les professions de la santé et de la justice.
  • Tempérament solitaire. Les zèbres préfèrent les petits groupes de personnes dans lesquels ils se sentent intégrés.
  • Sens de l’humour. Les personnes HP aiment souvent l’ironie et le sarcasme.
  • Sensibilité à l’harmonie. Les personnes à haut potentiel intellectuel sont attirées par l’art, la beauté et l’esthétisme.

Comment savoir si on est surdoué ?

Être surdoué désigne le fait d’avoir des aptitudes intellectuelles au-dessus de la norme. Les personnes surdouées pensent et réfléchissent différemment parce que leurs cerveaux fonctionnent différemment. Cette particularité est mise en évidence par l’imagerie médicale. Par conséquent, pour identifier correctement la douance, il faudrait observer le cerveau des individus. Étant donné que cet examen est très coûteux, il est conseillé de passer un test de QI avec un psychologue qui sera en mesure d’analyser les résultats eu égard à la personnalité et au fonctionnement de la personne en questionnement sur son éventuelle douance.

HPI et HPE

Le terme de haut potentiel émotionnel est utilisé par la psychanalyste youtubeuse R. Hazan depuis 2012. Cette théorie personnelle développe l’idée qu’il existerait deux catégories au sein des surdoués : les HPI qui ont une intelligence froide et sous fonctionnement masculin et les HPE qui ont une intelligence intuitive sous fonctionnement féminin. Cette théorie n’a pas été validée par la communauté scientifique. La notion de HPE est pourtant utilisée par des personnes qui se reconnaissent dans le fait de « fonctionner avec leurs émotions ».

De nouvelles théories utilisent la notion de HPE pour l’associer avec la notion de quotient émotionnel (QE) et celle d’intelligence émotionnelle en mettant en perspective le fait que ces personnes ont des compétences émotionnelles très développées. Cette théorie n’intègre donc pas le HPE à la douance, ce qui signifierait que les surdoués n’auraient pas forcément un haut potentiel émotionnel.

Le QI et le haut potentiel intellectuel

Les résultats du test de QI permettent de dresser des catégories parmi la population. Le test d’intelligence Wechsler établit une échelle évoluant de 40 à 160. Les résultats compris entre 40 et 70 indiquent un retard mental. Les scores entre 70 et 85 identifient une intelligence faible. Les résultats compris entre 85 et 115 indiquent une intelligence moyenne. Les scores entre 115 et 130 identifient une intelligence supérieure. Les résultats qui évoluent entre 130 et 160 correspondant au haut potentiel intellectuel. Pour information, 95,6% de la population obtient un score compris entre 70 et 130. Le QI moyen est fixé à 100.

Test de QI HP HPI haut potentiel intellectuel

Parmi les QI supérieurs à 130, on identifie une autre catégorie : les THQI ou très haut quotient intellectuel dont le QI est supérieur à 145. Ces THPI représentent environ 0,1 % de la population.

Test HPI pour identifier l’adulte surdoué

Des tests de QI fleurissent dans des magazines grand public, dans des émissions de TV ou sur des applications mobiles. Les résultats obtenus sont au mieux fantaisistes, au pire en complet décalage avec les évaluations qui seraient effectuées par des professionnels qualifiés. Ces tests de QI, basés quasi-exclusivement sur la logique mathématique, n’ont aucune autre signification que celle de flatter l’égo de ceux qui obtiennent un bon résultat. Un individu adulte ayant suivi un cursus scientifique a, par principe, plus de chances d’obtenir un bon résultat à ce type de test puisqu’il a eu l’occasion d’aborder ces mécanismes de réflexion au cours de ses études.

Le fait de répondre correctement à 60 questions chronométrées sur son smartphone ne permet pas d’affirmer la présence d’un haut potentiel intellectuel. Il est également essentiel de rappeler que le QI ne se réduit pas à un chiffre. Ainsi, la meilleure méthode pour identifier le haut potentiel d’une personne est l’évaluation qualitative menée par un psychologue spécialisé. Ce dernier pourra affirmer ou infirmer la présence d’un haut potentiel intellectuel concernant la personne en questionnement. Par ailleurs, il est plus approprié de parler d’identification que de détection ou de diagnostic car ces termes avant tout utilisés dans le domaine médical.

Le psychologue utilise des tests psychométriques en s’appuyant sur les quatre indices du test de QI de Wechsler :

  • La mémoire de travail
  • L’indice de vitesse de traitement
  • La compréhension verbale
  • Le raisonnement perceptif

Le test de Wechsler est décliné en trois versions selon l’âge de la personne qui passe le test :

  • Le WPPSI-R (Wechsler Preschool and Primary Intelligence Scale) concerne les enfants qui ont entre 2 ans et demi et 6 ans.
  • Le WISC (Wechsler Intelligence Scale for Children) est utilisé pour les enfants qui ont entre 6 ans et 16 ans.
  • Le WAIS (Wechsler Adult Intelligence Scale) concerne les adultes de 16 à 79 ans.

Les enfants peuvent passer un test de QI dès l’âge de 2 ans et demi, mais il est bien plus avisé d’attendre l’âge de 5 ans pour entreprendre cette démarche selon les spécialistes de la douance.

Surdoué, uniquement une question de QI ?

Même si le test de QI est aujourd’hui l’outil officiel le plus utilisé pour identifier le haut potentiel intellectuel, il est régulièrement critiqué. En effet, le test de QI a ses limites :

  • Le score de 130, qui a été choisi par la communauté scientifique pour identifier le haut potentiel intellectuel, est contourné en pratique par les psychologues. Ces derniers appliquent un intervalle de confiance dans lequel se situe le score. Par exemple, pour un QI de 126, l’intervalle est de 121 à 130.
  • Le score obtenu au test de QI ne suffit pas à établir la présence du HPI. En effet, les psychologues ont besoin de prendre en compte l’histoire, le parcours et le comportement de la personne pour effectuer une évaluation humaine et clinique pour affirmer qu’elle a un haut potentiel.
  • Le score obtenu au test de QI peut varier en fonction de l’humeur, des émotions, de l’état de stress ou de fatigue de la personne testée. En effet, certaines personnes HP sont très mal à l’aise avec l’idée de passer des tests, de quantifier leur « intelligence ». Le passage d’une épreuve, devant un questionnaire et un chronomètre, peut les déstabiliser et générer une situation de stress. C’est pourquoi il est indispensable que le psychologue observe le comportement de la personne pour prendre en compte toutes ces données.
  • La créativité et la motivation sont deux caractéristiques fondamentales dans le haut potentiel intellectuel, or le test de QI vise à tester une certaine forme d’intelligence, et plus particulièrement la logique. Or les intelligences sont multiples et par conséquent, elles ne doivent pas être limitées au seul prisme du raisonnement logique. Des personnes à haut potentiel intellectuel ont tendance à sortir du cadre car leur créativité les poussent à donner des réponses divergentes, ainsi leurs réponses peuvent être considérées comme inexactes car elles sont trop éloignées de la matrice d’analyse.
  • Les adultes à haut potentiel ont un processus de pensée particulier. La curiosité les poussent parfois à s’interroger, à décortiquer et à analyser les questions du test de QI. Ils vont alors se poser des questions sur les questions. À trop s’attarder, ils peuvent perdre du temps et passer à côté de la réponse.

Il est donc indispensable de faire appel à un professionnel spécialisé dans les thématiques et problématiques des Hauts Potentiels Intellectuels pour effectuer des démarches d’identification de la douance. L’objectif du psychologue est d’accompagner et mettre la personne en confiance pour la préparer au passage du test.

Au delà du test de QI

Décider de passer un test de Qi n’est pas un choix anodin. Le résultat peut d’ailleurs déclencher une crise identitaire et les effets peuvent être très éprouvants. C'est pourquoi, il est conseillé de consulter un psychologue qui pourra aider et accompagner la personne à prendre la bonne décision.

Le test de QI est actuellement la meilleure méthode pour confirmer une hypothèse de douance. Même si des personnes ont tendance à s'identifier aux caractéristiques des personnes à haut potentiel, il est conseillé de faire valider son impression auprès d'un psychologue.

Avant de passer par la case test de QI, vous pouvez découvrir les pré-tests proposés par Atypikoo (Test HPI, Test HPE, Test Hypersensibilité). Le pré-test HPI vous permettra d'obtenir une première estimation d'une potentielle surdouance. 

Bien que les tests de QI soient actuellement la meilleure façon d'identifier un haut potentiel intellectuel, passer un test de QI n'est pas une finalité et « rater » ce test n’est pas une fatalité. Les capacités d'un être humain ne se résument pas seulement à un QI.

C'est dans cette optique que le site Atypikoo est né afin de proposer un espace d'informations, d'échanges et de rencontres pour aider celles et ceux qui se sentent concernés par ces questionnements.

Pour aller plus loin :

https://www.atypikoo.com/forums/topic/retour-dexperience-de-test-de-qi/
https://www.atypikoo.com/forums/topic/hp-hpi-hpe-faisons-le-point/
https://www.atypikoo.com/forums/topic/le-haut-potentiel-emotionnel-cest-quoi-ce-bins/
https://www.atypikoo.com/forums/topic/qi-entre-120-et-130/
https://www.atypikoo.com/forums/topic/peut-on-etre-considere-hp-sans-avoir-passe-un-test-de-qi-officiel/

Publié par David • Admin

David a créé le réseau social Atypikoo en 2019 pour aider les personnes atypiques (Hypersensibles, Surdoués, HPI, HPE, Zèbres, Empathes, Multipotentiels, Polymathes) à faire des rencontres amicales, amoureuses ou professionnelles dans toute la France et les pays francophones (Belgique, Suisse, Québec…).
Vous devez être membre pour voir les réponses et commenter ce sujet de discussion

Commentaires sur Suis-je un adulte haut potentiel intellectuel HP / HPI ?

Atypiker
il y a 2 ans
Bonjour,
Louis a 36 ans. Diagnostiqué HP (185), vit depuis qq années en errance et dépression. Il réussit brillamment les entretiens de recrutements mais il lui est impossible pour lui de travailler en ""open space""... Il a vécu la rue et l'hôpital psychiatrique. Après sa sortie, il ne trouve aucun accompagnement immédiat (3 mois d'attente pour avec RDV avec 1 praticien). Nous l'entourons de tout notre amour, mais sommes démunis … Auriez-vs 1 spécialiste à ns conseiller sur Lyon. Nous voulons ""sauver"" Louis… Merci. PS n'a que le RSA pour vivre
davidadmin il y a 2 ans
Bonjour, je vous invite a faire votre demande sur le forum du site. Je vous souhaite bon courage dans vos démarches.
Atypiker il y a 2 ans
Bonjour , quel triste monde , j'espère vraiment le meilleur rapidement , pour Louis , comme il doit être mal ! De tout mon cœur pour le soutenir ... Que la chance de tous les possibles qui lui correspondent s'ouvre à lui pour qu'il puisse vivre et s'épanouir très vite ! Très Humblement .....
Atypiker il y a 9 mois
Bonjour à tous,

Il y a beaucoup de tristesse à lire certains commentaires et témoignages.

Personnellement, je vous remercie pour vos témoignages. En fait, chercheur est ma véritable nature et j'en ai fait ma profession. Je ne pourrais jamais travailler en open space ni en groupe car je suis trop perfectionniste et jamais satisfait de mon travail... J'en suis même venu à me demander à quoi cela sert de connaître un chiffre puisque le débat fait rage dans le domaine de la recherche sur l'intelligence... Je vous conseille Nicolas Gauvrit les surdoués ordinaires Béatrice Millêtre ou encore Gabriel Wahl sur la question. Ils sont extrêmement nuancés.
Finalement comment détecter une intelligence d'un talent ? Tout est discutable car cela dépend des axiomes et des hypothèses de départ. Comment accorder du sens à un chiffre qui ne tient pas compte de la population dans laquelle nous vivons ?
À ce titre le livre de Nicolas Gauvrit est extrêmement intéressant et facilement accessible pour comprendre et mettre en exergue les limites et les difficultés d'évaluer l'intelligence ?
Tout est une question de point de vue et d'approche. Les praticiens rencontrent des gens qui sont en perdition donc ils se basent sur leurs expériences professionnelles. Les chercheurs se basent sur des statistiques et des études tout en démontrant les limites des différentes études.

Bien à vous
cedsoc
il y a 2 ans
Comprendre ce qu’est une personne dite à « Haut Potentiel » :

Loin de s’identifier à ce terme de surdoué (entendant sur-doué), elle préférera utiliser des termes plus nouveaux ou qui ne le renvoie pas à sa différence, tels que Zèbre, Arborescent ou même Haute fréquence…je vous laisse en imaginer d’autres…

2 aspects indissociables pour déterminer ce qu’est une personne dite à « Haut Potentiel ».

1) Une intelligence cérébrale différente. Par son schéma de pensée tout à fait atypique , on dit de lui qu’il est arborescent et non séquentiel par rapport à la majorité des personnes dites »normo-pensantes » (ou neuro-typiques).
Ce dernier schéma de pensée s’articule en enchaînant une pensée après l’autre, puis une autre, puis une autre…etc. Quant à celui de la personne au Haut Potentiel, du type arborescent , il est tout autre : une pensée entraînant tout un flot de pensées qui donne accès encore à une multitude d’autres…ayant le sentiment d’avoir un cerveau en ébullition cherchant souvent le bouton « Off » et je dirais que c’est ce qui lui confère une particularité de poids : mettre en relation des données sans lien apparent pour une solution globale et ceci en temps presque immédiat….Cette fulgurance d’esprit mettra la personne au Haut Potentiel souvent en difficulté d’expliquer les moyens qui lui ont permis de parvenir à cette solution tant son cheminement est rapide.
Cette intelligence particulière lui confère un haut Quotient Intellectuel (QI).

2) Une intelligence émotionnelle ou intuitive surdéveloppée. En effet, hyperesthésique, la personne au Haut Potentiel dirait que toute émotion, sensation aurait l’effet d’un raz-de-marée sur son état intérieur, quand la personne Normo-Pensante sentirait juste une vaguelette. Cette intelligence émotionnelle est appelée hypersensibilité, celle qui lui permet notamment de ressentir tout ce qui est de l’ordre de l’invisible, dont les émotions, les énergies et les intuitions font partie. Cette capacité fait de ces surdoués des empathes, dotés de cette capacité de ressentir les émotions des autres et de s’identifier à eux par leur grande perméabilité. Cette deuxième intelligence qu’on dit aussi intuitive est souvent malmenée et incomprise…par l’environnement familial et par la personne au Haut Potentiel elle-même, affirmant que cette dernière est un être fragile, trop sensible, se laissant choisir dans ses relations.
Bienveillante et altruiste grâce son intelligence émotionnelle puissante, la personne au Haut Potentiel est dotée d’un haut Quotient Emotionnel (QE).

Grâce à ces deux intelligences puissantes, les personnes au Haut Potentiel sont des êtres très créatifs, inventifs, multi potentiels, loyaux, honnêtes, aidants, efficaces, bienveillants…et pourtant ils ont beaucoup de mal à mettre tout ceci en œuvre dans ce monde normatif ; elles passent pour être crédules et s'entendent dire souvent que « le monde des Bisounours » n’existe pas…et bien oui j’entends souvent beaucoup de mes patients me dire qu’ils ont le sentiment d’être nés dans ce monde sans avoir eu le mode d’emploi tant ils dérangent car ils se sentent incompris. Acharnés et volontaires pour s’y adapter et en faire partie, ils développeront une hyper-adaptabilité tout en restant en marge, se refugiant pour les uns en mode I (intellectuel) et E (Emotionnel) pour les autres…et ainsi on parle de HPI ou HPE…mais ça c’est une autre histoire...

Cédric Socolovsky - Le Réveil du Surdoué
Atypiker il y a 1 an
Bonjour. Je suis HPI. 130. C’est mon QI. Porte d’entrée dans le monde des surdoués. La plus mauvaise note de la classe en quelque sorte comme me l’avait fait remarquer un neurologue, non sans ironie. Quotient intellectuel qui ne veut pas dire grand-chose, tant les profils de hpi sont variés et complexes. Effets cocktails, traits autistiques, etc... pour ceux à qui ces mots parlent. Les subtests sont plus instructifs selon moi et décrivent, quand on s’y attarde, plus précisément les caractéristiques du surdoué : verbalisation, intelligence émotionnelle, mémoire, capacité de calcul, etc…
Je suis perplexe sur l'usage du terme ""zèbre"" utilisé fréquemment et admis par nombre de hpi et de spécialistes de la douance. Le caractère atypique de l'équidé est visible, évident. Tout le monde le reconnait parmi ses congénères. Alors que le hpi non. Le bipède HPI, ne porte pas de rayures. Il doit vivre comme tout le monde, se fondre dans la masse, ressembler aux autres... J'ai beaucoup souffert d'être si différent. Ne pas pouvoir le dire, ni l'exposer. En parler sans être vraiment compris. Avoir le cerveau en activité jour et nuit. Lire, écrire, penser sans jamais pouvoir s'arrêter. Tout étant source d'intérêt ou non... Ce sentiment d'hypersensibilité, d'empathie débordante. Ce sixième sens surdéveloppé. Ce manque profond de confiance en soi et ces fulgurances intellectuelles qui vous amènent si haut que parfois nous flirtons avec la folie. Cette incapacité à ""comprendre"" le monde dans lequel nous vivons tant notre vision est aigüe. Notre cœur qui frémit quand notre cerveau s’active bat plus fort et plus vite quand nos pensées s'envolent. Ce monde reste pourtant sourd à nos mots, à nos appels.
J’ai appris très tard que j’étais un hpi. J’ai pleuré le jour où la psychologue m’a transmis sa passation. J’aurais tellement préféré sur le moment qu’elle m’annonce que j’étais « normal ». J’ai compris à 42 ans pourquoi ma vie avait été si compliquée. Enfant puis adulte. Pourquoi j’avais du mal à communiquer avec les autres. Pourquoi j’avais le sentiment d’être incompris, mal-compris. Pourquoi je me sentais mal-aimé. Rejeté au fond de la classe. Monsieur « pourquoi » m’appelait-on enfant. Comment dire à ses parents que l’on s’interroge sur les limites cosmiques à l’âge de 5-6 ans ? Sur la mort, sur l’existence de Dieu, sur le mystère des pharaons, sur le nombre d’or, sur les modèles quantiques et passer pour celui qui ne comprend jamais rien à rien… celui qui redouble, celui qui échoue. Ne pas comprendre soi-même pourquoi notre tête s’agite ainsi. Comment si jeune notre esprit cartésien qui n’admet aucun dogme peut-il coexister avec ses semblables? Comment un adulte peut-il comprendre un enfant qui ne raisonne pas comme lui ? Qui regarde le monde qui l’entoure à travers un prisme différent. Le champ optique reste le même mais le champ de la pensée et lexical sont tous les deux si différents de ceux utilisés par les non hpi. Tant de questions auxquelles je n’ai trouvé de réponses que si tard. Je suis aujourd’hui plus en paix avec moi-même car j’ai obtenu certaines réponses à mes pourquoi… mes pensées fusent toujours autant. Mais aujourd’hui je sais canaliser ce tumulte quand c’est nécessaire. Je sais qui je suis. Un zèbre sans ses rayures…
desbeauxrats il y a 4 mois
Magnifique témoignage
J’ai ait eu les larmes aux yeux
Merci
nf-k2
il y a 2 ans
Diagnostiqué à 12 ans les praticiens ""spécialisés"" d'alors avaient dit à mes parents que j'étais un enfant ""normal"" et en cela je ne les en remercie pas ; j'ai passé plus de 20 ans à éluder cet aspect de moi-même en me rangeant à cette opinion venant de soi-disant experts en la matière...
Résultats, j'ai inconsciemment tout fait pour l'être, ""normal"" et ce n'est que vers mes 32 ans alors que je m'étais moi-même mis en échecs sur tout les aspects de ma vie que le souvenir de mes résultats se sont imposés à mon bon souvenir.
Une dizaine d'années plus tard j'en suis rendu à admettre qu'ils avaient raisons les experts, je suis dans ma normalité même lorsque je dors, reste que cette normalité là est sans commune mesure avec la définition propre à celle du servum pecus alors quid de ma différence ?
Son immiscibilitée n'étant plus à démontrer je resterai spectateur privilégié de la déliquescence de mon temps et c'est en cela que cette particularité nous privilégie, le reste n'étant qu'éphèmères considérations sur l'autel de l'égo, il ne me reste plus assez de larmes à verser sur ce dernier car il semblerait que l'on devienne misanthrope de savoir aimer.
La normalité ainsi que la tolérance, voici sans filtres nos travers à rectifier si l'on souhaites aller du côté lumineux de la surefficience car tant que nous ne savons pas définir les toxicités sociales de ces deux termes, point de salut dans la différence.
Atypiker
il y a 2 ans
Bonjour , je me reconnais dans le fait de fonctionner en arborescence , et par un cheminement différent donc déconcertant lorsqu'il est imposé une réponse dans l'ordinaire souvent pour ne pas dire toujours avec une trop grande fermeture et restriction quand à une réponse à donner ! Ce qui me destabilise de ne pouvoir répondre librement alors que la réponse peut être juste dans son déroulé et arrivée sinon si proche d'un résultat attendu que lorsque de ma manière cela semble parfaitement improbable , j'y arrive par d'autres chemins ... Qui pour moi sont plus logiques ! Puisque naturellement par associations et déductions dont je suis particulièrement impliquée jusqu'à le sentir physiquement comme processus , donc intimement validé comme juste , ce qui ce prouve d'une façon surprenante ! Mais qui ne peut être suivis que par des personnes similaires ou très semblables donc rares ! Ce que je ne comprenais pas . Puis que me sentant ordinaire , fille de parents de la classe ouvrière , avec uniquement un BEPC et certificat d'étude primaire , avec les portes de la Seconde fermées ! Mais avec tous les qualificatifs péjoratifs humiliants dont sont victimes les personnes de cette catégorie différente !
Ma manière de fonctionnée , me donnait de la joie de réussir à trouver des solutions , et ce dynamisme pétillant était pour les autres interprété comme de la prétention comme si je les rabaissais alors que la joie simple du cheminement joyeux est un sentiment naturel qui n'a pas forcément vocation de degré de valeur mais avoir seulement le droit d'être exprimé , d'une manière saine et stimulante , porteuse d'espoir ! Si elle ne peut être exprimée , voir complètement étouffée par mauvaise presse en face par les personnes dites normales , c'est éteindre et tuer en reniant la personne qui ne peut pas changer son mode de fonctionnement .... Et pourquoi changer lorsque proposition de différentes manières de voir , d'entendre , de comprendre , tout est complémentaire , le Monde est si vaste , nous n'avons pas encore tout découvert , et les découvertes peuvent être Merveilleuses lorsqu'elles n'ont pas le but de nuire mais d'éclairer pour mieux vivre ! Ce dont chacun à droit et comme souhait pour le meilleur !
Je ne sais pas si j'en suis mais vraiment , c'est si semblable pour mon vécu dans tous mes souvenirs !
Très Bon Dimanche à Vous , ...
Atypiker
il y a 2 ans
Une manière elliptique aussi , çà ne s'invente pas lorsque c'est une lecture directe intérieure !
Atypiker
il y a 2 ans
Pour ce qui est de la logique , c'est dans l'étude de la langue Chinoise que je m'y suis retrouvée très heureuse , par ce qu'elle impressionne alors que pour des personnes logiques, qui possèdent la mémoire visuelle, surtout en plus ces personnes sont passionnées, alors c'est du beurre . Je dirais presque aussi facile de connaitre at apprendre chaque caractère , que pour un collectionneur de timbres poste en connait les plus petits motifs inclus sur une si petite surface !
banbocun il y a 1 an
Je te comprends Anita ! J'étudie le chinois aussi, depuis plus de six ans et cette langue est passionnante surtout si on se penche sur le chinois classique.
C'est assez relaxant et en même temps enrichissant parce que même dans l'apprentissage des caractères où on y voit un cheminement philosophique, ça permet d'explorer à la fois la langue mais aussi une part la culture chinoise dans la compréhension de la formation des caractères !
jrome
il y a 1 an
Pour moi, le HPI et le HPE sont deux facettes de la douance.
On peut avoir plus ou moins de l’un et de l’autre.
Comme partout en fait, chacun est unique, certains sont plus sensibles que d’autres, certains sont plus intelligents que d’autres.
Attention ! Ca ne veut pas dire que, plus on a de HPI, moins on a de HPE et inversement ^^ Ce sont deux potentiels différents qui dépendent de facteurs différents (même si leur facteur commun est la douance).
Mais les deux sont nécessaires pour être surdoué.
Ainsi, pour moi il y a quatre grandes “catégories type” de personnes si on se base uniquement sur ces deux caractéristiques :
– ni HPI, ni HPE, des gens “normaux”
– HPI seulement, ils se retrouvent dans les caractéristiques intellectuelles mais pas dans les émotionnelles. Ils sont “seulement” très intelligents
– HPE seulement, ils se retrouvent dans les caractéristiques émotionnelles mais pas dans les intellectuelles. Ils sont “seulement” hypersensibles
– HPI et HPE, des surdoués. Encore une fois, on peut être plus HPI ou plus HPE ou avoir les deux en quantité égale, les profils sont très variés.

On en arrive donc aux tests.
Le HPI est plutôt facile à déterminer, avec des tests type WAIS (même si certaines intelligences ne sont pas testées, mais ça c’est un autre sujet ^^).
MAIS, le HPE n’est pas évaluable et surtout, il peut fausser les tests d’HPI, notamment à cause d’un stress intense.
Ainsi, un surdoué ayant un HPE très développé peut ne pas réussir les tests car il va perdre tous ses moyens. Je pense que c’est d’ailleurs pour ça qu’il peut également y avoir des tests psychologiques.
alexsandra il y a 1 an
Quand j'ai passé le wais4, j'avais en plus des tests de personnalité. Justement pour que le compte rendu soit global sur mon fonctionnement et non pas juste orienté sur l'aspect HPI.
Et d'ailleurs, le côté HPE à fait chuter certains des indices du Wais4 alors que j'étais tout à fait capable de repondre.
Ces tests de personnalité permettent aussi de ne pas s'identifier au seul chiffre de Qi et permettent, couplé au wais4, d'apporter bien plus de réponses à son fonctionnement et donc de comprendre vraiment qui on est.
Atypiker
il y a 1 an
Bonjour à tous,

Je suis tombée sur ce site par hasard . Depuis toujours, on me fait remarquer que je pense différemment, je me suis longtemps sentie incomprise , ailleurs, pas avec les mêmes centres d'intérêts que les autres . Mais bon j'ai toujours réussi à me faire des amis mais ça arrivait beaucoup de fois où lorsqu'on était en groupe je me déconnectais et je n'arrivais pas à écouter ce qu'ils disaient parce que j'étais dans mes pensées , je ne me sentais pas leur correspondre .
Il y a 2 ou 3 ans un ami m'a montre un livre, je crois qu'il s'appelait ""je pense trop"" et il m'a dit quil pensait que je me reconnaîtrais dedans . Ça m'a fait bizarre qu'il me dise ça puis je l'ai lu et c'est vrai que je me disais mais en fait c'est ça c'est pour ça que je suis comme ça, parce que je me reconnaissais énormément dans ce livre . Mais bon je me demandais s'il était valable ce livre et si je pouvais m'y fier .
Je vois un psy pour cetaines choses et je lui ai fait part de mon questionnement sur les sourdes car je fais des études de psycho et je remets pas mal en question cette WAIS et je me dis qu'on ne peut pas dire si quelqu'un est intelligent avec un test qui ne mesure que certains aspects .. c'est pour ça que j'ai une peur bleue de le passer aussi . En fait je me dis que je n'y arriverais jamais et que si le résultat n'est pas en faveur dun HP alors je recommencerais à me poser mille questions sur moi et ma manière de penser , d'agir avec les autres, mon hypersensibilité qui ne me laisse pas me reposer et me fait toujours monter des larmes dans des situations où l'émotion est trop forte ...
Bref voilà et je n'arrive pas a en parler à mon psy je ne sais pas pourquoi du coup je post ça ici sans raison particulière a part que vous me guidiez ..
roulail il y a 1 an
Bonjour Elis,

Pour avoir passé un test il y a un peu plus d'un mois, après m'être posée les mêmes questions/réflexions que toi, mon retour est que cela ne m'a pas réellement fait avancer.
Peut-être car j'ai eu le sentiment de ne pas être fondamentalement comprise par la personne que j'avais en face de moi... sûrement aussi car au fond je n'attendais pas un chiffre mais une reconnaissance de qui je suis profondément, viscéralement.

Ce soir j'ai visionné une vidéo (d'une thérapeute sur qui je suis tombée il y a un an et qui m'a réellement aidée pour le coup), je te la livre en espérant qu'elle soit un début de réponse à tes interrogations :)


Bonne soirée,

Julie
Atypiker
il y a 1 an
Faute de frappe , pas sourde * mais HP
Atypiker il y a 1 an
Faute de frappe ou lapsus ? :)
Et si tu étais sourde à tous ces petits signaux de la vie ? ;)
Et si c’était moi qui avait écrit ton récit... que me conseillerais tu en tant qu’amie ?
Quel est l’enjeu pour toi d’être HP ou pas ?
Qu’as tu à perdre en entamant ce processus de diagnostic ?
Que gagnes tu a ne pas en parler à « ton » à ce « psy »?
Quel serait ton plus petit pas possible pour t’apaiser ?
Bon cheminement et donc belle vie ^^
mariesand
il y a 1 an
J'ai 53 ans et vient d'ètre ""dépistée"" sur le tard, je mets entre guillemets car la psy que j'ai vu et vois toujours, qui pourtant est spécialisée et m'a été conseillé par une association Hp, n'a pas voulu me faire passer les tests, me disant que, selon elle, étant ""très haut QE"", je m'auto-saborderai et louperai les tests, ou tout du moins qu'au mieux, les resultats ne seraient pas à la hauteur de ce qu'ils devraient ètre... Du coup, je me dis que, ok, je suis très hypersensible mais quid de ce Hp ? rien pour le prouver, sinon les conclusions de ma psy ? sur quel fondement ? 3 séances ? est-ce que cela suffit à determiner un éventuel Hp ? Ce qui n'aide pas mon redoutable questionnement quant à cette pseudo-intelligence... Autant je me reconnais dans les très nombreuses caractèristiques des Hp (dans le livre de Siaud Facchin entre autres), autant pas du tout dans cette capacité de raisonnement, cette intelligence, etc... Et ce ne sont pas mes nombreux echecs scolaires et professionnels qui diront le contraire... Bref, un long chemin de doute encore...
Atypiker
il y a 1 an
Super article, bravo, je l'ai partagé à tous mes proches ! Je me suis absolument reconnue partout, ce qui m'éloigne un peu plus de mon syndrome de l'imposteur :)
Un beau résumé avec des chiffres, des définitions, du détail... très complet.
Merci, ça fait du bien à lire :)
Aurélie, non diagnostiquée (pour l'instant)
ananas
il y a 1 an
Salut!
J’ai passé le test mais ayant de gros pbs de sommeil dus à des angoisses+++ je n’avais pas dormi et n’ai obtenu que 128. Cependant, je trouve que ces tests sont incomplets dans le sens où ils n’intègrent pas l’intelligence émotionnelle, l’hypersensibilité.. Je me retrouve néanmoins dans toutes les descriptions des HP ou zèbres.. Donc..
roulail il y a 1 an
Bonjour Céline,

Nous sommes dans le même club, 127 :) Je me sens moins seule grâce à toi !
Atypiker
il y a 1 an
Bonjour, je suis tombée sur ce site après avoir découvert votre vidéo ""femme surdouée"" sur youtube. Je me pose la question de la douance depuis quelques mois maintenant. Au vu des différentes informations que j'ai récoltées sur le sujet, je supose que l'on pourrait dire que j'appartiens à cette ""catégorie"".
Je précise que j'ai 25 ans, je vois une psy depuis 2 mois mais je n'ai pas encore osé lui parler de mes doutes. J'ai peur d'être jugée, rabaissée, icomprise etc. Tout en sachant que cette personne est bienveillante et à l'écoute, l'infondement de ma peur de me montrer vulnérable me rend complètement dingue.
De plus, je me demande si j'ai vraiment besoin d'une validation extérieure pour mon propre bien-être ou si je cherche un avis de ""professionnel"" pour me conforter dans mon idée et surtout pouvoir partager cette découverte avec mes proches sans que je sois rejetée. En somme, faire accepter ma différence grâce à l'aval de ma psy, cela n'est-il pas illusoire?
Aussi, je me reconnais d'autant plus dans les caractéristiques HPE et je me demande si passer des tests serait bien utile? Je suppose que ma condition de femme et que l'environnement dans lequel j'ai grandi m'ont poussés à entetenir ma douance vers ce penchant émotionnel plutôt qu'intellectuel... Ainsi, ma pensée en arborescence en vient à me désservir et à nourrir mes émotions négatives.
Bref, beaucoup de questions! Comme d'habitude!

Belle journée à tous! :)
Atypiker
il y a 1 an
Merci, merci pour ce témoignage.
C'est vraiment un sentiment de réconfort de voir que je ne suis pas la seule.
46 ans pour être diagnostiquée suite à un burn out. Je pensais être une inadaptée sociale.
Merci
deadzone
il y a 1 an
??
colibri87
il y a 8 mois
Bonjour, cela devient assez urgent pour moi, de savoir pour compléter la question qui je suis enfin,
je souhaiterais passer les tests du WAIS4 sur Limoges ou les environs du limousin et nouvelle aquitaine, je sais qu'il faut passer par des spécialistes mais sont ce des psychologues ou neuropsychologues, ? aimerais des réponses ainsi que le coût de passation de ces tests ? les mutuelles peuvent elles prendre une partie du financement merci pour vos réponses
alcinoey
il y a 6 mois
Bonjour, j'ai beaucoup de mal avec cette notion haut potentiel intelectuel. Je me sens zèbre. Je suis hypersensible mais je ne suis pas douée en mathématique, physique et domaine scientifique. Je considère donc que je ne suis pas une HPI même si j'ai toutes les autres caractéristiques mentionnées dans l'article.
Atypiker
il y a 6 mois
Bonjour à tous ?
Alcinoey , moi non plus pas douée en mathématique, physique et domaine scientifique; mon haut potentiel est ailleurs, dans cette belle complémentarité avec les talents de chacun. Nous sommes uniques, en cela réside la perfection de la Création.
Belle journée ??
Atypiker
il y a 2 mois
"Suis-je un adulte ?" est déjà une question qui mérite réflexion.